AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Sinking into the sand

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 62
◆ Arrivé(e) le : 21/05/2017
◆ Âge : 31 ans
◆ Métier : Avocate, elle a ouvert son cabinet peu de temps après le début des meurtres
◆ Points : 110
◆ DC : ...on ne juge pas
◆ Avatar : Teresa Palmer


Sujet: Sinking into the sandVen 9 Juin - 0:17

sinking into the sand


3 avril 2016
Elle n’avait absolument pas perdu de temps, s’armant d’un simple short en jean qui dévoilait suffisamment ses jambes pour que Simon ne fasse attention qu’à cela, et d’un haut blanc qu’elle avait enfilé à la hâte sans vraiment y réfléchir à deux fois. Elle avait perdu quelques secondes devant le miroir, hésitant à nouer ses cheveux, mais elle savait que sa coiffure ne resterait pas longtemps en place alors à quoi bon ? Pas de maquillage, Amber ne trouvait jamais le temps pour en porter - elle aimait trop son lit pour rallonger sa routine et privilégiait son tête à tête avec son café plutôt que celui qu'elle aurait pu avoir avec son miroir. Juste un peu de gloss pour faire briller subtilement ses lèvres et ainsi donner à Simon l’envie de venir y déposer les siennes ; comme s’il avait besoin de ça. Elle avait fait le trajet sans la moindre pause jusqu’au Mobile County Metro Jail, à quarante minutes de la sortie de Fairhope, pilant devant le centre de détention, ne prenant même pas la peine de garer son véhicule convenablement, ni de claquer la portière derrière elle en mettant un pied dehors. Elle était restée plantée devant les grillages et les barbelés, faisant de son mieux pour ne pas imaginer le cauchemar dans lequel son mari avait été enfermé pendant deux mois, concentrée sur la porte au fond de la cour. « Come ooon… », avait-elle répété à l’égard de personne en particulier, simplement impatiente à l’idée de le retrouver ; tellement impatiente qu’elle n’entendait pas les appels et autres sifflements des imbéciles qui se pressaient aux fenêtres pour se sustenter d’une silhouette féminine.

Quand il apparut enfin, elle arrêta de tourner en rond, prête à secouer la dernière porte jusqu’à la défaire de ses gonds si toutefois cette dernière la séparait encore trop longtemps de son mari. Et quand ils se retrouvèrent, les bras robustes de Simon autour de sa taille fragile, elle respira enfin. Elle était Amber à nouveau. Blottie dans la chaleur de son cou, sur la pointe des pieds, tantôt cherchant ses lèvres avant de prendre son visage entre ses mains pour se rendre ivre de ses regards, tantôt murmurant des « I’ve missed you so much… » qui ressemblaient davantage à des prières, il finit par l’arracher au plancher pour la ramener à la maison, pour qu’ils puissent retrouver leur lit, leurs habitudes, leur quotidien ennuyeux à souhait. Tandis qu’elle ne touchait plus le sol, elle réalisa à quel point il était simple pour lui de la soulever, de lui donner l’impression d’être légère alors qu’elle était d’ordinaire condamnée à sentir le lourd poids de ses erreurs passées peser sur ses épaules. C’était comme s’il ne voyait pas ses fautes, comme s’il les lui pardonnait.

Amber ne parvint pas à garder ses mains pour elle très longtemps, cherchant déjà le corps de Simon tandis qu’il tentait de garder le contrôle de leur trajectoire. Ils n’avaient même pas essayé de tenir plus d’une poignée de minutes, s’isolant du reste de la population sur un coin de route déserté, leur deux corps s’exilant à l’arrière du véhicule pour mieux se retrouver. Il ne s’agissait plus de manque, c’était devenu vital. Bientôt onze ans maintenant qu’ils s’étaient rencontrés, et Amber avait sans cesse l’impression de le croiser pour la toute première fois, se courbant sous ses baisers, ses doigts avides de découvertes, la sueur perlant sur leurs fronts blonds. Ils avaient fini par reprendre leur route, et Amber s’était endormie, abattue par les mois éprouvants qui venaient de s’écouler sans son principal soutien, celui dont elle avait toujours besoin. Lorsqu’elle avait rouvert les yeux, ils n’avaient pas pu se retenir à nouveau, manquant d’exploser de rire après qu’un passant les aient à moitié surpris en pleine besogne, l’endroit très fréquenté n’étant clairement pas propice à ce genre de pratiques. Tant pis, Simon s’était contenté de remonter son pantalon histoire de rouler jusqu’au prochain coin tranquille, caché derrière la verdure, pour reprendre leur étreinte là où ils l’avaient laissée. Et lorsque les lèvres du blond s’arrêtaient sur le ventre de sa femme, elle était parcourue d’un frisson lui rappelant brièvement ce qu’elle avait perdu peu de temps après que son mari soit parti. Mais le temps ferait son affaire, et les doigts d'Amber retrouvaient déjà leurs habitudes, le corps de Simon contre le sien comme seul remède à ses blessures.

Une fois arrivés dans leur demeure, après avoir mis deux fois plus de temps qu’il n’en fallait pour regagner Fairhope, Simon jugea bon de combler sa femme une troisième fois dans l’intimité de leur salon, d’abord sur la table avant de terminer sur le tapis qui n’avait pas souvent eu l’occasion d’être témoin de leurs ébats. Amber s’était offerte à lui, trop impatiente à l’idée d’être apaisée par ses baisers. Peut-être aurait-elle dû lui murmurer que sa simple présence suffisait, qu’elle n’avait pas besoin de ça ; mais pourquoi mentir, quand c’était tout ce dont elle rêvait, son corps ne prenant de sens qu’une fois envahi par le sien. Elle pourrait mourir comme ça, et parfois, il lui semblait qu’elle était sur le point de pousser son dernier souffle. Nue, entre les bras de Simon, finalement arrivés jusque dans leurs draps, une autre sieste s’imposait sans doute. Elle aurait voulu parler, mais elle restait muette, captivée par la mâchoire du blond, par le dessin de ses muscles, par les traces que ces derniers mois avaient laissé sur son visage. « We should probably take a bath. » Elle laissa trainer un autre baiser sur la joue de son mari, consciente qu’il faudrait bientôt se détacher de lui pour mieux le retrouver ailleurs, là où les vagues les porteraient ensuite.

_________________
+without you+
Boy you're so dope, your love is deadly. Tell me life is beautiful, They all think I have it all. I've nothing without you. All my dreams and all the lights mean nothing without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t1016-amber-o-high-by-the-beach#34877

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 78
◆ Arrivé(e) le : 21/05/2017
◆ Âge : 37 ans
◆ Métier : ancien tatoueur récemment sorti de prison, officiellement sans emploi
◆ Points : 130
◆ DC : après dix on arrête de compter non ?
◆ Avatar : Charlie Hunnam


Sujet: Re: Sinking into the sandMer 14 Juin - 21:37

Il avait quitté sa cellule.
Adieu l’affreux matelas qui n’était confortable qu’à partir de trois heures du matin, adieu le miroir qui lui avait permis d’oublier qui il était vraiment, adieu la cuvette des toilettes miteuses et son boucan infernal à toutes les heures du jour et de la nuit. Et surtout adieu ses quatre murs qui l’avaient rendu complètement fou. Adieu. Simon n’avait échangé de mots avec personne, pas même avec celui qui avait partagé sa misère, pas même avec Joshua, il ne se voyait pas se perdre en grands discours, il s’était contenté d’hausser les épaules. Car ils savaient tous les deux que ce qui l’attendait de l’autre côté était bien mieux qu’ici, qu’ici ce n’était pas la réalité et qu’une fois là-bas, ils n’en parleraient pas, plus, plus jamais. On lui avait redonné ses vêtements qu’il avait enfilé à la hâte, il les avait revêtus comme une seconde peau qui n’avait attendu que lui. Il était impatient, impatient de glisser de nouveau dans la réalité, d’oublier les dernières semaines et tout mettre derrière lui. Et surtout, il était impatient de retrouver sa femme.

Le visage d’Amber de dessinait très clairement dans l’horizon et il voulait la retrouver. Courir vers elle et l’embrasser pour toutes les nuits qu’il avait manqué. Les minutes qui les séparaient étaient lourdes et fiévreuses et son coeur ne tenait pas en place dans sa poitrine. Quand son regard se posa enfin sur elle, tout commentaire stupide et bien à lui s’effaça de son esprit et il se retrouva à la fixer, de l’autre côté des barreaux comme un homme heureux. Coupable ou pas, vrai ou faux, il n’y avait rien d’autre qui comptait à part elle. Rien d’autre. Et enfin, il put l’enlacer, passer ses bras autour de sa fine taille et la serrer tout contre lui, là où était déjà la place d’Amber et où elle devait toujours être. Dans ses bras, avec lui. Ses mains se perdaient déjà dans les boucles blondes et il l’embrassa, le souffle court et les lèvres tremblantes. « I love you, I love you so much, never again, I swear, never again. » souffla Simon entre deux baisers, scellant davantage leur étreinte et ne la lâchant plus.

Il la tira loin, loin des yeux de tous, loin de cette prison et loin du monde. Ils n’avaient pas besoin du monde, ils étaient Simon et Amber, le reste n’avait pas d’importance. Tellement pas d’importance qu’ils s’arrêtèrent à de nombreuses reprises, tantôt riants, tantôt désespérés pour combler le vide, pour comble le manque, Simon dans Amber dans une étreinte qui était parfaite. Ses hanches bougeaient, sa peau était contre celle d’Amber et plus que tout, son coeur battait contre le sien. Ce n’était pas physique, c’était bien plus que ça, c’était ce besoin d’être avec elle, son désir de la protéger et de ne pas oublier. De ne pas oublier toutes les courbes de son corps, ne pas oublier que de la tête aux pieds, elle était à lui, complètement et totalement à lui et qu’il avait juré, promis, promis devant les vagues, devant ce qu’ils avaient de plus cher de toujours l’aimer. Toujours. Simon se retrouvait à sourire tout contre la peau d’Amber, lui arrachant sans cesse de nouveaux baisers, sur cette longue route qui les ramenait chez eux. Dans leur demeure, le rythme était tout aussi effréné et les mains de Simon trouvèrent les hanches d’Amber alors qu’il l’attirait de nouveau contre lui. Il était prêt à être ivre, ivre d’elle, de ses lèvres douces qui se refermaient sur les siennes, de ses cheveux qui caressaient son visage et sa peau, de ses mains qui se retrouvaient tout le temps sur ses épaules, de la courbe de ses seins qu’il aimait retracer avec ses doigts et avec sa langue, de son ventre qu’il n’avait de cesse de couvrir de baisers, de ses jambes qui l’avaient toujours fait rêver et qu'il adorait écarter pour la voir rougir, rougir alors qu'il allait flatter son intimité, cette partie qui n’était qu’à lui et là où il adorait se perdre. Elle était vitale, elle était son oxygène et il avait été contraint de suffoquer pendant tellement longtemps… Aujourd’hui, il prenait une longue bouffée d’air frais.

Et Simon était encore en train de retracer ses hanches de ses doigts fins quand elle prit la parole. Ils étaient étalés sur leur lit, nus l’un comme l’autre, trop proches et trop loin, le regard azur de Simon posé sur elle, le blond tentant de remémorer ce qu’il s’était juré de ne jamais oublier. « Or we could stay here and keep kissing. » offrit-il d’une voix rauque. Il appuya son propos en se redressant sur son coude droit et en déposant ses lèvres dans la courbe de son cou. Il remonta jusqu’à sa joue puis termina sa course contre les lèvres d’Amber, pour lui donner le genre de baiser qui lui avait manqué. « But…  a bath seems about right just now… besides I kinda need to shave.» Le murmure de Simon fut ponctué d’un léger rire, tandis qu’il faisait référence à l’état actuelle de sa chevelure et ce de manière générale. Pas besoin de soigner son look en prison, mais un bon rasage s’imposait. « Don’t move. » Il déposa un baiser sur le front d’Amber avant de se lever très lentement et de se diriger vers leur salle de bain. Il ne perdit absolument pas de temps pour faire couler l’eau dans leur baignoire et faire en sorte qu’il y ait le plus de mousse possible, certain qu’Amber adorerait ça.

De retour dans la chambre, Simon s’apprêtait à investir le lit et à soulever Amber mais il marqua une pause, son regard braqué sur la blonde. Il se souvenait d’une époque où être nue devant lui n’était pas une chose facile pour la jeune femme, alors il ne pouvait qu’apprécier maintenant le léger sourire qu’elle lui offrait et à quel point tout semblait presque facile. Ils avaient mis beaucoup de chose derrière eux. « You really are the most beautiful women I have ever seen… come here. » Simon ne perdit pas une seule seconde de plus et il la prit dans ses bras, la guidant dans la salle de bain.

_________________
"When I hold The warmth of your body There is nobody That I'd rather hold, Shattered and cold, The tip of your tongue, The top of your lungs, Is making me crazy..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t1015-o-been-trying-hard-not-to-get-into-trouble-but-i-got-a-war-in-my-mind

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 62
◆ Arrivé(e) le : 21/05/2017
◆ Âge : 31 ans
◆ Métier : Avocate, elle a ouvert son cabinet peu de temps après le début des meurtres
◆ Points : 110
◆ DC : ...on ne juge pas
◆ Avatar : Teresa Palmer


Sujet: Re: Sinking into the sandMer 28 Juin - 2:10

C’était simple, c’était l’évidence même. Ou peut-être que ça l’était devenu au fil des années, le drap couvrant à peine sa peau tandis que Simon s’éloignait pour aller faire couler l’eau dans leur baignoire. Il y avait eu une époque où elle n’aurait pas supporté que son regard se pose sur elle, qu’il soit le seul à l’habiller, qu’il puisse voir les plis, les marques sur sa peau, les endroits qu’elle ne supportait pas, les complexes qui se dessinaient sur ses hanches ou sur son ventre, là où elle jugeait la peau un peu trop épaisse ou pas assez bronzée. Elle ne l’aurait jamais laissé apercevoir sa poitrine découverte, abandonnée aux lois de la gravité, elle qui ne trouvait plus rien de charmant à être femme lorsqu’elle était allongée ; sûrement la faute aux publicités et aux seins parfaitement gonflés qu’on placardait aux quatre coins de la ville et qui faisaient saturer les écrans, qui donnaient l’impression à la jeune femme que son corps était difforme quand elle ne se tenait pas dans la même position que les mannequins qu’elle avait du mal à ne pas admirer, même encore à son âge. Simon la trouvait belle, il la trouvait radieuse alors qu’elle se jugeait insignifiante, insipide, son visage et ses traits fatigués n’offrant pas de vision plus agréable que le reste de son corps, la blonde ayant sali sa peau aussi facilement qu’on noircissait une page blanche. Mais son mari ne voyait pas tout ça, il voyait sûrement autre chose alors qu'il lisait justement entre les lignes, et elle aurait aimé pouvoir se cacher dans son regard pour toujours et ne plus souffrir la réflexion du miroir qui la ramenait parfois plusieurs années en arrière, d’autres paumes s’égarant sur ses hanches, sur ses seins et sur sa gorge le temps d’un cauchemar.

Simon avait tendu ses bras vers elle et l’occasion avait été trop belle pour ne pas la saisir, s’enroulant autour de lui comme un lierre, comme une vigne dont les fruits n’auraient jamais poussé ; stérile. Elle aurait pourtant aimé qu’il puisse gouter un peu de leur amour, qu’il puisse l’effleurer du bout des doigts, mais elle l’avait perdu par un matin de mars. C’était sûrement de sa faute, elle avait oublié de prendre soin de son trésor et de le ménager, et le fruit avait pourri avant même de murir, périssant au sein de ses entrailles infertiles, la graine qui avait pris racine la fuyant sans qu’elle puisse la sauver. À cette simple pensée, elle resserra un peu plus son étreinte, ses bras autour du cou de Simon, ses jambes autour de ses hanches, ses doigts perdus dans ses cheveux emmêlés de leurs multiples étreintes. « I like it that way. I mean, yeah, you’d have to shave a little bit but… » Elle comprenait son besoin de se défaire des souvenirs de la prison, de remettre ça au passé maintenant qu’il était rentré, mais elle ne le trouvait pas moins charmant. « But if you ever want to let it grow again, I wouldn’t mind. » Et comme pour mieux le convaincre, elle conclut sa déclaration par un baiser au coin des lèvres du blond.

Une fois dans la salle de bain, elle se libéra enfin de ses bras, ses pieds regagnant le sol tandis qu’elle se penchait pour tremper le bout de ses doigts dans l’eau de la baignoire pour en vérifier la température ; consciente dans le même temps que Simon était très certainement en train de suivre le moindre de ses faits et gestes du regard, profitant de la vue qu’elle offrait d’elle à ne rien faire d’autre que des mouvements particulièrement ordinaires, à ne rien faire d’autre qu’être libre, une saveur qu’il avait sûrement oublié derrière les barreaux de sa prison. Se redressant, elle nota la présence de mousse qu’elle tenta de répartir harmonieusement dans la baignoire - on ne rigolait pas avec cet art-là, qu’elle maitrisait depuis des années maintenant. Son esprit vogua à nouveau, tandis qu’elle regardait l’eau s’écouler du robinet et s’écraser contre la faïence. Elle n’avait pas vu l’eau couler avec une telle puissance depuis qu’elle avait tenté d’effacer ce qui s’était produit dans cette même pièce, jugeant qu’elle n’avait plus d’autre choix que de remplir un seau d’eau et faire disparaitre la preuve de la disparition de ce qui ne pouvait même pas encore être considéré comme un être humain. Mais pour Amber, cela ne faisait pas vraiment de différence ; elle avait du se séparer de draps, frotter le carrelage à main nue pour s’assurer qu’aucune goutte ne viendrait trahir le drame qui avait réussi à anéantir le peu d’espoir qui lui restait. Elle se tourna finalement vers Simon, jugeant qu’il avait du remarquer son absence de quelques secondes, ses doigts effleurant son torse, son corps trouvant refuge contre le sien. « Maybe I should… » Ses yeux rencontrèrent ceux de Simon, comme deux courants chassés par des vents contraires, et elle resta silencieuse, confiant son secret à l’océan pour ne pas faire de vague. « Maybe I should go in first. » C’était tout ce qu’elle avait trouvé à dire pour sauver les apparences, avant de se séparer de lui à nouveau, pour mieux se laisser submerger par le mensonge. Les deux pieds dans l’eau, toujours debout, elle tendit les bras vers lui pour l’inciter à la rejoindre. « Can you say that thing again ? The part about me being the most beautiful women you’ve ever seen… » Ce n’était pas un caprice, non. Elle en avait besoin ; pour combler le silence et refaire éclore l’espoir qui l’avait quitté, qui avait disparu.

_________________
+without you+
Boy you're so dope, your love is deadly. Tell me life is beautiful, They all think I have it all. I've nothing without you. All my dreams and all the lights mean nothing without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t1016-amber-o-high-by-the-beach#34877

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 78
◆ Arrivé(e) le : 21/05/2017
◆ Âge : 37 ans
◆ Métier : ancien tatoueur récemment sorti de prison, officiellement sans emploi
◆ Points : 130
◆ DC : après dix on arrête de compter non ?
◆ Avatar : Charlie Hunnam


Sujet: Re: Sinking into the sandDim 16 Juil - 17:02

Sans Amber, il n'y avait pas de Simon. S'il avait murmuré le fait pendant leur nuit de noce, répété alors qu'il lui faisait l'amour jusqu'au premières lueurs du jour, les quelques semaines qui les avaient séparés n'avaient fait que le prouver. Il n'était absolument rien sans elle. Elle était tout pour lui et quand il ne pouvait pas avoir la blonde entre ses bras, juste là, il perdait le contrôle. Il en avait fait des cauchemars affreux dans sa cellule, la voyant s'effacer peu à peu, rejoignant les vagues pour devenir elle aussi de l'écume et pour partir loin de lui. Partir là où il ne pouvait pas vraiment l'atteindre et pas vraiment la toucher ou encore la sauver. Il s'était vu, les mains dans le sable, à hurler, à essayer de récupérer sa femme, celle qui s'était envolée car il avait été absent, car il n'avait pas été là pour s'occuper d'elle, car il n'avait pas fait la seule chose qu'il s'était toujours juré de faire. L'aimer et la choyer, la protéger de tout et de tous. Il s'était vu seul, échoué contre les vagues, seul et vide.

C'était le même cauchemar qui s'était répété pendant plusieurs nuits d'affilés dans l'intimité de sa cellule, le même cauchemar qui l'avait rendu malade... Mais elle était là, Amber était là aujourd'hui et Simon pouvait enfin commencer à réparer son erreur. Il savait très bien qu'il ne pouvait pas défaire la course du temps, qu'il ne pouvait pas retourner en arrière et tenter de récupérer les jours qu'ils avaient perdus, c'était stupide de rêver à ce point-là... Et pourtant, lorsqu'il la portait vers la salle de bain, en la sentant passer ses bras autour de son cou, il aurait voulu retourner en arrière. Il aurait voulu la sauver, la sauver d'elle-même. Car Simon savait à quel point Amber pouvait se perdre dans les tréfonds de son âme si personne n'était là pour la guider et pour lui montrer le chemin. Il était là aujourd'hui, il l'avait contre lui et il espérait que ce n'était pas trop tard et qu'elle reviendrait toujours contre lui. Toujours. Dans la salle de bain, arrivés à destination, il la laissa enfin retrouver le sol, même si cela ne lui plaisait pas tellement. Il ne la quitta pas du regard alors qu'elle se penchait sur leur baignoire, Simon faisait confiance à sa femme pour lui dire si cela lui convenait ou pas.

Elle lui avait manqué, absolument tout d'elle lui avait manqué et ses yeux s'attardèrent sur les mèches blondes qui caressaient la peau de son dos, et sur les courbes qui le faisaient toujours rêver et qui lui donnaient l'impression de n'avoir jamais vu aucune autre femme de sa vie. Simon se souvenait encore du jour où elle avait poussé la porte de son salon, il se souvenait encore s'être soudainement redressé et le wow qui avait menacé de quitter ses lèvres. Amber était belle, mais pas comme les mannequins dans les magazines ou les starlettes de cinéma, non, elle était réelle, quand Simon la voyait ainsi, il savait qu'elle passait des heures à se passer les mains dans les cheveux quand elle était nerveuse, qu'elle s'étirait tous les matins pour espérer se réveiller car elle n'avait pas envie de boire du café, que le tatouage sur sa hanche avait été fait très rapidement alors qu'il s'efforçait de la faire rire en racontant une blague... Elle était réelle. « ... Amber I'm here...» dit Simon en posant une main dans le bas du dos de la blonde. Il avait bien remarqué son moment d'absence et il avait décidé d'intervenir, histoire qu'Amber n'oublie pas où elle se trouvait et plus important, pour qu'elle sache qu'il était là. Il était là à présent, ils étaient de nouveau Simon et Amber et cela ne changerait pas.

Il hocha la tête aux prochains mots d'Amber et Simon eut un maigre sourire en voyant son épouse rentrer dans la baignoire. Quelques seconde plus tard, c'était Simon qui la rejoignait, ses mains déjà sur les hanches de la blonde. «Oh just that ? I'll say it a thousand time until you are tired of hearing it. » assura Simon, il l'embrassa langoureusement, pendant cette minute-là et pendant les minutes suivantes, se moquant de savoir si l'eau du bain allait devenir froide ou de ce genre de détails, trop content de presser ses lèvres là contre les siennes et de sentir le coeur d'Amber battre au même rythme que le sien. Il s'écarta pour respirer, et se lança aussitôt dans une confession, pour affirmer que oui, sa femme était vraiment la plus belle femme du monde et ce jusqu'à la fin des temps. Et ce même si elle avait des cheveux gris dans quelques années... Même si, affirmait Simon, couvrant le visage d'Amber de baisers. Il ne sut pas vraiment comment, peut-être que l'un des deux avait manqué de glisser et ils avaient décidé que se tenir debout dans une baignoire n'était pas la meilleure chose à faire, quoi qu'il ne soit, Simon fut content d'avoir sa femme contre lui quelques instant plus tard, la mousse imposante semblant presque les protéger de tout. Presque. « I love you... » murmura le blond, la serrant davantage contre lui et déposant un baiser contre sa tempe. « Let's stay like this... for a while... »

_________________
"When I hold The warmth of your body There is nobody That I'd rather hold, Shattered and cold, The tip of your tongue, The top of your lungs, Is making me crazy..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t1015-o-been-trying-hard-not-to-get-into-trouble-but-i-got-a-war-in-my-mind

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 62
◆ Arrivé(e) le : 21/05/2017
◆ Âge : 31 ans
◆ Métier : Avocate, elle a ouvert son cabinet peu de temps après le début des meurtres
◆ Points : 110
◆ DC : ...on ne juge pas
◆ Avatar : Teresa Palmer


Sujet: Re: Sinking into the sandMer 19 Juil - 0:58

 « You mean forever ? »

Elle l’avait presque murmuré, alors qu’elle se serrait tout contre lui, refusant que l’eau ou même la mousse puissent se mettre entre leurs deux corps, sa peau ne se lassant jamais de celle de son mari. Un peu comme les vagues se rappelaient toujours au rivage, elle ne parvenait pas à se défaire de ses bras trop longtemps, ses doigts courant sur ses épaules, retraçant les détails de ses muscles qui lui avaient tant manqué, qui lui avaient rappelé à quel point son existence était insipide sans Simon à ses côtés. Contre son torse, sa tête reposant sur l’épaule de son époux, elle prenait le temps de faire la liste silencieuse de tout ce qu’elle aimait chez lui, quand elle n’était pas occupée à lui demander de faire la même chose à voix hautes, comme il avait pu le faire quelques instants auparavant. Elle avait perdu trop de temps, exilée loin de lui, enfermée dans cette réalité qui avait manqué de l’empoisonner, qui avait tué tous les espoirs qui dormaient en elle. Elle était certaine qu’il aurait pu la sauver d’un énième naufrage si personne n’avait eu la brillante idée de mettre Simon derrière des barreaux de manière complètement arbitraire et injustifiée. Il aurait eu les bons mots, les regards et les gestes appropriés, et ils n’en seraient pas là ; elle n’en serait pas là, à se demander si elle n’avait pas détruit son corps à force de le vendre. À croire que l’enfant avait jugé la mère indigne de sa présence et qu’il avait préféré prendre le large.

Une minute. Puis l’autre. Comme celles qui avait coulé sur ses joues, qui avaient rempli cette baignoire. Elle les avait vite balayé d’un revers de manche avant de faire demi-tour, d’oublier tout ce qui avait pu se produire ici, jetant les vêtement tachés de sang qu’elle ne pourrait plus jamais remettre sans que le souvenir ne s’impose de nouveau à elle. L’eau coulait toujours, et peut-être que son regard s’égarait, que le silence les enveloppait et que la mousse les protégeait du reste du monde, couvrant leurs corps nus d’un tissu léger, pareil à de l’écume. Peut-être qu’elle s’éloignait à nouveau, par l’esprit seulement ; qu’elle revoyait l’instant où elle avait dû frotter ses mains plusieurs fois pour s’assurer qu’elle était enfin débarrassée. Elle avait hésité à composer un numéro, jugeant qu’il était sans doute plus important de ranger et nettoyer la salle de bain avant de se rendre à l’hôpital, incapable de supporter l’idée qu’elle devrait rentrer pour s’occuper de la scène de crime qui l’attendait dans sa propre demeure. Et puis finalement, elle avait traversé la ville comme si la vie reprenait son cours. Elle avait même appelé Simon le soir-même pour le rassurer et lui promettre une fois encore qu’ils allaient gagner leur procès. Mais pas un mot sur la douleur, sur la main qui s’était plaquée sur sa bouche alors qu’elle s'était forcée de ne pas hurler, de ne pas pleurer, de ne pas trembler, de ne pas prendre peur alors qu’elle perdait la vie ; pas vraiment la sienne, pas encore celle d’un autre.

Amber ne réalisa même pas que ses doigts s’étaient arrêtés, que ses paumes serraient maintenant la peau de Simon avec un peu plus de force que d’ordinaire, que le coin de ses yeux commençaient à brûler. Ou peut-être qu’elle comprit enfin, en croisant le regard de Simon, en se redressant presque trop soudainement pour que le mouvement paraisse naturel, qu’elle se retrouve face à lui, à bout de souffle à force d’essayer de fuir le souvenir. « Were you saying something ? » Elle allait sûrement confirmer ce qu’il pensait déjà, à poser ce genre de questions. S’accordant une grande inspiration, elle s’attarda un instant dans les yeux de Simon dont le bleu lui rappelait celui de l’océan, celui qui l’apaisait depuis qu’elle avait été en âge d’aller courir sur la plage. « Sorry, I just… I… » Elle soupirait, certaine qu’elle n’arriverait pas à passer la vérité sous silence une seule seconde de plus, consciente qu’elle allait gâcher leurs retrouvailles, consciente qu’elle avait tout gâché. « Something happened while you were away and I just… I thought maybe if I tried hard enough I wouldn’t think about it again but now you're here and I… I wanted to tell you, I just didn’t want to say it over the phone and I didn’t want you to get in trouble in case you’d get mad or… » L’eau paraissait plus froide. Est-ce qu’ils avaient passé une éternité dans cette baignoire sans qu’elle ne s’en rende compte ? Elle saisit la main de son mari pour s'assurer que cette dernière trouverait son ventre plus facilement. « I'm sorry, I… There's no easy way to say this anyway, I'm just going to… Say it I guess. » Elle allait se reposer sur lui, comme elle l'avait toujours fait. « I was pregnant when you left, I just… » L'air lui manquait, comme si elle s'était laissée couler au fond de cette baignoire. « I only found out when I lost the baby. » Sa tête reposait contre l'épaule de Simon à nouveau, préférant ne jamais avoir à lire la déception sur les traits de son visage. « I'm sorry, I… I really am.  »

_________________
+without you+
Boy you're so dope, your love is deadly. Tell me life is beautiful, They all think I have it all. I've nothing without you. All my dreams and all the lights mean nothing without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t1016-amber-o-high-by-the-beach#34877

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 78
◆ Arrivé(e) le : 21/05/2017
◆ Âge : 37 ans
◆ Métier : ancien tatoueur récemment sorti de prison, officiellement sans emploi
◆ Points : 130
◆ DC : après dix on arrête de compter non ?
◆ Avatar : Charlie Hunnam


Sujet: Re: Sinking into the sandMar 8 Aoû - 0:07

Une éternité passée près d'Amber n'aurait jamais été quelque chose de terrible de la perspective de Simon. Non, bien au contraire. Lui qui avait débarqué à Fairhope pour des raisons qui n'avaient absolument rien de noble, ne pouvait pas s'empêcher de se demander et si ? Et si Caroline avait été adoptée par un autre couple, dans une autre ville, et s'il n'avait jamais décidé d'ouvrir ce petit salon de tatouage et si Amber n'avait jamais poussé la porte du dit salon, le forçant à lever les yeux de ce qu'il était en train de dessiner pour son client du lendemain. Simon s'en souvenait encore, comment ne pas s'en souvenir quand Amber lui faisait le même effet à chaque fois qu'elle rentrait dans une pièce ? Son coeur accélérait le rythme de son propre accord, il se sentait obligé de se tenir droit et un sourire se calait automatiquement sur son visage. Parce qu'elle était belle tout simplement et rien qu'à regarder la blonde, il avait toujours l'impression d'être un peu moins cassé que d'ordinaire et il se disait et si ? Et s'il était quelque de bien juste pour elle ? Et s'il la protégeait de tout le monde, sans penser aux conséquences. C'était ce que Simon avait fait, ce qu'il avait juré de faire en lui passant la bague au doigt et jamais il n'avait reproché à Amber de s'appuyer sur lui. Non, il en avait besoin, sans la blonde dans ses bras, il n'y avait que du vide, il n'y avait que sa poitrine qui se soulevait sans absolument aucune raison, sans aucune signification, sans que cela ait de sens tout simplement. Amber lui donnait du sens, elle lui donnait une raison de pousser des portes et de continuer d'avancer, ni plus, ni moins. Avec elle dans ses bras, les journées avaient soudainement une signification, il avait un but, il n'était pas juste ce type un peu trop grand qui passait son temps à donner son avis et à tout faire pour se bien voir. Nan, pas de ça avec elle.

Elle le comprenait vraiment et ne l'avait jamais jugé, savait que sans elle... Simon n'était absolument rien. Il lui fallait Amber pour qu'il cesse de s'inquiéter et surtout, il lui fallait Amber pour pouvoir respirer correctement, sans trop se poser de questions, sans s'interroger. Alors Simon parlait, il parlait en espérant voir un sourire sur son visage, parlait du fait qu'il n'allait plus la lâcher et faire en sorte de rattraper ce qu'il avait manqué, quitte à ce qu'il l'accompagne à son travail pendant les trois prochains jours. Il était certain qu'elle apprécierait au moins ce trait d'humour là mais non, il n'y eut aucune réaction de sa part et le blond se retrouva à froncer les sourcils, se penchant légèrement au dessus d'elle pour scanner son regard et savoir où elle était allée se perdre cette fois-ci. « Are you okay ?  » Il connaissait déjà la réponse à cette question mais le blond la formula néanmoins à voix haute, pour rappeler à Amber où elle était et que surtout, qu'il était là. Simon ne s'attendait certainement pas à ce que sa femme s'éloigne encore de lui et il n'était décidément pas préparé pour les mots suivants. Amber avait été seule au cours des dernières semaines et en plus de perdre son mari, elle avait perdu quelque chose de plus, quelque chose d'autre manquait, quelqu'un, quelqu'un qu'ils avaient souhaité, qu'ils avaient voulu de toutes leur forces et pourtant... Pourtant. Simon sentit son coeur se serrer au moment où son esprit réalisa ce qu'elle venait de lui dire, ce qui s'était passé quand il pensait que revoir Amber, l'embrasser serait suffisant.

«You...  » L'air lui manqua pendant quelques secondes, Simon fut contraint de marquer une pause, respirant profondément, quelque chose se brisant en lui. Il n'avait pas été là, il n'avait pas été là pour embrasser ce ventre et la rassurer, pour lui serrer la main et faire en sorte que ce bébé puisse grandir correctement. Leur bébé. « The baby...» Elle ne l'avait pas souvent vu triste, non, Simon ne l'était pas, il ne l'avait pas été depuis des années pas devant Amber du moins, il se l'interdisait, elle avait besoin de lui et il voulait être l'homme qui se dessinait dans son regard, qui la sauvait de tout, alors jamais il ne devait flancher... Jamais. La tristesse et quelque chose de plus cruelle encore finirent bien par passer par ses iris bleutées, juste quelques secondes cependant, quelques secondes avant qu'il ne finisse par chercher la main de sa femme dans l'eau froide, juste quelques secondes avant qu'il finisse par la serrer contre lui. « God Amber I'm so sorry, I should have been there, I should have, I'm sorry my mistakes caught up to me and you were alone. » Car c'était cela qui lui coupait le souffle et qui s'il était vraiment honnête avec lui-même, l'énervait. Il avait merdé et elle avait du traverser cette épreuve toute seule, sans Simon. « Amber it's not your fault okay, sometimes, it just happens and it's okay. You'll be pregnant again. » Une autre promesse, qu'il voulait vraiment voir se réaliser, qui allait finir par se réaliser, il n'en doutait pas une seule seconde. « You're gonna be, a lot of times, we'll have a baby, babies even and we'll be happy... I swear. Just like I swore to protect you.» finit-il par murmurer contre les mèches blondes d'Amber, la serrant contre lui avec toute la force qu'il possédait, c'était là qu'était sa place, elle ne devait pas l'oublier.

_________________
"When I hold The warmth of your body There is nobody That I'd rather hold, Shattered and cold, The tip of your tongue, The top of your lungs, Is making me crazy..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t1015-o-been-trying-hard-not-to-get-into-trouble-but-i-got-a-war-in-my-mind

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 62
◆ Arrivé(e) le : 21/05/2017
◆ Âge : 31 ans
◆ Métier : Avocate, elle a ouvert son cabinet peu de temps après le début des meurtres
◆ Points : 110
◆ DC : ...on ne juge pas
◆ Avatar : Teresa Palmer


Sujet: Re: Sinking into the sandLun 2 Oct - 21:29

Elle aurait préféré que ce soit les vagues qui la retiennent, juste un instant. Juste la mer pour la faire rouler jusqu’au rivage, juste le sel pour faire pâlir ses lèvres sèches. Se défaire de l’étreinte de Simon l’espace d’un instant pour mieux se confier aux profondeurs, elle en avait rêvé tellement de fois, s’imaginant voguant à l’autre bout du monde. Si la terre était plate, elle finirait bien par tomber de toute façon, elle finirait bien par chavirer elle aussi, comme tant d’âmes avant elle. Et à bien y réfléchir, maintenant qu’elle était à nouveau vide, elle se disait que ce ne serait peut-être plus mal, coincée à la surface de l’eau, complètement nue, de longues tentacules blondes dansant autour de son crâne devenu trop lourd. Quand elle n’avait pas eu les bras de Simon pour la retenir, elle avait failli partir à la dérive, incapable de mettre un pied dans cette salle de bain sans repenser au naufrage qui y avait eu lieu. Elle s’était assise face à la mer, ses pieds enfoncés dans le sable, grelottante et livrée à la brise fraiche des nuits de mars ; elle avait observé les étoiles et elle s’était demandé si elles brillaient davantage depuis qu’elles avaient décidé de la priver de tout ce qui grouillait au creux de son ventre. Il y avait forcément une raison, une explication ; quelqu’un qui avait décidé que ce n’était pas le bon moment, ou tout simplement pas le bon ventre. Que son corps avait été souillé, tellement souillé que la vie ne voulait même plus venir y faire son nid. Amber aurait sans doute dû y penser avant, mais à l’époque elle avait déjà du mal à s’imaginer passant le cap de la trentaine, alors une progéniture n’était clairement pas envisageable.

Elle était restée assise là où Simon l’avait trouvée, ailleurs, sur les plages de Fairhope, à se demander si ses larmes étaient faites de la même eau que l’océan qui la défiait. Elles l’étaient sans doute, sinon pourquoi le sel ? Elle n’était qu’eau, et le coeur à marée haute, elle débordait presque avant de se dire qu’elle était sotte, qu’elle devait rentrer pour se mettre à l’abris, au chaud, qu’elle regagne ses draps et qu’elle se repose avant d’affronter les autorités à nouveau et faire en sorte qu’on lui rende son mari le plus tôt possible. L’attente avait pourtant déjà été beaucoup trop longue, suffisamment pour qu’elle s’agrippe aux épaules de Simon comme si elle allait couler, comme s’il allait se faire emporter par la tempête et qu’elle allait se retrouver seule sur son radeau. Elle voyait la tristesse dans ses yeux, les remords, la colère de ne pas avoir été là quand tout s’était produit. Mais quelque part, il n’aurait rien pu faire de plus à part aider Amber a essuyé le sang, à part lui tenir la main tandis qu’ils se rendaient à l’hôpital pour comprendre ce qu’ils auraient souhaité apprendre dans d’autres circonstances. Elle aurait vu le silence coudre lentement les lèvres de son mari tandis qu’il n’avait de force que pour la serrer entre ses bras, embrasser son front et lui promettre que tout irait bien. Elle n’aurait pas pu survivre si elle avait dû lui infliger le souvenir en plus de la confession.

Sa voix tremblait, mais sa main était calme, posée sur le torse de Simon, appréciant la douce cadence de son coeur, le phare qu’elle avait cherché durant de longues semaines, et qu’elle pouvait maintenant sentir contre sa propre peau. Ce n’était plus un rêve, ce n’était plus un cauchemar, il était de retour et il n’allait plus s’évaporer. « It’s okay, I… » Évidemment que c’était un mensonge et qu’elle essayait simplement de se convaincre ; après tout, c’était humain. L’inspiration suivante fut plus compliquée que les autres, entremêlée de visions qu’elle avait cherché à fuir durant tout ce temps pour se concentrer sur l’affaire et sur son mari qui avait besoin d’elle, se trouvant lui-même derrière ses propres barreaux. « You did your best, you’re the best husband I could ever wish for… I don’t blame you Simon, you don’t have to be sorry. I know you’re here now and that’s all that matters. » Il était là, et elle ne savait pas combien de fois il faudrait qu’elle se le répète pour que son esprit enregistre le message. « It’s not your fault you know, they’re trying to find someone they can pin it on, it could have been anyone. » La tête posée sur l’épaule de son mari, elle faisait de son mieux pour que tout ce qui lui nouait la gorge n’explose pas. « Maybe it’s me, you know… Maybe it’s because… » Elle ne voulait pas avouer la suite. Amber refusait de se remémorer les années de galère et d’angoisse qu’elle avait dû passer seule, le corps meurtris et le coeur sali. Elle préféra plutôt se contenter d’un soupir qui en disait bien plus long que n’importe quel autre discours. « Maybe we should see a doctor or something. Make sure we’re not trying for nothing and it’s going to happen someday. So that we can… Try differently if needed. » Ils seraient parents, elle ne se faisait aucun doute là-dessus. Mais peut-être qu’il faudrait qu’elle fasse une croix sur certaines choses par la même occasion, et il n’y avait qu’auprès de Simon qu’elle pourrait y parvenir, qu'elle trouverait cette force. « …God, I’m sorry I’m talking about all this right now. You just got back home… I’m sorry. » Rongée par la culpabilité, elle se détacha de ses bras, s'apprêtant à fuir cette pièce une fois de plus.

_________________
+without you+
Boy you're so dope, your love is deadly. Tell me life is beautiful, They all think I have it all. I've nothing without you. All my dreams and all the lights mean nothing without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t1016-amber-o-high-by-the-beach#34877

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 78
◆ Arrivé(e) le : 21/05/2017
◆ Âge : 37 ans
◆ Métier : ancien tatoueur récemment sorti de prison, officiellement sans emploi
◆ Points : 130
◆ DC : après dix on arrête de compter non ?
◆ Avatar : Charlie Hunnam


Sujet: Re: Sinking into the sandLun 6 Nov - 16:42

Il l’aimait, il n’y avait pas d’autres mots pour décrire ce que Simon ressentait pour Amber. Et encore, il avait l’impression que ce n’était pas assez. Elle avait été la seule chose qui l’avait fait tenir derrière les barreaux, sa seule petite lueur d’espoir, la seule chose qui faisait vraiment de sens et qui lui permettait de pouvoir respirer correctement. Une existence sans la jolie blonde aurait été bien misérable et Simon savait qu’il devenait fou s’il ne sentait pas son regard perçant sur lui, si ses doigts ne venaient pas se perdre dans la barbe qu’il se laissait parfois pousser, si elle ne déposait pas ses lèvres contre les siennes, si elle ne souriait pas de ce sourire si particulier qui lui était réservé. Juste pour lui et rien que pour lui. Sa vie était complète grâce à elle et il se souvenait encore de leur premiers échanges et de la façon dont il faisait toujours l’idiot pour se persuader que la présence d’Amber ne l’affectait pas tant que cela. Un jeu bien stupide car si elle lui avait demandé de tomber à genoux, il l’aurait fait sans aucune hésitation, elle pouvait tout demander, tout exiger de lui et Simon allait s’exécuter sans poser la moindre question, sans se dire qu’il devait penser à sa fierté ou son ego mal placé.

Toutes ces notions s’effaçaient face à elle, face à sa reine, face à son essentielle, face à Amber. Il était à elle, de la tête aux pieds, toutes les parties de lui, les meilleures comme les plus honteuses étaient à elle. Et elle le savait. Sa peine était la sienne et celle-ci ne s’effacerait pas; ils avaient perdu un enfant, ils avaient perdu une partie de leur futur, une partie de leur rêves et voilà qu’il fallait qu’ils recommencent tout à zéro. Et il était là cette fois-ci, ces dizaines de kilomètres qui les avaient séparés s’étaient envolés et il pouvait marcher la tête haute, et porter Amber s’il le fallait. Ça n’avait jamais été un problème. « Hey … hey… Amber look at me. » Simon se redressa quelques peu dans la baignoire, forçant Amber à faire de même et leur regards finirent par se rencontrer et il déposa un baiser sur son front. Amber pouvait paraitre forte devant les autres, tellement forte et l’illusion se brisait trop facilement devant lui, il pouvait lire la peine et la culpabilité dans ses traits délicats … et il détestait ça, il détestait se savoir impuissant, il aurait du être là, pour elle, pour leur enfant… « This is not on you… It happens, and I know it hurts, and it will probably hurt for a while, but this didn't happen because of what you used to do … it's not some kind of punishment. I’m sure it happens to women every day and people dont talk about it… But you are not alone. »

Simon insista bien sur ce dernier fait, sa voix faisant l’écho de ses pensées, ses bras puissants autour de la taille de sa femme pour la protéger de tout. Et surtout pour la protéger d’elle-même, Amber était sa propre pire ennemie et elle se punissait toute seule pour cette perte. Non, aux yeux de Simon elle était parfaite et irréprochable, elle faisait toujours de son mieux, défendait ce qui lui paraissait juste, était drôle sans jamais en faire trop … Elle était parfaite, elle était sa meilleure amie, sa confidente et celle avec qui il avait choisi de partager le reste de ses jours. Pour le meilleur et pour le pire. C’était un chapitre bien sombre et noir de leur vie qui venait de se terminer, mais tout s'arrêtait aujourd'hui, tout s'arrêtait aujourd'hui. Il voulait qu’ils retrouvent leur insouciance, ils étaient Amber et Simon, rien ne devait jamais les atteindre. « We can go see a doctor and do some tests just to check if we are both in good health and everything, that's a smart move. » Un semblant d'espoir voilà ce qu’il leur fallait, un bond en avant et un nouveau départ. « But I dont want you to blame yourself or give up… » Elle n’avait pas baissé les bras quand on lui avait passé les menottes et elle avait tout fait pour prouver son innocence et le sortir prison, c’était elle qui avait fait ça et personne elle, son petit bout de femme.

« Because you’re Amber Harrington, and you’re gonna have my babies. » Simon eut un maigre sourire et il déposa un autre baiser sur son front avant de les faire sortir du bain. Il garda Amber tout contre lui, incapable de la lâcher, incapable de s'éloigner et heureux de sentir le coeur de la blonde battre contre le sien. Il la sécha rapidement et ils regagnèrent de nouveau leur lit, Amber enroulée dans une serviette, contre le torse de Simon qui lui prit les mains pour nouer leurs doigts ensemble. « We’re gonna be okay now... I promise. »

_________________
"When I hold The warmth of your body There is nobody That I'd rather hold, Shattered and cold, The tip of your tongue, The top of your lungs, Is making me crazy..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t1015-o-been-trying-hard-not-to-get-into-trouble-but-i-got-a-war-in-my-mind



 Contenu sponsorisé


Sujet: Re: Sinking into the sand

Revenir en haut Aller en bas
 

Sinking into the sand

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Jeu flash à screen] New Sand Game
» [Sets] Le Sand Stalker
» Divine Exodus Vs Calm Sand (P) Vs Alatreon Star ?
» Sand Snake en mêlée
» sand sword: mon équipe :)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: the city that we loved :: beach road :: résidences-