AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 (M) ROBERT DOWNEY JR — Surviving was never an option

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 62
◆ Arrivé(e) le : 21/05/2017
◆ Âge : 31 ans
◆ Métier : Avocate, elle a ouvert son cabinet peu de temps après le début des meurtres
◆ Points : 110
◆ DC : ...on ne juge pas
◆ Avatar : Teresa Palmer


Sujet: (M) ROBERT DOWNEY JR — Surviving was never an optionLun 22 Mai - 14:18

benjamin collins

◆ if i start bleeding
maybe i'll write again ◆



◆ Né en 1961 - 55 ans
◆ En ville depuis 45 ans, il est arrivé à Fairhope après la mutation de son père.
◆ Né sur le sol américain, sa mère était autrichienne et il lui reste des vestiges de cette langue qu'il ne parlait qu'avec elle.
◆ Écrivain et illustrateur de livres pour enfants, il n'a plus rien publié depuis des années.
◆ Marié, il aimerait avoir la force de demander le divorce pour refaire sa vie. Mais il a promis d'être là, même pour le pire, alors il doit rester, pas vrai?
◆ Hétéro
◆ Bad Blood
◆ Robert Downey Jr

entre les lignes

L'affaire : cette affaire lui retourne l'estomac à chaque fois qu'il y songe. Il se met à la place des familles, des pères, des maris qui voient tomber leurs proches. Bénévole de l'Association des Victimes du Poète, il est présent à chaque manifestation de l'Association, accorde son temps à ceux qui en ont besoin, faisant de son mieux pour aider. Mais plus le Poète écrit, moins Benjamin arrive à retrouver l'inspiration. Dès qu'il agrippe un stylo, il imagine le sang des victimes, les plaies sur leurs corps mutilés, la douleur qui doit les envahir. Il essaie de faire de son mieux pour chasser ce sentiment de culpabilité qui l'assaille, en tant qu'écrivain de pacotille, mais il n'y parvient pas. C'est peut-être aussi pour ça qu'il s'implique autant dans la vie des survivants ; pour avoir encore la force de se regarder dans un miroir, et laisser son quotidien étouffant chez lui.

Traits de caractère : Benjamin a toujours été un rêveur, un visionnaire, un homme capable de refaire le monde mille fois, mais jamais de poser la première pierre pour enfin bâtir quelque chose. Il observe, il s'inspire. Il est capable de rester assis sur un banc toute une journée entière pour avoir suffisamment d'images en tête lui permettant de trouver l'inspiration pour son prochain ouvrage, ou un simple dessin qui finira par trainer dans un classeur dans un coin de son bureau. Benjamin n'est pas organisé, tout traine et prend la poussière, et depuis que sa femme n'est plus en état de s'occuper de leur demeure, les souvenirs s'accumulent et l'espace s'en trouve particulièrement réduit. Benjamin possède un agenda où il note ses idées, même si elles se font maintenant de plus en plus rares. C'est un homme calme, que personne n'a jamais vu énervé ; sans doute parce qu'il a laissé sa colère au passé. Réfléchi, il est du genre à tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler, et il est toujours de bon conseil.

Histoire : Né à Florence en Alabama, son père a été muté à Fairhope. Fils unique, Benjamin doit apprendre à s'intégrer, mais son caractère plutôt rêveur lui vaut d'être mis à l'écart par les enfants de son âge. Il s'enferme donc encore un peu plus dans son univers, passant le plus clair de son temps à écrire des histoires et à dessiner sur ses cahiers. Adolescent, Benjamin ne se fait pas remarquer, ni turbulent, ni rebelle. C'est à l'âge de 17 ans qu'il rencontre sa future femme, alors qu'il est distraitement en train de la dessiner dans un café de la ville. Un an après, il demande Molly en mariage, et leur premier enfant, Tristan, vient au monde alors qu'ils ont à peine vingt ans. Conscient qu'il doit maintenant nourrir sa famille, Benjamin se trouve un travail dans une banque, et sa femme accouche peu après d'une petite fille, Amber. Au cinquième anniversaire de la petite, Benjamin démissionne et se lance à plein temps dans l'écriture et l'illustration de livres pour enfants, qu'il fait d'abord lire à Amber pour avoir ses réactions et ainsi obtenir son approbation. Des critiques de la jeune fille nait alors une relation fusionnelle et une confiance aveugle. Mais ce qui avait mis tant d'années à se transformer en conte de fée tourne vite au cauchemar, quand Tristan prend la fuite le jour de son dix-huitième anniversaire, sans plus jamais reprendre contact avec sa famille, plongeant ainsi Molly dans une profonde dépression. Abattu, soutenant sa femme du mieux qu'il peut, Benjamin commence à perdre l'inspiration, et les revenus ne leur permet plus une vie aussi confortable. Il déménage avec sa femme dans le quartier de Cowpen Creek, tandis qu'Amber part vivre sur le campus de l'Université de Fairhope. Le début des meurtres est la goutte d'eau qui finit par noyer son inspiration, le pauvre homme ne sachant plus comment avancer au milieu de tous ces cadavres, étouffé par la peine de sa femme. Il avance, tant bien que mal, et peine à retrouver une raison de s'armer d'un stylo.



Amber C. HarringtonShe's all I have left
Après le départ de son fils aîné, la relation entre Benjamin et sa fille est devenue beaucoup plus fusionnelle. Elle était le rayon de soleil dans la demeure endeuillée, faisant de son mieux pour redonner le sourire à son père et sa mère, mais seul Benjamin fut sensible à sa tendresse enfantine. Ils ont su avancer malgré la peine qui les avait marqué, main dans la main, jusqu'à ce qu'Amber prenne son envol à son tour, ayant besoin de prendre ses distances avec le désespoir qui rongeait sa mère depuis bien trop longtemps. Amber partit s'installer en centre ville, sur le campus de la fac, consciente que cela engagerait des frais que ses parents ne pourraient se permettre de lui offrir. Benjamin n'a aucune idée de ce que sa fille a dû traverser pour payer son loyer et se nourrir, mais si toutefois il l'apprenait, il risquerait de ne jamais pouvoir se pardonner de n'avoir rien vu... En attendant, elle fait de son mieux pour l'aider à retrouver l'inspiration ; s'il apprenait qu'il allait être grand-père, peut-être ?


Tristan CollinsStop running, son
Tristan a du mal à affronter le regard du père, les yeux de Benjamin souvent teintés d'une mélancolie difficilement supportable. Ils essaient pourtant de se retrouver, comme si Tristan n'était jamais parti, comme si son départ n'avait pas laissé des cicatrices dans le coeur de ses parents. Mais pas question pour Benjamin de perdre encore davantage de temps à être rancunier. Les échanges sont encore maladroits, et les deux hommes ont besoin de repartir de zéro pour mieux apprendre à se connaitre et s'apprécier autant qu'ils chérissent les souvenirs qu'ils ont en commun. Avec un peu d'effort, ils parviendront sûrement à se guérir mutuellement, et à reconstruire cette famille.


Arthur S. ÅkerfeldtYou're lost, brother
Ils avaient à peine une vingtaine d'années lorsque le jeune Arthur débarqua dans la ville de Fairhope, Benjamin venant tout juste de fêter l'arrivée de son fils aîné. Ils avaient la vie devant eux et aucune raison de perdre leurs sourires, Benjamin laissant souvent sa femme seule avec leur progéniture pour aller s'accouder aux comptoirs des bars du coin avec un Arthur qui intégrait seulement les rangs de la police en tant qu'officier. Leur amitié ne se ternit pas avec les années, Arthur étant choisi pour être le parrain d'Amber, un rôle qu'il prit très à coeur pendant une bonne partie de la vie de la petite. Jusqu'à ce qu'Arthur ait un enfant à son tour, qu'on diagnostique une mucoviscidose au nourrisson, et que la femme d'Arthur disparaisse à l'annonce de cette nouvelle tragique. De quoi laisser la tristesse ternir les traits d'Arthur. La mélancolie aura donc rapidement raison de leur amitié, les deux hommes comme deux inconnus dans les rues de la ville. L'un en panne d'inspiration, l'autre se croyant au-dessus de tout à son nouveau poste de chef de la police. Peut-être faudrait-il que Benjamin se charge de lui faire toucher terre à nouveau ? Peut-être qu'il faudrait que les deux frères se retrouvent avant que tout ne s'écroule, et qu'il ne reste plus rien de leur amitié passée...


© potterbird
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t1016-amber-o-high-by-the-beach#34877

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 62
◆ Arrivé(e) le : 21/05/2017
◆ Âge : 31 ans
◆ Métier : Avocate, elle a ouvert son cabinet peu de temps après le début des meurtres
◆ Points : 110
◆ DC : ...on ne juge pas
◆ Avatar : Teresa Palmer


Sujet: Re: (M) ROBERT DOWNEY JR — Surviving was never an optionLun 22 Mai - 14:32

exigences



Pour commencer, merci de t'intéresser au papa d'Amber, en espérant qu'il te plaise suffisamment pour que tu craques et que tu nous rejoignes  :luv:

avatar & pseudo
J'avoue que pour le coup, j'aime beaucoup Robert dans ce rôle, mais des propositions d'acteurs dans la même tranche d'âge ne me dérangent pas non plus (du genre Jeffrey Dean Morgan)  :wow: Le pseudo n'est pas négociable puisque je l'ai déjà utilisé dans la fiche d'Amber, mais tu peux éventuellement rajouter un deuxième prénom à ce petit Benjamin si le coeur t'en dis  dance2

histoire
Il y a les grandes lignes, libre à toi de rajouter des choses, bien évidemment. Je préfère quelqu'un qui s'approprie vraiment le perso et qui négocie des choses plutôt que quelqu'un qui se cale complètement sur ce que j'ai fait et qui oublie de s'amuser zen Ceci étant dit, le métier n'est pas négociable, vu qu'il a une véritable importance dans la vie d'Amber. Pour l'enfance ou l'adolescence, libre à toi de l'amocher un peu si tu veux, mais il morfle peut-être déjà assez par la suite  spy

liens
Le lien avec Amber est particulièrement important pour elle, il y a beaucoup de choses qu'elle n'a jamais avoué son père et qu'elle aura sûrement du mal à lui avouer. Il pourrait sûrement l'apprendre dans la presse si son avocate de fille se fait vraiment remarquer, mais en attendant, ils sont surtout là pour se soutenir. Elle essaie de lui faire retrouver le goût à l'écriture, et il est là pour la soutenir dans sa carrière. Tu peux lire la fiche d'Amber pour mieux les cerner.

Le lien avec Tristan pourra évidemment être discuté un peu plus en détail avec le/la joueur/euse une fois le personnage parmi nous.
En attendant, je ne me fais pas de souci, tu trouveras beaucoup d'autres liens sur le forum quoi qu'il arrive brille

présence
Je ne demande pas grand chose, on est ici pour s'amuser et pas pour se courir après pour des réponses :yes: Une réponse par mois me convient, une réponse par semaine aussi, en fonction de ton propre rythme. Du moment que tu es motivé(e) et que tu as vraiment envie de faire vivre le personnage, on va forcément s'entendre. bounce J'ai quelques comptes par ici (environ mille), alors je ne vais nulle part, et je pourrais te prendre sous mon aile hoho
Niveau RP, je tourne entre 800 et 1000 mots, mais quantité ne veut pas dire qualité ; si tu fais attention à l'orthographe, alors c'est l'essentiel warrior

Si tu as la moindre question, il y a la guest room pour ça et je me ferais un plaisir de te répondre :luv: coeur Viens vite, on t'attend !!!  cloud  yiii


_________________
+without you+
Boy you're so dope, your love is deadly. Tell me life is beautiful, They all think I have it all. I've nothing without you. All my dreams and all the lights mean nothing without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t1016-amber-o-high-by-the-beach#34877
 

(M) ROBERT DOWNEY JR — Surviving was never an option

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» JMK ♣ Sweet Jenna, sweet teacher... à votre service.
» Swandy's gallery
» Robert Surcouf, Le Corsaire
» Robert Fisk - La Grande Guerre pour la Civilisation
» Conan le Cimmérien ( Robert E. Howard )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: get ourselves back home :: banque de persos :: scénarios-