AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 I was lost now I am found

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

bad blood - fonda & admin

avatar

◆ Manuscrits : 276
◆ Arrivé(e) le : 05/09/2015
◆ Âge : 19 ans
◆ Métier : Employée de cinéma, youtubeuse & maman
◆ Points : 446
◆ DC : Toto, Adam, Pete & Tutur
◆ Avatar : Sophie Turner


Sujet: I was lost now I am foundVen 9 Juin - 20:24

I was lost now I am found



fin mars 2016

Impossible de manquer tous les cartons empilés aux quatre coins de l’appartement, dans la chambre de Micha ou bien celle de Louise, dans le salon et la cuisine. Chaque verre, précieusement enveloppé dans du papier bulle ou du journal pour ne pas que le déménagement les brise. Chaque vêtement repassé avant d’être soigneusement plié puis rangé dans une valise ou un autre carton. Chaque jouet rangé dans son emballage d’origine pour ne pas que le trajet les abime et que Louise soit obligée de se débarrasser de certains d’entre eux en arrivant. Chaque pinceau glissé dans une trousse ou une pochette bariolée, chaque crayon rangé par couleur pour que le nuancier reste intact. Chaque peluche coincée entre les bras d’une autre pour ne pas que la solitude ne les atteigne pendant qu’on les chargeait dans une voiture ou un camion une fois que le jour fatidique serait arrivé. Même Louise avait pris l’habitude d’organiser chacune de ses affaires comme sa mère le lui avait montré, prenant ce nouveau jeu très à coeur, n’en saisissant pas vraiment le but, jusqu’à ce que la nuit tombe et que la mélancolie ne regagne leur demeure. La petite se mettait alors à pleurer, priant sa mère de ne pas partir, de ne pas quitter la ville, lui promettant d’être sage, polie et bien élevée si elles restaient ici. Oui, Micha avait pris soin de tout trier, emballer, ranger.

Et son coeur dans tout ça ?

Elle n’y avait pas songé, pas même une seule seconde. Elle avait continué sa routine en se disant qu’il fallait bien se faire une raison. Micha avait bien eu une longue discussion avec Willow pourtant, mais cela n’avait pas changé grand chose. Le parrain de Louise avait également été prévenu, mais il était trop habitué à perdre tous ceux qui avaient un tant soit peu d’importance dans sa vie, alors il n’avait rien répondu, se contentant d’un hochement tête, disant déjà adieu à Louise dans une dernière étreinte qu’il savait éternelle. La rousse s’était préparé à tout ; au nouvel appartement qu’elle avait trouvé dans un autre État, loin de l’Alabama et de ses meurtres. À l’école où Louise allait devoir se rendre chaque jour, au petit quartier tranquille. Aux cours qu’elle allait reprendre à la fac pour enfin s’orienter vers une filière qui l’avait toujours intéressée et passionnée. Maintenant que Louise était suffisamment grande et qu’elle pouvait se permettre d’occuper ses journées à autre chose que nourrir, changer et sortir la petite, elle envisageait enfin un avenir digne de ce nom pour elle et sa fille. Elle serait infirmière, peut-être même qu’elle se spécialiserait si elle en avait le courage. Pour l’heure, elle s’était préparée à devoir acheter des cahiers, des stylos, des trieurs, des livres par centaine afin de ne pas se louper, consciente qu’elle allait devoir crouler sous les dettes avant de finir par rembourser ses prêts une fois qu’elle serait enfin en poste dans un hôpital ou ailleurs. Elle s’était préparée pour tout, chaque détail, chaque objet, chaque instant qui allait suivre.

Mais son coeur était loin d’être prêt.

Surtout depuis tout ce qui s’était passé au cinéma, la main de Jonathan sur sa hanche, sur sa joue, revenant la hanter même en pleine nuit. Elle le cherchait dans l’appartement, dans ses draps ; dans sa vie. Mais elle ne le trouvait qu’à l’autre bout du couloir, et elle était obligée de se blottir contre lui sans aucune raison, lui expliquant qu’elle n’arrivait plus à respirer, qu’elle avait peur pour elle, qu’elle avait peur pour Louise, qu’elle craignant qu’il disparaisse. Micha lui racontait ce rêve invraisemblable qu’elle faisait presque toutes les nuits ou la foule s’emparait d’elle, ou la foule les séparait, et qu’elle se retrouvait tellement loin qu’elle ne parvenait plus à le voir, à savoir où il se trouvait, ni où Louise était. Dans la rue, quand les passants grouillaient autour d’eux en centre ville, sur la plage entre les rayons de soleil que le printemps leur offrait, elle se sentait obligée de venir saisir la main de Jonathan, seule ancre qu’elle avait trouvé au milieu de cette océan de tristesse et de misère. La jeune maman avait alors mis un point d’honneur à s’occuper d’elle, à s’occuper de Louise, et elle en avait oublié les cartons et la date butoir qui se rapprochait dangereusement, qui allait bientôt la condamner à l’exil. Jusqu’à ce que la vérité ne la rattrape, qu’elle vienne toquer à sa porte quelques jours avant le départ prévu pour faire l’état des lieux, tandis que les déménageurs venaient noter la taille et le poids des meubles qu’ils allaient devoir transporter. Micha n’avait pas osé dire le moindre mot, laissant tout ce monde prendre possession de son salon ; son salon qui ne serait bientôt plus à elle. Une fois tous ces inconnus partis, elle ne referma pas la porte, prise de panique, saisissant son téléphone portable pour vérifier l’heure qu’il était. Trop tôt dans l’après-midi pour que Jonathan soit déjà rentré. Pas encore assez tard pour aller chercher Louise à l’école.

« I… It’s me… I think I screwed up. » Ses doigts avaient composé le numéro machinalement, et sa main avait placé le combiné près de son oreille sans qu’elle ne s’en rende compte. « I forgot I had to move… But I don’t want to move anymore now, I don’t, I want to stay with you and… Louise doesn’t want to move either but with what happened at the cinema I forgot it was this soon and… » Elle était perdue, tournant en rond dans son appartement rendu minuscule par tous les cartons empilés ça et là. « I’m supposed to leave in a few days I just… I don’t want to Jonathan… I can't. » La panique reprenait le dessus, mais sa main ne trouvait plus la sienne pour s’apaiser.

_________________

there's nothing i wouldn't give just to be by her side. there's nothing i wouldn't take just to keep her safe at night. she's perfectly amazing, amazingly perfect. she's my everything, my greatest strength.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t310-lullaby-of-birdland#4366
 

I was lost now I am found

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Beta Test The Lost Planet: Red Zone par XTrophx
» Lost Planet 2
» Let's Go Island - Lost on the Island of Tropics
» la mise a jour de gta 4 lost and damned
» Lost: Les disparus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: the city that we loved :: fairhope avenue :: résidences-