AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 James W. Herondale (Victime)- "Whatever you are, be a good one."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité


 Invité


Sujet: James W. Herondale (Victime)- "Whatever you are, be a good one."Dim 10 Mai - 19:21

James William Herondale

◆ "No matter how fast light travels, it finds the darkness is always there first."
- Terry Pratchett ◆


   

◆ 08/08/80 - 34 ans
◆ De sa naissance jusqu'à ses 17 ans. Il est revenu à Fairhope en 2012.
◆ Américain
◆ Milliardaire/Directeur de plusieurs start-ups qui conçoivent des programmes informatiques  ensuite vendus dans le monde entier.
◆ Célibataire convoité
◆ Bisexuel (mais n'est pas sorti avec un homme depuis le lycée)
◆ Overjoyed
◆ Henry Cavill

entre les lignes

L'affaire : James fut la victime du Poète le 4 octobre 2014. La police est au courant et il y a eu quelques fuites auprès des journalistes qu'il a toujours refusé de renseigner. Hélas, son statut de milliardaire en fait quelqu'un dont la presse aime parler.

Caractère : James n'est pas le fils-à-papa arrogant auquel on peut s'attendre lorsque l'on apprend qu'il est à la tête d'une fortune s'élevant à plusieurs milliards de dollars. Cet argent n'est pas tombé du ciel. Son histoire était celle d'une success story à l'américaine : le nerd boutonneux d'Alabama qui devient programmateur puis lance une start-up qu'il clone jusqu'à diriger une petite armée de concepteurs de programmes doués et désireux de faire fructifier l'entreprise de ce patron tellement sympathique et honnête. C'est la réputation de James. Celle d'un homme digne, fairplay, stratège, posé et extrêmement intelligent. A l'écoute des autres et toujours dans l'optique que tout le monde y trouve son compte. Il s'énerve rarement et affiche le plus souvent un air impassible, une ébauche de sourire au coin des lèvres.
Depuis que le Poète s'en est pris à lui, James est devenu néanmoins obsédé par ses faiblesses physiques et essaye de s'en émanciper en allant parler régulièrement à un psychologue.

À savoir : James a conçu des programmes utilisés par la Homeland Security, la CIA et plus généralement par le gouvernement américain - Il marche avec une cane depuis l'accident de voiture qui a coûté la vie à ses parents - Il n'aime que ce qui est salé - Il ne tient pas très bien l'alcool - Il suit la NHL avec grand intérêt - Au lycée, il est sorti discrètement avec un de ses camarades de classe (Mike Sanders) - Il fait beaucoup de musculation pour se changer les idées - Il ne sort jamais avec des bimbos car il sait que ce genre de filles ne se seraient jamais intéressées à lui du temps où il était un nerd boutonneux sujet aux railleries au lycée - Il parle couramment cantonais.



derrière l'écran

Pseudo : Vio.
Âge : ..... 26 ans.
Déjà un compte ici ? : Nop.
Code du règlement : OK by Tobias.
Où avez-vous connu le forum ? : My girlfriend wanted us to come here.
Un commentaire ? : J'adore votre design et votre code.

© potterbird
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: James W. Herondale (Victime)- "Whatever you are, be a good one."Dim 10 Mai - 19:21

once upon a book

   
◆ "The past is never dead. It's not even past." - W. Faulkner ◆


   
Extrait du livre de management The only way to win de James W. Herondale : « Peu importe d'où vous venez et ce que vous avez été, peu importe même ce que vous êtes actuellement, c'est toujours à vous de décider ce que vous allez faire à partir de demain. Il n'y a pas de rêves trop absurdes ou d'ambitions trop grandes. Ceux qui le prétendent n'ont simplement pas le courage nécessaire au changement vers ce qu'ils voudraient être. »

Ces affirmations pourraient être celles d'un beau-parleur si James n'était pas une preuve vivante de ce qu'elles avançaient. Natif de la petite ville de Fairhope dans l’État de l'Alabama, il eut une enfance tout ce qu'il y avait de plus classique. Son père était représentant en aspirateurs et sa mère secrétaire dans un cabinet médical. Il fut le dernier né d'une famille de quatre enfants. En effet, monsieur et madame Herondale eurent le bonheur d'accueillir avant lui trois filles, des triplés, prénommées Clare, Megan et Alice.
James fut un jeune garçon effacé et silencieux, doué pour comprendre le fonctionnement des choses, souvent d'une grande complexité technique. Président du club de sciences et du club d'échecs au collège, il ne comptait pas vraiment parmi les jeunes les plus cool mais il s'en moquait bien. Son meilleur ami était un garçon de son âge prénommé Mike Sanders et tant que lui l'appréciait, c'était l'essentiel. Les deux garnements firent leur scolarité ensemble dans l'amitié complice la plus parfaite jusqu'à un soir de leur deuxième année de lycée où ils révisaient chez les Herondale. C'est dans l'intimité de la chambre de James que ce dernier suivit un élan de son courage en embrassant le blondinet sur les lèvres. Sans préméditation, sur l'inspiration du moment. Il y avait peut-être des années qu'il avait commencé à ressentir quelque chose de plus confidentiel que de l'amitié pour le jeune Sanders, sans jamais parvenir à mettre le doigt sur un mot qui décrirait ce sentiment nouveau avec exactitude. Il le pouvait maintenant qu'il avait grandi. C'était de l'amour. Heureusement, son pari risqué se solda pas un succès puisque son camarade répondit avec avidité au baiser, lui donnant un autre, refermant maladroitement les livres de cours qui les empêchaient d'être physiquement proches et les poussant jusqu'à ce qu'ils tombent du lit et rappellent leurs propriétaires à la réalité. Mike et James vécurent une relation secrète, se souriant toujours à l'école et se rejoignant après la sonnerie pour explorer leurs sentiments et leurs corps ensemble. Plusieurs fois, leurs parents ou des amis furent à deux doigts de les démasquer... mais non, personne ne sut. James était déjà le souffre-douleur des stars du football parce qu'il était maigre, pâle, boutonneux, avec un appareil-dentaire immonde et des lunettes à grosses montures. Il n'avait pas vraiment besoin de rajouter gay à la liste des raisons pour laquelle ces décérébrés se moquaient de lui. Lors du bal de la dernière année de lycée néanmoins, les deux garçons se firent la promesse de danse ensemble. De toutes façons, ils ne devraient pas revoir ces mecs trop bêtes pour aller à l'université alors qu'est-ce que ça pourrait faire ? James avait été admis au MIT et savoir qu'il ne verrait plus Mike que pour les vacances lui déchirait déjà le cœur.
Hélas, il n'eut ni l'occasion de danser avec son petit-ami ni d'aller à l'étudier au MIT car le soir du bal, sa vie fut une première fois bouleversée de manière irrévocable. Ses parents s'étaient proposés pour le conduire à la salle de fête en voiture, dans son beau costume noir loué dans une boutique en ville. Son cœur battait à cent à l'heure à l'idée de retrouver Mike et de le tenir par la main devant tout le monde. Il pouvait le faire. Il n'allait pas se dégonfler. Quand Mike était avec lui, il n'avait peur de rien. La voiture des Herondale eut la malchance de se faire percuter par un camion en fuite, la police aux trousses. L'avant du véhicule fut complètement enfoncé et James resta coincé de longues heures à l'arrière, alors que la tôle froissée obligea les pompiers à aller chercher une découpeuse pour l'extraire. Le sang de ses parents maculaient son visage et son costume. Sa jambe gauche coincée entre le siège et la porte lui faisait un mal de chien. Il ne se réveillait que quelques jours plus tard à l'hôpital alors qu'on eut tenté de sauver son genou par une opération minutieuse. Il échappa de justesse à l'amputation mais son membre ne devrait plus jamais fonctionner correctement. Ses sœurs, revenues en catastrophe de là où elles étudiaient à présent, étaient effondrées. C'était la vie de la vie 'normale' telle qu'ils l'avaient connu. Et, comme pour le lui rappeler, il devrait à présent se déplacer avec une cane pour l'aider à rester debout.
Il fut décidé que James partirait avec Clare pour Hong Kong où la jeune femme avait un pied à terre en tant qu'hôtesse de l'air. Megan et Alice n'ayant pas une situation assez stables aux USA pour l'accueillir. C'est donc en Chine que le jeune homme fut ses études supérieures. Il passa avec succès le concours d'entrée au HKUST (Hong Kong University of Science and Technology), l'équivalent du MIT américain.C'était un élève doué qui appris très vite et surtout avec un talent de création particulièrement avancé. Il pouvait non seulement concevoir les programmes avec une grande habilité mais il pouvait aussi déterminer les besoins des entreprises à qui il prévoyait de les vendre et en faire des atouts essentiels qu'elles se voyaient dans l'obligation d'acheter. Enfin, le cerveau de James était reconnu à sa juste valeur. Enfin, on avait cessé de se moquer de lui. Il monta ses premières start-ups très jeune en Chine et savait toujours à quel moment les vendre pour en tirer le plus de profit. Il recruta bon nombre de ses camarades de classe du HKUST en tant qu'employés, dans une ambiance bon enfant quoique performante. Les challenges ne lui faisaient pas peur. Avec ses premières paies, il s'offrit une opération des yeux afin de pouvoir se passer de ses lunettes ainsi qu'un assortiment d'appareils de musculation. Ses problèmes de peau étaient relayés au passé et son appareil-dentaire avait disparu, laissant deux rangées de dents bien alignées et blanches. Son corps épaissi par les exercices physiques quotidiens et dans ses costumes de créateurs, James n'était plus du tout le garçon transparent qu'il avait été en grandissant. Les femmes se retournaient sur lui dans la rue. A l'âge de 26 ans, il créa Herondale Technology et devient l'un de plus jeunes directeurs dans le secteur de l'informatique. Il quitta Hong Kong pour réimplanter des start-ups sur le sol américain et élit domicile en Californie d'où il élargit considérablement son empire. Il travailla personnellement, et dans le plus grand secret, à la conception de programmes à destination du gouvernement des Etats-Unis. Il devint milliardaire à l'âge de 29 ans.

Extrait d'une interview pour le magazine GQ en 2010 :
GQ : Quel effet cela fait-il être l'un des plus jeunes milliardaires au monde ?
J. Herondale : Pour tout vous dire, je n'ai pas l'impression d'être différent des autres. Je ne collectionne pas les voitures. Je ne donne pas de grandes soirées à destination de la jet7 et vous ne me verrez jamais acheter une île.
GQ : Vous avez quand même un hélicoptère.
J. Herondale : [Rire] C'est vrai mais je peux vous assurer qu'il me sert uniquement pour aller d'entreprise en entreprise tout en évitant les embouteillages. Vous n'ignorez pas que j'en possède plusieurs, en Californie, mais aussi dans d'autres États du pays.
GQ : Vous avez traversé une période difficile pendant l'adolescence, je crois, avec l'accident de vos parents. Pensez-vous que cela vous a endurci ou plutôt fragilisé ?
J. Herondale : Hmm... Je crois que... C'est difficile à dire. Cela m'a sans doute fragilisé sur le coup parce que ce n'est pas facile de perdre les personnes qui sont sensées veiller sur vous. Cependant, mes sœurs ont été très présentes. Leur courage m'a poussé à être fort. Cette cane me rappelle tous les jours que la vie peut s'arrêter à n'importe quel moment alors j'essaye de mener une existence noble et honnête. Je crois que c'est devenu ma force au bout du compte.
GQ : J'imagine qu'un bel homme comme vous a des tonnes d'admiratrices. Comment se fait-il que vous n'ayez jamais été vu en compagnie d'une potentielle fiancée ?
J. Herondale : [Rire] Hé bien, merci pour le compliment d'abord et... je ne sais pas quoi répondre à ça. Je ne suis pas très people. Les événements publics, ce n'est pas trop pour moi alors je n'ai pas tant l'occasion que ça de rencontrer quelqu'un. Après, je ne vais pas mentir et c'est vrai qu'il y a des femmes qui... me poursuivent en quelques sortes. Cependant, ce sont les mêmes qui se seraient moquées de mon teint laiteux et de mes boutons sur le nez à l'école alors je ne prête pas trop attention à elles. Je préfère de l'humilité et un joli sourire aux tonnes de bijoux et de parfum surmontés d'un maquillage criard.
QG : Vous préférez donc les femmes naturelles ?
J. Herondale : [Sourire] Je préfère les êtres humains naturels.
QG : Est-ce que c'est une révélation ?
J. Herondale : Prenez-le comme vous le voulez. [Sourire]

C'est en 2012 que James revint à Fairhope. Après le succès professionnel, il sentait sa vie sentimentale bien vide et s'était résolu à aller demander à son vieil ami Mike Sanders pourquoi il n'était pas venu le voir à l'hôpital après l'accident, avant qu'il ne s'envole pour Hong Kong. Hélas, les Sanders n'habitaient plus ici et personne ne semblait savoir ils avaient déménagé. James engagea deux détectives privés pour tenter de retrouver la piste de Mike mais il dut se résoudre à abandonner. Son ami et amour de jeunesse avait disparu pour toujours. Il se fit une grande maison moderne à l'entrée de la ville et installa même une de ses entreprises Herondale Technology dans les abords. La vie paisible lui avait manqué. La presse s'intéressait moins à lui ici et il n'avait pas besoin du faste des grosses mégalopoles. Il renoue le contact avec des locaux qu'il avait connu en grandissant – il eut la satisfaction de voir que l'un des sportifs qui le prenaient pour son punching-ball personnellement au lycée était à présent employé municipal chargé du ramassage des poubelles. Entendez-le bien, il ne dépréciait pas les gens qui faisaient ce métier tout aussi honorable qu'un autre, mais quand le type qui lui avait pourri son enfance en lui rabâchant qu'il était un bon à rien ne faisait jamais rien de ses dix doigts et restait dans ce trou avec une femme tout aussi empotée et cinq enfants mal-éduqués, c'était le karma.

2014. Le soir où James reçut la visite du Poète, il se trouvait encore dans les locaux de son entreprise. Il avait beau avoir des centaines d'employés, il aimait toujours programmer lui-même des choses et il se tenait toujours au courant des dernières intentions dans ce domaine. Il venait de finir une visioconférence en mandarin (langue qu'il parlait parfaitement) avec ses collègues de Hong Kong lorsqu'il sentit qu'on l'observait. Au même moment, sa vue commença à se brouiller et il jeta un coup d'oeil au verre à moitié vite sur son bureau. Est-ce que... Il se sentit partir en arrière et n'eut que le temps de se rasseoir dans son fauteuil pour ne pas s'écrouler complètement. Il avait l'habitude de prendre des drogues pour atténuer la douleur de son genou esquinté et c'est sans doute ce qui lui sauva la vie cette fois-là au final. Il sentit qu'on touchait ses pieds et, comme il voulut protester, il reçut un coup sec au visage, suffisamment fort pour casser son nez. Quelque part, cette douleur contribua aussi à l'empêcher de s'évanouir. Une voix masculine très étrange s'éleva alors près de lui et il déduisit aux grésillements qu'il s'agissait d'un enregistrement. Sans doute pas la vraie voix de son assaillant. Il sentit qu'on lui posa quelque chose sur les cuisses et qu'on lui fourrait un objet dans la main. Un stylo. On voulait le faire écrire. Cela lui rappelait beaucoup trop ses années au collège et au lycée où les autres enfants croyaient qu'ils pouvaient rire de lui et s'en servir de souffre-douleur. Mais cette époque était finie. James avait grandi. En carrure et en esprit. Personne ne pouvait pas lui dicter quoi faire à présent, même si refuser d'obéir pouvait conduire à sa mort. De toutes manières, il n'avait que peu de chance d'en réchapper. Voyant qu'il n'écrirait rien, son agresseur coupa l'enregistrement et envoya valser le livre pour ouvrir le tissu de son pantalon à 200 dollars du haut de sa cuisse gauche jusqu'à son genou blessé. La voix qu'il entendit ensuite fut la sienne lorsqu'un scalpel s'enfonça dans sa chair exposée. James avait juré de ne plus jamais se sentir faible. Il n'allait pas mourir de cette manière, molesté comme quand il était petit. Il rassembla toute la lucidité et la force qui lui restait dans son bras et donna un grand coup de cane sous son bureau, en plein sous le gros bouton qui déclenchait l'alarme ainsi que l'appel aux autorités locales. Son appareil de télécommunication situé au centre de la table passa en haut-parleur et la voix de l'agent en permanence au poste surgit dans la pièce : "Commissariat de Fairhope. Monsieur Herondale, vous avez déclenché l'alarme ?" Dans l'intervalle, son agresseur avait pris la fuite.
Après l'avoir emmené à l'hôpital, James fut interrogé par les policiers et les enquêteurs à qui il dut décrire les événements avec le plus de précisions possible. Il fallait croire que vivre à Fairhope lui portait la poisse. La presse s'empara immédiatement ce qui était arrivé et les unes titrèrent bientôt : « Le milliardaire James Herondale, PDG des entreprises Herondale Technology, déjoue la mort une seconde fois. » Il refusa de donner des interviews à ces vautours, aidant en revanche volontiers la police, leur proposant même de l'argent s'ils avaient besoin de matériel ou d'enquêteurs supplémentaires. Les forces de l'ordre lui ont demandé de garder secrets les mots que le Poète avait commencé à graver dans sa chair à savoir : "Dans vos dern" Comme il n'a pas eu le temps de finir, il ne saura probablement jamais le reste de la phrase.

Deux mois sont passés depuis ce qui aurait pu être une funèbre fin mais ses sœurs ne cessent pas de l'appeler pour s'assurer qu'il va bien et pour lui demander de faire attention, de déménager ou de trouver quelqu'un avec qui partager sa vie.


   
Revenir en haut Aller en bas

fonda - lost in the fire

avatar

◆ Manuscrits : 6502
◆ Arrivé(e) le : 15/03/2015
◆ Âge : 32 ans
◆ Décédé le : 3 Mars 2016, suite à une altercation avec les forces de police
◆ Métier : ancien biographe et parolier puis secrétaire
◆ Points : 720
◆ DC : Adam,Pete,Micha & Tutur
◆ Avatar : Tree Pace


Sujet: Re: James W. Herondale (Victime)- "Whatever you are, be a good one."Dim 10 Mai - 19:31

Heeey, bienvenue par ici pump it up

Hâte de découvrir ton petit survivant un peu plus en détail, ça promet heh

En tout cas si tu as la moindre question, n'hésite surtout pas! En attendant je te souhaite bon courage pour la rédaction de ta fiche coeur

Encore bienvenuuuuue :aw:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t83-i-slithered-here-from-eden http://potterbird.livejournal.com

Invité


 Invité


Sujet: Re: James W. Herondale (Victime)- "Whatever you are, be a good one."Dim 10 Mai - 19:48

Bienvenue dans le coin jeune homme !! :luv:
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: James W. Herondale (Victime)- "Whatever you are, be a good one."Dim 10 Mai - 20:32

Ah mais quel excellent choix d'avatar brille brille Bienvenue James, et bon courage pour la suite de ta fiche, ton personnage a déjà l'air super intéressant !
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: James W. Herondale (Victime)- "Whatever you are, be a good one."Dim 10 Mai - 20:44

Vous êtes vraiment adorables, ici. Merci à tous les trois pour vos encouragements :luv:
Je m'attèle à la rédaction de histoire et je suis tellement inspirée que vous risquez d'avoir de la lecture ce soir ordi2
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: James W. Herondale (Victime)- "Whatever you are, be a good one."Dim 10 Mai - 20:48

Bienvenue ici panda

Et bonne chance pour ta fiche ! Et quel choix pour l'avatar brille
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: James W. Herondale (Victime)- "Whatever you are, be a good one."Dim 10 Mai - 20:51

Bienvenue officiellement !

Bonne chance pour ta fiche survivor hero
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: James W. Herondale (Victime)- "Whatever you are, be a good one."Dim 10 Mai - 22:53

HENRYYYYYYYY CAVVIIIILLL brille :wow:
Non mais la tu m'as perdue !! Je suis toute folle de le voir sur ce forum !
Un très très grand bienvenu a toi !
J'ai hâte de lire ta fiche ! Je te souhaite donc courage et inspiration pour sa réalisation !
Il nous faudra évidemment un lien, obligé ! :wow:


Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: James W. Herondale (Victime)- "Whatever you are, be a good one."Lun 11 Mai - 0:41

Merci beaucoup à tous les trois coeur

William > C'est fou !!! Avant de voir que Bomer était pris, j'avais arrêté mon choix sur lui et je voulais l'appeler William excited

Ava > Quel enthousiame !! Ça fait plaisir chef Commence à réfléchir notre lien pour pouvoir me sauter dessus dès que j'ouvrirai ma fiche de relations.


Fiche personnage terminée ! heart (désolée pour les pavés)
Revenir en haut Aller en bas

fonda - lost in the fire

avatar

◆ Manuscrits : 6502
◆ Arrivé(e) le : 15/03/2015
◆ Âge : 32 ans
◆ Décédé le : 3 Mars 2016, suite à une altercation avec les forces de police
◆ Métier : ancien biographe et parolier puis secrétaire
◆ Points : 720
◆ DC : Adam,Pete,Micha & Tutur
◆ Avatar : Tree Pace


Sujet: Re: James W. Herondale (Victime)- "Whatever you are, be a good one."Lun 11 Mai - 6:12

Pour commencer, j'ai beaucoup aimé ta fiche et j'ai pris plaisir à te lire :wow:

En revanche, j'aimerais tout de même revenir avec toi sur le passage de l'agression histoire qu'on puisse détailler tout ça ensemble et que ça soit effectivement le plus proche et le plus réaliste possible vis-à-vis du tueur dance2

Tout me semble correspondre au mode opératoire que tu as bien suivi, mais ce n'est pas un couteau qui a du réveiller James mais bien un scalpel. Tu me diras, avec ce qu'il a ingéré, la peur et la confusion, il a certainement autre chose à faire que de savoir exactement par quel moyen on est en train de lui charcuter la jambe ; ce qui expliquerait donc ton utilisation du mot "couteau". Mais là, c'est simplement moi qui cherche à m'assurer que le joueur derrière l'écran est bien conscient qu'il s'agit d'un scalpel. zen

Aussi, je pense que le tueur a du essayer de faire écrire James pendant un sacré moment avant de se décider à laisser son message directement sur sa cuisse en voyant que James n'est pas en état de tenir un stylo. Pour forcer le milliardaire à écrire, le tueur a très certainement fini par donner un grand coup de scalpel sur toute la longueur de son jean, préférablement celle qui avait été esquintée lors de son accident de voiture, afin que la jambe de James se retrouve nue et que le Poète puisse commencer à y graver sa phrase.

Pour la suite, c'est là que je trouve ça un peu moins réaliste pour ma part cache Entre la drogue, le coup dans le nez (si le tueur ne l'a pas secoué une deuxième fois par la suite pour tenter de le faire écrire avant de lui charcuter la jambe), le début de l'inscription au scalpel, et puis une chute de deux étages à travers une vitre (surtout qu'il faut avoir une sacrée force pour péter ce genre de building en verre), je ne sais pas si James pourrait véritablement s'en sortir. shrug2 Ce que je te propose donc : étant donné la position ingrate du tueur lorsqu'il était en train de graver son message sur la jambe de James, cela aurait pu laisser le temps à ce dernier d'agripper sa cane comme tu l'as toi-même suggéré, et d'appuyer un bon coup sur le téléphone de son bureau (enfin le téléphone de compet' avec standard multi-fonction capable de contacter le secrétariat et d'autres numéro d'urgence en un clin d'oeil) pour que cela appelle directement le numéro d'urgence de la police. En constatant une chose pareille, le tueur aurait très certainement renversé la chaise de James assez violemment pour qu'il se cogne ou qu'il soit bien secoué en tombant sur le sol, et le tueur aurait donc pris la fuite à ce moment-là. Comme ça, on amoche ton James comme il se doit, mais il a davantage de raisons de s'en sortir coeur

Après, influent ou non, les forces de police sont sous tension depuis trois ans dans cette pauvre petite ville alors ils ont du débarquer assez rapidement dans tous les cas ^^

Je tiens quand même à dire que cela ne remet pas en jeu ta validation, et je voulais aussi ajouter que je ne dis pas tout ça pour t'embêter, bien au contraire hmpf J'aurais très bien pu imposer les histoires de tous les survivants pour éviter d'avoir à revenir sur les histoires de chacun, mais cela serait revenu à créer des postes vacants pour chaque survivant, et je voulais que certains membres de ce groupe-là puissent justement être libres de créer leur propre histoire. C'est pourquoi je suis un peu obligée de revenir sur certaines choses quand elles ne correspondent pas tout à fait aux procédés du tueur ou à l'enquête. Ce n'est ni contre toi, ni ta façon d'écrire, simplement une façon de m'assurer que tout le monde est bien sur la même longueur d'ondes nerd

Sur ce, j'arrête de t'assommer avec mon pavé. Dis-moi simplement si ces petits changements te conviendraient et dis-moi quand tu as apporté ces quelques modifications à ta fiche et tu seras ensuite validé sans aucun souci :aw:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t83-i-slithered-here-from-eden http://potterbird.livejournal.com

Invité


 Invité


Sujet: Re: James W. Herondale (Victime)- "Whatever you are, be a good one."Lun 11 Mai - 7:46

Ça ne me pose aucun problème ^^ C'est ton forum et j'ai toujours trouvé ça important la crédibilité des backgrounds  ordi2

Je vais modifier le mot couteau, rajouter un passage sur l'insistance du tueur à le faire écrire et le fait que le pantalon de James est déchiré dans sa longueur sur le jambe pour que le type ait pu commencer à écrire.
EDIT : Voilà ! Les trois choses ci-dessus ont été modifiées ^^


En revanche, je crois qu'il y a une incompréhension au niveau de la vitre. J'ai l'impression que tu as compris que c'est James qui passe par la fenêtre, or il serait mort si c'était le cas XD
Tout ce qu'il fait, c'est donner un coup de cane au bar globe de son bureau. C'est le meuble est sur roulettes qui percute le mur vitré et déclenche l'alarme. Si tu as un doute quant au fait qu'il puisse le briser, je peux dire qu'il a percuté le mur vitré suffisamment fort pour déclencher l'alarme même sans avoir à le casser. Pendant ce temps, James est toujours assis dans son fauteuil, les pieds attachés. Comme je le disais, il ne doit le reste de sa lucidité et de ses forces qu'à l'accident qui l'oblige à prendre des drogues assez fortes pour son genou. Celles du tueur n'ont pas agi sur lui avec autant d'efficacité que sur les autres victimes probablement.

Dis-moi si mon explication ne te convient pas. Je changerai pour écrire la tienne avec le téléphone. Je ne tiens pas particulièrement à ma version des faits,  hein ^^ C'est juste que j'avais l'impression que tu avais compris que c'était James qui était passé par la fenêtre.

:luv:
Revenir en haut Aller en bas

fonda - lost in the fire

avatar

◆ Manuscrits : 6502
◆ Arrivé(e) le : 15/03/2015
◆ Âge : 32 ans
◆ Décédé le : 3 Mars 2016, suite à une altercation avec les forces de police
◆ Métier : ancien biographe et parolier puis secrétaire
◆ Points : 720
◆ DC : Adam,Pete,Micha & Tutur
◆ Avatar : Tree Pace


Sujet: Re: James W. Herondale (Victime)- "Whatever you are, be a good one."Lun 11 Mai - 13:28

Merci à toi pour les modifications que tu as déjà apporté à ta fiche brille

En effet, ma lecture très... matinale... a du faire que j'ai mal compris ce passage et je pensais très honnêtement que c'était James qui passait par la fenêtre et que cela alertait les forces de police hihi hihi Bon du coup, je ne veux pas chipoter non plus hein, loin de moi cette idée, mais je pense qu'il faudrait malgré tout pas mal de force pour envoyer un bar globe se cogner dans la vitre, et même si ça ne la brise pas au final, je ne suis pas tout à fait convaincue quant à la force qu'il faut déployer etc. hmm Du coup le téléphone me parait un peu plus probable pour ma part, et puis tu peux toujours garder l'idée que le tueur a renversé son fauteuil avant de partir si tu le souhaites aussi ^^

Enfin je te remercie d'avoir éclairé ma lanterne tout de même, ça m'apprendra à lire des fiches aussi tôt le matin slip cache
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t83-i-slithered-here-from-eden http://potterbird.livejournal.com

Invité


 Invité


Sujet: Re: James W. Herondale (Victime)- "Whatever you are, be a good one."Lun 11 Mai - 16:16

Faut arrêter de picoler, Tobias, hein mdr J'ai jamais écrit que l'agresseur avait renversé son fauteuil. Je ne sais pas pourquoi cette idée te tient tellement à coeur mdr

Allez, j'ai enlevé le bar-globe. Voilà le passage modifié :
Citation :
Il rassembla toute la lucidité et la force qui lui restait dans son bras et donna un grand coup de cane sous son bureau, en plein sous le gros bouton qui déclenchait l'alarme ainsi que l'appel aux autorités locales. Son appareil de télécommunication situé au centre de la table passa en haut-parleur et la voix de l'agent en permanence au poste surgit dans la pièce : "Commissariat de Fairhope. Monsieur Herondale, vous avez déclenché l'alarme ?" Dans l'intervalle, son agresseur avait pris la fuite.

Je peux aller jouer avec mes petits camarades, monsieur ? brille
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: James W. Herondale (Victime)- "Whatever you are, be a good one."Lun 11 Mai - 16:29

Bienvenue monsieur heh
Revenir en haut Aller en bas

fonda - lost in the fire

avatar

◆ Manuscrits : 6502
◆ Arrivé(e) le : 15/03/2015
◆ Âge : 32 ans
◆ Décédé le : 3 Mars 2016, suite à une altercation avec les forces de police
◆ Métier : ancien biographe et parolier puis secrétaire
◆ Points : 720
◆ DC : Adam,Pete,Micha & Tutur
◆ Avatar : Tree Pace


Sujet: Re: James W. Herondale (Victime)- "Whatever you are, be a good one."Lun 11 Mai - 17:29

Je sais bien que tu ne l'as pas écrit, c'était une simple suggestion que je te proposais à la base pour amocher ton James si tu le souhaitais, et je te disais que cette suggestion était toujours valable si tu le voulais malgré mes erreurs de compréhension. J'ai bien compris que tu n'avais pas écrit cette histoire de fauteuil, c'était une simple idée que je te proposais au cas où pour t'aider à revoir la scène... roll Bref, te voilà validé



congratulations !



Félicitations, te voilà officiellement validé(e) ! Tu vas donc pouvoir déambuler dans les rues de la ville comme bon te semble. Sauf si tu crains de tomber sur une plume particulièrement... Inspirée.

Mais puisque tu respires encore, il est temps de t'occuper de toute la paperasse un peu ennuyeuse auprès des autorités locales. Ainsi, tu peux commencer par recenser ton métier avant de te trouver un logement.

Tu peux ensuite ouvrir ton répertoire afin de créer des liens avec les autres personnages ou poster dans les demandes de rp pour te trouver un premier partenaire de jeu.

Dans tous les cas, le staff reste à ta disposition pour la moindre question et te souhaite de passer d'agréables moments sur le forum.

N'oublie pas de rester sur tes gardes... Sait-on jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t83-i-slithered-here-from-eden http://potterbird.livejournal.com

Invité


 Invité


Sujet: Re: James W. Herondale (Victime)- "Whatever you are, be a good one."Lun 11 Mai - 17:37

Aaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhh !!! Chacun son tour de ne rien capter XD (Sauf que toi tu avais l'excuse de l'horaire matinale et moi... hé ben... c'est juste que je n'ai pas de cerveau :P )

Merciiiiiiiiiiiiiiii \O/

Je vais de ce pas poster ma fiche de liens (que je n'ai pas du tout écrit sur word en attendant, non pas du tout, pourquoi j'aurais fait une chose pareille ?! Comme si c'était mon genre... voyons...)

Loué sois-tu ! :D


Mike > smack
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: James W. Herondale (Victime)- "Whatever you are, be a good one."Lun 11 Mai - 18:34

Bienvenuuuuue bounce
Revenir en haut Aller en bas
 

James W. Herondale (Victime)- "Whatever you are, be a good one."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» CBC Radio, James Suckling/Veronique Rivest
» James Suckling quitte le Wine Spectator
» Pauvre James Suckling ;)
» [Terreur] Le survivant James Herbert!
» Fashion victime, défilé de mode

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: in the den :: archives :: manuscrits abandonnés-