AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 I've never seen a diamond in the flesh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 739
◆ Arrivé(e) le : 12/05/2015
◆ Âge : 31 ans
◆ Assoc. des Victimes : secrétaire
◆ Métier : Écrivain, romancière reconnue
◆ Points : 749
◆ DC : Jesse, Ruby, Jonathan & Jacob
◆ Avatar : Scarlett Johansson


Sujet: I've never seen a diamond in the fleshMar 12 Mai - 1:05

Désirée Sara Cravy

◆ We'll try to be royals baby, we'll try... ◆



◆ 01/01/1985 - 30 ans
◆ En ville depuis 4 ans
◆ Américaine
◆ Écrivain
◆ Mariée à son macbook, Henri
◆ Hétérosexuelle
◆ Bad Blood
◆ Scarlett Johansson

entre les lignes

L'affaire : Ou sa source principale d'inspiration. Comprenez que l'esprit de Désirée a grandi et a muri en même temps que ce fait divers. La blonde ne se l'explique pas, elle sait que c'est quelque chose d'affreux, de complètement malsain et cruel mais... La première fois qu'elle tombe sur un article qui relate la mort de la première victime, elle se dirige vers son ordinateur pour écrire ses premiers mots depuis six mois. Le syndrome de la page blanche elle ne l'a jamais eu, jamais tout au long de sa carrière et la mort de Ruth Williams? C'est une libération pour elle. Et la jeune femme patiente pendant des mois avant que le Poète ne frappe encore et encore. L'interview de Laura Munoz? Désirée la connait sur le bout des ongles, elle a mémorisé chacune des phrases de la jeune femme, chacune de ses expressions et elle les a traduit en mots, elle en a fait son gagne pain. Désirée se tient donc plus qu'informée de cette affaire et elle recueille toutes les informations qui circulent. Vraies ou fausses, ça n'a pas vraiment d'importance de toute façon. Elle a des pièces de puzzle qui lui permettent d'écrire ses propres histoires. La vérité elle s'en moque complètement. Elle n'écoute pas la voix du Poète et ne prend même pas la peine de lire ses messages. Non, son oeuvre à elle s'élève et se peint avec tous le sang des victimes et c'est tout ce que la jeune femme retient.

Caractère : Désirée est une rêveuse. La jeune femme est enfermée dans son propre monde et dans sa propre tête la plupart du temps et les réponses qu'elle peut fournir peuvent simplement paraître complètement décalées ou même hors de propos. L'esprit de Désirée est toujours à deux endroits différents et la jeune femme a pris l'habitude de toujours conserver un carnet sur elle, afin de conserver ses idées les plus importantes. Désirée est donc une jeune femme des plus inhabituelles qui a su se forger un caractère bien trempé au fil des années. Sensible dans l'intimité de sa maison et lunatique devant son ordinateur et les pages blanches fictives que lui fournit son écran, Désirée ne se présente jamais de cette façon aux autres. Elle leur montre une femme forte,sûre d'elle qui n'hésite pas à marcher sur les gens pour obtenir ce qu'elle veut. Égoïste et opportuniste, Désirée joue très bien les blondes vénales, motivée uniquement par son désir d'être belle et d'avoir le dernier sac à main à la mode. Elle aime se sentir aimée et appréciée comme n'importe qui mais ce n'est pas pour autant qu'elle se battra bec et ongles pour avoir l'attention, ça, ce n'est qu'une façade. De manière générale, Désirée se confie très peu, elle le fait déjà suffisamment dans ses romans et nouvelles alors ... la vie de tous les jours lui permet de se reposer. Indépendante enfin, elle a souvent dû mal à nouer de véritables liens d'amitié, elle a l'habitude d'être seule et de s'occuper de sa propre petite personne, alors bien entendu, baisser sa garde est toujours difficile.

À savoir : 1. Désirée est originaire de San Francisco, c'est probablement la seule chose qui n'apparaît dans la biographie au dos de ses bouquins. 2. Elle a publié sa première nouvelle à l'âge de quinze ans, l'oeuvre a fait le tour des milieux littéraire, imprimée dans le New York Times de l'époque. 3. La blonde a horreur de se couper les cheveux et ce même pour se tailler les pointes. Ce petit exercice relève de la vraie prouesse pour elle et elle doit se concentrer pour retenir ses larmes à chaque fois. 4. Elle ne chante que sous la douche, une tragédie quand on sait qu'elle a une jolie voix. 5. Elle a un tatouage représentant une rose sur la cheville droite. 6. Il lui arrive d'utiliser son deuxième prénom car elle déteste tout simplement le premier. 7. Petite de taille, Désirée est toujours chaussée d'une bonne paire de talons aiguilles, toujours.



derrière l'écran

Pseudo : moose.
Âge :  Toujours 22 ans.
Déjà un compte ici ? : Le petit métis là, il est à moi.
Code du règlement : OK by Tobias.
Où avez-vous connu le forum ? :  whislte  whislte  whislte  whislte  whislte
Un commentaire ? : Et un DC, un  :wow:  ^^  j'avais vraiment envie de jouer Scarjo

© potterbird
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t164-i-ve-never-seen-a-diamond-in-the-flesh

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 739
◆ Arrivé(e) le : 12/05/2015
◆ Âge : 31 ans
◆ Assoc. des Victimes : secrétaire
◆ Métier : Écrivain, romancière reconnue
◆ Points : 749
◆ DC : Jesse, Ruby, Jonathan & Jacob
◆ Avatar : Scarlett Johansson


Sujet: Re: I've never seen a diamond in the fleshMar 12 Mai - 1:07

once upon a book

◆ they used to shoot my name now they whisper it◆


Alamo, Indiana, 1999

Cela faisait depuis quelques minutes que Désirée sentait des gouttes de sueur rouler lentement et sûrement sur son dos.

Mais la jeune fille n'avait pas l'intention de rentrer pour se mettre au frais ou de rabattre ses longues mèches blondes dans une queue-de-cheval. Non. La nuit semblait enfin lui appartenir. Oui, elle en avait l'impression du haut de ses quatorze ans que cette nuit-là était à elle et qu'elle pouvait faire tout ce qu'elle voulait. Elle avait attrapé les premiers vêtements qui lui étaient passés sous la main en sortant du lit de son presque grand frère Heath. Aussi, son short en jean était trop court sur ses maigres cuisses et son débardeur quasiment transparent laissait entrevoir ses formes qui commençaient à faire d'elle une femme. Désirée ne savait pas trop quoi faire de ça. Ça la dérangeait, et même les regards de Heath se faisaient de plus en plus pressants. Il la regardait et elle se sentait aussi lourde que cette nuit d'été et en même temps tellement légère, comme si... Comme si elle allait s'envoler. Il l'avait rattrapée cette nuit en posant ses deux mains sur ses hanches et il l'avait soulevée. Elle n'avait pas ri comme lorsqu'elle avait douze ans... Non, elle n'avait pas ri.

Désirée poussa un soupir en croisant les bras, rabattant ses bras sur sa poitrine, presque honteuse. Deux ans qu'elle était ici. Deux ans qu'elle était perdue dans la campagne de l'Indiana. Elle se souvenait encore de son arrivée ici, son sac sur les épaules et ses joues trop maigres et creuses, craignant encore d'être arrivée chez des gens qui allaient lui dire de partir. De retourner là d'où elle venait, C'était ça l'histoire de la vie de Désirée. Elle n'avait pas d'amis, pas de famille et son premier souvenir était celui de l'odeur de désinfectant dans l'orphelinat où elle avait grandi. La première question était rapidement venue... où sont mes parents ? Ils sont là tes parents, regarde. Ses parents étaient devenus tous ces couples qui passaient et qui repassaient dans l'établissement dans l'espoir de trouver l'enfant parfait. Et elle avait été ballottée, transportée de maisons en maisons, de foyers en foyers. Au début, Désirée s'était prêtée au jeu, elle s'était jurée de devenir la petite fille parfaite pour contenter sa nouvelle famille. Mais l'illusion n'avait pas tenu.

On fronçait les sourcils quand elle parlait toute seule et on lui disait de se taire quand elle racontait toutes les histoires qu'elle avait en tête. Il y avait forcément quelque chose qui clochait chez elle pas vrai ? Désirée était renvoyée à chaque fois, à chaque fois oui. Et puis on l'avait déposée ici. Elle avait attiré l'œil de Magda, sa nouvelle mère. Une mère célibataire qui plus est, Désirée avait été intriguée, elle ne savait pas qu'on ne pouvait ne pas avoir de père. Elle qui croyait que les parents venaient par paire de deux... Non, elle avait eu tort. Et puis il y avait Heath, surtout. Son grand frère et son protecteur. Celui qui lui avait enfin montré comment lasser ses chaussures et qui l'avait traitée de tous les noms le jour où elle avait failli se rompre le cou en sautant par-dessus leur clôture. Désirée poussa un soupir en observant les étoiles. Elle finit par s'asseoir sur le perron de leur maison, contemplant la nature la plus pure qui les entourait. Ils étaient vraiment perdus au milieu de nul part. Elle et sa petite famille.

Dans ces moments-là, Désirée avait envie d'écrire. Elle avait juste envie de se saisir de son crâne et de le frotter contre une feuille de papier, histoire d'expliquer ce qui se passait dans sa tête. Elle voulait parler de ce repas entre elle et Heath, de la façon dont il était venu se frotter contre elle, comment il lui avait dit qu'elle était jolie, comment il avait déposé ses lèvres sur les siennes et qu'elle avait reculé, effrayée. "Pardon, j'oublie, j'oublie, tu n'es pas encore une femme. Je suis désolé, allons nous coucher." Qu'est-ce qu'il aurait fait d'elle si elle avait été une femme ? Les réponses lui brûlaient la racine des cheveux et elle avait besoin de laisser courir ses idées quelque part. Le plus silencieusement possible, Désirée retourna à l'intérieur de la maison. Elle arracha les dernières pages vierges de la Bible de Magda, attrapa le crayon qui servait à faire la liste des courses et pour la première fois, ses petites histoires, ses récits qui lui avaient permis de survivre seule pendant toutes ces années allaient enfin prendre une autre forme... Enfin.

New York City, New York, décembre 2010

Décevant. Plat. Fade. Répétitif. Barbant. Assommant.

Le verdict était tombé et Désirée tentait de garder une expression complètement neutre sur le visage alors qu'elle avait en main les premiers avis concernant son dernier roman. L'ouvrage était sur les étagères des grandes librairies de New-York depuis plus d'une semaine maintenant. Elle avait organisé une fête dans son propre appartement pour l'occasion, histoire de fêter une autre réussite. Elle se souvenait encore du goût du champagne dans sa bouche, de ses talons aiguilles qui frôlaient le sol avec grâce, et même les flashs des photographes pouvaient encore lui brûler la peau et...

"Désirée? Ma chérie, tu m'écoutes ?"

La jeune fille remua lentement la tête, rangeant son petit rêve dans sa tête. Il n'était pas bon de rêver de la soirée qui était déjà passée dans la seconde. Elle n'était pas seule, elle était tout de même sur son lieu de travail. Aussi, la blonde cala un sourire, léger et mutin sur son visage, reposant l'article du New York Times très loin d'elle et releva la tête vers Martin, son éditeur. Comme à son habitude, l'homme était en train de s'allumer une cigarette, les pans de son costume bougeant à chacune de ses inspirations, presque comme une seconde peau. Martin était probablement né dans un costume et personne ne pouvait convaincre Désirée du contraire. Il était né charismatique et superbe, une sorte de Jules César des temps modernes, un chevalier dont l'armure était la coupe Armani de son costume et son épée ses cigarettes et son sens de l'humour et son sarcasme latent. Voilà près de sept ans qu'ils se connaissaient et en sept ans, il avait toujours été le même, une constance dans la vie de Désirée.

C'était lui qui l'avait abordé alors qu'elle avait franchi les portes du Plaza, vêtue d'un jean et d'un des t-shirts de Heath. Pauvre adolescente perdue propulsée aux rangs de l'élite littéraire de New-York. Parmi tous les récits qu'elle avait écrit cette fameuse nuit-là, un d'entre eux avait attiré l'attention des bonnes personnes. Tu as du talent, avait dit Martin, laisse moi être ton ange gardien et te guider dans toute cette folie New Yorkaise. En d'autres termes, il était devenu son agent, son ami et son confident et ce juste en quelques secondes. C'était lui qui l'avait convoquée aujourd'hui et lui encore qui lui renvoyait un nuage de fumée à la figure.

"Ça va? Comment tu le prends ?"
"... Martin. Pitié, dis-moi que tu ne m'as pas convoqué pour ça." La voix de Désirée prit des accents de vraie salope de la 5e avenue et elle s'appuya davantage dans son siège, croisant les jambes pour montrer fièrement sa nouvelle paire de chaussures. "C'est juste du vent, on ne peut pas contenter tout le monde n'est-ce pas ?"
"Non ma chérie, ce n'est pas juste le Times, tu peux regarder the Guardian ou même the New Yorker, ils sont tous unanimes... Ils n'aiment pas ton livre"
Oh. Là, l'expression de Désirée changea et la jeune fille de quinze ans refit surface. Elle poussa un profond soupir tout en se mordant la lèvre inférieure. "Martin, c'est juste un livre je... j'aurais enfin un mauvais bouquin dans ma liste. On laisse tomber, okay." Elle avait employé le même ton qu'elle utilisait à une certaine époque avec Heath, ayant envie de se cacher sous la table.
"Oh vraiment ? Tu as quand même mis près de deux ans à le terminer celui-ci, cela ne t'était jamais arrivé avant. Something is up kiddo and I think you need a break."
Oh. Nouvelle surprise. Désirée ferma les yeux quelques secondes. Elle espérait chasser Martin et ses mauvaises idées et surtout la vérité. Oui, elle avait été plus lente pour ce bouquin, que personne ne lui jette la pierre. Elle était fatiguée, elle avait enfin dit tout ce qu'elle avait à dire, ce qu'elle mourrait d'envie de dire toutes ces années et ... l'inspiration ne venait tout simplement plus. Cela la terrifiait et l'empêchait même de dormir certains soirs, mais... ce n'était pas si grave que cela ... pas vrai ?

"Je..."
"Tu prends des vacances, petite Désirée, je t'ai déjà trouvé l'endroit parfait."
"Ah bon ?"
"Oui, tu vas aller chez moi et te reposer un peu. New York commence à faire de toi un écrivain désabusé et j'ai besoin de toi maintenant plus que jamais."

Fairhope, Alabama, décembre 2014

"Nous avons enfin obtenir le nom de la dernière victime du Poète. Il s'agit de Leon Duncan, un étudiant de 19 ans. Ceci vient de nous être confirmé par un officier de police et..."

Leon. Leon. Leon.
Désirée répéta le nom en boucle dans sa tête et elle finit par éteindre son poste de télévision tandis que le public s'apprêtait à en apprendre plus sur le jeune homme. Oh que non. Elle ne voulait pas en savoir plus, elle avait son nom, elle pouvait inventer le reste à sa guise et ce sans même se forcer. La jeune femme quitta son salon pour sa chambre à coucher, attraper un t-shirt trois fois trop grand pour elle, probablement un t-shirt qui avait appartenu à Heath, avant de passer dans son bureau, là où son ordinateur l'attendait. Désirée accomplissait le même rituel depuis que le Poète avait commencé son oeuvre. Elle fermait les rideaux du bureau, ne laissant filtrer qu'un mince rayon de soleil, ce dernier se posant sur son ordinateur. Elle se détachait les cheveux et elle allait s'asseoir devant son ordinateur. Mot de passe, ouverture de logiciel de traitement de texte... Désirée avait un sourire certains aux lèvres alors qu'elle retrouvait enfin sa page blanche du jour. Plus de mots tels que décevant et fade. Non, plus depuis qu'elle était venue se terrer au fin fond de l'Alabama dans cette ville tranquille.

Dis Martin, est-ce que tu sais que je t'adore? Avait-elle dit à son éditeur la dernière fois qu'elle avait eu au téléphone.
Non, c'est moi qui t'adore, lui avait-elle dit en lui annonçant les chiffres du mois.

Depuis qu'elle était à Fairhope, Désirée avait publié son deuxième recueil de poèmes et elle avait écrit un autre roman policier intitulé Hear Me. Elle se sentait bien ici, les meurtres et cette affaire était son inspiration et dès que quelqu'un périssait aux mains du Poète, elle parvenait enfin à écrire. Là, tapi dans la pénombre, elle était certaine qu'il lui parlait. Il lui murmurait toutes les horreurs qui régnaient dans sa tête et c'était sur sa peau à elle qu'il venait graver ses propres vérités. Désirée en connaissait très peu sur l'affaire au final, son propre délire et sa propre passion s'étaient mêlés à la vérité et aux faits. Elle le voyait grand, oui, c'était un homme, un homme banal, peut être professeur dans une université ou dans un collège mais elle le voyait bien enseignant, d'une matière comme l'anglais ou l'histoire. Il avait eu une femme, il avait toujours leur chien et la nuit, il observait la ville avec un regard foncièrement mauvais et dégoûté.
Réalité ou pas, Désirée n'en avait que faire.
Il était à elle.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t164-i-ve-never-seen-a-diamond-in-the-flesh

fonda - lost in the fire

avatar

◆ Manuscrits : 6413
◆ Arrivé(e) le : 15/03/2015
◆ Âge : 32 ans
◆ Décédé le : 3 Mars 2016, suite à une altercation avec les forces de police
◆ Métier : ancien biographe et parolier puis secrétaire
◆ Points : 720
◆ DC : Adam,Pete,Micha & Tutur
◆ Avatar : Tree Pace


Sujet: Re: I've never seen a diamond in the fleshMar 12 Mai - 3:43

hehe1 hehe1

Re-bienvenue avec ce deuxième compte :wow:

Bon courage pour cette nouvelle fiche, j'ai hâte de voir ce que ça va donner et de pouvoir trouver des liens et des RPs qui dépotent hihi hihi

Que l'inspiration soit avec toiiii funk
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t83-i-slithered-here-from-eden http://potterbird.livejournal.com

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 739
◆ Arrivé(e) le : 12/05/2015
◆ Âge : 31 ans
◆ Assoc. des Victimes : secrétaire
◆ Métier : Écrivain, romancière reconnue
◆ Points : 749
◆ DC : Jesse, Ruby, Jonathan & Jacob
◆ Avatar : Scarlett Johansson


Sujet: Re: I've never seen a diamond in the fleshMar 12 Mai - 21:56

... La fougèèèèèère run run run ^^
Merci à tous pour l'accueil et Eve, on se donne rendez vous dans ta fiche de liens :wow: :wow:
Toto, jte garde un lien de la mort de la drama de la vie, si si on va trouver book book

_________________

"I had a vision, A vision of my nails in the kitchen, Scratching counter tops, I was screaming..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t164-i-ve-never-seen-a-diamond-in-the-flesh

fonda - lost in the fire

avatar

◆ Manuscrits : 6413
◆ Arrivé(e) le : 15/03/2015
◆ Âge : 32 ans
◆ Décédé le : 3 Mars 2016, suite à une altercation avec les forces de police
◆ Métier : ancien biographe et parolier puis secrétaire
◆ Points : 720
◆ DC : Adam,Pete,Micha & Tutur
◆ Avatar : Tree Pace


Sujet: Re: I've never seen a diamond in the fleshJeu 14 Mai - 22:02

congratulations !



Félicitations, te voilà officiellement validé(e) ! Tu vas donc pouvoir déambuler dans les rues de la ville comme bon te semble. Sauf si tu crains de tomber sur une plume particulièrement... Inspirée.

Mais puisque tu respires encore, il est temps de t'occuper de toute la paperasse un peu ennuyeuse auprès des autorités locales. Ainsi, tu peux commencer par recenser ton métier avant de te trouver un logement.

Tu peux ensuite ouvrir ton répertoire afin de créer des liens avec les autres personnages ou poster dans les demandes de rp pour te trouver un premier partenaire de jeu.

Dans tous les cas, le staff reste à ta disposition pour la moindre question et te souhaite de passer d'agréables moments sur le forum.

N'oublie pas de rester sur tes gardes... Sait-on jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t83-i-slithered-here-from-eden http://potterbird.livejournal.com
 

I've never seen a diamond in the flesh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Résolu] Gilded Drake + Diamond valley
» STAR TREK II : La colère du Khan (Diamond select) 2007
» ICCF Diamond Jubilee Webserver World Cup 18
» [3/12/11] Tournoi Diamond Team Lord MB9
» avoir diamond dust et prominece

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: get ourselves back home :: manuscrits :: romans publiés-