AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 the autopsy of Seth Coleman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 43
◆ Arrivé(e) le : 27/05/2017
◆ Âge : 21 ans
◆ Métier : Aspirante réalisatrice et scénariste de films d’horreur. Actuellement en plein processus créatif et serveuse au Tony’s
◆ Points : 52
◆ DC : Amelia J. Williams
◆ Avatar : Katherine Langford


Sujet: the autopsy of Seth ColemanDim 18 Juin - 21:00

Une bulle de chewing-gum éclata, coupant la chique à la chanteuse pop qui s’époumonait à travers les baffles disposés au-dessus des bacs à disques. Toni avait beau apprécier les ritournelles niaises de sa génération – et encore, sans jamais l’avouer ouvertement, plutôt crever – elle n’éprouva aucune espèce de honte à mâcher avec tellement d’obstination, imitant la cadence empruntée par les vaches ruminant dans leur pré avec un talent insoupçonné, qu’elle lui piqua la vedette. Sa salive avait désormais un arrière-goût de fruit beaucoup trop sucré. Et parce que l’avaler n’arrangerait rien à son problème, elle le retira de sa bouche pour s’en débarrasser, et le colla sous un bac en bois élimé. L’air de rien, elle fit un pas de côté pour reprendre ses occupations, son skate-board pendant au bout de son bras. Ses lunettes de soleil rondes à monture métallique empêchant sa longue tignasse brune de lui boucher la vue, fixées sur son crâne comme un serre-tête, elle avait clairement mieux à faire que de se soucier du bruit qu’elle faisait avec sa bouche, ou encore du jugement qui suintait de tous les pores de la peau grasse du client-barbu-et-chevelu qui se trouvait en face d’elle, et qui l’avait prise en flagrant délit d’incivilité. Ignorant le regard sévère qu’il lui adressa à travers ses sourcils broussailleux, elle considéra pendant une fraction de seconde de lui répondre avec le majeur dressé devant son nez, et en lui conseillant de rejoindre sa forêt pour aller y couper du petit bois – espèce de hipster de mes deux ! –, sauf qu’elle avait soudainement entendu la voix de son père se désolant de ses mauvaises manières. Du coup, c’est sur le fil qu’elle se ravisa après l’avoir tout de même gratifié d’un roulement d’yeux ostentatoire. De toute façon, ce n’était pas dans son intérêt de se faire virer de cette boutique empestant la poussière et la prétention. Il n’y avait qu’à voir l’homme qu’elle avait dans son champ de vision, à trois rangées de disques de là, et qui avait l’étiquette « je suis snob, et je le vis bien » collé sur le front.

Seth Coleman, Toni ne le connaissait pas (comme la majorité de la communauté de Fairhope qu’elle avait rejointe il y avait à peine six mois, en définitive). Néanmoins, elle était tombée sur son nom à de nombreuses reprises lors de ses recherches pour The Blood Poetry. Elle avait creusé sans vraiment aller trop loin, la profession de Seth ne faisant pas partie des éléments estampillés « secret défense » de cette affaire qui, si elle la faisait rêver en pleine journée, l’empêchait pourtant de dormir la nuit. Il s’était visiblement chargé des autopsies des premières victimes du Poète avant de raccrocher sa blouse blanche pour faire elle ne savait trop quoi aujourd’hui. Enfin si, elle le savait, et à son grand désarroi. Elle l’avait pris en filature à partir du moment où elle avait compris qu’il lui serait d’une grande utilité – ce n’était pas bien difficile de savoir où il habitait –, et putain qu’il était chiant, ce type ! Il lui donnait l’impression de vivre dans une autre époque, et de se la raconter un peu trop avec ses costumes trois pièces et sa clope meurtrière au bec. Comment un médecin pouvait fumer autant, Toni se l’était demandée sciemment, navrée de pressentir la puanteur du cancer émaner de ses vêtements hors de prix. Elle n’avait donc pas été très étonnée de l’observer en train de se rendre plusieurs fois chez le disquaire de la ville. Un scénariste n’aurait pas fait mieux pour caricaturer ce personnage – car il était un personnage, et un sacré, mais ce n’était pas pour cette raison qu’elle s’intéressait à lui. Contournant le bac derrière lequel elle était restée un moment, elle fusilla du regard le client-barbu-et-chevelu qui continuait à la regarder, et tandis qu’elle lui laissait le temps de se remettre de la grimace puérile qu’elle lui fit en arrivant près de Seth, elle laissa tomber, avec fracas, son skate-board à ses pieds.

« Je sais ce que vous faisiez avant. » Au moins, on ne pouvait pas lui reprocher de tourner autour du pot. Elle aurait bien aimé lui sourire, ou même lui accorder ne serait-ce qu’une attention particulière pour le mettre en confiance, mais l’odeur de son after-shave mélangé à celle du tabac froid lui fit repousser cette démonstration de bienséance. Elle fronça le nez, arborant soudain une expression exagérée de dégoût, et tout en posant un pied sur la planche de son skate, elle baissa la tête vers le bac de disques sur lequel il avait jeté son dévolu. Une moue pleine de scepticisme chassant le reste, elle dit, tout en empoignant le vinyle de Paul Anka qui avait attiré son regard « Vous y croyez vraiment à votre délire à la Mad Men, hein ? J’imagine qu’écouter du jazz, ça va avec la panoplie du parfait macho des années 60. Mais hey, faut vivre avec son temps, Seth. » Elle pouvait parler avec son style pompé aux icones du milieu des années 90 et son attitude je-m’en-foutiste à la Courtney Love. Elle lourda le disque au milieu des autres – il retomba dans un léger bruit feutré qu’elle aurait trouvé réconfortant si elle n’avait pas eu conscience qu’elle n’avait pas le temps de tergiverser « Enfin, j’ai un truc à vous demander à propos de, vous savez… » Elle tourna la tête vers lui pour mieux mimer des boyaux s’échappant de son abdomen, et ce à grands coups de langue pendante, d’yeux révulsés, et de gargouillements gutturaux, digne des meilleurs bruitages de films d’horreur. Elle en rit franchement pendant qu’elle ajoutait « Vous auriez un peu de temps à m’accorder ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

the autopsy of Seth Coleman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» MU seth
» Dread autopsy en V6
» Street Fighter IV: Seth et Gouken jouables!
» Seth - [maelstrom]
» Énigme 382 : Oron et Seth (1)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: the city that we loved :: fairhope avenue-