AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

anipassion.com
Partagez | 
 

 Cal + the sort of tongue that draws you in with charm and words of praise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité


 Invité


Sujet: Cal + the sort of tongue that draws you in with charm and words of praiseJeu 21 Jan - 20:00

Caleigh ‘Cal’ Bellington

◆ citation citation citation ◆



◆ 12/03/1987 - 28 ans
◆ En ville depuis 10 ans
◆ Américaine
◆ Journaliste freelance/Bloggeuse
◆ Célibataire, elle choisit toujours des hommes mariés, pour s’éviter les relations sérieuses, même si apparemment ça apporte aussi son lot d’emmerdes.. Mais pas celles auxquelles elle se serait attendue.
◆ Hétérosexuelle, bien que très libérée.
◆ Bad Blood
◆ Elizabeth Debicki

entre les lignes

L'affaire : Pour comprendre son lien avec l’enquête, il faut savoir que comme tout journaliste qui rêve de gravir les échelons, qui a commencé par le bas de l’échelle et qui s’est battu pour sa place, Caleigh rêve du pullitzer, des grands prix du meilleur article de l’année, voir du siècle. Et comme tous ces jeunes journalistes en quête de leur graal, Caleigh s’est jetée corps et âme sur l’affaire du Poête, d’abord dans un élan d’intérêt, par curiosité et puis progressivement c’est devenu de la fascination malsaine. Elle n’a pas réellement d’avis sur la question, que ce soit bien ou mal ce qu’il fait, elle ne juge pas. Tout ce qu’elle se contente de dire c’est que ce tueur lui fera atteindre les sommets d’une gloire qu’elle ne fait que rêver. Alors jusqu’en mai 2014, elle était juste la petite scribouillarde qui s’occupait de faire quelques lignes sur les victimes et puis le 09 mai, elle a trouvé William Cooper dans son bureau; amants depuis qu’elle avait fait un article sur lui quelques mois plus tôt, elle a de suite été soupçonné.. Surtout quand on l’a retrouvé sur la scène de crime. Ça a été le début de la fin. Relâchée, faute de preuve et parce qu’on avait rien trouvé la reliant aux autres victimes, Caleigh s’est lancée dans la chasse aux sorcières et son patron l’a renvoyé, en février de l’année suivante, alors qu’elle voulait publier un article très acide sur le tueur. D’après son chef « traiter un psychopathe d’homosexuel refoulé ayant subis les sévices d’une mère prostituée, n’est pas la meilleure des idées ». Elle a pris son carton et s’est tirée, pour poster ses articles assassins sur l’inconnu, depuis son blog. Ce qui ne manque pas de lui attirer les foudres de la police et de ses proches; parce qu’en plus de s’autoriser à insulter le tueur, elle se déguise régulièrement pour approcher les survivants ou pour suivre l’enquête en cours.. Une emmerdeuse inconsciente qui fout son nez où elle devrait pas.

Caractère : Caleigh est inconsciente, c’est ce qui revient souvent quand on demande des détails sur sa personnalité. Sa soeur vous dira qu’elle sautait déjà du haut des arbres avant même de savoir marcher et qu’au lieu de collectionner les noeuds dans les cheveux, elle collectionnait les pansements et les cicatrices. Elle a toujours aimé le danger, le risque, l’adrénaline au point de multiplier les activités extrêmes: saut en parachute, courses automobiles et autres délires du genre. Les psychiatres qu’elle a vu, étant plus jeune, ont souvent parlé d’un manque affectif, d’un besoin pathologique d’attirer l’attention de parents qui n’ont jamais existé autrement que dans son imaginaire, parce qu’elle et sa soeur ne les ont pas vraiment connu, ou ne s’en souviennent pas. Et c’est pas totalement faux, Caleigh regrette cette partie de son enfance dont ses parents biologiques n’ont pas fait parti et plutôt que de se laisser accabler, elle a préféré brûler sa vie par les deux bouts, tant pis si ça devra causer sa perte; il faut bien mourir de quelque chose.
Drôle et comédienne, elle a toujours eu un plaisir intense à se déguiser, à prendre des apparences parfois saugrenues pour surprendre, pour espionner, mettre son nez où elle n’aurait pas du et c’est de là qu’on a toujours su qu’elle finirait sa vie comme actrice ou journaliste. Ce besoin du détail, des réponses à ses questions harassantes. Caleigh veut tout savoir, de la création de l’univers à sa fin en passant par les menus détails qui n’intéressent personne. C’est peut être pour ça qu’elle a toujours été parmi les meilleurs journalistes du coin, sans être la meilleure, parce qu’elle porte toujours un intérêt tout particulier à ce que les autres qualifient de broutilles; ces petites choses qui, misent bout à bout, finissent par donner un sens logique à quelque chose qui semblait impossible. Fan de Sherlock Holmes, on a parfois le sentiment qu’elle est aussi atteinte de sociopathie, parce qu’elle sait pas vraiment faire preuve de compassion ou de pitié, pas qu’elle en est démunie, mais dans son travail elle considère que c’est une perte de temps.
Ça n’en reste pas moins une jeune femme très ouverte, facile d’accès, qui favorises les soirées entre amis au bar du coin à vider les shots, que seule dans son appartement trop petit avec deux chats qui empestent le rat mouillé. Elle aime la vie, c’est simplement que Caleigh a décidé de ne pas la laisser passer à côté, de la saisir à bras-le-corps et tant pis si ça gène, si ça dérange.. Tant pis si sa maladresse conduit à blesser les autres, Caleigh est entière, avec ses nombreux mauvais côtés comme ses meilleurs, un peu plus rare.

À savoir : 1. Caleigh a pour habitude de toujours sonner à la porte de sa soeur, quand elle se met dans des embrouilles pas possible. Elle a beau ne pas réussir à le lui dire, elle l’aime, énormément et elle regrette ces quelques années où elles ont été séparé par la société; Caleigh envoyé dans une famille d’accueil et sa soeur coincée dans un centre. A sa manière, elle essaie de reprendre ce qu’elles ont un peu perdu en neuf ans. 2. Si certaines collectionnent les chaussures ou les robes, Caleigh, elle, collectionne les perruques en tout genre et les fausses moustaches, barbes.. Elle a une penderie toute particulière dans laquelle elle entasse ses divers accoutrements et sachez bien que chaque ensemble constitue une personne à part entière. Avec des vies qu’elle leur invente, histoire de bien entrer dans le personnage. 3. Elle ne sait pas conduire, n’a jamais passé le permis et n’est franchement pas intéressée à l’idée de le passer, ce qui est un peu idiot.. Jusqu’à maintenant ça la dérangeait pas plus que ça, puisque son collègue au journal lui servait de chauffeur, mais maintenant.. Quoiqu’elle préfère encore prendre le bus que de chercher sa voiture dans un parking sombre à la merci d’un psychopathe.. 4. Elle mange, tout le temps, à n’importe quelle heure et, surtout, n’importe quoi. D’ailleurs, elle se balade toujours avec un paquet de bonbons dans sa poche ou dans son sac. 5. Son majeur gauche est tout tordu et elle en est fascinée, surtout par la petite boule rouge qui ne s’en va plus, à cause du stylo qu’elle tient toujours trop fermement dans sa main quand elle écrit. D’ailleurs, ses doigts sont toujours tachés d’encre. Toujours. Entre ça et les ongles qu’elle ronge continuellement.. Elle a pas vraiment les mains d’une demoiselle. 6. Elle a jamais été amoureuse et espère ne jamais l’être. Elle trouve que ça rend les gens idiots et incapables. Alors elle préfère les relations qui n’ont pas d’avenir, à celles qui laissent planer le doute, ça explique qu’elle choisisse toujours des types qui sont soit mariés, soit en vacances dans le coin. 7. Tout un pan de mur chez elle est dédiée au tueur qui sévit. Ça la fait passer pour une tarée aux yeux des amis qu’elle invite, mais ça lui permet de ne pas perdre de vue son objectif et de suivre l’enquête, du mieux qu’elle peut. On pourrait même dire qu’elle se prend pour Paul Avery et que le Poête est un peu son « tueur au zodiaque ». Si ça la tue pas, autant dire que cette histoire risque de la rente barge. 8. Quasiment tous les amis qu’elle a, elle les a rencontré via ses diverses enquêtes, ce qui n’est pas très sain, il faut le dire. Qu’est-ce que vous voulez, elle s’entend mieux et a plus d’atomes crochues avec les gens qui ont des choses à lui dire que les autres.. 9. Elle déteste les poupées, de cire, barbies, chiffons.. Elle les a en horreur, sans trop savoir pourquoi.. Et puis alors, ne parlez pas de clowns devant elle.. 10. Caleigh sait depuis ses dix-sept ans qu’elle ne pourra jamais avoir d’enfants… Suite à une grossesse extra-utérine, après une petite sauterie dont elle n’oubliera probablement jamais les détails, qui a bien failli lui coûter la vie.. Parce qu’avant de finir aux urgences, elle ignorait évidemment qu’il y avait un étranger en train de pousser sous son nombril et de lui bousiller l’appareil.. Elle l’a accepté sans trop de difficultés.



derrière l'écran

Pseudo : crazy-medley.
Âge : 25 ans.
Déjà un compte ici ? : nop.
Code du règlement : OK by Jesse
Où avez-vous connu le forum ? : je tourne autour depuis un moment.
Un commentaire ? : pantoufle.

© potterbird
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: Cal + the sort of tongue that draws you in with charm and words of praiseJeu 21 Jan - 20:00

once upon a book

◆ citation citation citation ◆


Elle avait pleuré en s’écorchant les genoux, pourtant là, il lui semblait impossible de laisser échapper la moindre larme, et ce, malgré la douleur sourde qui faisait battre son coeur, vibrer sa cage thoracique. Ce regard, cette embrassade, tout avaient des allures d’adieu, même si Caleigh se refusait à y croire, même si elle espérait au plus profond de ses entrailles ne pas oublier, ne jamais cesser d’y penser, elle connaissait les dangers de la distance, de la séparation à long terme. Elle avait huit ans, mais elle connaissait déjà ces choses-là, elle les comprenait et cela ne rendait la situation que plus terrible à ses yeux, à son coeur et à ses bras qu’on essayait de détacher tant bien que mal de sa soeur aînée qui la regardait d’un air désespéré. Marlowe s’en voulait sans doute, d’avoir laissé rêver sa cadette, de lui avoir fait miroiter un avenir ensemble, loin du monde des adultes, où personne ne viendrait jamais les séparer, parce qu’elle retenait ses larmes en se mordant la joue jusqu’au sang, les fesses heurtant le bitume du parking alors que Caleigh s’enfermait, un peu plus docile, à l’arrière de la berline venue la récupérer. Marlowe était toute sa vie, toute son existence, le lien fragile qu’il lui restait avec des parents qu’elle ne rencontrait que dans ses rêves les plus hasardeux, alors être séparée de sa soeur, si tard, si tôt.. Si violemment. Les Bellington n’étaient pas mauvais, au contraire, ils se donnaient même du mal pour consoler la pauvre gamine qui refusait de sortir de sous son lit, quand venait l’heure des repas en ‘famille’; ces gens qu’elle ne connaissait pas, qu'elle ne voulait pas connaître et qui s’adressaient à elle comme si elle était un membre à part entière de la tribu. Caleigh ne formait que deux, avec Marlowe, alors s’immiscer dans un clan déjà soudé et trop imposant pour elle, c’était hors de question. Il lui fallut deux ans pour s’acclimater, pour accepter la main de Madame Bellington sur son épaule, les sorties à vélo avec Franck, le neveu du couple et d’aller à la pêche avec le chef de famille. Et si elle fit des efforts tout au long des années, elle se refusa toujours de les appeler papa et maman ; parce qu’elle n’apprit pas à les aimer, mais elle en avait déjà eu, des parents et ils n’avaient pas été foutus de la garder elle et sa soeur, alors elle craignait, à raison sans doute, que les Wellington ne fassent de même une fois que Caleigh eu prouvé son attachement. Malgré tout, les années passaient à leurs côtés lui prouvèrent que sa peur était infondée et, surtout, ils gagnèrent sa confiance en arrangeant, le plus régulièrement possible, des retrouvailles entre Caleigh et son aînée.
Ils lui offrirent surement plus que ce qu’elle ne voulut, l’acceptant malgré tout, jusqu’à ses études, bien qu’elle décida de les faire près de Fairhope, pour se rapprocher de sa soeur pour lesquelles ils l’encouragèrent, bien que Monsieur Bellington garda quelques réserves ; à ses yeux, le métier de journaliste était peu sûr et il craignait que sa fille adoptive ne se jette dans un gouffre. Il fut tout de même le premier à l’applaudir à la fin de ses études et l’aida même à trouver une place dans le journal local, lui laissant vivre sa vie à Fairhope sans réellement intervenir.

***

« Je ne suis ni la mort ni la souffrance. Je ne suis ni la plaie ni la brûlure. Je ne suis ni fou ni malhonnête. Je mens pour respirer. » Elle avait mis un moment avant de pouvoir enfin mettre la main dessus, n’étant pas prioritaire, puisque petite recrue peu intéressante du journal. Pourtant, à la seconde où ses doigts s’étaient refermés sur le papier, copie un peu sale d’une photo officielle, Caleigh avait senti son coeur bondir dans sa poitrine. Concrètement, ça ne voulait rien dire pour elle, du moins elle n’arrivait pas clairement à comprendre le message, mais quelque part, elle s’était sentie étrangement touchée par ce qu’elle appela la « confession ». À ce moment-là, elle ne s’imaginait pas que ce meurtre serait le premier d’une longue série, mais déjà, il était le début de quelque chose. Le début de l’animation, parce qu’il réveillait la ville, la sortait de sa torpeur, quand bien même c’était fait au détriment de la vie d’une pauvre femme, sans doute innocente. Caleigh avait maladroitement photographié le papier avec son téléphone, relisant les mots jour après jour, nuit après nuit, jusqu’au second meurtre et avant même que le terme n’arrive sur les lèvres de ses collègues, elle avait mis les pieds dans le plat. « Un tueur en série à Fairhope! Oh le bol ! » Ça n’était évidemment pas passé dans l’oreille de sourds et la soufflante qu’elle avait reçue par la suite, de la part du chef, l’avait un peu calmé, du moins dans les apparences. Sans autorisation, bien qu’elle se le fût octroyée de son propre chef, Caleigh s’était mise en quêtes des proches des deux premières victimes, changeant son apparence à l’aide de subterfuge, dans l’unique but d’obtenir des détails plus ou moins croustillants, se heurtant la plupart du temps à des murs ou des confessions qui ne menaient pas à grand chose; parce que bien qu’elle obtînt quelque fois des informations de moindres importances, par rapport à l’enquête, Caleigh s’y attachait plus que d’autres pour les mettre bout à bout, à la manière d’un puzzle et trouver une explication. Son intérêt s’estompa avec la troisième victime, une survivante. D’emblée, Caleigh se mit en chasse d’autre chose. Et ce ne fut pas grâce au tueur et ses deux premières victimes, qu’elle obtint une réelle place comme journaliste au bureau, mais par un article qu’elle trouva fort banal, sur un professeur de littérature.

***

Bien que le tueur ne l’intéressât plus réellement, à partir du moment où elle le trouvait moins fascinant pour avoir échoué dans son entreprise, Caleigh se focalisa sur des personnalités sans doute moins tordues. William Cooper en faisait partie. Il était bien plus vieux qu’elle, pas franchement séduisant, mais sans doute qu’elle trouva en lui une figure masculine qu’elle n’avait pas vraiment retrouvé depuis qu’elle avait quitté le domicile des Bellington. Tout ce qui la satisfaisait dans cette relation, c’était qu’il n’y avait aucun espoir d’avenir et qu’elle n’aurait aucun mal à mettre fin à leur relation quelque peu secrète, parce qu’elle avait refusé que ça s’ébruite; plus pour sa réputation à elle que pour le reste. Avec lui, ça devait être simple et ça aurait dû l’être. « William ? T’es là ? » Ses doigts avaient poussé la porte et son coeur s’était arrêté net, si bien qu’elle avait menacé de s’étouffer, manquant d’air. La scène qui s’offrait à elle n’avait absolument rien de très agréable et si le tueur devait encore être sur place, l’idée ne lui vint pas en tête. Elle avait devant elle quelque chose d’hors du commun et le naturel ambitieux du journaliste ne manqua pas de prendre le pas sur l’émotion de la petite amie bouleversée. Le téléphone en main, elle ne tarda pas à photographier la scène sous tous les angles, sauvegardant les clichés sur sa carte mémoire qu’elle fourra dans son soutien-gorge, par réflexe. « Merde alors.. Merde.. C’est dingue. » Ce qui l’était encore plus, c’était son attitude, sans doute; elle s’approchait du corps sans vraiment prêter attention au reste, observant la posture de son amant sous tous les angles et ce ne fut que quand elle posa son index sur le stylo plume que des bruits de pas, résonnant dans une course folle qui se termina dans le bureau où elle se trouvait. Des armes pointées sur elle, des cris dont elle ne comprit que la moitié et les bras levés en un geste vif, Caleigh ne manqua pas de se morigéner de son manque de réflexion.

Il n’avait pas fallu quelques secondes de plus aux hommes pour lui mettre les menottes et l’embarquer au poste, sous ses gémissements incompréhensibles et ses balbutiements, les joues écarlates de colère, de malaise aussi. Pas pour le fait qu’on la soupçonne du meurtre, mais parce qu’à coup sûr, la rumeur allait se répandre qu’elle était la maîtresse du professeur.. Et aussi potentiellement le tueur, mais ça c’était le moindre de ses soucis. « Mais enfin monsieur, vous n'allez quand même pas croire que j’ai pu faire un truc pareil ? Regardez moi, j’ai une tête de tueuse? Devant le regard qu’il lui lança, elle s’empourpra en grommelant avant de taper du plat de la main, visiblement outrée. M’enfin mais .. Soyez sérieux deux secondes.. D’accord, je n'aurais peut-être pas dû toucher votre scène, mais c’est tout ce dont on peut m’accuser, je vous assure.. Ça et le fait d’être un peu bordélique, je le reconnais, mais.. » « On a vérifié ses derniers appels.. » Il fouilla un dossier, sans la regarder et déjà, Caleigh senti qu’elle n’aimerait pas la suite. Elle ne se trompa pas, elle n’eut même pas le temps d’avaler une gorgée de l’eau contenue dans son verre en plastique qu’il déposa le papier devant ses yeux, des lignes surinées qui ne lui rappelaient pas grand-chose ; principalement parce qu’elle était incapable de se souvenir de son propre numéro. « Il vous a appelé une vingtaine de fois ne serait-ce qu’en l’espace d’un mois.. Plus rien pendant deux semaines et ces derniers jours, les appels venaient de votre téléphone.. Vous m’expliquez? » Rouge, de honte et non de culpabilité, Caleigh se sentit rapetisser sur son siège, chuchotant sa réponse qui obligea l’inspecteur à littéralement coller son oreille à sa bouche pour entendre. « Je voulais rompre avec lui. Ça s’arrête là, je vous le jure. Quel intérêt j’aurais eu à le tuer, pas d’héritage, il avait rien de précieux.. À moins que vous pensez sérieusement que j’ai tout l’attirail d’un tueur en série et là, je l’aurais tué pour le simple plaisir de tuer, ce qui relève de.. non mais me regardez pas comme ça.. Je vous assure que j’ai rien à voir là-dedans.. Je dois le dire en quelle langue ! Merde à la fin, vous avez pas un spécialiste là, qui peut vous prouver par a+b que je n'étais pas sur les lieux du crime à l’heure où il a été commis ?! Elle finit par croiser les bras, le menton en l’air. Si c’est comme ça, je ne vous dirais plus rien.. Pas sans la présence de mon avocat. »

Ils avaient fini par la laisser sortir, non sans une nuit en détention, puisque par la suite, elle avait jeté son verre au visage de l’inspecteur, dans une flopée de jurons bien sentis.. Pour s’excuser le lendemain, à demi-mot et retourner chez elle, à sa vie.. Elle n'aimait pas vraiment William, il ne fallait pas se mentir, mais sa mort lui laissait malgré tout un quelque chose d’amer, de douloureux. C’était la première fois que quelqu’un mourrait, quelqu’un de son entourage, dont elle était tout de même assez proche pour sentir dans ce départ soudain une absence glacée et violente. Pour la première fois en sept ans qu’elle vivait seule, Caleigh ferma sa porte à double tour, verrous et serrures. Pour la première fois, elle avait peur. Et ça, elle ne le pardonnerait pas de si tôt à ce tueur, cette ombre planant au-dessus de la ville; sa ville.

***

« Merde Cal’.. Qu’est-ce qui t’as pris ? » Elle ne répondit rien, entassant son bazar dans un carton, regardant les photos de ses collègues, entassées dans son tiroir ; une famille, tu parles. Elle les fourra un peu brusquement en grommelant. « Je ne parle pas de ta carrière, là.. mais tu sais pas ce qu’il a dans le crâne ce type.. L’insulter comme ça, quand même.. t’es sérieuse.. » Sa main finit par taper sur le bureau, faisant sursauter Neil qui la dévisageait presque inquiet, ou craintif. « Parce que ce type est de chair et d’os, merde! Il est temps qu’on arrête de mystifier nos tueurs, c’est bien joli de leur donner des surnoms super jolis, qui sonnent bien, mais ça les rend pas moins humains et donc condamnés à l’erreur! Et si pour qu’il commette son erreur il faut le titiller et le faire sortir de sa tanière, si je dois être celle qui le fera, je le ferais bordel! Je le ferais encore et encore. Merde! » Elle s’était voulue digne en quittant le bâtiment comme ça, la tête haute, mais entre le moment de monter dans l’ascenseur et de sortir, elle avait pris l’ampleur de son ânerie. Et si elle était la prochaine ?


Revenir en haut Aller en bas


avatar

◆ Manuscrits : 3799
◆ Arrivé(e) le : 03/09/2015
◆ Âge : 28 ans
◆ Métier : Lieutenant de police
◆ Points : 4042
◆ DC : Sacha
◆ Avatar : Kate Mara


Sujet: Re: Cal + the sort of tongue that draws you in with charm and words of praiseJeu 21 Jan - 21:55

Bienvenue dans le coin :)
Je ne connaissais pas ta célébrité mais elle a l'air cool :)
Bonne chance pour ta fiche, je sens qu'on ne va pas tellement s'apprécier toutes les deux What a Face

_________________


Shandra O. SarmoiseLieutenant de Police
Je suis ici depuis mon enfance, et je vois bien que ma ville autrefois calme, n'est plus le même havre de paix qu'autrefois. La faute à ce poète de malheur. Serais-je celle qui réussira à lui mettre la main dessus ? Je ne sais pas, mais j'ai déjà passé trois ans de ma vie à lui courir après, je suis prête à faire encore bien plus même si cela doit me ronger jusqu'à l'os.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t299-shandra-olivia-sarmoise-is-here


avatar

◆ Manuscrits : 2179
◆ Arrivé(e) le : 12/04/2015
◆ Âge : 28 ans
◆ Métier : détective, promu en décembre 2015
◆ Points : 285
◆ DC : Désirée, Ruby, Jonathan, Jacob, Eva & Simon
◆ Avatar : Jesse Williams


Sujet: Re: Cal + the sort of tongue that draws you in with charm and words of praiseVen 22 Jan - 0:36

Bienvenue sur le forum chef
tu as l'air d'avoir bien avancé ta fiche brille dans tous les cas c'est moi qui vais m'occuper de ta fiche avant le passage de l'admin,
n'hésite pas si tu as des questions book

_________________
"we're going to hold doors open for a while, now we can be open for a while, forward, go back to your sleep in your favorite spot just next to me..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t80-dear-old-world-is-it-too-late-to-get-a-refund http://aesthetics-blue.tumblr.com/

Invité


 Invité


Sujet: Re: Cal + the sort of tongue that draws you in with charm and words of praiseVen 22 Jan - 1:44

Rholala ces choix d'avatars gaah Oui Debicki est pas très graphée ni très jouée, mais je la trouvais tellement bien pour le personnage!

Je l'ai même fini, normalement hmm , mais faudrait que je me relise, pour les coquilles éventuelles.. Donc en attendant de faire ma relecture (demain parce que là je suis bonne à rien:slip: ) je poste pas de suite dans les fiches finies.

En tout cas merci à vous deux bigcoeur
Revenir en haut Aller en bas


avatar

◆ Manuscrits : 4264
◆ Arrivé(e) le : 05/08/2015
◆ Âge : 24
◆ Assoc. des Victimes : Membre
◆ Métier : Elève policière
◆ Points : 1270
◆ DC : Aiden, James, Sean, Charlie, Nathan
◆ Avatar : Willa Holland


Sujet: Re: Cal + the sort of tongue that draws you in with charm and words of praiseVen 22 Jan - 8:59

Bienvenue par ici mademoiselle :luv:
En espérant que tu te plairas parmi nous chef

_________________

tell me did you see the news last night

ps: J'aime les artichauds
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t248-whirlwind

fonda - lost in the fire

avatar

◆ Manuscrits : 6191
◆ Arrivé(e) le : 15/03/2015
◆ Âge : 32 ans
◆ Décédé le : 3 Mars 2016, suite à une altercation avec les forces de police
◆ Métier : ancien biographe et parolier puis secrétaire
◆ Points : 720
◆ DC : Adam,Pete,Micha & Tutur
◆ Avatar : Tree Pace


Sujet: Re: Cal + the sort of tongue that draws you in with charm and words of praiseVen 22 Jan - 9:09

Bienvenue dans les parages brille

Je n'ai fait que survoler ta fiche pour le moment en attendant que tu nous donnes le signales pour aller la découvrir dans son intégralité, mais je plussoie le métier choisi, je vais pouvoir venir t'embêter avec un certain Peter siffle

Bref, je te souhaite surtout de te plaire par ici. Si tu as des questions avant d'aller signaler ta fiche, n'hésite surtout pas à faire appel à nous ^^

Au plaisir de découvrir tout ça, encore bienvenue à toi bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t83-i-slithered-here-from-eden http://potterbird.livejournal.com

Invité


 Invité


Sujet: Re: Cal + the sort of tongue that draws you in with charm and words of praiseVen 22 Jan - 13:25

Merci Willow brille ! Je tiens d’ailleurs à te dire que ton kit est juste magnifique.. Cet avatar là, tu m’as fait frôler l’arrêt cardiaque! gaah

Tobias hehe1 C'est donc toi qui fait le petit journaliste Peter hehe1 On va bien s'entendre peut être panda Puis les journalistes arrivent en masse, le Poète n'a qu'à bien se tenir (tu vas voir, c'est eux qui vont finir par le coincer, si si) lasso Merci de l'accueil et j'espère que ça ira la fiche, j'ai viré quelques morceaux qui me paraissaient pas utiles, mais si jamais c'est pas très compréhensible ou plausible, je modifierais!
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: Cal + the sort of tongue that draws you in with charm and words of praiseVen 22 Jan - 18:15

Oh une nouvelle journaliste hihi je sens que Genesis va t'adorer toi OUPAS!
En tout cas bienvenue, je t'aurais bien dit bonne chance pour la rédaction mais je vois que ta fiche est déjà terminée ♥
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: Cal + the sort of tongue that draws you in with charm and words of praiseSam 23 Jan - 10:58

Mais oui bien sûr on va se faire doubler par les journalistes suspect

En tout cas bienvenue Cal, tu as l'air d'un personnage haut en couleur! bounce
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: Cal + the sort of tongue that draws you in with charm and words of praiseSam 23 Jan - 13:01

Bienvenue sur le forum !! bounce
Revenir en haut Aller en bas


avatar

◆ Manuscrits : 2179
◆ Arrivé(e) le : 12/04/2015
◆ Âge : 28 ans
◆ Métier : détective, promu en décembre 2015
◆ Points : 285
◆ DC : Désirée, Ruby, Jonathan, Jacob, Eva & Simon
◆ Avatar : Jesse Williams


Sujet: Re: Cal + the sort of tongue that draws you in with charm and words of praiseDim 24 Jan - 17:49

en attendant l'admin...


Ta fiche est officiellement terminée et vient d'être relue par mes soins ! Remarques et autres commentaires sur ta présentation ont été transmis à l'admin du forum. Ce dernier va s'occuper de toi dans les plus brefs délais et te signaler les éventuelles modifications à effectuer et/ou te valider.  

_________________
"we're going to hold doors open for a while, now we can be open for a while, forward, go back to your sleep in your favorite spot just next to me..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t80-dear-old-world-is-it-too-late-to-get-a-refund http://aesthetics-blue.tumblr.com/

fonda - lost in the fire

avatar

◆ Manuscrits : 6191
◆ Arrivé(e) le : 15/03/2015
◆ Âge : 32 ans
◆ Décédé le : 3 Mars 2016, suite à une altercation avec les forces de police
◆ Métier : ancien biographe et parolier puis secrétaire
◆ Points : 720
◆ DC : Adam,Pete,Micha & Tutur
◆ Avatar : Tree Pace


Sujet: Re: Cal + the sort of tongue that draws you in with charm and words of praiseDim 24 Jan - 21:03

Très bonne fiche très agréable à lire brille J'aime beaucoup ton perso et tu as vraiment exploité le contexte jusqu'au bout, bref, j'ai vraiment adoré découvrir tout ça :wow: Juste un truc par rapport à ton profil, il faudrait que tu l'allèges un peu pour éviter que ça bug shrug1 Je te souhaite officiellement la bienvenue parmi nous en tout cas :luv:


congratulations !



Félicitations, te voilà officiellement validé(e) ! Tu vas donc pouvoir déambuler dans les rues de la ville comme bon te semble. Sauf si tu crains de tomber sur une plume particulièrement... Inspirée.

Mais puisque tu respires encore, il est temps de t'occuper de toute la paperasse un peu ennuyeuse auprès des autorités locales. Ainsi, tu peux commencer par recenser ton métier avant de te trouver un logement.

Tu peux ensuite ouvrir ton répertoire afin de créer des liens avec les autres personnages ou poster dans les demandes de rp pour te trouver un premier partenaire de jeu.

Si tu as été validé(e) avant le 15 du mois en cours, sache qu'il faudra également songer à te recenser pour ce mois-ci.

Dans tous les cas, le staff reste à ta disposition pour la moindre question et te souhaite de passer d'agréables moments sur le forum.

N'oublie pas de rester sur tes gardes... Sait-on jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t83-i-slithered-here-from-eden http://potterbird.livejournal.com
 

Cal + the sort of tongue that draws you in with charm and words of praise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Guide] Donjon bulbes et sort de capture d'ames
» tirage au sort
» 6ème journée : Tirage au sort des matchs.
» Bubble sort de classe
» [Sort du feu et du métal]Épées Ardentes de Rhuin et Lames...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: in the den :: archives :: manuscrits abandonnés-