AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 DEVIL MAY CRY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 504
◆ Arrivé(e) le : 15/02/2017
◆ Âge : 34 ans
◆ Métier : Journaliste pour le Fairhope Tribune (aux bords du licenciement)
◆ Points : 224
◆ DC : n/a
◆ Avatar : Ben Barnes


Sujet: DEVIL MAY CRYMer 28 Juin - 18:18


"Faces in the crowd will smile again,
And the devil may cry at the end of the night"


« Votre ticket ! » aboya Antwon Coffey, le conducteur de bus de la ligne K, avec impatience, levant à demi sa grosse carcasse de son siège en cuir défoncé comme pour donner du poids à son propos. Oscar réprima un sursaut de surprise en portant une main à sa poitrine, puis hochant la tête d’un air embrumé, fronça les sourcils dans l’espoir de contenir une migraine. Il tâta les poches de sa veste à la recherche du titre de transport qui lui coûtait 40 dollars tous les mois, et le passa devant la borne de contrôle sous l’œil invariablement suspicieux de Coffey. Traînant des pieds, Oscar s’avança jusqu’à l’arrière du bus où une foule d’autres passagers s’entassaient déjà en attendant le départ. Il se fraya un chemin entre deux poussettes, deux mères de famille, et quelques sacs de courses surchargés, avant de trouver une place contre la vitre. Elle était fraîche, et il poussa un soupir de soulagement quand il appuya son front dessus. Il était près de quinze heures, et le soleil s’était retiré derrière un voile de nuages lourds de pluie.

Il plongea la main dans la poche de sa veste après avoir calé sa besace en cuir entre ses genoux pour gagner de la place. À la demande de son rédacteur en chef, il avait passé la journée à Mobile. Avec une ponctualité rare, il s’était présenté à l’accueil de la boîte où il était censé rencontrer le coordinateur d’un projet d’urbanisme controversé. Mais le type ne s’était jamais pointé. Il avait bullé pendant plusieurs heures dans le lobby, se plongeant dans le roman qu’il avait emporté avec lui, avant de se faire congédier au milieu de l’après-midi après avoir été informé que le déjeuner d’affaires de Mr. Delaunay s’était « prolongé ». Son nez avait frétillé, mais il n’avait pas pris la mouche. À quoi bon, de toute manière ? Ce n’était pas comme s’il tenait l’article de sa carrière ce jour-là. Alors, il s’était contenté d’arborer un sourire poli. C’était la seule chose à faire. Et puis, il avait été dans les chaussures de cette assistante qui devait se débrouiller pour trouver des excuses à son patron pour des gens comme lui ; alors, il comprenait. Ils avaient prétendu que le mensonge était passé comme une lettre à la Poste, et avaient convenu qu’il rappellerait le lendemain matin pour fixer un nouveau rendez-vous avec cette enflure de français, et il avait pris la route de la gare routière. Là-bas, les lèvres sèches, il avait acheté une flasque de whisky bon marché qu’il avait presque immédiatement transvasé dans son thermos, avant d’y ajouter une bonne quantité de Pepsi pour faire illusion.

Avec la discrétion des habitués, il en but une bonne gorgée avant de se pencher sur sa boîte Gmail. Le bus s’ébranla soudainement, et bientôt, ils s'élancèrent sur l’avenue principale de la ville. Il se rappela la lettre qu’il avait envoyée quelques semaines plus tôt. Rédiger un courrier avait toujours été une tâche délicate aux yeux d’Oscar. Les formules de politesse lui semblaient toujours trop grosses sous la pointe de son stylo noir, trop pompeuses pour être sincères. C’était du léchage de bottes socialement accepté – exigé – et il détestait ça. C’était pourtant la base de la bienséance, et il lui en faudrait pour convaincre Amelia Williams de collaborer avec lui. Mais elle ne l’avait toujours pas rappelé. Il commençait même à douter qu’elle le fasse un jour. Il aurait aimé pouvoir la rencontrer en personne. Aussi étrange que ça puisse être pour un homme qui gagnait son pain en écrivant, il s’exprimait beaucoup mieux à l’oral. Au lieu de ça, il avait dû se contenter de lui écrire un mot, en pattes de mouche, disant : Miss Williams, je m’appelle Oscar Washington, et je travaille pour le Fairhope Tribune. J’aimerai vous rencontrer dès que possible pour m’entretenir avec vous à propos de votre expérience de la police locale et, plus généralement, de l’enquête en cours. Vous pouvez me rappeler au 251 124 – 1990. J’attends votre appel. O.W. Pas de « cordialement », pas de « bien à vous ». Il aurait peut-être dû. Après un long moment de réflexion au cours duquel il but les deux tiers de sa coupe, il décida qu’en arrivant à Fairhope, il irait directement la trouver.

L’école primaire de Fairhope ressemblait à toutes les écoles du même genre. Il y avait un grillage en fer qui ne tarderait pas à recracher une marée de gamins surexcités, un panneau d’affichage informant les parents d’élèves des dernières actualités de l’établissement, et une rangée de boîtes aux lettres s’adressant aux différents services de l’administration. Oscar s’en approcha, les mains enfoncées dans les poches de son jean. La seule chose qui différenciait cette école des autres, c’était sans aucun doute la photo de Rose Howard – et les fleurs et messages de soutien qui continuaient de s’accumuler en-dessous depuis sa disparition. Sa mort, se corrigea-t-il, mentalement, et un poids lui tomba dans l’estomac. C’était incroyable, pourtant, c’était la vérité des choses. Rose, malgré son jeune âge, avait été assassinée par le Poète, et vouée à porter un message qu’aucun ne devrait avoir à transmettre. Il baissa les yeux, coupable. Parce que ce n’était pas pour rendre justice à Rose Howard qu’il était là aujourd’hui – et peut-être qu’il aurait dû. Seulement, une petite voix à l’arrière de sa tête lui murmurait qu’il n’y avait rien à faire pour rétablir le score, ce coup-là. Il n’était pas là pour rendre justice à Rose Howard – il était là pour rétablir la vérité d’Amelia Williams, et ça devrait suffire, quelque part, pour le moment.

« Je cherche Amelia Williams. » annonça-t-il après avoir appuyé sur l’interphone appelant la loge du concierge, sous le regard nonchalant mais attentif des parents qui attendaient leurs enfants. Il pouvait comprendre que, dans ces circonstances, un nouveau visage dans leur foule d’habitués n’était pas franchement le bienvenu – surtout autour des enfants. Le Poète avait tué beaucoup de monde, mais il était aussi venu à bout de la confiance que les habitants s’accordaient autrefois naturellement. À une époque, les étrangers étaient accueillis à bras ouverts, dans cette même ville. Il se rappelait très bien de l’année où il avait emménagé ici quand il était adolescent. Aujourd’hui, les enfants ne traînaient pas dans la rue au-delà de 17 heures, et on voyait d’un mauvais œil les adultes qui leur tournaient autour sans motif valable. « Elle va faire sortir sa classe d’ici quelques minutes. Attendez dehors. » Un déclic caractéristique lui apprit que son interlocuteur avait raccroché sans attendre. Il se passa une main dans les cheveux, et remonta le col de son blouson en sentant une brise se lever. Il prit son mal en patience. La pluie commença à tomber une dizaine de minutes plus tard. Une petite bruine d’abord, puis à grosses gouttes.

« Mademoiselle Williams ? » appela Oscar en apercevant une chevelure blonde qu’il avait repérée à de nombreuses reprises dans les coupures de journaux qu’il avait lue au cours des dernières semaines. Se protéger de la pluie avec son exemplaire du Conte de deux villes, il s’approcha de la grille pour s’adresser à elle sans avoir l’air trop pressant. « Je m’appelle Oscar Washington. Je suis désolé de venir vous trouver sur votre lieu de travail, je vous ai envoyé une lettre il y a quelques temps. On pourrait parler… au sec ? » Il serra les dents pour éviter qu'elles ne claquent.« S'il vous plaît ? Je ne vous demande que cinq minutes. Ça ne vous engage à rien. »

_________________

LIABILITY
They say, "You're a little much for me, you're a liability, you're a little much for me". So they pull back, make other plans, I understand, I'm a liability. Get you wild, make you leave.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t945-oscar-gold-jewelry-shining-so-bright-strawberry-champagne-on-ice#31276

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 1822
◆ Arrivé(e) le : 13/11/2016
◆ Âge : 28 ans
◆ Assoc. des Victimes : Membre
◆ Métier : Professeure des écoles (5th grade)
◆ Points : 1932
◆ DC : Caroline R. Walker
◆ Avatar : Margot Robbie


Sujet: Re: DEVIL MAY CRYDim 2 Juil - 15:51

Quand on était institutrice, il y avait des journées plus difficiles que les autres, Amelia l’avait appris à ses dépens. Aujourd’hui, c’était une de ces journées qui, en plus d’avoir mal commencé pour de sombres raisons, se terminait par un bouquet final impliquant les pépiements insupportables d’une quinzaine d’enfants de onze ans, ou les approchants, enthousiasmés à l’idée de terminer leur longue semaine par un atelier d’Arts Plastiques. Millie adorait ses élèves, Dieu qu’elle les adorait. Parfois, quand elle se laissait tenter par l’introspection, elle se disait qu’ils étaient ce à quoi elle s’accrochait farouchement pour garder la tête sur les épaules et ne pas sombrer dans des divagations impliquant un départ précipité en Europe pour rejoindre ses grands-parents maternels qui lui manquaient terriblement. Elle vivait désormais seule, et l’opinion publique la traitant en véritable pestiférée, elle avait trouvé dans l’enseignement un havre de paix, une porte de sortie qui lui permettait de s’échapper de la folie dans lequel elle avait été propulsé par les accusations faites à son égard. Son travail, c’était tout ce qui lui restait de sa vie d’avant – c’était triste, mais c’était comme ça –, et elle chérissait sa place dans cette école, sincèrement, sans cracher dans la soupe, jamais. Seulement, il y avait des moments où elle aurait donné n’importe quoi pour ne pas avoir à supporter les états d’âme de ces enfants qui la considérait ; au mieux, comme un puits de savoir ; au pire, comme une Barbie-maîtresse à échelle réelle juste bonne à leur donner des devoirs et à les gronder quand c’était nécessaire – sans parler des commentaires qu’elle recevait parfois à la dérobée, et qui venaient sans doute des parents, très peu discrets à l’heure du dîner, quand il s’agissait de critiquer celle qui se chargeait pourtant de l’éducation de leurs enfants. Alors, c’était interdit de le dire, mais pas de le penser : il y avait des journées comme celle-ci où elle avait envie d’en attraper un pour frapper l’autre avec.

Elle en était venue à envisager l’application immédiate de cette méthode on ne peut plus extrême lorsqu’Emilie Sainsbury s’était mise à hurler de sa toute petite voix perchée en déambulant comme une dératée dans l’atelier de peinture, les mains enfoncées profondément dans ses longs cheveux couleur de blé. Peter Stratford avait trouvé hilarant de lui coller des boulettes de papiers mâchés dans les cheveux, ce qui avait terminé d’achever Amelia, déjà aux prises avec un conflit engageant Holly Bellamy et Katie Prescott, campées chacune sur leur position à propos du vol d’un stylo à gel pailleté – c’est elle qui l’a pris, non elle me l’a donné, et bla bla bla, du grand classique. Il s’en était suivie une leçon de morale dispensée par l’institutrice elle-même ; ils rentreraient au collège l’an prochain, pour l’amour du ciel ! Elle n’empêchait pas ses élèves de régresser de temps à autre, se prêtant elle-même à l’exercice avec panache, mais lorsqu’ils mettaient ses nerfs en pelote pour des queues de cerises, elle disait non. L’atelier d’Arts Plastiques avait donc été annulé. Millie avait fait rapatrier sa classe par sa stagiaire, beaucoup plus patiente qu’elle ne l’avait été, cette fois-ci. Elle avait eu besoin de prendre une longue minute pour recouvrer son calme et ses esprits. Les mains fichées sur ses hanches, elle inspira au point de se grandir de quelques centimètres, et refoula la détresse qui remonta le long de sa gorge pour s’y nicher sans lui demander la permission. C’était si difficile, ces derniers temps. Elle ignorait les raisons de ses difficultés – encore que, elles étaient pourtant claires et limpides, compte tenu des derniers évènements –, mais pourquoi avait-elle tant de mal à faire face, comme elle l’avait fait si souvent, depuis cinq ans ? Amelia ferma les yeux en posant une main sur sa bouche, et inspira une seconde fois par le nez pour se donner du courage. Avec un peu de chance, sa stagiaire aurait fait sortir les enfants avant qu’elle n’ait eu les temps de les revoir. Elle ne s’en sentait pas la force, pas en cette fin d’après-midi triste et pluvieuse. Elle fût donc ravie de constater que sa classe était vide lorsqu’elle y entra de nouveau pour rassembler ses affaires avec la ferme intention de ne pas rester ; ses corrections attendront, ce n’était pas pour une fois. Millie voulait rentrer chez elle, et fissa.

Elle se protégea maladroitement la tête avec l’un de ses bras, l’autre étant occupé à tenir son cartable trop lourd, comme à chaque fois. Traversant la cour de l’école en petite foulée, Amelia faillit dépasser la grille sans remarquer qu’on l’appelait, mais elle ralentit au dernier moment pour jeter un regard interrogateur au jeune homme qui s’adressait à elle et qui finit par se présenter. Elle campa sa main sur son front pour faire visière, importunée par les gouttes de pluie qui tombait drues sur son visage. C’était devenu chose courante qu’elle soit ainsi interpelée, et elle se mit à vraiment détester que tout le monde semblât se croire autorisé à venir sur son lieu de travail pour la questionner.

« Je ne me souviens pas. » répondit-elle en amorçant un pas pour partir.
Elle avait reçu nombre de lettres au cours de ces dernières années. Lorsqu’il ne s’agissait pas de factures ou de missives venant de la famille, ils avaient décidé avec Andy que ce serait lui, et lui seul, qui les liraient avant qu’elle ne le fasse. Il faisait donc le tri, et se chargeait de jeter ce qui lui apparaissait comme étant malhonnête, intéressé, ou carrément insultant. En d’autres termes, il avait fini par tout jeter, parfois même sans lui en parler, pour la protéger. Depuis leur séparation, Millie n’ouvrait plus du tout son courrier ; elle recevait toutes ses factures par internet et sa famille s’était mise aux nouvelles technologies, elle aussi. Alors, elle disait vrai en ce qui concernait – comment s’appelait-il, déjà ? Oscar Washington ? –, et de fait, elle le salua d’un signe cordial de la tête, bien décidée à s’en aller. Tandis qu’elle s’arrêtait sur le fil en pensant quand même lui demander quel était le sujet de sa demande, elle remarqua qu’il claquait des dents. Elle soupira intérieurement et s’entendit lui dire à la place :

« Suivez-moi. » D’un signe de tête, elle l’invita à la suivre. Amelia était tellement vidée par le comportement de ses élèves, épuisée par sa journée entre autres, qu'elle ignora les signaux lancés par sa paranoïa. Il pouvait être n'importe qui, après tout ; certain avait perdu la vie pour moins que ça en ville, mais trop fatiguée pour se mettre sur ses gardes, Millie ne s'en soucia pas.
Elle pivota sur ses pieds pour continuer à avancer et se dirigea d’un pas pressé jusqu’à son emplacement réservé. Elle manœuvra habilement pour récupérer son trousseau de clefs dans son sac à main accroché à son épaule, et déverrouilla sa Prius d’un geste souple de la main. Après avoir largué cartable et sac dans le coffre, elle ouvrit sa portière tout en ajoutant à l’adresse d’Oscar « Vous avez de la chance que je sois venue en voiture ce matin. » De nouveau, elle l’invita – à ouvrir la portière du côté passager cette fois –, et disparut aussitôt derrière son volant. Elle attendit qu’il soit assis lui aussi pour reprendre d’un ton où transparaissait l’épuisement « Alors, Oscar. Qu’est-ce qu’elle disait cette fameuse lettre ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t885-amelia-j-williams-diamond-heart#28183 https://scarjohnsson.tumblr.com/

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 504
◆ Arrivé(e) le : 15/02/2017
◆ Âge : 34 ans
◆ Métier : Journaliste pour le Fairhope Tribune (aux bords du licenciement)
◆ Points : 224
◆ DC : n/a
◆ Avatar : Ben Barnes


Sujet: Re: DEVIL MAY CRYLun 28 Aoû - 5:27

Quand elle l’invita à la suivre, il n’obtempéra pas dans la seconde. Sans doute parce qu’il ne s’était pas attendu à ce qu’elle prenne la direction du parking de l’école, mais plutôt celle de la rue commerçante – un espace bien plus fréquenté à cette heure de la journée. Passé l’étonnement, il raffermit sa prise sur la lanière de son sac, enfonça la tête dans ses épaules en ajustant le col de sa veste, et s’élança à sa suite. Il pouvait déjà sentir ses vêtements prendre l’eau, et la sensation d’humidité contre sa peau le fît grimacer. Quand il devînt clair que l’entretien se tiendrait dans la voiture de la jeune femme plutôt qu’ailleurs, Oscar ne se fît pas prier. Il se glissa sans tarder sur le siège passager en se disant que ça ferait très bien l’affaire. Au mieux, elle accepterait sa proposition, au pire, ils n’en auraient pas pour très longtemps. Il poussa un soupir d’aise en claquant la portière derrière lui. La Prius était spacieuse, et respirait le cuir. Il glissa ses doigts dans ses cheveux humides, et les rejeta négligemment en arrière. Le silence s’invita presque aussitôt, tout juste perturbé par le clapotis grandissant de la pluie sur le toit.

« Je suis désolé. » commença-t-il en s’efforçant de pivoter à moitié dans sa direction pour ne pas avoir à tenir toute la conversation au coude à coude. « Croyez-moi, je n’ai pas l’habitude de trouver les gens chez eux, ou sur leurs lieux de travail. Mais après vous avoir envoyé un courrier, je ne savais pas comment vous joindre autrement. » Il avait pourtant cherché son numéro de téléphone dans les annuaires de la ville. Malheureusement, en 2016, les pages blanches étaient complètement ignorées et par leur génération et par la population locale – surtout ces dernières années. Sans grande surprise, personne n’avait envie de mettre son numéro personnel à la disposition du premier cinglé qui le rechercherait ou tomberait dessus. L’alternative aurait été de contacter l’administration de l’école élémentaire où elle exerçait, mais cette démarche lui avait semblé trop poussée, invasive et, de fait, de très mauvais goût. En l’absence de réponse à sa lettre, Oscar n’avait envisagé aucune autre solution que de l’attendre à la sortie de l’école – et celle-ci lui avait traversé l’esprit seulement deux heures plus tôt. Se serait-il accordé davantage de temps pour y réfléchir qu’il aurait probablement abandonné son projet. À la place d’Amelia, il se serait sûrement traité de stalker. Au moins avait-il eu le bon goût de ne pas l’attendre chez elle.

« Est-ce que vous pourriez mettre le chauffage ? » lui demanda-t-il, éludant brièvement sa question avec l’air contrit de celui qui sait qu’il en demande peut-être trop. De nature frileuse, il ne pouvait s’empêcher de frissonner, et le bout de ses doigts avait commencé à se recroqueviller malgré lui. Il songea au thermos qu’il avait descendu bien avant de se poster devant le portail de l’école, pour ne pas attirer l’attention des parents d’élèves, et se dit que son contenu l’aurait sans doute réchauffé agréablement à l’heure actuelle. « Ne vous fâchez pas. » reprit-il après une courte pause en adoptant un accent qui se voulait apaisant. C’était sa chance de faire passer ses intentions de la meilleure manière possible. Il eût une pensée pour cette lettre qu’il lui avait adressée en souhaitant si ardemment pouvoir s’exprimer en face d’elle ; le destin, s’il existait, avait une drôle de manière de bricoler les choses, il fallait le dire. « Je travaille pour la Tribune. Dans ma lettre, je vous demandais si vous pourriez m’accorder de votre temps afin de rédiger un nouvel article à votre propos. »

Quelque part, il existait sans doute une meilleure approche. Une qui n’impliquait pas de se révéler comme faisant partie des médias dès le départ. Mais Oscar aurait trouvé malhonnête de ne pas s’identifier immédiatement comme étant journaliste. Par expérience, il savait que ce genre de déclaration pouvait déclencher des réactions des plus extrêmes, aussi lui laissa-t-il le temps de digérer l’information avant d’éclaircir son point : « Je cherche des témoignages de personnes ayant été accusées à tort d’être le Poète de Fairhope. Vous n’êtes pas la seule, mais vous êtes sans doute l’exemple le plus parlant depuis le début de l’enquête. Vous avez été accusée deux fois… » Il s’interrompit, conscient de s’aventurer sur une pente glissante. Il se passa une main sur le visage, y effaçant quelques gouttes de pluie. La jeune femme avait non seulement été accusée d’avoir assassinée Rose Howard, l’une de ses élèves, mais aussi Ruth Williams, sa grand-mère. Il ne pouvait certainement pas imaginer – ni de loin, ni de près – ce que ç’avait dû être pour elle.

« C’est un sujet délicat. » tempéra-t-il en cherchant son regard. « Mais votre expérience, correctement relatée, pourrait se révéler très importante. Pour vous, pour d’autres. » Il haussa légèrement les sourcils, cherchant le moindre indice sur son visage qui pourrait lui indiquer qu’il marquait des points.

_________________

LIABILITY
They say, "You're a little much for me, you're a liability, you're a little much for me". So they pull back, make other plans, I understand, I'm a liability. Get you wild, make you leave.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t945-oscar-gold-jewelry-shining-so-bright-strawberry-champagne-on-ice#31276

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 1822
◆ Arrivé(e) le : 13/11/2016
◆ Âge : 28 ans
◆ Assoc. des Victimes : Membre
◆ Métier : Professeure des écoles (5th grade)
◆ Points : 1932
◆ DC : Caroline R. Walker
◆ Avatar : Margot Robbie


Sujet: Re: DEVIL MAY CRYDim 17 Sep - 15:16

Millie réussissait parfaitement à se représenter les choses si seulement la situation dans laquelle elle venait de s’empêtrer sans même le savoir avait fait partie d’une réalité alternative, un univers dans lequel elle n’était pas celle qu’elle était, c’est-à-dire une jeune institutrice au caractère doux, respectueux et compatissant. Si en effet elle n’avait pas été celle qu’elle était, mais une version plus dure à cuire, sans pitié et déterminée à ne plus se laisser marcher sur les pieds par quiconque, Oscar Washington aurait terminé son discours sous la pluie battante après qu’elle l’aurait chassé à coup de pied dans le derrière de sa voiture dont elle avait poussé le chauffage au maximum pour le bon plaisir de son interlocuteur. Il avait parlé du journal de la ville, et aussitôt, elle avait flairé l’entourloupe. Comme un animal qui sent le danger approcher, les petits cheveux sur sa nuque s’étaient dressés, la faisant frissonner à sa simple évocation.

Sous la chaleur étouffante se dégageant du tableau de bord, elle se sentit bouillir, et son visage se colora d’une nuance de rose, jurant avec son teint diaphane. Il venait de lui donner une raison supplémentaire d’en vouloir à ses élèves ; en se montrant agités et indisciplinés, ils l’avaient rendue fragile, épuisée par leurs chamailleries, et désormais incapable de se méfier du premier venu qui l’attendait devant l’école en prétendant vouloir lui parler d’une lettre dont elle ignorait tout du contenu. Le contact enclenché, elle plaça ses mains tendues sur son volant toujours immobilisé, au point que ses jointures blanchirent sous la lumière du plafonnier qui s’était allumé dès qu’ils s’étaient installés, et elle se mordit les lèvres avec obstination.
Dans son classement des pires journées de sa vie, celle-ci venait de faire une entrée fracassante à la septième place. Elle soupira, dents serrées, mâchoires saillantes et une colonne d’oxygène invisible fluta par son nez. Elle décida qu’elle n’avait pas besoin de le laisser continuer à s’expliquer, et avec un sourire sardonique inconnu qui laissant planer une ombre sinistre sur son visage toujours joyeux d’ordinaire, elle l’interrompit, le regard planté droit devant elle, à travers le pare-brise constellé de gouttes de pluie :

« Laissez-moi deviner ; vous recherchez des témoignages de personnes ayant été accusées à tort d’être Le Poète. » Jackpot. Sans prévenir, elle tourna la tête vers lui. Ça ne lui faisait pas plaisir d’avoir raison, mais l’expression qu’elle distingua sur le visage du journaliste quand ils récitèrent leur tirade à l’unisson la fit sourire un peu plus fort. Amelia continua, le regard brillant « Je ne suis pas la seule, mais je suis l’exemple le plus parlant étant donné qu’on m’a accusée deux fois. » Elle lâcha son volant, et sa main droite commença à mouliner devant son nez, donnant l’impression de brasser l’air, à l’image du jeune homme qui s’évertuait à lui expliquer ses intentions que là encore, elle réussissait parfaitement à se représenter. Elle roula des yeux pour faire bonne mesure, profondément exaspérée, quand elle s’arrêta brusquement. Son poignet retomba lourdement sur sa cuisse « Mon expérience ? » Elle le couva alors d’un regard peu amène.

Que croyait-il ? Que ce qu’elle avait vécu en tant que suspecte était une promenade de santé, une espèce de randonnée qui lui avait forgé le caractère pour mieux la faire avancer, un rite de passage tordu qui avait pour vocation de lui ouvrir l’esprit sur ce qui l’attendait dans un futur proche ? Voilà pourquoi elle ne se sentait pas l’âme d’être interrogée par les médias de la ville ; leur vision des événements était si romanesque, onirique, qu’elle lui donnait des envies de meurtre – et ça ferait mauvais genre de l’admettre. De ce fait elle prit sur elle, ne fléchissant pas lorsque ses yeux s’attardèrent dans l’examen de ceux d’Oscar. Mélange de stupéfaction et d’exaspération, son regard se verrouilla au sien pendant de longues secondes, tandis qu’à l’extérieur, le déluge continuait de faire tomber un rideaux sombre sur le véhicule qui se retrouva plongé dans une obscurité sommaire, le plafonnier faisait rayonner sa lumière artificielle et orangée dans l’espace confiné qui les séparait.

« Vous êtes quand même franchement culotté. » Elle rompit le contact visuel pour mieux se caler dans son siège qui crissa sous ses fesses, et actionna la commande de démarrage de son véhicule, plus pour se donner bonne contenance que pour amorcer un vrai départ « Ça pourrait être charmant dans d’autres circonstances, mais dans celles-ci, ça vous donne juste l’image d’un putain d’opportuniste. » Langage, Millie. Elle secoua la tête de droite à gauche « Vous savez ce que votre journal à rapporté sur mon compte ? Vous devriez vérifier vos archives de temps à autres, ça vous éviterait de vous placer dans ce genre de situation. Mais je ne vais pas vous apprendre à faire votre métier. Quoi que. » Elle laissa échapper un petit rire avant de, à nouveau, tourner la tête dans sa direction « Je ne suis pas intéressée, sortez. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t885-amelia-j-williams-diamond-heart#28183 https://scarjohnsson.tumblr.com/



 Contenu sponsorisé


Sujet: Re: DEVIL MAY CRY

Revenir en haut Aller en bas
 

DEVIL MAY CRY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Recherche] Musiques de Embodiment of Scarlet Devil avec loop + fadeout ?
» Une compil' Devil May Cry ?
» Remix de Touhou 6 : Embodiment of Scarlet Devil
» [Annulé] BlAcK-DeViL-
» Traduction par Nivii Scarlet Devil Eyes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: the city that we loved :: fairhope avenue :: education-