AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 shut up and dance ∆ oscar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 340
◆ Arrivé(e) le : 31/10/2016
◆ Âge : 31 ans (15/08/85)
◆ Assoc. des Victimes : simple membre, et même pas par bonté d'âme.
◆ Métier : boulangère douée et impliquée, fouineuse à ses heures perdues, ancienne journaliste radio déchue.
◆ Points : 389
◆ DC : Nola
◆ Avatar : Jenna Coleman


Sujet: shut up and dance ∆ oscarDim 2 Juil - 19:54


Shut up and dance
OSCAR + ALBA

« Oscar ? Oscar ! OSCAR ! » Alba manqua de se prendre violemment le coin de la table basse en traversant le salon à toute vitesse. Elle négocia le virage dans le couloir, son collant la faisant glisser sur quelques mètres, avant de se retrouver nez à nez avec le porte de chambre de son colocataire, qu'elle poussa avec énergie sans prendre la peine de frapper. Après tout, ça faisait cinq minutes qu'elle hurlait son nom dans l'appartement...

Sans plus de cérémonie, elle arracha le casque des oreilles d'Oscar, qui tomba mollement sur le lit, diffusant encore une musique qu'elle ne connaissait pas à un volume bien trop élevé à son goût. Comme un tigre en cage, Alba se mit à faire les cents pas dans la chambre, le regard braqué sur le téléphone qu'elle serrait de ses deux mains, jurant et parlant en espagnol, quand elle releva enfin la tête. « J'ai une urgence. T'es mon mec. Non, je veux dire, j'ai besoin que tu sois mon mec. Non, je veux dire, j'ai besoin d'un copain. Non, je veux dire, j'ai besoin d'un copain et il faut que ça soit toi. C'est pour mes parents. Non, je veux dire... » Dépitée, à bout de souffle, les joues rougies et ses mèches brunes volant dans tous les sens, elle s'assit sur le lit et jeta à Oscar le regard d'une désespérée. « Mes parents viennent de m'appeler, ils débarquent dans moins de dix minutes. Elle pouvait sentir le et alors ? menacer, et considérant qu'elle venait de réaliser une intrusion spectaculaire dans la chambre de celui avec lequel elle ne vivait que depuis quelques semaines, ça se justifiait. Mierda, il aurait pu être nu. Soulagée de constater que ce n'était pas le cas, elle dégaina son plus beau sourire. Ils ne sont pas venus à Fairhope depuis un moment, et comme cette année je n'ai pas les fonds nécessaires pour partir au Chili, ils se sont proposés de venir, mais je ne pensais pas que ça serait si tôt. Toujours est-il que pour qu'ils me laissent tranquille, je leur avais dit que j'étais casée. Tu vois le genre, ajouta-t-elle en se doutant qu'il n'en voyait rien, pour une famille d'hispaniques, avoir une fille de trente ans pas encore mariée, ni casée, bref, c'est la cata. Alors je leur ai dit que j'avais quelqu'un. Ce qui est faux, précisa-t-elle en voyant Oscar hausser un sourcil. et donc j'ai besoin de toi pour jouer mon fake boyfriend. En plus, mon mec imaginaire est censé te ressembler. C'est pour ça. Et donc, j'a besoin de toi maintenant. Pour une soirée. » Et, sur ce, elle prit l'air le plus angélique dont elle fut capable. « Je ferai la cuisine pendant une semaine, et la vaisselle, si tu veux. » Ce qui ne lui poserait pas de soucis, sachant que c'était déjà elle qui cuisinait, ayant pris possession de la pièce en question le premier jour. Et ils avaient un lave-vaisselle. Mais elle espérait que Oscar serait ébloui par son sourire pour en oublier les détails du deal, détails qu'il ignorait encore en partie puisqu'elle avait calqué la description de son petit ami imaginaire exactement sur celle de son coloc. Ce qui s'expliquait naturellement par le fait qu'il vivait avec elle et qu'elle l'avait sous le nez tous les jours. Strictement rien d'autre.

L'air satisfaite, sans même attendre un signe d'accord, elle se leva et s'arrêta juste dans l'encadrure de la porte. « Allez debout cariño, fais-toi beau, réunion de crise dans le salon, il faut que je te briefe. Jorge et Gabriela sont des amours mais si tu me traites comme tu traites tes pairs en temps normal je pense pas qu'on aille au bout du déjeuner, et vu le temps que j'y ai passé ce matin, ça m'emmerderait. » Avant de lui adresser un clin d'oeil et de filer finir de se préparer.


Emi Burton

_________________

One track mind one track heart If I fail I'll fall apart Maybe it is all a test Cause I feel like I'm the worst So I always act like I'm the best
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t879-alba-the-path-to-heaven-runs-through-miles-of-clouded-hell

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 504
◆ Arrivé(e) le : 15/02/2017
◆ Âge : 34 ans
◆ Métier : Journaliste pour le Fairhope Tribune (aux bords du licenciement)
◆ Points : 224
◆ DC : n/a
◆ Avatar : Ben Barnes


Sujet: Re: shut up and dance ∆ oscarDim 22 Oct - 19:07

Oscar se rappelait très bien du jour où il avait emménagé avec Alba Montero. Il était tombé sur une petite annonce dans les colonnes de la Tribune et, avant même qu’elle ne soit publiée, s’était empressé d’y répondre. Elle lui avait fait toutes sortes de promesses à base de bonne ambiance, d’apéros, et de respect mutuel de leurs espaces respectifs. En échange, elle lui avait arraché des promesses similaires, et avait manifestement été assez convaincante pour qu’il se décide à apposer sa signature à côté de la sienne sur le nouveau contrat de location qu’elle avait édicté avec leur propriétaire. Sous ses airs de petit dictateur, Oscar l’avait trouvée à croquer.

C’était avant qu’elle ne commence à brailler son prénom à travers l’appartement, attendant qu’il se déplace jusqu’à elle. L’étau d’une migraine de gueule de bois refermé sur la tête, Oscar retira l’oreiller qu’il avait placé au-dessus de sa tête, et se pencha sur un coin de son lit pour tirer son casque de sa table de chevet, déterminé à l’ignorer aussi longtemps que fasse se puisse. « BEAT ON THE BRAT, BEAT ON THE BRAT, BEAT ON THE BRAT WITH A BASEBALL BAT, OH YEAH ! OH YEAH ! » S’il n’avait pas été aussi las, il aurait mis son enceinte en route et se serait levé sur son lit pour imiter de grands moulinets de batte de baseball pour l’accueillir. À la place, il poussa un soupir plaintif et mima le rythme de la batterie sur ses genoux. Il était bien trop tôt pour qu’on le sollicite comme elle le faisait, et dès qu’elle aurait compris qu’il n’avait pas l’intention de bouger d’un iota,  peut-être qu’elle le laisserait tranquille. Ou alors, elle se déplacerait d’elle-même jusqu’à ce qu’Oscar appelait le « côté fun » de l’appartement. À travers le hit des Ramones, il perçut la démarche furibonde de la jeune femme et anticipa une grimace.

« Mais de quoi tu parles ? » Elle ne faisait absolument aucun sens. Il haussa un sourcil, les rouages du cerveau tournant difficilement, sans comprendre un traître mot de ce qu’elle attendait de lui. « C’est parce que tu viens de te rendre compte que tu n’as pas de toy boy sous la main que tu brailles comme ça ? » Il se laissa retomber dans ses oreillers en poussant un soupir de soulagement, comme si l’affaire n’avait, finalement, pas été si capitale – du moins, pour lui. « Inscris-toi sur Tinder. Fais glisser sur la droite, ça ira mieux. »

Il allait se retourner sur le côté pour lui tourner le dos – et, espérait-il, trouver un sommeil un peu plus réparateur que celui qu’il avait eu la nuit dernière – quand elle souleva LE problème qui l’amenait à son chevet à une heure aussi matinale – pour lui. Oscar se redressa sur un coude, tandis qu’une nouvelle grimace se dessinait sur son visage. Il connaissait suffisamment les familles hispaniques – il avait vécu plusieurs années à Madrid – pour savoir qu’elle disait la vérité. « Et t’as dit qu’ils arrivaient dans combien de temps ? Trente minutes ? » Il se glissa en dehors du lit, robe de chambre ouverte, caleçon couvrant sa nudité. « T’aurais pu me prévenir plus tôt, » grommela-t-il en poussant la porte de la salle de bains.

Après avoir pris une douche en quatrième vitesse, avoir brossé ses cheveux, et s’être brossé les dents, Oscar s’aventura dans le salon vêtu d’une chemise bleu marine et du jean le moins délavé qu’il possédait. « Les mères m’adorent » lâcha-t-il pour essayer de la détendre. Il lui prit la tasse de café qu’elle avait dans les mains et en but une grande gorgée avant de la lui rendre comme si de rien n’était. « Qu’est-ce que je dois savoir ? C’est horrible, on dirait qu’on se prépare à affronter l’immigra— ».

On frappa à la porte. Oscar se figea sur place, avant de prendre une grande inspiration et se diriger vers la porte d’entrée, Alba sur les talons. « Ça va te coûter tellement plus que la cuisine » chuchota-t-il précipitamment en jetant un coup d’œil dans l’œilleton où deux figures complètement inconnues mais indéniablement liées à Alba attendaient qu’on leur ouvre. Il se retourna vers Alba et, soudainement, glissa ses mains dans ses cheveux pour leur donner un air plus ébouriffé. « Ne réfléchis pas trop à ce que je vais faire, je nous gagne deux minutes. » Puis, sans attendre une réaction de sa part, il planta un baiser sur ses lèvres. Ça ne dura que quelques secondes, mais l’effet était là. « S’il y a quelque chose que je devrai savoir, tu ferais bien de me le dire tout de suite » la pressa-t-il.

_________________

LIABILITY
They say, "You're a little much for me, you're a liability, you're a little much for me". So they pull back, make other plans, I understand, I'm a liability. Get you wild, make you leave.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t945-oscar-gold-jewelry-shining-so-bright-strawberry-champagne-on-ice#31276
 

shut up and dance ∆ oscar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [DA] Lady Oscar.
» Andrew & Damon || well... we'll just shut up about that night [Hot]
» APHRODITE ♦ shut up baby, i'll kill you. - UC -
» [Oscar Tilage] Les Amazons (humains)
» Oscar le Tétard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: the city that we loved :: fairhope avenue :: résidences-