AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 toni c. michele × what’s your favorite scary movie ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité


 Invité


Sujet: toni c. michele × what’s your favorite scary movie ?Sam 27 Mai - 23:04

ANTONINA ‘TONI’ CHIARA MICHELE

◆ movies don’t create psychos.
movies make psychos more creative. ◆



◆ 21/06/1995 - 21 ans
◆ En ville depuis six mois
◆ Américaine
◆ Diplômée de la NYU TISCH School of the Arts (B.A. in Cinema Studies), aspirante réalisatrice et scénariste de films d’horreur. Actuellement en plein processus créatif, mais revêt plusieurs fois par semaine un joli tablier aux couleurs de l’Italie histoire de rassurer son père, vieil ami du propriétaire du Tony’s chez qui elle a élu domicile à son arrivée à Fairhope
◆ Célibataire
◆ Hétérosexuelle
◆ Bad Blood
◆ Katherine Langford

entre les lignes

L'affaire : Aux yeux de Toni, il s'agit d'un tremplin. Cette définition de l’affaire du Poète paraîtra sans doute malsaine et cynique, mais la jeune femme n’est pas du genre à cacher ses intentions pour redorer son blason. Comme dirait l’autre, en prenant connaissance de cette série de meurtres frappant les habitants du fin fond de l’Alabama, elle s’est vue en haut de l’affiche, son nom imprimé en lettres écarlates au centre d’un tableau d’affichage lumineux suspendu à la devanture de tous les cinémas du monde. Le potentiel horrifique de cette histoire est infini, au point de faire naître dans son petit cœur de grande passionnée d’épouvante des envies de franchise à la Saw. Toutes ses recherches sur le sujet et toutes ses démarches pour être au plus près de l’action sont portées par un seul et dévorant désir : réussir à se faire un nom dans le milieu du cinéma d’horreur, et pourquoi pas, faire un jour l’ouverture d’une prochaine édition du Fairhope Film Festival avec le tout premier volet de ce qu’elle compte sobrement appeler The Blood Poetry.

Caractère : Ce qui caractérise Toni c’est avant tout son refus de s’excuser. Elevée à l’italienne, elle a un tempérament sanguin, typique des femmes de sa famille qui ont su imposer leur loi en faisant filer droit leurs hommes, et en excluant toute forme de machisme, si chère au cœur des mâles italiens pourtant, de leur foyer. Le partage des tâches et l’égalité des sexes est une valeur pionnière chez les Michele, ce qui explique la volonté farouche de la cadette de la famille d’être jugée en fonction de son intelligence, de ses ambitions et de son talent plutôt qu’en fonction de ce qu’elle a, ou pas, entre les jambes. Elle ne prend pas la peine de cacher qui elle est : elle est la même avec tout le monde et tout le temps, c’est-à-dire qu’elle est grossière, orgueilleuse, brutalement honnête et obstinée, quitte à paraître insupportable, à la limite de l’insolence maladive, d’après ses anciens professeurs. Qu’on la prenne comme elle est ou non, c’est égal à la principale intéressée dans le fond – elle, elle sait ce qu’elle vaut, et elle vaut beaucoup. Néanmoins, sous ses grands airs de rebelle intrépide, elle est d’une loyauté inébranlable, et est dotée d’un sens de la famille propre à ses origines. Ses sarcasmes la rendent amusante et de bonne compagnie dans certain cas de figure, et son savoir cinématographique en a soufflé plus d’un.

À savoir : En bonne New Yorkaise adepte des transports en commun, Toni n’a pas le permis, et se déplace en skateboard ; son rêve absolu est certes de vivre de sa passion pour le cinéma, mais aussi d’adapter un jour une œuvre de Stephen King – n’importe laquelle, avec une petite préférence pour une œuvre moins récente, tant elle aime le travail de cet homme ; si elle parle un italien parfait, elle est pourtant incapable de le lire et de l’écrire sans buter ; étonnamment, elle est catholique pratiquante, et ne se sépare jamais de sa croix en argent – elle n’est cependant pas très assidue pour la confession ; au grand regret de ses tantes, elle n’a jamais été très féminine, et est indissociable de ses éternels blue jeans, sauf les jours de messe où elle se plie à la bienséance en portant une tenue jugée convenable aux yeux du seigneur ; elle possède une collection impressionnante de dvd et de blu-ray qu’elle ne prête jamais à personne, sans exception ; suite à une mésaventure avec un poulet livré à demi vivant dans le restaurant de son père, elle en a une peur bleue, au point de ne pas vouloir en manger ; de son avis, l’idée de la pizza hawaïenne devrait être jugée comme un crime contre l’Humanité ; contrainte et forcée de se plier aux coutumes instaurées dans le restaurant de son père, elle a souvent chantonné de vieux standards italiens pour ses clients, accompagnée par les autres membres de l’équipe qu'elle considère comme ses oncles, récoltant au passage quelques compliments sur sa voix ; The Morgue, un blog sur lequel elle avait pris l'habitude de partager ses récits d'horreur avant de réellement envisager d'en faire son métier, n'est plus en ligne aujourd'hui.



derrière l'écran

Pseudo : ssoveia
Âge : 27 ans.
Déjà un compte ici ? : Peut-être, peut-être pas  heh
Code du règlement : OK by Tobias.
Où avez-vous connu le forum ? : Moose !
Un commentaire ? : PERFECTION.

©️ potterbird
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: toni c. michele × what’s your favorite scary movie ?Sam 27 Mai - 23:04

once upon a book

◆ movies don’t create psychos.
movies make psychos more creative. ◆


19.09.2015: 8:30 PM
Fairhope, Alabama.


Toni lourda ses valises sur le plancher, puis resta un instant à contempler l’étroitesse de la pièce dans laquelle elle venait de mettre les pieds. C’était rudimentaire. Elle fit un pas en avant, se demandant depuis combien de temps cette annexe avait été laissé à l’abandon par son propriétaire. La vieille lampe qui trônait sur le bureau en bois grossièrement taillé avait pris la poussière, sans parler de l’effigie de la Sainte-Vierge qui s’érigeait tout à côté, et devant laquelle elle se signa par respect. Après avoir embrassé sa croix en argent, elle fit un pas supplémentaire, et le sol grinça sous ses pieds. Il y avait des affiches de cinéma sur les murs, et la fit sourire en biais lorsqu’elle s’arrêta devant l’affiche du Shining de Kubrick – ça ne pouvait pas être un hasard. Ses yeux furent alors attirés par le lit. Elle ne s’aventurerait pas à se coucher dans les draps tirés sur le matelas qu’on lui avait préparé sans vérifier sa propreté au préalable. Bizarrement, ça sentait bon la fleur d’oranger et le sucre cristallisé. C’était une chance que les odeurs de cuisine remontent le long des murs, fins comme du papier à cigarette. Lino, le chef-cuisto du Tony’s qui l’avait escortée jusqu’ici, avait composé tout l’après-midi pour lui concocter ses fameux croissants siciliens. Arrosés d’une bonne rasade de jus frais d’orange sanguine, cette collation de bienvenue l’avait rendue un peu nostalgique, mais elle l’avait aussi aidée à se sentir chez elle. Le Tony’s ressemblait tellement au Domani, le restaurant italien que son père avait ouvert à New-York à l’angle de Little Italy.

19.09.2015: 12:10 PM
Little Italy, New York.


« Tu peux tout aussi bien suivre cette affaire d’ici, gioia. » La fête de San Gennaro battait son plein sur Mulberry Street. On entendait les mandolines s’extasier sous les caresses subtiles de leur possesseur, et la liesse de la foule s’étendre jusqu’à l’angle de la rue, là où se situait le Domani. Paulie Michele avait les mains jointes devant son nez crochu, un peu comme s’il priait, le tablier tâché par du jus de tomates, mais le cou décoré par un nœud-papillon élégant et savamment noué. Son regard bleu translucide posé sur le visage impassible de sa seule et unique fille, il regarda cette dernière empoigner son skate-board pour le charger dans le coffre plein à craquer du taxi.

Derrière Paulie, il y avait toute la famille qui s’était amassée sur le trottoir du restaurant, les yeux remplis de larmes, et les bras levés au ciel pour implorer le seigneur de raisonner cette pauvre enfant ; ses tantes qui n’en étaient pas vraiment, mais qui avaient comblé l’absence de la mère qu’elle n’avait jamais connue, la toisaient avec déférence, jugeant sévèrement sa tenue du jour, composée d’un t-shirt estampillé d’un portrait stylisé de Dario Argento, d’un jeans troué aux genoux, et de tennis à la couleur hybride tant elles étaient vieilles et sales ; ses oncles qui n’en étaient pas vraiment non plus, la plupart faisant simplement parties de la brigade du restaurant, regrettaient déjà son humour cinglant et la mauvaise volonté qu’elle mettait à se joindre à eux pour pousser la chansonnette à la demande des clients du Domani. Ils n’étaient pas de son sang, pourtant ils avaient tous de l’importance pour elle. Ils lui avaient tiré les oreilles lors de ses anniversaires, s’étaient amusés de la voir se rebiffer contre les surnoms peu glorieux qu’on lui donnait pour pointer du doigt son caractère de cochon, et s’étaient émus de sa réussite lorsqu’elle avait obtenu sa licence à la TISCH. Ils lui manqueraient tous, mais Toni avait à faire. Elle ferma le coffre avec détermination, le faisant claquer à la force de ses bras.

« Papa, on en a déjà parlé. Et arrête de me regarder avec tes yeux de chien battu, tu sais que je suis immunisée depuis mes cinq ans, au moins. J’y vais, basta. » Elle avait fermé son poing brutalement, l’abattant devant le visage débonnaire de son père, et donnant ainsi l’impression de lui avoir coupé le son. Elle le regarda un instant en penchant la tête sur le côté, et la remuant de droite à gauche, ses longs cheveux bruns et indisciplinés tressautant autour de son visage de poupée, elle remonta le trottoir dans un petit saut pour le prendre dans ses bras, et le serrer si fort que les plis se formant dans son cou lui donnèrent un double-menton disgracieux « Je t’appellerai une fois par semaine, ce sera largement suffisant. Je suis sûre que t’as déjà missionné Lino de te prévenir seconde par seconde de mon emploi du temps, de toute façon. » Paulie lâcha un rire dans le cou de sa fille qui l’embrassa sur le front en reculant. Elle tendit les mains pour étreindre celles de ses tantes et ses oncles qui n’en étaient pas vraiment, et refoula les larmes qui lui picotèrent les yeux lorsque s’engouffra, sans regret, à l’arrière de son taxi.

11.05.2015: 11:15 AM
Manhattan, New York.


« C’est dégueulasse ce que tu comptes faire. » Le visage de Toni, dissimulé derrière une lourde étagère de la bibliothéque universitaire, apparut au ralenti face à son interlocuteur. Un sourcil en accent circonflexe, elle jeta à Billy Miller un regard fixe « T’as dit quoi ? » Billy laissa échapper un sourire carnassier tout en baissant la tête pour passer la silhouette de la jeune femme au rayon-x. C’était du gâchis de porter des tenues aussi peu saillantes quand on avait ce profil, ne put-il s’empêcher de penser en se frottant son menton dépourvu de barbe, ses dents de devant retenant sa lèvre inférieure pour contenir ses sourires appréciateurs « J’ai su que tu partais pour l’Alabama après l’été. Dans le patelin où il y a des meurtres là. Je voulais que tu saches que je trouvais ça dégueulasse que tu veuilles t’approprier cette histoire pour la gloire. Ça se fait pas. »

Evidemment, rien ne pouvait rester secret très longtemps dans le village qu’était devenu la NYU TISCH School of The Arts. Ça dépassait le cadre des auditions décrochées pour percer dans le milieu et des projets en cours de réflexion.  La vie privée des étudiants était une source de ragot inépuisable, et les réseaux sociaux jouant le rôle de la nouvelle version du téléphone arabe, tout finissait par venir aux oreilles de tout le monde ici. Au grand désespoir d’Antonina. Elle roula des yeux sans même se cacher, reprenant la lecture de l’ouvrage sur le plan-séquence qu’elle avait réservé des mois à l’avance pour pouvoir terminer le mini-mémoire qu’elle devait rendre en fin d’année, et qui validerait la licence qu’elle s’apprêtait à décrocher. Billy ne se découragea pas, confronté à la muflerie légendaire de la jeune femme, une pointe d’excitation le fit persévérer. C’était la meilleure tentative d’approche qui lui était venue à l’esprit durant les quatre ans qu’il avait passé à la côtoyer sans jamais oser se frotter à la réputation qu’on lui attribuait. En vérité, il s’en fichait pas mal qu’elle parte, il voulait juste lui parler avant qu’elle ne le fasse – et peut-être que s’il la jouait fine, il réussirait à se la taper avant la remise des diplômes. Toni marqua un temps. Billy avait clairement fait le mauvais choix en lui reprochant ses intentions. Elle avait déjà envie de le frapper d’ordinaire, mais à cet instant, elle dut réunir tout son calme pour ne pas céder à ses pulsions. Même après avoir clairement exprimé le dédain qu’elle éprouvait à l’idée de tenir une conversation avec lui, il resta planté à ses côtés, faisant le pied de grue en espérant une réaction de sa part. Oh, il en aurait une. Toni releva la tête après avoir fermé le bouquin qu’elle tenait dans les mains, et se tourna dans sa direction. Se forçant, elle lui rendit le sourire niais qu’il lui adressa.

« Ecoute. » Elle lui fit signe de s’approcher d’elle. L’index replié pour l’inciter à s’avancer encore un peu plus, une mine de conspiratrice fit remonter ses pommettes bien dessinées. Si près d’elle qu’il put sentir son souffle lui frôler la joue, elle lui chuchota à l’oreille « Quand dans dix ans tu continueras à t’astiquer le manche en pensant à moi, garde à l’esprit que moi j’aurais aucun souvenir de toi et de cette conversation. » Il perdit immédiatement le sourire. Toni en revanche lâcha un petit rire « Tu comptes me faire culpabiliser d’avoir de l’ambition pour mieux me sauter ? Mauvaise tactique, mon grand.  Cela dit, c’est typique des losers dans ton genre qui refusent l’idée qu’une femme puisse être assez brillante pour proposer une version de n’importe quelle histoire avec talent et subtilité, et qu’elle l’assume en plus de ça. » Gardant son visage à proximité du sien, elle le décala d’un millimètre pour l’affronter de face, et fixant volontairement sa bouche, elle chuchota encore plus bas « Je devrais renoncer juste parce que j’ai heurté ta sensibilité, Billy ? » Elle amorça un mouvement dans sa direction, voulant lui donner l’impression qu’elle allait lui planter un baiser sur la bouche. Au lieu de quoi, elle le fit violemment reculer avec l’aide du gros volume qu’elle tenait toujours dans les mains et qu’elle abattit férocement en travers de sa ceinture abdominale. Billy s’écroula par terre tandis qu’elle ajoutait en passant à côté de lui pour aller fureter ailleurs « Allez, casse-toi, maintenant. »

09.02.2015: 6:05 AM
Queens, New York.


Les rayons du soleil avaient beau avoir du mal à percer à travers les stores vénitiens suspendus à la fenêtre, Toni plissa les yeux pour mieux s’en protéger. Elle ignorait l’heure qu’il pouvait être, mais il commençait à faire jour, et elle était en retard pour se rendre en cours. Le lundi matin était une épreuve, surtout lorsqu’on avait passé la veille à buller dans les bras d’un inconnu. Elle se souvenait vaguement de lui, alors qu’il terminait sa nuit à côté d’elle, la tête nichée en-dessous de son oreiller. Il remua sous les couvertures qu’ils avaient déplacés pour mieux se protéger de la brise fraîche de la climatisation, et le fort de polochons et de draps tendus qu’ils avaient créés était bien trop confortable, mais elle devait s’en aller. Toni se leva pour rassembler ses vêtements. Ils étaient sans doute dans l’appartement du garçon si elle en jugeait par le standing, et la prolifération de dessins, tous plus gores les uns que les autres, et qu’elle distingua, accrochés en frise, au-dessus d’une impressionnante table à dessin, et qui lui semblèrent plutôt prometteurs. C’était probablement ce qui lui avait plus chez lui. Son intérêt évident pour le genre dont elle était passionnée, et ses références qu’elle décela en un clin d’œil en abandonnant la recherche de ses vêtements pour s’approcher plus près de l’œuvre de son coup d’un soir. Toni posa ses doigts sur sa bouche engourdie par les baisers échangées au cours de la nuit, ne pouvant détacher son regard de la finesse des détails représentés dans les dessins du jeune homme qui déboula à ses côtés, les cheveux défaits, et la trace de son oreiller barrant tout un côté de son charmant visage.

« C’est quoi ton inspiration ? » Toni ne tourna pas la tête dans sa direction, fascinée par ce qu’elle voyait. Lui, il posa sa main sur la nuque de l’étudiante, et lui vola un baiser sur la joue. Il attarda le bout de son nez près du sien, et se reculant, il soupira et étira son grand corps dans un bâillement sonore qu’il étouffa avec un temps de retard « C’est abstrait comme question, j’en ai des tas. » lui répondit-il, la voix ensommeillée. Il s’assit sur sa chaise de bureau, attrapa Toni par les hanches pour qu’elle le suive, et la fit s’asseoir sur ses genoux. Elle ne se débattit pas, elle sourit « Miller et Rodriguez, j’imagine ? » Il fit mine de réfléchir, nichant d’abord son nez dans le creux de son épaule, avant de reprendre « Pas que. Ça, par exemple, c’en est une. » Il manœuvra pour réveiller l’écran de son laptop en activant ses doigts sur le trackpad sans la lâcher. Une page de gros titres s’étira devant leurs yeux rétrécit par le manque de sommeil « Le Poète ? » lut doucement Toni, et elle se pencha pour mieux distinguer les petites lignes de l’article pendant qu’il lui racontait en chuchotant directement dans son oreille « Je viens de là. Ça fait des années qu’un malade s’en prend à des gens sans qu’on puisse déterminer son mobile et ses intentions. C’est un truc de dingue, t’en as jamais entendu parler ? » Toni fronça les sourcils en continuant sa lecture, et fit non de la tête « Fairhope » murmura-t-elle alors, et comme un diable sortant de sa boîte, elle se défit de l’étreinte du jeune homme. Elle contourna sa chaise de bureau, rassembla ses longs cheveux sur tout un côté de son épaule pour éviter qu’ils la dérange dans sa précipitation, et revêtit son short en jean et son t-shirt à la vitesse grand-v. Le jeune homme se leva de sa chaise, et se courba pour récupérer sa paire de tennis qu’il lui tendit sans donner l’impression de se vexer du comportement de son invitée. Au contraire, au moment où elle passa la bandoulière de son sac en travers de sa poitrine, qu’elle emporta son bombers et son skate pour partir, il lui lança d’un ton encourageant, criant pour qu’elle l’entende jusque dans le couloir « PENSE A MOI QUAND TU DEVIENDRAS CÉLÈBRE ! »


Revenir en haut Aller en bas


avatar

◆ Manuscrits : 4849
◆ Arrivé(e) le : 05/08/2015
◆ Âge : 24
◆ Assoc. des Victimes : Membre
◆ Métier : Elève policière
◆ Points : 1230
◆ DC : Aiden, James, Sean, Charlie, Nathan
◆ Avatar : Willa Holland


Sujet: Re: toni c. michele × what’s your favorite scary movie ?Sam 27 Mai - 23:35

Re-bienvenue ! :luv:

Joli choix d'avatar, bonne chance pour ta fiche brille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t248-whirlwind

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 513
◆ Arrivé(e) le : 15/02/2017
◆ Âge : 34 ans
◆ Métier : Journaliste pour le Fairhope Tribune (aux bords du licenciement)
◆ Points : 224
◆ DC : n/a
◆ Avatar : Ben Barnes


Sujet: Re: toni c. michele × what’s your favorite scary movie ?Sam 27 Mai - 23:40

Ce choix d'avatar brille J'ai hâte d'en lire plus sur ta demoiselle hehe1 En attendant, bon courage de la fiche whislte

_________________

LIABILITY
They say, "You're a little much for me, you're a liability, you're a little much for me". So they pull back, make other plans, I understand, I'm a liability. Get you wild, make you leave.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t945-oscar-gold-jewelry-shining-so-bright-strawberry-champagne-on-ice#31276

fonda - lost in the fire

avatar

◆ Manuscrits : 6652
◆ Arrivé(e) le : 15/03/2015
◆ Âge : 32 ans
◆ Décédé le : 3 Mars 2016, suite à une altercation avec les forces de police
◆ Métier : ancien biographe et parolier puis secrétaire
◆ Points : 720
◆ DC : Adam,Pete,Micha & Tutur
◆ Avatar : Tree Pace


Sujet: Re: toni c. michele × what’s your favorite scary movie ?Dim 28 Mai - 9:40

hoho hoho
Re-bienvenue par ici mademoiselle hehe1

J'ai hâte de découvrir tout le reste, mais déjà ça promet excited

Bon courage pour cette nouvelle fiche :luv: :luv:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t83-i-slithered-here-from-eden http://potterbird.livejournal.com

Invité


 Invité


Sujet: Re: toni c. michele × what’s your favorite scary movie ?Dim 28 Mai - 10:50

Merci beaucoup vous trois yiii
Revenir en haut Aller en bas


avatar

◆ Manuscrits : 3941
◆ Arrivé(e) le : 03/09/2015
◆ Âge : 28 ans
◆ Métier : Lieutenant de police
◆ Points : 4252
◆ DC : Sacha
◆ Avatar : Kate Mara


Sujet: Re: toni c. michele × what’s your favorite scary movie ?Dim 28 Mai - 13:24

Tiens, ce choix d'avatar ne m'étonne pas What a Face
Re-Bienvenue par ici ♥️

_________________


Shandra O. SarmoiseLieutenant de Police
Je suis ici depuis mon enfance, et je vois bien que ma ville autrefois calme, n'est plus le même havre de paix qu'autrefois. La faute à ce poète de malheur. Serais-je celle qui réussira à lui mettre la main dessus ? Je ne sais pas, mais j'ai déjà passé trois ans de ma vie à lui courir après, je suis prête à faire encore bien plus même si cela doit me ronger jusqu'à l'os.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t299-shandra-olivia-sarmoise-is-here

bad blood - génie de la cb

avatar

◆ Manuscrits : 2343
◆ Arrivé(e) le : 13/11/2016
◆ Âge : 46 ans
◆ Métier : ancien médecin légiste
◆ Points : 2026
◆ DC : Emily
◆ Avatar : Jon Hamm


Sujet: Re: toni c. michele × what’s your favorite scary movie ?Dim 28 Mai - 17:18

Super sympa ce personnage hehe2

Re-bienvenue et hâte d'en voir plus !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t884-seth-coleman#28384

Invité


 Invité


Sujet: Re: toni c. michele × what’s your favorite scary movie ?Dim 28 Mai - 21:21

Merci beaucoup coeur Ce sera rapidement terminé je pense.
Revenir en haut Aller en bas

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 346
◆ Arrivé(e) le : 31/10/2016
◆ Âge : 31 ans (15/08/85)
◆ Assoc. des Victimes : simple membre, et même pas par bonté d'âme.
◆ Métier : boulangère douée et impliquée, fouineuse à ses heures perdues, ancienne journaliste radio déchue.
◆ Points : 389
◆ DC : Nola
◆ Avatar : Jenna Coleman


Sujet: Re: toni c. michele × what’s your favorite scary movie ?Lun 29 Mai - 8:38

Rebienvenue :luv: :luv:
J'ai hâte de lire l'histoire, mais j'aime déjà beaucoup le début brille yiii

_________________

One track mind one track heart If I fail I'll fall apart Maybe it is all a test Cause I feel like I'm the worst So I always act like I'm the best
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t879-alba-the-path-to-heaven-runs-through-miles-of-clouded-hell

fonda - lost in the fire

avatar

◆ Manuscrits : 6652
◆ Arrivé(e) le : 15/03/2015
◆ Âge : 32 ans
◆ Décédé le : 3 Mars 2016, suite à une altercation avec les forces de police
◆ Métier : ancien biographe et parolier puis secrétaire
◆ Points : 720
◆ DC : Adam,Pete,Micha & Tutur
◆ Avatar : Tree Pace


Sujet: Re: toni c. michele × what’s your favorite scary movie ?Jeu 1 Juin - 2:58

J'ai le droit de la shipper avec le monsieur de la fin? siffle Il va revenir à Fairhope? spy Anyway, encore un véritable plaisir de te lire et de découvrir cette petite brille brille Bienvenue officiellement avec ce nouveau perso et amuse-toi bien bounce


congratulations !



Félicitations, te voilà officiellement validé(e) ! Tu vas donc pouvoir déambuler dans les rues de la ville comme bon te semble. Sauf si tu crains de tomber sur une plume particulièrement... Inspirée.

Mais puisque tu respires encore, il est temps de t'occuper de toute la paperasse un peu ennuyeuse auprès des autorités locales. Ainsi, tu peux commencer par recenser ton métier avant de te trouver un logement.

Tu peux ensuite ouvrir ton répertoire afin de créer des liens avec les autres personnages ou poster dans les demandes de rp pour te trouver un premier partenaire de jeu.

Si tu as été validé(e) avant le 15 du mois en cours, sache qu'il faudra également songer à te recenser pour ce mois-ci.

Dans tous les cas, le staff reste à ta disposition pour la moindre question et te souhaite de passer d'agréables moments sur le forum.

N'oublie pas de rester sur tes gardes... Sait-on jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t83-i-slithered-here-from-eden http://potterbird.livejournal.com

Invité


 Invité


Sujet: Re: toni c. michele × what’s your favorite scary movie ?Jeu 1 Juin - 11:38

Merci Albinette :aw:

Et merci Tobias ! Je ne dirais d'autre que: tu as le droit de la shipper allègrement avec le monsieur de la fin hoho J'ai hâte de la lancer dans l'intrigue !
Revenir en haut Aller en bas



 Contenu sponsorisé


Sujet: Re: toni c. michele × what’s your favorite scary movie ?

Revenir en haut Aller en bas
 

toni c. michele × what’s your favorite scary movie ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Make your nabaztag remind you of your favorite BBC programs
» [FFXII] Votre chimère favorite ?
» Votre armure magique favorite
» [Hors-Sujet] Votre série télé favorite
» [Sondage]Votre affaire favorite

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: in the den :: archives :: manuscrits abandonnés-