AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Rickon - "De tous les maux, les plus douloureux sont ceux que l'on s'est affligés à nous même."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité


 Invité


Sujet: Rickon - "De tous les maux, les plus douloureux sont ceux que l'on s'est affligés à nous même." Lun 14 Sep - 21:20

Rickon Charlie Tragger

◆ A un moment donné de notre existence, nous perdons la maîtrise de notre vie, qui se trouve dès lors gouvernée par notre destin. C'est là qu'est la plus grande imposture du monde.◆



◆ 04/05/1980 - 35 ans
◆ En ville depuis quelques jours.
◆ Américain venu tout droit de Los Angeles.
◆ Vie d'un revenu plus ou moins illégal. Officiellement, il n'est pourtant qu'un simple mécanicien. 
◆ Célibataire.
◆ Hétérosexuel.
◆ Bad Blood.
◆ Charlie Hunnam.

entre les lignes

L'affaire : Présent en ville depuis moins d'une semaine, Rickon n'a prit le temps de s'intéresser à ce qui pouvait se passer ici. Cependant, lorsqu'il réalisera que ses proches peuvent d'une manière ou d'une autre devenir à leur tour une victime, nul doute qu'il tentera au mieux, et comme il a toujours su le faire, d'assurer leurs arrières. 

Caractère : Rickon, c'est avant tout ce gars solitaire, celui vers qui, aux premiers abords, nous n'irions pas. Inutile non plus d'espérer qu'il fasse le premier pas. Taciturne, il préfère laisser ses compères parler pour lui lorsque la situation se présente. De même qu'il ne parlera que très rarement de lui. Ce qui d'une façon ou d'une autre l'amène à être quelqu'un d'assez mystérieux pour les gens qui l'entourent, bien qu'il ne cherche aucunement à favoriser cette partie de sa personnalité. En revanche, une fois intégré, jamais il ne sera laissé de côté. Grand observateur, il n'y a généralement rien qui ne lui passe sous le nez. Sa loyauté et son courage ont, plus d'une fois, été unanimement reconnus. Quant à son humour ? Elle s'est être présente au bon moment sans jamais n'être trop lourde. Néanmoins, quelques points de son caractère font de lui, une personne pas toujours appréciée à sa juste valeur et que l'on pourrait généralement qualifié d'instable. C'est avant tout sa possessivité que l'on remarquera le plus. Cette façon de s'emporter et de changer radicalement de comportement, lorsque certaines choses ne sont plus. Agrémenté le tout d'une teinte de jalousie, et vous avez là le parfait exemple d'un gars qui part au quart de tour chaque fois que la situation se présente. Rickon, ce n'est donc pas ce gars très émotif et plutôt difficile à cerner qui préférera entretenir cette carapace qu'il s'est forgé au fil des ans. Cependant, une fois que vous avez réussi à outrepasser cette muraille, vous trouverez quelqu'un de très attachant, qu'il est parfois difficile d'oublier. * Il se demande sans cesse si à l'heure d'aujourd'hui il n'est pas trop vieux pour fonder une famille. Lui qui n'arrive toujours pas à vivre au présent et se contente de se replonger dans le passé quand le moment se présente. 

À savoir :* Il fume depuis ses treize ans, sans n'avoir jamais essayé d'arrêter une seule fois. * Il aime par dessus tout laisser ses cheveux mi longs libre. * Il parait plutôt distant qu'impliqué lors d'une discussion, mais détrompez vous, il enregistrera chacun de vos propos. La seule façon de le calmer lorsqu'il n'arrive plus à se contrôler lui même, c'est la présence de Genesis à ses côtés. * Rickon aime ressentir l'impression qu'il est libre malgré la pression forte qu’amènent tous ces politiciens quotidiennement. * Il aime par dessus tout se retrouver sur sa moto, la nuit, outrepassant les limites de vitesse. Ca lui donne l'impression de souffler un peu et de se retrouver loin d'un quotidien qui l'étouffe. * Contrairement aux apparences, il adore lire. Surtout des livres qui traitent de différentes manières une vision utopiques du monde. * Sa mâchoire se contracte, chaque fois qu'il est contrarié. * Le club, c'est sa vie, il y donnerait sa vie sans hésiter. * Il possède plusieurs tatouages, dont celui à l’effigie du club qu'il lui recouvre entièrement le dos. * Il n'a pas revu son père depuis ses neuf ans, n'a d'ailleurs pas chercher à avoir de ses nouvelles non plus.



derrière l'écran

Pseudo : Al'
Âge : 24 ans
Déjà un compte ici ? : Nop
Code du règlement : OK by Tobias
Où avez-vous connu le forum ? : By Gen d'amour !
Un commentaire ? : Je trouve l'idée du contexte plutôt bonne ! Et puis le design est soigné donc que dire de plus à part que j'ai hâte de commencerrrrr et de tous vous connaitre  bounce

©️ potterbird
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: Rickon - "De tous les maux, les plus douloureux sont ceux que l'on s'est affligés à nous même." Lun 14 Sep - 21:20

once upon a book

◆ Je dois vraiment aimer me fracasser la gueule, pour continuer à courir après toi, continuer à croire à un avenir avec toi, continuer à te laisser avoir une emprise sur moi◆


Il y a des personnes qui, sur cette Terre, sont nées pour diriger le monde, être des survivants, des leaders comme certains aiment les appeler. Puis d’autres qui sont juste ici pour se contenter de survivre. Faire face à ce monde dans lequel on les a plongés sans qu’ils n’aient une seule once envie d’y vivre une seconde de plus. Et puis il y a les autres. Ceux qui vivent sans n’avoir jamais été ni l’un ni l’autre. Ceux qui se contentent de suivre le troupeau. Rickon, à différents moments de sa vie, a un jour fait partie de ces trois catégories sans n’avoir jamais réellement réussi à trouver la bonne place.


Petit déjà, c’était lui le second de la fratrie. Celui qui est censé protéger le petit frère du grand. Celui qui se trouve être la bonne oreille. Celui qui copie chacune des frasques que le plus grand pouvait faire et qui les montre à son tour au plus petit. Celui qui se doit d’avoir la tête sur les épaules. C’est également aussi celui qui, d’une certaine manière, n’a parfois pas la chance de faire ses propres choix. Et ça, sa mère le lui avait bien fait comprendre dès son plus jeune âge. Sans doute n’avait-elle pas envie de recommencer une nouvelle guerre avec son autre fils. Du moins, c’est de cette façon que Rickon l’a toujours vu. Aujourd’hui, cette question restera probablement sans réponse. Sa mère n’ayant eu la chance d’être de ceux qui survivent face aux obstacles que la vie peut vous infliger continuellement et sans relâche. Quant au père ? Il n’a jamais été qu’un mirage aux yeux de Rickon et de ses frères. Combien de fois a-t-il pu se l’imaginer, le voir, sans n’avoir jamais réussi qu’à le toucher du bout des doigts ? Trop sans doute. Tellement d’ailleurs que le père lui même s’est lentement laissé devenir ce doux rêve que les petits Tragger espéraient pouvoir enlacer un jour. Et si vous voulez une preuve, il n’y qu’à voir la façon et la vitesse avec laquelle il a réussi à se débarrasser de sa progéniture une fois la mère enterrée six pieds sous terre. Le plus grand a fini dans un centre spécialisé dans le redressement de comportement au fin fond du Texas. Le petit dernier chez ses grands parents, lui permettant de peut être pouvoir en sauver un des trois et de le façonner à son image. Quant au second, Rickon, lui, on l’envoya à Washington. Apparemment, un cousin proche du côté maternelle avait réclamé sa garde, le père ni voyant aucun inconvénient lui accorda son entière « confiance » concernant l’éducation de son fils. C’est ainsi qu’âgé de seulement de douze ans, Rickon se retrouva à l’autre bout des Etats-Unis, à apprendre les rouages d’un métier qu’il n’avait pas choisi. Et si aux premiers abords cela le rebuta, très vite le cambouis et l’odeur du tabac froid prirent entièrement possession de lui. Ce garage, c’était cette nouvelle maison, ce nouveau départ sur la vie qu’on lui offrait.


De cette nouvelle famille, Rickon en avait bizarrement toujours rêvé sans s’imaginer qu’un jour, elle puisse devenir réelle. Ce fameux cousin, qui jusque là n’avait curieusement quasiment jamais montrer le bout de son nez à LA, menait en réalité une vie que personne chez les Tragger n’aurait pu croire véridique. Ce blouson de cuir au logo plutôt impressionnant avec lequel il s’affichait en tout temps, cette moto sur laquelle il parcourait tant de kilomètres en refusant chaque fois l’argent pour un vol direct, cette façon de mâchouiller ce bout de cigare et de le recracher salement. Tout cet ensemble faisait en réalité partie d’un monde auquel Rickon n’avait jamais vraiment prêté attention. Jusqu’à son arrivé à Washington. « Tu verras petit, ici un jour ce sera chez toi, et crois moi, tu ne voudras plus en repartir. » Il lui avait dit tout ça avec tellement de conviction, qu’à la simple pensée de cette phrase, Rickon se sentait pouvoir un jour sourire sans discernement et sans crainte de recevoir les coups d’un soit disant père... Leur truc à eux ? Un club. Des règles. Une hiérarchie. Voilà autour de quoi tournait cette nouvelle famille constituée la plupart du temps d’hommes. Ca n’a peut être rien d’attirant aux premiers abords, mais très vite Rickon s’est risqué à vouloir en savoir toujours plus. Ca avait commencé par de simples questions, puis ce sont les envies qui sont arrivées. Apprendre à conduire une moto, apprendre à boire comme eux, apprendre à tenir un flingue, à tirer. Etre à leur effigie ? Un jour certainement oui. Son cousin avait l’air d’y croire lui en tout cas. Il lui répétait sans cesse que son amitié avec le petit prince l’y aiderait grandement et que d’une certaineme manière, tous deux étaient promus à un destin plus grand encore. Qu’ils pourraient accomplir de grandes choses s’ils s’en donnaient vraiment la peine. Le petit prince ? C’était Gilliam. Le fils du président. Celui dont tout le monde prenait soin comme s’il était un miracle de la vie. Et quelque part, ça en était un. Si leur vie à toujours été machinalement opposée, Gil’ et Rick’ sont très vite devenus inséparables. Et lorsqu’ils se retrouvaient tout deux à discuter sur le capot d’une voiture du garage, à contempler le ciel étoilé une cigarette à la bouche, c’était tout de suite pour parler d’avenir heureux qu’ils pouvaient espérer donner aux leurs. Ca n’avait rien d’anodin, leur enfance y était pour beaucoup, mais combien, croyez vous, réussissent à réaliser leurs rêves ? Le rêve d’une liberté pour tous...


En grandissant, leur futur se précisa davantage. Gilliam savait précisément quel rôle il tiendrait. Quant à Rickon, il était hors question pour Gil’ qu’il soit autre chose que son bras droit. Celui qui le guiderait dans toutes ses décisions, celui qui pourrait assurer le rôle de président en cas d’absence de ce dernier. Celui qui aurait la tête sur les épaules qu’importe les décisions importantes qu’il devrait prendre. Et curieusement, Rickon ne se voyait pas faire autre chose de sa vie. Ce garage c’était désormais sa maison, ce club, sa famille. Et comme chacun des membres qui se faisait tatouer l’insigne dans le dos, il était décidé à y donner sa propre vie s’il le fallait. Il ne leur restait plus qu’à outre passer le présent, et tarder d’entrevoir ce futur qui s’offrait désormais à eux.


Et les filles dans tout ça me direz-vous ? Si pour Gil’ la question est plus simple, Rickon lui n’a jamais réellement eu qu’un semblant d’espoir de ce côté là. Bien entendu, les histoires d’un soir, il en a connu, mais aucune d’elles n’avaient la même saveur que celle pour laquelle il avait tant espéré. Dès son arrivée ici, elle avait été son ombre le suivant partout chaque fois qu’elle foulait le sol du garage. Elle seule avait réussit à le faire sourire quand plus d’un s’y essayaient depuis plusieurs jours. Elle n’était autre que la nièce d’un membre du groupe, Jack. Qu’il croyait bon sauver de temps en temps des foyers auxquels on l’avait enchainé. Et qui l’en aurait blâmé pour ça ? Certainement pas Rickon. Tout de suite, le courant était passé entre les jeunes ados. Ils avaient leur truc à eux, cette façon de se comprendre d’un simple sourire, d’un simple froncement des sourcils. De se tenir la main avec tellement d’indifférence face à ceux qui les entouraient. Et Rickon n’aurait su dire ce qui l’attachait tant à cette petite, toujours est-il que lorsque Jack lui avait conté son passé, nul doute qu’il avait essayé d’être au plus prêt d’elle sans réussir à lui en parler. Genesis non plus ne l’avait pas fait...  Très vite, cet attachement se transforma en passion sans que ni l’un ni l’autre ne se l’avoue. C’était plus fort qu’eux. Cette conviction qu’ils puissent être heureux ensemble sans avoir besoin d’évoquer ce mot qu’est « amour ». « Tu sais petit, un jour où l’autre, elle t’échappera si tu ne prends pas les devants. ». Et si cela semblait tellement évident pour certains, pour eux ça en était bien loin. « Fous-moi la paix, Jack ! » Puis ce qui se passa arriva. Ils avaient franchi le cap. ils étaient devenus plus proche que n’importe qui d’autre aurait pu l’être. Lui avait ressentit ce grand frisson qui vous dévore de l’intérieur tant il est puissant. Cette façon de la possédé, de savoir qu’elle était sienne. C’était sans doute le plus beau cadeau qu’on avait pu lui offrir dans sa vie. Jusqu’à ce que cette passion se transforme en silence, jusqu’à ce qu’il ne reste d’elle qu’un semblant de parfum sous ce bâtiment surplombé de taule. Et jusqu’à ce qu’elle ne devienne plus qu’un fantôme s’évaporant aux fils des années. Jack n’en savait apparemment pas la raison, et quand bien même Rickon se doutait qu’il ne lui en dise qu’une partie de la vérité, sa fierté l’empêcha de chercher davantage à savoir où pouvait bien être partie Gen. Elle l’avait tout simplement abandonné ici. Peut être pensait-elle qu’elle méritait mieux qu’une vie de débauche et d’incertitudes continuelles. Certainement. Mais Rickon ne parvenait à s’empêcher de lui en vouloir. Et le nom de Genesis était désormais bannis de toutes les lèvres.


Ces trois dernières années se déroulèrent comme tous deux l’avaient espéré. Gil’ prenait place sur le siège de son père. Ce dernier trop affaibli pour continuer à fouler le bitume à bord de sa moto. La règle était la règle. Président ou non, quelconque Biker qui ne peut plus conduire sa monture, n’en est plus un. La passe du pouvoir se fit non sans nostalgie. Rickon hérita quant à lui du siège de l’ancien bras droit de papa Gilliam, celui de Jack. Gilliam promit un avenir meilleur pour le club, expliquant qu’il avait déjà quelques nouvelles rentrées d’argent en vue et que les contrats s’établiront très bientôt. Et ce fut le cas, la vente d’armes avait régressé au profit de plusieurs nouvelles rentes. Et bien qu’un vide sidéral envahissait chaque jour un peu plus Rickon, cette vie qu’il avait toujours voulu avoir s’offrait désormais à lui. Jusqu’à ce jour fatidique. Jusqu’à ce que le destin n’arrive une nouvelle fois à lui voler tout ce dont il avait de plus cher. Jack. Il n’avait réussi à manquer la balle d’un club ennemi. Elle l’avait frappé droit en plein coeur. Le tuant quasiment sur le coup. Ca n’aurait pas du se passer comme ça. Pas lui. Pas celui qui avait essayé de faire de sa vie un havre de paix. Le déchirement qui s’opéra au sein du club était tel que les jours sombres s’enchainèrent les uns après les autres. Puis ce fut Gil’ qui le réalisa le premier. un verre à la main, les yeux rougis par la fatigue. « Rick’ ? Tu crois qu’elle est au courant ? Je veux dire Gen pour Jack ? » Son coeur, à ce moment là, il n’aurait su dire s’il avait implosé sous l’effet de ce nom, ou bien si c’était à cause de tous ces chamboulements, toujours est-il qu’il lui faisait un mal fou. Comme si ce dernier était prêt à sortir de ce corps histoire de ne pas y rester un instant de plus... « J’en sais rien...» Gil’ haussa les épaules à son tour, le fixant avec ce regard dont lui seul avait le secret. « Ok, ok, j’y vais. Je vais la prévenir. » Et contre toute attente, Rickon parti en quête de retrouver Genesis. Non pas par envie, sa fierté étant bien trop grande, ni même par espoir de pouvoir sauver ce qui aurait pu l’être, seulement, il ne voyait pas mieux qui de lui aurait eu l’audace d’annoncer ça à Gen. Qui mieux que lui, aurait su comment réagir à chacune de ses réactions. Voilà comment il se retrouva en ville, ici à Fairhope, en Alabama.


Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: Rickon - "De tous les maux, les plus douloureux sont ceux que l'on s'est affligés à nous même." Lun 14 Sep - 21:23

Bienvenue parmi nous, Rickon :luv: Priam's father is in town !!!!!
Que l'iinspi t'accompagne coeur
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: Rickon - "De tous les maux, les plus douloureux sont ceux que l'on s'est affligés à nous même." Lun 14 Sep - 21:26

Hey merci beaucoup heart

Je vois que tu suis l'affaire de prêt hehe1

En espérant, surtout, que je sois à la hauteur de ce forum qui m'a l'air tout juste parfait pump it up
Revenir en haut Aller en bas

fonda - lost in the fire

avatar

◆ Manuscrits : 6497
◆ Arrivé(e) le : 15/03/2015
◆ Âge : 32 ans
◆ Décédé le : 3 Mars 2016, suite à une altercation avec les forces de police
◆ Métier : ancien biographe et parolier puis secrétaire
◆ Points : 720
◆ DC : Adam,Pete,Micha & Tutur
◆ Avatar : Tree Pace


Sujet: Re: Rickon - "De tous les maux, les plus douloureux sont ceux que l'on s'est affligés à nous même." Lun 14 Sep - 21:33

Bienvenue dans les paraaaages hug

J'espère que tu te plairas par ici et je te souhaite évidemment de passer de bons moments dance2 Si jamais tu as des questions sur le contexte ou quoi que ce soit d'autre, n'hésite pas!!!

Bon courage pour ta fiche en tout cas !!! funk
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t83-i-slithered-here-from-eden http://potterbird.livejournal.com


avatar

◆ Manuscrits : 4592
◆ Arrivé(e) le : 05/08/2015
◆ Âge : 24
◆ Assoc. des Victimes : Membre
◆ Métier : Elève policière
◆ Points : 1068
◆ DC : Aiden, James, Sean, Charlie, Nathan
◆ Avatar : Willa Holland


Sujet: Re: Rickon - "De tous les maux, les plus douloureux sont ceux que l'on s'est affligés à nous même." Lun 14 Sep - 22:11

Bienvenue à toi !! Et bonne rédaction ! bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t248-whirlwind

Invité


 Invité


Sujet: Re: Rickon - "De tous les maux, les plus douloureux sont ceux que l'on s'est affligés à nous même." Lun 14 Sep - 22:40

Hunnam bigcoeur
Bienvenue à toi et courage pour la rédaction de la fiche! yiii
Revenir en haut Aller en bas


avatar

◆ Manuscrits : 3880
◆ Arrivé(e) le : 03/09/2015
◆ Âge : 28 ans
◆ Métier : Lieutenant de police
◆ Points : 4154
◆ DC : Sacha
◆ Avatar : Kate Mara


Sujet: Re: Rickon - "De tous les maux, les plus douloureux sont ceux que l'on s'est affligés à nous même." Lun 14 Sep - 22:47

Bienvenue dans le coin What a Face

_________________


Shandra O. SarmoiseLieutenant de Police
Je suis ici depuis mon enfance, et je vois bien que ma ville autrefois calme, n'est plus le même havre de paix qu'autrefois. La faute à ce poète de malheur. Serais-je celle qui réussira à lui mettre la main dessus ? Je ne sais pas, mais j'ai déjà passé trois ans de ma vie à lui courir après, je suis prête à faire encore bien plus même si cela doit me ronger jusqu'à l'os.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t299-shandra-olivia-sarmoise-is-here En ligne

Invité


 Invité


Sujet: Re: Rickon - "De tous les maux, les plus douloureux sont ceux que l'on s'est affligés à nous même." Lun 14 Sep - 23:15

Merciiii à vous quatre :D ! :wow: :luv:

J'y penserai Tobias si j'ai des questions ou quoi que ce soit ^^
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: Rickon - "De tous les maux, les plus douloureux sont ceux que l'on s'est affligés à nous même." Mar 15 Sep - 10:51

Bon, hier j'étais trop HS pour te faire un message d'amour, mais now c'est good whislte
Bienvenue officiellement mon petit Riri', j'espère qu'on va réussir à les faire souffrir de malade histoire qu'ils se suicident ensemble et tout et tout :wow: :wow: :wow: :wow: :wow: :wow: :wow: !

Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: Rickon - "De tous les maux, les plus douloureux sont ceux que l'on s'est affligés à nous même." Mar 15 Sep - 14:38

Oh my, Charlie bave bienvenue sur le forum
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: Rickon - "De tous les maux, les plus douloureux sont ceux que l'on s'est affligés à nous même." Mar 15 Sep - 18:31

Bienvenue biker! Bon courage pour ta fiche. yiii
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: Rickon - "De tous les maux, les plus douloureux sont ceux que l'on s'est affligés à nous même." Jeu 17 Sep - 1:23

Toi bigcoeur
Je suis contente de voir ce salle gosse dans les parages, tu sais? feels
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: Rickon - "De tous les maux, les plus douloureux sont ceux que l'on s'est affligés à nous même." Jeu 17 Sep - 14:30

Merciiiii  :luv:

Gen : Tu veux l'a faire à la Roméo et Juliette carrément ? xD Fait gaffe, Rickon pourrait aimer  siffle

Becca :  brille Elle m'avait manqué aussi cette Teigne xD ! Et puis avec Mila  bave Je crois que ca la rend encore plus emmerdeuse xD !
Revenir en haut Aller en bas

fonda - lost in the fire

avatar

◆ Manuscrits : 6497
◆ Arrivé(e) le : 15/03/2015
◆ Âge : 32 ans
◆ Décédé le : 3 Mars 2016, suite à une altercation avec les forces de police
◆ Métier : ancien biographe et parolier puis secrétaire
◆ Points : 720
◆ DC : Adam,Pete,Micha & Tutur
◆ Avatar : Tree Pace


Sujet: Re: Rickon - "De tous les maux, les plus douloureux sont ceux que l'on s'est affligés à nous même." Jeu 17 Sep - 22:21

J'ai bien aimé ta fiche, et je te valide sans plus attendre!!! Je te souhaite officiellement la bienvenue, amuse-toi bien à découvrir la ville et les agissements du tueur qui va avec siffle :wow:



congratulations !



Félicitations, te voilà officiellement validé(e) ! Tu vas donc pouvoir déambuler dans les rues de la ville comme bon te semble. Sauf si tu crains de tomber sur une plume particulièrement... Inspirée.

Mais puisque tu respires encore, il est temps de t'occuper de toute la paperasse un peu ennuyeuse auprès des autorités locales. Ainsi, tu peux commencer par recenser ton métier avant de te trouver un logement.

Tu peux ensuite ouvrir ton répertoire afin de créer des liens avec les autres personnages ou poster dans les demandes de rp pour te trouver un premier partenaire de jeu.

Si tu as été validé(e) avant le 15 du mois en cours, sache qu'il faudra également songer à te recenser pour ce mois-ci.

Dans tous les cas, le staff reste à ta disposition pour la moindre question et te souhaite de passer d'agréables moments sur le forum.

N'oublie pas de rester sur tes gardes... Sait-on jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t83-i-slithered-here-from-eden http://potterbird.livejournal.com

Invité


 Invité


Sujet: Re: Rickon - "De tous les maux, les plus douloureux sont ceux que l'on s'est affligés à nous même." Dim 20 Sep - 12:41

Merciiii ! 
Désolé pour le temps de réponse, j'ai eu des petits soucis d'internet :D
Revenir en haut Aller en bas
 

Rickon - "De tous les maux, les plus douloureux sont ceux que l'on s'est affligés à nous même."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bientôt les nains à 40k ?
» [Aide] Débloquer tous les bâtiments .
» Tous les donjons solotables par un panda
» On en a tous eu au moins un comme celui là
» Pourquoi Phoenix gagne-t-il (presque) tous ses procès ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: in the den :: archives :: manuscrits abandonnés-