AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Roulette Russe : Il y a comme anguille sous roche, non ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


avatar

◆ Manuscrits : 3954
◆ Arrivé(e) le : 03/09/2015
◆ Âge : 28 ans
◆ Métier : Lieutenant de police
◆ Points : 4272
◆ DC : Sacha
◆ Avatar : Kate Mara


Sujet: Roulette Russe : Il y a comme anguille sous roche, non ?Ven 22 Sep - 14:26

Il y a comme anguille sous roche, non ?

◆ Feat Morten & Seth ◆


Spoiler:
 

Une seule victime en 2016, plus le temps passe, plus le serial killer semble prendre son temps et savourer ces crimes, à moins que ça ne soit autres choses qui le fasse ralentir la cadence, une maladie peut être ? Parce que du coup, il fait moins la une que les fois précédentes, étrangement, mais ça à l'air de lui convenir. Je ne comprends pas pourquoi il y a moins de victimes, mais peut être qu'il y a une explication, je ne saurais dire. Il y a quelques choses qui me chiffonne sur le rapport d'autopsie de la dernière victime, comme si le crime était imparfait contrairement à tous les autres. Si Adam a été retrouvé vivant, c'était parce qu'il le voulait bien, mais là, quelques choses ne convenait pas, une impression, mais je n'arrivais pas à mettre la main dessus, concrètement. Peut être que je me fourvoyais grandement, je ne saurais dire. Mais cette impression perdurait dans le temps, et plus je lisais ce rapport, plus les doutes étaient grands, mais même après avoir lu des dizaines de rapports, je ne pouvais pas mettre la main dessus, je ne suis pas médecin légiste alors je me posais la question, et si je demandais un avis extérieur ? Je pensais à certaines personnes qui ne sont plus là, mais dont l'avis pourrait être bon à avoir, notamment Seth Coleman, l'ancien médecin légiste, mais pas seulement. Je pensais aussi à Morten Nielsen, professeur en histoire criminelle à l'Université de la ville, un prof que j'aurais sans doute aimé avoir lors de mes études mêmes si je ne le connaissais pas vraiment. Je prenais donc contact avec les deux hommes, et après quelques négociations, j'arrivais à convenir d'un rendez-vous avec les deux, à l'Université de Fairhope, en ce 9 juillet 2016, en début d'après-midi. Ce que je vais leur faire voir est bien entendu confidentiel, j'espère faire les bons choix en leur parlant de ce rapport, mais cela me triture trop, je ne peux clairement pas passer à côté de quelques choses si jamais le Poète a fait une erreur. Nous avons réussi à en apprendre un peu plus sur lui, mais nous sommes toujours dans le flou, et ceci de façon trop importante, il faut que l'étaux se resserre autour de lui, de façon plus visible, et que peut être il se mette à faire plus d'erreur qu'auparavant, pour que nous réussissions à le coincer, une bonne fois pour toute, et que la ville vive simplement au rythme de cette légende pour touristes. Il y en avait d'ailleurs bien trop à mon goût, mais que voulez-vous, outre la plage, ils aiment les choses morbides, surtout que le tour était de plus en plus grand. Le gros des victimes se trouvaient entre fly creek et fairhope avenue, mais la dernière n'avait pas été retrouvé dans ce coin là, mais un peu plus au sud de la ville dans une maison abandonnée de Cowpen Creek. Je ne savais pas si cela avait une signification particulière, on aurait dit que le Poète ne voulait pas que l'on retrouve tout de suite cette victime, comme pour cacher une erreur que le temps aurait pu gommer, une petite erreur sans doute, et celle-ci me semblait transparaître dans le rapport d'autopsie. Je me rendais donc à l'Université, dans le bureau de Morten, c'était l'endroit le plus sûr pour parler de cela, je n'avais pas envie que les bruits s'entendent à propos de ma venue ici, en plus de celle de Seth. Peut être que personne ne le reconnaîtrais lui, mais mon visage était un peu plus connu même si ce n'est pas moi que l'on voit le plus souvent, on peut voir mon visage sur les vidéos que les journalistes filment à l'arrière plan, comme si j'étais devenu une partie du paysage. Il était donc aux environ de 14h quand j'arrivais à l'Université et que je me dirigeais vers le bureau de Monsieur Nielsen. Seth ne devait pas être loin quoiqu'il en soit et cette discussion pourrait être cruciale pour la suite de l'enquête, ou comme bien souvent, elle pourrait ne rien apporter de plus, mais j'avais encore l'espoir que cela change, même si plus personne ne semblait réellement y croire.


 



_________________


Shandra O. SarmoiseLieutenant de Police
Je suis ici depuis mon enfance, et je vois bien que ma ville autrefois calme, n'est plus le même havre de paix qu'autrefois. La faute à ce poète de malheur. Serais-je celle qui réussira à lui mettre la main dessus ? Je ne sais pas, mais j'ai déjà passé trois ans de ma vie à lui courir après, je suis prête à faire encore bien plus même si cela doit me ronger jusqu'à l'os.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t299-shandra-olivia-sarmoise-is-here

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 36
◆ Arrivé(e) le : 16/05/2017
◆ Points : 154
◆ Avatar : Ben Mendelsohn


Sujet: Re: Roulette Russe : Il y a comme anguille sous roche, non ?Dim 24 Sep - 23:23

Si l'ancien médecin légiste et la lieutenant décidaient d'écouter les rumeurs avant de frapper à sa porte, peut-être iraient-ils finalement ailleurs. Beaucoup de ragots au sein de l'université, quelques uns sur lui -et Morten n'avait pas le comportement propre pour les dénier après tout-, quelques uns également sur son antre.
On racontait que dans les tiroirs, des boites de sardines à moitié ouvertes attendaient,. Après tout venant du Danemark il ne devait manger que cela non?Les plus inventifs laissaient tomber les boîtes, prétendaient qu'il y avait des poissons entiers, ça et puis des plantes bizarres aussi. Pour ça que son thé avait un goût dégueulasse....
Oui, le thé était bel et bien dégueulasse, dans les tiroirs cependant, juste des feuilles, des livres, un stylo ou deux essayant de se dissimuler, cela s'arrêtait là. Pas d'odeurs suspectes, rien, néanmoins les chuchotis de couloir s'obstinaient à le présenter comme un excentrique, un fou furieux.
On se moquait des personnes ayant à y entrer, pas vraiment de la méchanceté ici, du moins pas volontaire. Cependant Morten était l'Etranger, un point noir dans le petit univers de Fairhope où même le Poète avait sa place quand Morten arrivait trop tard pour être soupçonné et avec la neige et le vent dans ses mots, comme une faute de goût.
Il laissait faire, s'en souciait peu, car son propre caractère était cruel, aussi Morten comprenait-il l'utilité de tels jeux jusqu'à ce que les choses changent d'elles-même. Qu'un autre Etranger arrive, que la vie de la Ville ait à changer....

Toute la matineé, Morten avait été ailleurs. Aider la police maintenant était une surprise, alors même que le cynisme de Jacob concernant l'enquête continuait à sonner dans ses oreilles comme une cloche de mauvaise augure. Le regard qu'il portait sur les événements resterait celui d'un historien, les statistiques pour lui de trouver un détail compromettant capable de faire avancer l'enquête restaient faibles.
Des choses pouvaient arriver, pourtant des choses arriveraient mais...lesquelles?
Dans sa tête, des phrases qu'il avait écrites un jour, pleines d'adverbes et de mots compliqués, tournures de phrases hésitantes “et si?” “mais peut être?”, jamais de certitudes... C'était cela son univers, son vocabulaire, un historien ne devait pas frayer avec les absolus.

Assis à son bureau, Morten soupira. Dans sa tasse, le thé refroidissait beaucoup trop vite, il préféra se remettre un sucre, adressant une grimace au mug. Un mug jabba the hutt, yeux globuleux, langue pendante, bave à la commissure des lèvres....Une tasse qui allait fort bien avec le goût de son thé. Parce que tous les paquets qu'il achetait semblaient comme tourner d'un coup, périmer sans prévenir...Avec Nielsen, boire de l'alcool devenait ainsi moins dangereux en cas d'invitation. En attendant, il ne quittait pas cette tasse, ne le voulait pas..
Et allons bon, ses pensées s'égaraient encore et lui-même ne buvait toujours pas. L'homme se força à une gorgée puis, impatient, ouvrit la porte comme pour forcer les deux autres à arriver plus vite, couper l'attente.
Etrangement, cela marcha.
Un peu.
Sur son seuil, un bout de femme, le lieutenant Sarmoise ainsi qu'elle s'était présentée au téléphone. Morten hocha la tête en guise de salut, l'invita à entrer

”Prenez un siège, lieutenant... Je suppose qu'il va falloir faire avec un silence gênant quelques instants le temps que le dernier larron arrive, histoire de ne pas avoir à vous répéter.”

Il reprit sa tasse, rebut, remit du sucre. Le dernier, se promit-il.
Il remit encore un sucre.



_________________

If you're not even happy, what's so good about surviving?
We cross our bridges when we come to them and burn them behind us, with nothing to show for our progress except a memory of the smell of smoke, and a presumption that once our eyes watered
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

bad blood - génie de la cb

avatar

◆ Manuscrits : 2350
◆ Arrivé(e) le : 13/11/2016
◆ Âge : 46 ans
◆ Métier : ancien médecin légiste
◆ Points : 2034
◆ DC : Emily
◆ Avatar : Jon Hamm


Sujet: Re: Roulette Russe : Il y a comme anguille sous roche, non ?Mar 26 Sep - 16:57

Depuis qu'il avait arrêté de travailler, c'était à croire que toute la ville s'empressait de lui demander des services. Et gratuitement, en plus de cela. On sollicitait son avis d'ancien médecin légiste à tout bout de champ, alors même qu'il avait précisément quitté son métier pour ne plus avoir à le faire. La situation devait être vraiment désespérée, si l'on en arrivait à mobiliser tous les retraités sur l'affaire. C'était ce que Seth avait répondu en premier lieu, lorsque Shandra l'avait appelé. Elle avait décelé quelque chose dans le dernier rapport d'autopsie, celui de cette victime dont la mort avait fait étrangement beaucoup moins de remous. Apparemment, le corps n'avait pas encore été identifié, et c'était là la seule information qui avait été communiquée par la presse. Le lieutenant voulait donc bénéficier de son expertise, à lui, ainsi que celle d'un type inconnu, dont il avait dû lui faire répéter plusieurs fois le nom. Bon.
Il ne pouvait pas tout à fait lui en vouloir ; lui-même avait déjà rencontré ce type, Haynes, qui le remplaçait en tant que médecin légiste attitré aux victimes du Poète. Et il était évident que personne n'avait envie de demander des faveurs à ce type : il semblait à peu près aussi chaleureux et sympathique qu'un rasoir. En outre, il s'entendait plutôt bien avec la femme flic, à l'époque. Du moins, ils échangeaient le minimum de mots amicaux nécessaires pour entretenir une bonne relation entre collègues. C'était finalement pour cela qu'il avait accepté.

Et c'était donc pour ces raisons qu'il se retrouvait à transpirer dans sa chemise, lunettes de soleil sur le nez, dans la chaleur suffocante du mois de juillet. Marcher dans les rues éclatantes de Fairhope devenait une épreuve à la limite du raisonnable, et il eut l'impression qu'il allait fondre avant d'avoir atteint les portes de l'université. Pour ne pas arranger les choses, l'ancien légiste était contraint de se frayer un chemin parmi les nombreux touristes qui affluaient, armés de leurs plus belles casquettes et de leurs appareils photos rutilants, brochures à la main. Une quinzaine de minutes passées à jouer des coudes au milieu de cette foule, tel un saumon qui tenterait de remonter le courant d'une rivière bariolée et assourdissante, suffisaient à vous dégouter de l'espèce humaine. Et plus encore lorsque l'on devinait la raison de la venue de tous ces étrangers, attirés par la morbidité, comme si tout cela était un jeu ; c'était indécent, dégueulasse, et il ne comprenait pas pourquoi ni la police, ni l'association des victimes du Poète ne réagissaient.
Il finit tout de même par pénétrer dans l'Université, retrouvant avec soulagement un peu de fraîcheur ombragée.  Avec le sentiment tenace d'avoir réchappé des Enfers.
Ce Morten Nielsen, il ne le connaissait pas. Mais Shandra lui avait expliqué qu'il enseignait en tant qu'historien dans la filière criminologie. Le fait que l'Université de Fairhope comporte une filière criminologie lui avait d'ailleurs toujours semblé particulièrement ironique. La ville était en passe de devenir une source d'inspiration, une attraction sur le thème du meurtre : le Poète y avait apposé son nom, et transformé toute son identité. Nulle doute que l'on n'avait pas encore fini de lui demander des services liés à son ancien métier.

Seth frappa à la porte du bureau, puis il entra. En retrouvant Shandra, personne sympathique aux premiers abords mais qu'il rangeait tout juste dans la catégorie des connaissances, et cet inconnu qui semblait mettre un point d'honneur à ne pas paraître accueillant, il se demanda ce qu'il faisait là. Comme lorsque l'on hésite à se rendre à un rendez-vous qui s'avère d'emblée embarrassant, il pensa un moment à trouver une excuse, à préciser qu'il passait « en coup de vent ». Comme si son quotidien était rempli de choses plus urgentes et importantes que de résoudre des énigmes liées à l'affaire. Évidemment, il laissa tomber cette idée, et se contenta de saluer brièvement ses interlocuteurs, avant de s'asseoir dans le siège qui se trouvait à côté de la jeune femme. Heureusement, une personne parmi eux savait au moins précisément pourquoi ils se trouvaient là, et après les avoir observé un moment tous les deux, Nielsen le grand type sec, Sarmoise le lieutenant au regard songeur, il brisa le silence :

- Bon... Maintenant qu'on est tous là, Shandra, je suppose que c'est à toi de commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t884-seth-coleman#28384


avatar

◆ Manuscrits : 3954
◆ Arrivé(e) le : 03/09/2015
◆ Âge : 28 ans
◆ Métier : Lieutenant de police
◆ Points : 4272
◆ DC : Sacha
◆ Avatar : Kate Mara


Sujet: Re: Roulette Russe : Il y a comme anguille sous roche, non ?Mer 4 Oct - 16:45

Il y a comme anguille sous roche, non ?

◆ Feat Morten & Seth ◆


Plus le temps passait, plus l'espoir de trouver le Poète semblait mince, de plus en plus mince, pour ne pas dire dérisoire, car il semblait être tout simplement intouchable, il semblait impossible à avoir, comme s'il était doté d'une intelligence bien supérieure à la moyenne avec des connaissances étonnantes pour tuer sans se faire remarquer ou presque. Pourtant, quelques choses me chiffonnait avec sa dernière victime, la seule de l'année pour le moment, ce qui était encore plus étrange. Alors, j'avais décidé de faire appel à une vieille connaissance, l'ancien médecin légiste, ainsi qu'un professeur qui semblait avoir des connaissances qui pourrait nous intéresser. Bien entendu, la réputation Morten Nielsen n'était pas la plus brillante qui soit, mais c'était bien le cadet de mes soucis, peu importe qu'il soit mauvais ou bon pédagogue avec ces élèves, moi, ce que je voulais s'était son avis d'expert, un avis qui pourrait éclaircir peut être certaines choses, ou pas du tout, mais cela n'avait pas d'importance, même si c'était un coup pour rien, un coup d'épée dans l'eau, j'aurais tenté quelques choses, de nouveau, que l'on a encore jamais fait jusqu'à présent. Je me trouvais devant le bureau du professeur, j'allais frapper lorsque celui ouvrit la porte. M'avait-il seulement entendu ? Ou bien l'ouvrait-il parce qu'il commençait déjà à s'impatienter ? Peut être un peu des deux, mais cela n'avait pas guère d'importance. Il m'invita à prendre place, mais je n'allais pas rester assise, je préférais rester debout, comme si cela allait m'aider à réfléchir. Lui, il buvait du thé, ou plutôt cela ressemblait à du sucre au thé plus précisément.

" Je ne vois pas en quoi le silence est vraiment gênant, mais nous pouvons faire plus ample connaissance, histoire de connaître un peu plus l'interlocuteur qui va nous faire face, mais c'est comme vous le désirez, je ne vais point vous forcer à agir de la sorte. Quoiqu'il en soit Monsieur Coleman ne devrait pas tarder à arriver rassurez-vous. "

Une histoire de minutes sans doute, puisque j'étais à peine en avance sur l'horaire convenu pour notre petite réunion morbide. En effet, Seth ne tarde pas à arriver, frappant à la porte avant de rentrer à l'intérieur de la pièce qui allait être le QG de réflexion des prochaines heures, ou peut être seulement des prochaines minutes, allez savoir. Il m'invita donc à parler du pourquoi de leur présence ici.

" Oui, tu as raison. Alors, déjà je compte sur votre discrétion à propos de tout cela d'accord ? Parce qu'en théorie vous n'êtes pas sensés voir ou savoir les prochaines choses que je vais vous dire. "

Mon regard est ferme, et je regarde les deux hommes pour leur faire comprendre que tout cela n'est pas à prendre à la légère, vraiment pas.

" Comme vous devez le savoir, une victime a été trouvée récemment. Cela a fait la une des journaux mais nous n'avons que très peu communiqué à ce sujet, et pour cause, elle est toujours non identifiée. Le quarantenaire a été retrouvé dans une maison abandonnée qui ne lui appartenait même pas, personne n'a réclamé le corps, ce type est tout simplement un inconnu, un mystère de plus à ajouter sur la long liste du Poète. Mais il y a quelques choses qui cloche dans le rapport d'autopsie de ce John Doe. Comme si le Poète avait changé un ingrédient dans sa façon de faire, comme si peut être quelqu'un s'amusait à le copier. Je vous ai fait une copie du rapport, je vous laisse quelques minutes pour que vous en preniez connaissance Morten et Seth. Dites moi ce que vous en pensez, de votre point de vue plus extérieur à l'affaire. "

Je leur donnais donc la copie de ce rapport que je connaissais à présent presque par coeur. Je voulais leur avis, à voir qui de Morten ou de Seth serait le plus prompt à me répondre, en espérant trouver quelques choses, en espérant pouvoir leur faire confiance également.
 



_________________


Shandra O. SarmoiseLieutenant de Police
Je suis ici depuis mon enfance, et je vois bien que ma ville autrefois calme, n'est plus le même havre de paix qu'autrefois. La faute à ce poète de malheur. Serais-je celle qui réussira à lui mettre la main dessus ? Je ne sais pas, mais j'ai déjà passé trois ans de ma vie à lui courir après, je suis prête à faire encore bien plus même si cela doit me ronger jusqu'à l'os.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t299-shandra-olivia-sarmoise-is-here

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 36
◆ Arrivé(e) le : 16/05/2017
◆ Points : 154
◆ Avatar : Ben Mendelsohn


Sujet: Re: Roulette Russe : Il y a comme anguille sous roche, non ?Mer 25 Oct - 16:38

Bon, la lieutenant avait du verbiage, un peu trop peut-être quand Morten préférait les personnes plus directes et les réponses capables d'aller avec. Et puis, faire connaissance, vraiment? La police avait un dossier sur lui, chose on ne peut plus normal au vu des des demandes déjà effectuées à leur niveau pour de possibles renseignements sur son travail universitaire, il n'y avait rien à dire de plus.
Et puis ce fit au dernier arrivant de venir, Morten le salua légèrement alors qu'il se saisissant dans le même temps d'un papier et d'un stylo afin de prendre des notes au besoin. Le numéro d'intimidation de la gamine n'était pas vraiment utile, Morten avait déjà signé un papier quant à sa confidentialité dans plusieurs points de l'affaire, et malgré tous ses défauts, le danois n'était pas du genre à vendre son âme aux journalistes.
Il se concentra sur la description de la victime, écouta tout en son entier et commença à parler à son tour.

”Ce John Doe... l'autopsie a-t-elle montré des signes pour vous faire identifier son style de vie? Un foie cirrhosé, des infections nons soignées...quelque chose pour le désigner comme un vagabond ou un SDF ou, en dehors de ce qui est relié au crime, tout est normal?”

Les U.SA n'étaient pas le Danemark, beaucoup de personnes choisissaient de vivre ici un style de vie différent, de tout abandonner, laisser derrière eux. Parfois, ils ne choisissaient rien du tout, c'était la crise qui décidait, ou bien la vie, un retour à soi impossible après un retour au pays comme le montrait la situation de biens d'anciens soldats. Quarante ans, on commençait à porter quelques stigmates à cet âge, et morten pensa à sa propre personne avec un grincement. Une vie à l'extérieure laisserait donc des marques plus voyantes que sur d'autres.
Il continuait de froncer les sourcils un peu, remercia Shandra tandis qu'elle leur passait les dossiers, commença à lire tout en continuant ses propres réflexions.

”Il n'est pas rare qu'un tueur en série change son mode opératoire, plusieurs facteurs peuvent être en cause: le manque de temps, l'arrivée de possibles remords poussant le meurtrier à envoyer des messages subliminaux à la police, une prise de confiance au contraire, ou bien un lien différent avec la victime ou le fantasme qu'il a de sa victime.”

Bien des assassins pensaient ainsi ne pas tuer la pauvre lycéenne joggeuse du coin, mais leur mère castratrice parce qu'elles portaient le même rouge à lèvres. Pour tenter la métaphore de mauvais goût, un tueur en série était comme un cuisinier: quand il constatait qu'il maîtrisait la recette, il pouvait se permettre d'expérimenter.
Ce qui intéressait Morten cependant, c'était l'attachement au monde littéraire que cultivait le poète, quelque chose lui soufflait que la frontière entre fantasmes et réalité serait difficile à saisir pour s'accorder à la psyché d'un tel être.

”Jack l'Eventreur est un bon exemple, sa troisième victime, Elizabeth Stride, fut simplement égorgée par manque de temps. Il se rattrapera plus tard avec Catherine Eddowes... Et puis il y a la cinquième, Mary Jane Kelly, éviscérée chez elle quand toutes les autres se trouvaient à l'extérieur. Sa dernière victime recensée bien que certain affirment qu'elle ait été celle d'un copycat.”

Hors là, les différences ne semblaient pas aussi voyantes...

”S'il s'agit du poète, lieutenant, on peut s'attendre à plusieurs schémas: soit quelque chose ou quelqu'un l'a dérangé lors de ce meurtre, en ce cas il se vengera sur sa prochaine victime, soit il cherche à endormir votre méfiance en vous poussant vers de fausses pistes. Malheureusement, votre tueur semble assez intelligent pour cela....Si cela est un copycat en revanche, gardez en mémoire que s'il utilise des éléments semblables au Poète, ceux-ci n'ont absolument pas la même signification puisque l'esprit n'est pas le même. La question est donc de savoir s'il y a ou non un rébus à déchiffrer ici...”

_________________

If you're not even happy, what's so good about surviving?
We cross our bridges when we come to them and burn them behind us, with nothing to show for our progress except a memory of the smell of smoke, and a presumption that once our eyes watered
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

bad blood - génie de la cb

avatar

◆ Manuscrits : 2350
◆ Arrivé(e) le : 13/11/2016
◆ Âge : 46 ans
◆ Métier : ancien médecin légiste
◆ Points : 2034
◆ DC : Emily
◆ Avatar : Jon Hamm


Sujet: Re: Roulette Russe : Il y a comme anguille sous roche, non ?Jeu 23 Nov - 0:00

Il s'abstint de lever les yeux au ciel. En ce qui concernait la confidentialité de cette affaire, Seth était déjà parfaitement averti ; son propre enquêteur de fils se retenait de lui en confier les derniers détails. Même à l'époque où son travail avait été étroitement mêlé aux crimes du Poète, lorsqu'il se rendait sur les scènes de crimes, parfois, puis inspectait à nouveau le cadavre sur sa table d'autopsie, certains aspects de l'enquête lui étaient encore dissimulés. Après tout, c'était ça son travail : il observait, ouvrait, observait plus profondément encore dans ces entrailles inconnues; et puis, il livrait son rapport. Voilà. Net, mais jamais concis. Contrairement à celui qu'il tenait entre ses mains. Son regard parcourait les lignes de textes, s'arrêtait sur quelques mots qu'il savait déchiffrer. Mais tout ce que cela lui évoquait, c'était une surface parfaitement lisse, sans aspérités, à laquelle on ne pouvait rien accrocher ni rien comprendre. Et tandis qu'il tournait les pages de ce dossier peu fourni, il se demandait : Était-ce volontaire ?

Le professeur parlait, à présent, et ses réflexions étaient parfaitement censées. Un homme logique, et un homme cultivé, ce qui était tout de même un minimum requis pour exercer cette profession. Il démontrait donc l'étendue de son savoir, en évoquant Jack L'Eventreur, et Seth l'écouta dérouler le fil de ses pensées sans l'interrompre. Lui, il n'était ni historien, ni profiler. Il ne savait d'ailleurs même pas si un profil psychologique avait été établi par qui que ce soit dans le cas du Poète, et s'il paraissait plausible que celui-ci change de méthode parmi tous ces crimes qui obéissaient jusqu'alors à certaines règles. Comme un rituel obsessionnel qui ne pouvait en aucun cas être changé : la drogue, le message écrit sous la contrainte, la présence d'un livre et d'un stylo, le coup sur la tempe et puis, la signature. Cette petite croix tracée sur la tempe de chaque victime lui avait fait un drôle d'effet, la première fois qu'il l'avait vue. Elle marquait indifféremment les cadavres comme on l'aurait fait avec du bétail. C'était une provocation, aussi : l'annonce que cette croix n'allait pas être la dernière. Après ça, dix autres cadavres avaient suivi.
L'ancien légiste sortit finalement de son silence, réagissant aux premières paroles de Morten Nielsen : « C'est bien le problème justement. Tout est normal. Il n'y a absolument rien de spécial dans cette autopsie. » Il écarta les papiers imprimés sur le bureau avec un geste vague. « Pour identifier un corps, il aurait fallu pousser beaucoup plus loin. Et j'ai rarement vu un rapport aussi peu détaillé. »

Il se tourna alors vers Shandra, songeur. Attendant presque une réponse de sa part à cette dernière affirmation. Ce qui clochait le plus, selon lui, et pour reprendre les mots qu'elle avait elle-même prononcé, c'était ce rapport d'autopsie. Ce n'était donc pas le Poète qui le préoccupait à présent, mais le flou artistique qui entourait ce nouveau crime.
« D'abord, on a ces changements dans le mode opératoire du tueur : une victime retrouvée dans une maison abandonnée et non plus dans un lieu qui lui était familier, contrairement à toutes les autres. Aussi, les mots sont gravés dans ses mains, ce qui signifie qu'il ne tenait pas de livre, ni de stylo, et c'est la première fois que ce n'est pas le cas. » Il fit une pause à ce moment-là, parce qu'il pensait que cet élément était important. « En plus de cela, cette personne est totalement inconnue. Rien ni personne qui puisse l'identifier, dans une ville qui n'est pas si immense ; c'est donc possiblement un vagabond, comme le suggère Mr Nielsen. Mais, pas de chance, ce rapport d'autopsie complètement vague ne nous permet pas de le confirmer, et encore moins d'aider à l'identifier. On apprend pourtant beaucoup de choses, en observant un seul corps. »

Seth n'insinuait rien de précis ; seulement, plus il avançait dans son énumération de tout ce qu'ils savaient à propos de ce crime, moins tout cela lui semblait cohérent. Après tout, c'était bien parce que le lieutenant avait eu la même impression qu'elle était venue les retrouver. Tous ces détails formaient de drôles de coïncidences. Immobile, le visage concentré, il réfléchissait. Ils avaient tous le visage un peu ramassés par cette réflexion, d'ailleurs ; à chercher ce qui leur échappait.
S'il avait pu, il aurait bien aimé rencontrer le médecin légiste qui avait été à l'origine de ce rapport bâclé, ou voir quelques photos de la scène de crime. Évidemment, c'était impossible. Mais il releva les yeux vers la jeune femme, toujours avec un pressentiment :

« Ce corps, tu l'as vu de tes propres yeux, Shandra ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t884-seth-coleman#28384


avatar

◆ Manuscrits : 3954
◆ Arrivé(e) le : 03/09/2015
◆ Âge : 28 ans
◆ Métier : Lieutenant de police
◆ Points : 4272
◆ DC : Sacha
◆ Avatar : Kate Mara


Sujet: Re: Roulette Russe : Il y a comme anguille sous roche, non ?Jeu 23 Nov - 21:09

Il y a comme anguille sous roche, non ?

◆ Feat Morten & Seth ◆


L'avertissement concernant l'enquête n'était peut être pas forcément la chose la plus utile, mais je ne pouvais pas passer à travers cela même s'ils ne sont sans doute pas du genre à divulguer ces informations, nous ne sommes jamais trop prudent à vrai dire. J'en venais donc aux faits, concernant notre inconnu. Il était à n'en pas douter une victime du Poète même si plusieurs points divergeaient par rapport à ces habitudes, pour moi c'était une victime du Poète même s'il manque clairement des choses. Le premier a prendre la parole fut donc Morten. Il me parla alors de signes distinctifs que pourrait avoir cet inconnu, pour tenter de savoir s'il était un vagabond, peut être que son foie était malade, ou quelques choses comme ça, mais il n'y avait rien d'anormal, comme si ce type était sortie de nul part, car dans les registres il n'y avait rien sur lui, pas de relever dentaire, pas de permis de conduire, comme s'il n'avait jamais existé, comme si vraiment c'était un type qui avait été presque fabriqué et déposé ici par le Poète, raison pour laquelle peut être il avait fait récemment peu de victimes, une hypothèse folle mais qui pourrait avoir du sens finalement, n'est ce pas ? Oui, comme beaucoup d'autres malheureusement, comme presque chaque théorie émise. Pour le moment, je ne disais rien, je le laissais parler, et ensuite, je laisserais parler Seth qui avait sans aucun doute des choses à me dire, à n'en pas douter. Morten pensait que peut être le Poète avait été gêné durant le meurtre ou quelques choses comme ça. Puis il parla de Jack L’Éventreur. Le Poète était à mon sens bien pire que lui, plus insidieux, plus malin encore, car il semble avoir toujours plus d'un coup d'avance sur nous et puis il y a ce cadavre là, qui est de son cru, assurément, mais qui est quand même différent, c'était presque incompréhensible tout cela. Est ce que nous pouvions avoir à faire à un imitateur ? L'hypothèse ne tenait pas selon moi, car ce cadavre semblait être comme le début d'une nouvelle phase pour notre tueur. Morten en avait fini dans un premier temps alors Seth pris le relais et constat comme moi qu'il n'y avait rien dans ce compte-rendu d'autopsie, comme s'il avait été falsifié peut être ? Le médecin légiste serait-il de mèche avec le tueur ? Cette hypothèse m'avait effleuré l'esprit, car il est bizarre, on dirait qu'il vous une passion pour le tueur, c'est morbide, mais en même temps pour faire ce métier, il doit falloir avoir une case en moins. Je ne parlais pas pour Seth cela dit qui semblait tout à fait normal par rapport à notre médecin légiste actuel. Est ce qu'un vagabond dans la ville de Fairhope passerait si inaperçu que cela ? Il n'y en a pas tellement, malheureusement, peut être qu'il faudrait tenter de creuser de ce côté. Les hypothèses étaient toujours plus nombreuses, la liste des questions toujours plus grandes, les réponses toujours aussi peu présentes. C'est alors que Seth me pose une question, est ce que j'ai vu le corps ?

" J'ai vu le corps, comme tous les autres malheureusement. Je les ai vu sur leur scène de crime, j'ai vu comment le Poète les avait placés, j'ai vu tout ça. Peut être que si cette fois il n'y a pas de livres, ni de stylo, c'est parce que le Poète a directement mis sa phrase dans les mains de la victime. D'habitude, c'est ailleurs sur le corps, jamais cela ne s'est retrouvé sur les mains. Mais tu as raison Seth, tu as les mêmes doutes que moi à propos de cette autopsie, cela est léger, le médecin n'est pas allé en profondeur clairement. Je me demande si cela n'est pas volontaire. A moins que ce corps soit vraiment vide d'indice, et que le Poète a agit de la sorte pour nous perturber. Et si ce John Doe n'était pas un habitant de la ville ? Parce que s'il était un vagabond, n'aurait-il pas dossier dentaire ou un permis de conduire, même si cela est dans un autre état ? Le type n'a pas été si amoché que ça pour qu'on ne le retrouve nul part. Si sa tête avait été massacrée, je ne dis pas, mais là, c'est juste un caucasien dans la quarantaine, que personne n'a réclamé. En tout cas, c'est bien l'oeuvre du Poète, j'en suis persuadée, c'est son style malgré certains points différents. Il y a des détails qui n'ont jamais filtré, il est impossible au commun des mortels de les connaître. "

De là, à dire que le Poète fait partie des forces de police il n'y a qu'un pas, que je ne franchirais pas encore. Qu'il possède un complice dans la police est déjà difficile à potentiellement accepter, mais que le Poète soit depuis le début à nos côtés, j'ai du mal à y croire. C'est le flou total, il y a des hypothèses, mais aucune certitude comme depuis le début de l'affaire en janvier 2012, comme depuis plus de 4 ans.

 



_________________


Shandra O. SarmoiseLieutenant de Police
Je suis ici depuis mon enfance, et je vois bien que ma ville autrefois calme, n'est plus le même havre de paix qu'autrefois. La faute à ce poète de malheur. Serais-je celle qui réussira à lui mettre la main dessus ? Je ne sais pas, mais j'ai déjà passé trois ans de ma vie à lui courir après, je suis prête à faire encore bien plus même si cela doit me ronger jusqu'à l'os.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t299-shandra-olivia-sarmoise-is-here



 Contenu sponsorisé


Sujet: Re: Roulette Russe : Il y a comme anguille sous roche, non ?

Revenir en haut Aller en bas
 

Roulette Russe : Il y a comme anguille sous roche, non ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: the city that we loved :: fairhope avenue :: education :: FSCC-