AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Liam Haynes. Un amour de scalpel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité


 Invité


Sujet: Liam Haynes. Un amour de scalpelVen 12 Juin - 15:05

Liam Haynes

◆Juste avant de sombrer dans le sommeil, je vois une morgue remplie de rêves, où je me promène sans même être capable d‘identifier les miens.◆



◆ 09/07/1981 - 34 ans
◆ En ville depuis 3 ans
◆ Anglais
◆ Médecin Légiste
◆ Veuf
◆ Hétérosexuel
◆ These Streets
◆ Tom Hiddleston

entre les lignes

L'affaire : Contrairement à ce que beaucoup de personne peuvent raconter sur le poète, ce n’est pas un monstre, juste un artiste incompris par le reste de cette masse grouillante que l‘on appelle La Société. Chaque meurtres est une ligne de plus dans son chef d’œuvre et Liam se trouve extrêmement chanceux d’assister à la création d’une telle légende. Chaque nouveaux corps lui apporte davantage de connaissance et le rapproche de la sublime vérité. En tant que médecin légiste en charge de l’affaire il concentre toute son attention sur les cas et les questions que les policiers lui demandent sans cesse de résoudre. En tant qu’expert légiste il note scrupuleusement le moindre petits détail capable de faire avancer l’enquête. Mais si il travaille pour élucider les mystères et l’identité du Poète ce n’est pas pour le voir finir sous les barreaux mais pour se rapprocher de lui et devenir par la suite un humble spectateur en direct des exécutions.      

Caractère : Liam n’est pas une personne qui exprime ses sentiments à grand renforts de hurlements hystériques, de câlins et autres formes d’affection. Ce manque de chaleur humaine date de son enfance. Calme et distant envers le reste de ses camarades certains le considère comme un glaçon ambulant, un être froid et sans émotion. Ce n’est pas tout à fait le cas bien sûr il est capable d’avoir de soudain élan d’humanité, quand cela sert ses intérêts. Méticuleux et passionné dans tout ce qu’il entreprend il fait preuve d’une réelle intelligence mais se montre totalement hermétique à tout ce qui n’est pas issu du monde tangible. La psychologie, l’art et la musique sont pour lui une totale perte de temps, bien que lui-même taquine parfois les cordes de son violon lors de ses rares moment de temps libre, mais il se concentre davantage sur la technique que sur la sensation ressentie. Le moindre de ses geste est précis, rigoureux et réfléchi. Il n’agit pas à l’instinct, mais analyse ce qui l’entoure avant de prendre la moindre décision. Comme il se sert de sa tête avant tout il est aussi bien conscient qu’il faut se faire une place dans la société et donc…avoir des relations sociales. Car oui Liam peut aussi avoir une conversation autre que l’inclination du scalpel pour découper un morceau de peau. Il se fond relativement bien dans le paysage et use souvent de son charisme pour masquer la part un peu plus sombre de sa personnalité. Après tout lui aussi a certains naturels à assouvir même si son métier lui procure davantage de joie qu’une soirée entre amis. Il s’investi énormément dans l’affaire du Poète au point qu’il ne supporte pas qu’on vienne contredire ses résultats ou sa façon de travailler. Les rares assistants travaillant avec lui sont davantage vus comme de simples esprits flottants dans ses pattes par ce légiste un brin orgueilleux et totalement cynique. Il ne supporte pas de travailler en duo et de partager la vedette avec une personne qu’il juge inutile, ce qui doit sans doute être le cas de 95% de la population mondiale. Mais bonne nouvelle les 5% restant peuvent espérer un regard de sa part.

À savoir : Malgré ces defaults Liam est un excellent cuisinier, un joueur de violon pas trop mauvais et il est accro au café glacé depuis l‘âge de 14 ans.



derrière l'écran

Pseudo : Je n’en ai pas vraiment….je suis une ombre…vous ne me voyez pas…
Âge : 24 ans.
Déjà un compte ici ? : Nop.
Code du règlement : OK by Tobias.
Où avez-vous connu le forum ? : Sur un top site.
Un commentaire ? : Affutez les lames je vais tailler dans le vif.

© potterbird
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: Liam Haynes. Un amour de scalpelVen 12 Juin - 15:06

once upon a book

◆ Nous croyons de toute notre âme à la résurrection de la chair ; mais il faut que chaque être humain donne son consentement à cette vocation de pourrir.◆


Si la vie te donne des citrons, asperge la avec et rends la aveugle.

Il faisait chaud, vraiment chaud, et ce fichu ventilateur refusait de marcher depuis la semaine dernière. Allongé sur le sol de la salle de bain Liam s’efforçait de ne pas dépasser les lignes de son coloriage. Il n’avait plus de bleu et cela le contrariait, de quelle couleur repeindre le ciel ? La porte de l’appartement claqua un peu plus loin et des cliquetis de talons. Puis une voix de femme qui l’appelle. Le petit garçon se lève silencieusement avant de se diriger vers la porte. Derrière elle se tient une femme dans la trentaine, les cheveux noué en un chignon sévère d‘où s‘échappe des mèches. Les traits de son visage sont encore tirés et une odeur amère émane de ses vêtements. Elle lui sourie et l’enlace, l’odeur lui rentre dans les narines. Il n’aime pas cette odeur. Il n’aime pas la voir comme ça. Il a beau n’avoir que 10 ans il comprend déjà que l’homme que sa mère l’obligeait à appeler papa a disparu de leur vie. Encore un. A chaque rupture sa mère pleur, hurle et part finalement toute la soirée avant de rentrer au matin et de faire leur valise. Un klaxon retenti dans la rue. Liam veut sortir de ces bras qui l’étranglent presque. Finalement elle le relâche et disparait dans la cuisine. Il retourne dans la salle de bain, le seul endroit de la maison qui soit frais en cette journée d’été. Liam à appris depuis bien longtemps qu’il était inutile de parler à sa génitrice. Sa mère était une éternelle amoureuse, allant d’un homme a un autre. Elle était belle, souriante et savait s’adapter aisément à son partenaire du moment. Mais elle avait besoin d’être entourée, se sentir aimée par n’importe quel homme digne de ce nom, incapable de prendre soin d’elle elle comptait sur ses amants occasionnels pour subvenir à ses besoins. Elle se jetait à corps perdu dans ses relations. Liam n’était qu’un petit paquet de plus dans ses bagages. Elle lui avait expliqué un soir, après une énième rupture, que son père et elle c’était connu lors d’une soirée. Etait il le fruit d’une conquête d’un soir ou d’une relation plus longue ? Elle ne parlait jamais de lui, se souvenait elle encore de son nom d’ailleurs ? Elle aurait put l’abandonner, mais elle avait décidé de le prendre avec elle. Une présence de plus dans sa vie, un petit homme pour ses moments de solitude. Sa mère apparue devant lui avec deux valises. Liam se leva derechef  avant de la suivre en embarquant son dessin. Ils descendirent tout les deux dans la rue, en direction de la voiture. Il savait parfaitement ce qui se passerait ensuite. Ils rouleraient pendant des heures, jusqu’à ce que sa mère décide de s’arrêter dans l’une des grandes villes qu’ils traverseraient. Ils iraient dans un hôtel banal et elle le laisserait là, avec un peu d’argent le temps qu’elle trouve une autre âme sœur. Les yeux plongés dans les nuages Liam rêvassait tandis que la radio égrenait divers chansons que sa mère sifflotait parfois. Il ne donnait jamais son avis, personne ne lui demandait.

« Liam trésor, viens ici une minute s’il te plait »

« Oui maman. »

« Liam je te présente Henry, nous allons habiter chez lui a partir de la semaine prochaine. »

« Salut gamin, ta mère m’a beaucoup parlé de toi tu sais. »

Menteur. Et le cirque continuait. Il changeait de vie, il changeait de père, il changeait de quartier, il changeait de maison. Il connaissait pratiquement tout les styles de vie existant, bien que sa mère n’est jamais tenté de se mettre en ménage avec un dealer ou un braqueur de banque. Elle savait choisir ses proies. Nouvelle vie, nouvelle école, nouveaux camarades de jeux. Ou pas. Parce qu’il savait que cette situation n’allait pas durer Liam ne faisait jamais d’amis, par fainéantise ou bien parce qu’il ne voulait pas ressentir de la peine lors de son départ, qui la plupart du temps se faisait aussi précipitamment que silencieusement. Ils quittaient tous les deux la maison un beau matin pour ne plus y revenir. Il ne voulait pas d’amis. Il ne voulait pas sentir sur les lui des regards de pitié de la part de ces gamins persuadés dans leur fort intérieur d’être mieux que lui. Pareil pour les adultes. Ses professeurs, ses auxiliaires, ses femmes de ménage…il n’aimait pas ça. Il préférait s’enfermer dans sa chambre toute la journée, ou dans la salle de bain, à lire des magazines et des livres parfois trop compliqués pour lui et dont il inventait le sens des mots. Un jour l’un de ses enseignants lui avait donné un petit livre illustré traitant du corps humain. C’était le seul cadeau qu’il avait accepté de recevoir de la part de quelqu’un d’autre que ceux que sa mère lui offrait habituellement aux anniversaires et aux noëls. Il l’avait feuilleté des centaines de fois pendant les récréations, les trajets sur les routes et tout les moments de calme qu’il pouvait avoir chez lui. Pendant que sa mère et son copain du moment arpentaient les soirées et les restaurants il restait seul dans son lit.

Une fois seulement il accepta de suivre des gamins lors d’une virée nocturne vers un étang qui se trouvait en contrebas de l’école. Pourquoi avait il dit oui cette nuit là ? Il ne savait pas trop, sans doute un coup de tête, une envie irrépressible. Ils avaient couru pendant des heures à travers un petit bois pour rejoindre l’étendue d’eau. Ils plongèrent dedans la tête la première. Liam resta sur la berge, cherchant des lucioles ou des grenouilles tandis que les gamins s’aspergeaient d’eau. La nuit était tombée depuis belle lurette maintenant, les éclairages de la ville suffisaient a peine pour y voir quelque chose. Il c’était pas mal éloigné des autres quand il le vit pour la première fois. C’était gros, puant et ça bougeait à peine. Un gros chat crevé comme on peut parfois en voir sur les bords des routes. La curiosité le poussa à s’approcher doucement de la bestiole. Il avait encore un œil ouvert d’où s’échappait des fourmis et son pelage roux remuait d’une façon étrange. Liam l’attrapa par la patte arrière et un petit amas de vers blanc s’échappa de ses intestins. Les images du livre illustré lui revinrent en tête. Délicatement il attrapa une branche qui trainait en en cassa le bout, il remonta le long de la poitrine ouverte avant de soulever la peau déchirée pour en contempler l’intérieur. La chair rouge, le sang coagulé, les morceaux d’os qui dépassaient, l’œil vitreux qui gicla d’un seul coup sous la pression de ses doigts. Au loin il entendit qu’on hurlait son nom. Tandis que ses amis se séchaient et riaient il resta silencieux durant le trajet du retour et même lorsque sa mère lui hurla dessus avec des larmes dans les yeux il ne révéla rien de ce qu’il avait vu et fait cette nuit là.

« Bonjour monsieur Haynes. »

« Bonjour monsieur. »

« Bien votre école vous a envoyé vers moi afin d’effectuer un petit test d’orientation, c’est important à votre âge vous savez. »

« Je ne sais pas si les jeunes de mon âge savent ce qu’ils veulent vraiment. »

« C’est pour ça que je suis là. Pour vous orienter. »

« Ce ne sera pas la peine monsieur. Je sais déjà dans quelle université je souhaiterais aller. »

« Ha…heu..ma foi c’est très bien.     Et où souhaitez vous allez ? »

« A Havard monsieur. »

« Ha je vois…c’est une très bonne école en effet. Vous savez ce que vous souhaitez étudier là bas ? »

« La médecine. »

« Vous savez que ce n’est pas une voie simple, les études pour y arriver sont longues. »

« Oui je sais. Mais je sais ce que veux. »

« Je croyais que les jeunes de votre âge ne savaient pas ce qu’ils veulent vraiment faire »  

« Je ne suis pas comme les jeunes de mon âge monsieur. »

Depuis qu’il avait emménagé dans la résidence étudiante de la prestigieuse université Liam devait travailler dur, aussi bien pour ses notes que pour pouvoir subvenir à ses besoins, il avait touvé un petit emploi dans un abattoir de la ville, mais surtout pour pouvoir dormir. Les fêtes étudiantes étaient monnaie courante et par conséquente très bruyantes. Contrairement à nombre de ses camarades il ne participait pas à ce genre de festivité. Bien heureusement les fêtes furent toutes suspendues après la découverte de deux cadavres de bovins dans l’une des sororités la plus importante de l’université et Liam put enfin fermer l’œil en paix. Son caractère n’avait guère évolué depuis l’enfance. Il préférait la compagnie du silence à celle des autres et démontrait un manque total d’intérêt pour le reste de sa communauté. Cette attitude lui valu tout au long de sa scolarité quelques coup de pied dans le couloir, des enfermements dans le casier et des insultes. Zombie, Tête d’ampoule, Rat de bibliothèque, Intello, Puceau étant les plus soft et les plus utilisées. Mais elles glissaient sur lui, son esprit ne les relevait pas et se concentrait sur les propriétés particulièrement subjective que peuvent avoir des courants électriques quand ils parcourent un corps inanimé. Ses professeurs ne tarissaient pas d’éloge sur les qualités de cet étudiant poli et réservé qu’ils voyaient déambuler dans les couloirs un livre à main et un calepin dans l’autre. Une caricature de l’étudiant modèle. Sa mère venait le voir de temps en temps, entre deux ruptures, trop occupées le reste du temps. Les années creusaient de jolies rides au coin de ses yeux et de son front. Il aimait les moments passés avec elle qui le coupait des tests et des brimades. Au fond de lui il admirait cette personne pleine de vie et si insouciante face aux efforts que la vie lui mettait en travers du chemin. Il se demandait souvent si son côté si sérieux n’était pas hérité de son père. Il avait parfois un petit pincement au cœur quand il la voyait repartir a bord d’une voiture qui changeait tellement qu’il avait renoncé à suivre. La vie suivait son cours sans que vienne ne le déranger. Les examens se succédaient eux aussi, des stages, des notes, des cours. Il se trouvait dans son éléments sans pour autant éprouver un vrai sentiment d’accomplissement. Il se remémorait parfois cette fameuse nuit et ce cadavre de chat, cette fascination qu’il avait ressenti pour la première fois. Il ne la retrouvait pas autant qu’il l’aurait voulu.

Le déclic se fit pourtant. Lors d’une banale sortie. Son groupe de recherche avait décroché une visite d’un célèbre hôpital, le directeur les reçut avec joie, ravi de faire visiter les installations à de potentiels recrues, Liam avait suivi a contre cœur. L’odeur des malades et leurs plaintes le rendait malade. Les blouses blanches des médecins, le rose des infirmières et cette odeur persistante de lavande…il c’était séparé des autres un moment pour retrouver un peu d’air. Il suffoquait dans cet univers bruyant. Machinalement il descendit dans les entrailles du bâtiment. Cherchant à tout prix à échapper à la chaleur il finit par tomber dans un monde de silence. Des couloirs se succédaient à n’en plus finir. Impossible pour lui de retrouver le chemin exact, ses jambes l’avaient conduit sans qu’il ne s’en rend compte. Il marcha encore un peu, tentant de trouver un panneau lui indiquant le chemin de la sortie ou un vague concierge qui se serait posé là pour la sieste. Un bruit métallique le fit obliquer à droite pour finalement arriver dans ce qui semblait être la morgue de l’hôpital. Un endroit que le cher directeur ne montrerait certainement pas aux jeunes élèves. Un type, qui devait avoir la cinquantaine, était en train d’ouvrir la poitrine d’une femme en deux. Liam resta silencieux durant le processus, trop nerveux pour dire quoi que ce soit. L’homme plongea ses mains à l’intérieur du thorax puis délicatement en retira le foie avant de le poser sur une balance. L’image du chat apparu comme une évidence dans l’esprit de Liam. Un sourire se dessina sur son visage pour disparaitre aussitôt quand l’homme tourna la tête vers lui avant de l’apostropher peu civilement. Sa colère et surprise passée il lui indiqua le chemin de ce dédale et Liam retrouva le reste de son groupe qui le cherchait depuis un bon moment maintenant.

« Monsieur Liam Haynes ? »

« Oui c’est moi. »

« C’est le Bellevue Hospital monsieur, écoutez je dois vous prévenir que nous avons votre mère dans nos services… »

« Puis je savoir ce qui c’est passé ? C’est une agression, une dépression ? »

« Non monsieur…votre mère a eu un accident de voiture hier soir…écoutez…elle avait de nombreuses blessures ainsi qu’un traumatisme crânien sévère… »


« Elle est morte c’est ça ? »

« ….Oui. Toute mes condoléances monsieur… »

« Quand pourrais je venir chercher le corps ? »

« Il se trouve à la morgue de l’hôpital vous pouvez venir l’enlever quand vous le souhaitez. »

« Bien je vous remercie. Au revoir. »

Sa mère ne souriait plus maintenant. Sa tête reposait sur une table en acier froide dans une morgue comme celle qu’il avait visité il y a quelques années. On en revient toujours ici. Il ne fit aucun commentaire. Dans le bureau du directeur il y avait un tableau de Rembrandt qu’il reconnu comme étant La leçon d’anatomie du docteur Tulp. Il n’y eut personne à l’enterrement, il s’y attendait. Il était sa seule famille connue, jamais sa mère n’avait parlé d’une grand-mère ou de qui que ce soit qu’il aurait put prévenir. La vie reprit son cours sans que cela ne change quoi que ce soit. Sauf le nombre incroyable de papiers qu’il avait a remplir pour l’héritage. Sa mère et lui ne parlait pas d’argent, mais il lui devenait évident que ses nombreuses conquêtes avaient alimentés un compte en banque des plus fournis. Cette femme qui ne dépendait jamais un sou avait tout de même un certain sens des affaires. Il plaça la plupart de l’argent sur un compte, il n’avait pas besoin de dépenser le moindre dollar pour le moment. Il étudiait de plus en plus, oubliant parfois de manger et se contentant de boire du café glacé pour ne pas s’endormir. L’image du foie extrait de la cage thoracique de cette image, ainsi que celle du chat crevé lui hantaient l’esprit. De même que le tableau. Il n’avait jamais été particulièrement attiré par le monde de l’art, trop éloigné des faits et des schémas classiques qu’il affectionnait, mais celui-ci L’avait marqué sans qu’il puisse vraiment l’expliquer. Son esprit cartésien ne pouvait pourtant pas nier l’évidence, il était attiré non pas par amour de soigner les autres mais par le fait d’explorer plus en avant la mort en elle-même et ses effets sur le corps humain. Il aimait le calme, l’odeur du sang et retracer la vie de ces personnes qui ne pouvaient plus rien dire. Explorer les entrailles pour en tirer une histoire, les derniers instant d’une vie…

C’était plus qu’un simple intérêt, ça devenait une véritable obsession. La médecine légale l’attirait comme une lampe attire les moustique. Certains de ses professeurs l’encouragèrent dans cette voie, exprimant leur soudain intérêt pour cette discipline que certains considèrent comme morbide. Ils ne voyaient en lui que la volonté d’aider les forces de l’ordre de notre si beau pays. Ils ne pouvaient pas comprendre, coincé dans leurs complet veston, ce qui pouvait vraiment l’attirer. Et il n’était pas fou au point de le crier à la face du monde. Il se contentait de hocher la tête et de sourire maladroitement en évitant les questions.  Ses premières années avaient été éprouvantes, celles qui suivirent le furent davantage. La médecine légale abritait un nombre incroyable de possibilités et aussi quelques cas particuliers. Etudier les corps, apprendre comment sortir les organes sans les abimer, analyser et recommencer. Tous les jours la même rengaine. Mais Liam s’en moquait, il aimait se travail, il avait enfin retrouvé la sensation qu’il avait si longtemps cherché. Qui plus est tout le monde lui démontrait enfin du respect. Il était le meilleur dans sa catégorie, du moins le croyait il. Et puis dernièrement il était aussi le sujet de quelques racontars depuis qu’il sortait avec Cary Danbarn. Une jolie petite brune aux yeux pétillants. C’était sa première relation sérieuse et il devait bien avouer qu’il ne savait pas quoi en penser. L’aimait il vraiment ? Sans doute. Tout le reste était compliqué. Mais c’était la suite logique de son existence, vivre, apprendre, engendrer et finalement mourir. Il en était à la partie consistant à procréer. Le mariage était une simple option, mais quand la famille de sa femme est si traditionnaliste il est de bon ton de se mettre en accord. Il est dur d’imaginer, pour les gens qui le connaissent, Liam en habit de cérémonie attendant devant un autel avec un prêtre et une femme tout en blanc. Le voyage de noce qui suivi les festivités eut sans aucun doute un arrière gout amer pour la jeune mariée. Liam la laissa seule et retourna étudier de plus belle. Il n’avait pas de temps à perdre. Et encore moins pour aller batifoler sur une plage ou marcher pendant des heures en pleine foret. Plus le temps passait plus il s’enfermait dans ses études et son travail.

« Liam, chérie… »

« Oui ? »

« J’ai quelque chose à t’annoncer… »

« Tu ne pourrais pas attendre que je finisse mon rapport ? »

« Non s’il te plait viens… »

Il croyait revoir sa mère dans le salon, avec deux ou trois valises, sauf qu’il n’y avait pas de petit garçon au pied de son épouse au ventre rebondi. Quand elle lui annonça que l’enfant n’était pas de lui, il n’eut pas un mouvement. Elle aurait voulu qu’il cri, hurle jette des objets contre les murs, elle lui demanda en larme de se mettre en colère contre elle. Il se contenta de la fixer du regard et de pousser un vague soupir avant de lui demander de prendre ses affaires et de sortir de chez lui. Elle tressailli quand elle vit son regard glacial et son ton monocorde. Quand la porte claqua Liam se dirigea tranquillement vers la fenêtre, juste a temps pour la voir grimper dans une grosse cylindrée bleue. Le numéro de la plaque s’inscrivit machinalement dans son esprit. Il revint s’asseoir à son bureau et tapa son dossier jusque tard dans la nuit. Une semaine plus tard il commençait son travail de médecin légiste à Saint Louis, dans le Missouri. Un mois plus tard il apprenait que son ex femme avait eu un malencontreux accident domestique. Elle était morte ainsi que le bébé qu’elle portait. Il haussa les épaules avant de se replonger dans l’examen d’un noyé, un bref sourire sur son visage. Dans la vie il y a un ordre, tous doivent l’apprendre. Un peu comme un jeu d’échec. Il y a les blancs et les noirs, les pions, les cavaliers, les tours, Chaque pièce à une fonction et le jeu ne peut pas être parfait s’il en manque une. Liam était une pièce de la partie. Pas un simple pion, il ne se voyait pas en pion avançant de cases en cases. L’actualité du pays se concentrait depuis un an maintenant sur un nouveau tueur en série. Les infos ne tarissaient pas sur lui, exposant les nouveaux cas, les nouveaux meurtres, des explications, des théories, des profils psychologiques. Le Poète ne cessait de faire parler de lui depuis un an. Liam enviait tellement celui qui était en charge des cadavres, travailler sur ce cas devait être si particulier et si attractif. Tandis que lui devait se coltiner de vulgaires suicidés et quelques tueries de gang quelqu’un dans le pays allait véritablement participer à quelque chose de plus grand. Ce tueur était un cas à part et les pseudo scientifique et psychologue qui le décrivait comme un simple malade n’étaient pas dans le vrai. Liam commença de nombreuses recherches sur le tueur, mais le peu qu’il trouvait avait déjà été relayé par la presse. C’était sans saveur et surtout ce n’était pas suffisant, pour avoir des informations plus fiable il fallait être au cœur même de l’enquête, et ce n‘était pas lui qui en avait la charge.

« Hé Haynes ! Vous avez entendu la nouvelle ? »

« Hum ? »

« Le légiste là…Seth Coleman…vous savez, celui qui est en charge de l’affaire sur le tueur en série à Fairhope, parait qu’il prend sa retraite cette année. »

« Vraiment ? »

« Ouais, y a déjà tout un tas de type qui veulent sa place, des victimes d’un tueur en série… pensez que ça doit être plus funky qu’un accidenté de la route hein ? »

« Sans doute. »

« Hé si jamais vous posiez une candidature hein ? S’ils le chopent j’pourrais dire à mes gamins que je connait une star hein ? »

« Merci de l’info Agent Prentiss. Et si nous reportions notre attention sur cette victime de meurtre ? Je viens juste de vérifier le contenu de son estomac vous voulez peut être jeter un coup d’œil ? »

Comme toujours il ne montrait rien. Mais il bouillonnait de l’intérieur. Une chance. Une seule foutue chance. Et il n’était pas le seul sur les rangs. Liam dut faire des pieds et des mains pour parvenir ne serait ce qu’a juste décrocher un entretien par téléphone. Il pressa ses supérieurs de lui accorder des recommandations, passa des nuits entières sur certains cadavres afin de boucler le maximum d’affaires en cours. Il voulait ce poste, mais ne voulait pas partir sans avoir accompli sa tâche, il n’avait aucune confiance dans ces assistants qu’il jugeait médiocre. Son CV était parfait, ses employeurs n’avaient jamais eu a se plaindre de la qualité de ses interventions. Alors quoi ? Pour la première fois de sa vie il ressentait de la rage. Son orgueil le poussait en avant, à croire que personne d’autre que lui ne pourrait faire ce travail. Et puis finalement la délivrance, la réponse tant attendue. Il était choisi. Cette nouvelle lui fit l’effet d’une bombe, toute sa tension retomba d’un coup, il lui sembla que la chance lui souriait. Quand il arriva à Fairhope il dut faire la connaissance de l’équipe en charge du dossier. Il se montra aimable, mais son attention était concentrée sur la lecture du dossier. Coleman lui remit les comptes rendus des précédentes autopsies qu’il dévora en l’espace d’une nuit seulement. Il était tellement impatient de commencer qu’il haïssait ceux qui survivait au tueur. Jared Coleman et Imogen R. Iwanowska…ne pouvaient ils pas faire comme les autres et décéder afin qu’il puisse les examiner comme le veut la tradition ? Il dut attendre mars 2013 pour véritablement commencer à travailler. C’est à ce moment précis qu’il compris ce qu’était le Poète. Un artiste. Pas un simple fou, un véritable artiste. Il révélait une toute autre nature des choses. Au fur et à mesure que les corps s’empilaient sa vision à lui progressait également. Chaque nouveau message était un défi à relever. Il y eut Luis, Jessica, Lila, William, Elena, Léon et Rose. Ils n’étaient que des noms ou plutôt des numéros de table et de dossier. Il lui en fallait toujours plus. C’est ainsi qu’une idée germa dans son esprit. Attiré le tueur vers lui. Pourquoi perdre son temps et son énergie alors qu’il faut juste avoir le bon appât ? Il trouva son bout de fromage en la personne de Vesper Lynch qu’il façonna en tant que victime du tueur. Il ne lui restait plus qu’a attendre que la souris vienne voir le chat.


Revenir en haut Aller en bas

fonda - lost in the fire

avatar

◆ Manuscrits : 6621
◆ Arrivé(e) le : 15/03/2015
◆ Âge : 32 ans
◆ Décédé le : 3 Mars 2016, suite à une altercation avec les forces de police
◆ Métier : ancien biographe et parolier puis secrétaire
◆ Points : 720
◆ DC : Adam,Pete,Micha & Tutur
◆ Avatar : Tree Pace


Sujet: Re: Liam Haynes. Un amour de scalpelVen 12 Juin - 15:20

:aw: :aw: :aw:

Un Liam hug
Laisse moi te couvrir de câlins :wow: Oui je sais, ton personnage ne s'y prête pas mais... Tout de même coeur Très bon choix par ailleurs yiii

J'aime beaucoup le début de ta fiche donc j'ai vraiment hâte de lire tout le reste!!! :yes: En attendant, si tu as des questions sur le perso ou sur le contexte de manière générale, n'hésite surtout pas, je suis là pour ça funk

Bon courage pour la rédaction et surtout bienvenue dans les parages pump it up
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t83-i-slithered-here-from-eden http://potterbird.livejournal.com

Invité


 Invité


Sujet: Re: Liam Haynes. Un amour de scalpelVen 12 Juin - 17:14

Bienvenue Liam !!
J'aime beaucoup la première partie de ta fiche, le personnage est tout à fait intéressant. J'ai hâte de le découvrir plus en détails !

Bonne rédaction :luv:
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: Liam Haynes. Un amour de scalpelVen 12 Juin - 22:25

Ooooh un Liam :luv:
Tom il a trop la classe brille
Bienvenue parmi nous et courage pour la suite de ta fiche ♥️
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: Liam Haynes. Un amour de scalpelSam 13 Juin - 14:15

Bonjour et merci pour l'accueil ^^

Je suis en train de fignoler les derniers détails de l'histoire de ce cher, tendre et adorable Liam, je pense que j'aurais fini d'ici dimanche. Vivement qu'on RP ensemble !

PS : Et je suis totalement d'accord avec toi Hope, Tom est la classe incarnée XD
Revenir en haut Aller en bas

fonda - lost in the fire

avatar

◆ Manuscrits : 6621
◆ Arrivé(e) le : 15/03/2015
◆ Âge : 32 ans
◆ Décédé le : 3 Mars 2016, suite à une altercation avec les forces de police
◆ Métier : ancien biographe et parolier puis secrétaire
◆ Points : 720
◆ DC : Adam,Pete,Micha & Tutur
◆ Avatar : Tree Pace


Sujet: Re: Liam Haynes. Un amour de scalpelSam 13 Juin - 14:52

J'ai franchement hâte de lire tout ça et de venir t'embêter pour des liens et des RPs whislte Encore bon courage ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t83-i-slithered-here-from-eden http://potterbird.livejournal.com

Invité


 Invité


Sujet: Re: Liam Haynes. Un amour de scalpelLun 15 Juin - 16:58

Ooooooh un Liam ! bounce Bienvenue cher collègue, et bon courage pour la fin de ta fiche ! A très vite, je pense qu'on va discuter lien par mp assez rapidement hihi
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: Liam Haynes. Un amour de scalpelLun 15 Juin - 21:57

Merci bien Ellen ^^ il me tarde d'avoir une conversation avec toi, nos deux perso n'ont pas l'air d'être fait pour s'entendre d'après ce que j'ai compris XD

Et voila ma petite fiche est terminée ! Il doit encore rester quelques fautes de frappe je m'en excuse par avance, je tacherais de les repérer et de les enlever.
Revenir en haut Aller en bas

fonda - lost in the fire

avatar

◆ Manuscrits : 6621
◆ Arrivé(e) le : 15/03/2015
◆ Âge : 32 ans
◆ Décédé le : 3 Mars 2016, suite à une altercation avec les forces de police
◆ Métier : ancien biographe et parolier puis secrétaire
◆ Points : 720
◆ DC : Adam,Pete,Micha & Tutur
◆ Avatar : Tree Pace


Sujet: Re: Liam Haynes. Un amour de scalpelLun 15 Juin - 22:30

:wow: J'ai dévoré ta fiche et je l'ai vraiment adorée :aw: Seul détail qui ne t'empêchera pas d'être validé : Jared Coleman n'a jamais fait part de son agression donc Liam a seulement entendu parler d'Imogen zen C'est vraiment un détail de rien du tout hein, sinon c'est juste parfait et le personnage est cerné et... bref tu es validé sans plus attendre coeur hehe2



congratulations !



Félicitations, te voilà officiellement validé(e) ! Tu vas donc pouvoir déambuler dans les rues de la ville comme bon te semble. Sauf si tu crains de tomber sur une plume particulièrement... Inspirée.

Mais puisque tu respires encore, il est temps de t'occuper de toute la paperasse un peu ennuyeuse auprès des autorités locales. Ainsi, tu peux commencer par recenser ton métier avant de te trouver un logement.

Tu peux ensuite ouvrir ton répertoire afin de créer des liens avec les autres personnages ou poster dans les demandes de rp pour te trouver un premier partenaire de jeu.

Dans tous les cas, le staff reste à ta disposition pour la moindre question et te souhaite de passer d'agréables moments sur le forum.

N'oublie pas de rester sur tes gardes... Sait-on jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t83-i-slithered-here-from-eden http://potterbird.livejournal.com



 Contenu sponsorisé


Sujet: Re: Liam Haynes. Un amour de scalpel

Revenir en haut Aller en bas
 

Liam Haynes. Un amour de scalpel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Apocalypse mon amour...
» 4e session : Pack Amour
» Exposez vos plus belles photos d'amour lbp ici
» Salle de déclarations... d''amour, d''amitié ou autres...
» Mes poèmes d'amour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: in the den :: archives :: manuscrits abandonnés-