AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Qui a volé l'orange du marchand ? - Feat Adam & Erika

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


avatar

◆ Manuscrits : 3954
◆ Arrivé(e) le : 03/09/2015
◆ Âge : 28 ans
◆ Métier : Lieutenant de police
◆ Points : 4272
◆ DC : Sacha
◆ Avatar : Kate Mara


Sujet: Qui a volé l'orange du marchand ? - Feat Adam & ErikaVen 1 Avr - 16:32

Qui a volé l'orange du marchand ?

◆ Feat Adam & Erika ◆



Ce n'est pas parce que je fais partie de la police que j'ai une vie si différente de cela. Et oui, contre toutes attentes, je fais aussi mes courses au centre commercial de la ville. Oui, c'était étonnant, n'est ce pas ? Enfin bon, la réaction des gens est parfois très surprenante quand ils m'aperçoivent et me reconnaissent, comme si à quelques parts, ils avaient quelques choses à se reprocher, ce qui est sans doute vrai, mais je ne suis pas là pour arrêter tout le monde, sous prétexte qu'ils ont oubliés de tirer la chasse après s'être rendu aux toilettes. Mais bon, c'est comme ça, comme si c'était finalement incroyable que je fasse des courses, mais si au début cela avait pu me gêner, maintenant, je laissais faire les gens, sauf s'il y avait un cas de vol avéré effectivement. Je ne m'occupais pas forcément de ces affaires là, mais si j'étais présente, je le ferais. J'avais donc regardée ce qu'il y avait dans mes placards, mon frigo et mon congélateur pour savoir ce que je devais prendre. La liste était modérée, disons que j'en avais eu des plus longues mais j'avais planifiée de faire mes courses aujourd'hui, car je n'aurais pas le temps avant sans doute trois ou quatre jours selon mes horaires. Bref, je prenais donc ma voiture pour me rendre là-bas et faire tranquillement ma besogne. Cela semblait presque être rébarbatif, mais c'était un petit rituel que j'aimais bien, surtout que je pouvais me permettre de m'acheter certains produits de qualité même si j'efforçais de ne pas dépasser un certain budget. Comme je le pensais, certains regards dans ma direction étaient un peu bizarre mais je faisais avec. J'en avais presque finie avec mes courses, il ne me restait que le surgelé à prendre, parce que c'était ce qui craignait le plus lorsque je vis Erika Sheppard. Elle était venue me voir lors de la disparition de Bertram, mais je n'avais depuis, pas eu le temps de prendre des nouvelles de la libraire. Je lui souriais alors, la saluant.

" Bonjour Erika, comment allez-vous depuis la dernière fois ? "

Nous n'étions pas très loin des caisses pour payer nos courses. Je lui souriais attendant sa réponse. Elle était quelqu'un de poser, qui n'avait pas peur du Poète, et qui essayait tant bien que mal de prendre soin de son prochain, du moins, c'était l'impression qu'elle m'avait donné. C'est alors qu'un bruit suspect attira mon attention, c'était une alarme anti-vol qui venait de retentir. Le vigile du centre commercial n'était pas très loin. Il s'occuperait sans doute de cette mince affaire. Je n'étais pas là en tant que lieutenant, même si je sentais que le devoir allait m'appeler d'ici peu.


 


_________________


Shandra O. SarmoiseLieutenant de Police
Je suis ici depuis mon enfance, et je vois bien que ma ville autrefois calme, n'est plus le même havre de paix qu'autrefois. La faute à ce poète de malheur. Serais-je celle qui réussira à lui mettre la main dessus ? Je ne sais pas, mais j'ai déjà passé trois ans de ma vie à lui courir après, je suis prête à faire encore bien plus même si cela doit me ronger jusqu'à l'os.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t299-shandra-olivia-sarmoise-is-here

Invité


 Invité


Sujet: Re: Qui a volé l'orange du marchand ? - Feat Adam & ErikaLun 4 Avr - 12:27

Erika à la supérette du coin. En général ça finissait avec un caddie rempli et un coffre de voiture ayant du mal à contenir tous ses achats. Et oui, car la brunette n'aimait pas faire ses courses. C'était une corvée dont elle aurait bien aimé se passer. Elle avait bien essayé, testant le web et le retrait des courses à l'endroit prévu, la livraison à domicile. Mais non, elle revenait à ce bon vieux chariot qu'elle poussait dans les rayons, choisissant avec soin ce dont elle avait besoin. Parfois elle se laissait déborder et avait besoin d'un gros plein, n'ayant pas fait ses emplettes au fur et à mesure dans la semaine. Là, elle était plutôt raisonnable, ayant juste pris des choses lourdes qu'elle ne pouvait pas prendre autrement qu'en voiture, et deux ou trois trucs qu'elle avait trouvé en musardant dans les rayons. Arrivée aux caisses, elle s'arrêta, ayant repéré Shandra Sarmoise, le lieutenant de Police qui l'avait aidé à chercher Bertram quand celui-ci avait disparu. Elles ne s'étaient pas beaucoup croisé depuis mais avaient gardé de bons rapports, se saluant chaleureusement quand elles se voyaient, n'ayant pas le temps cependant de papoter, ce que la libraire regrettait. Elle était curieuse de mieux connaître la jeune femme. Elle eut une pensée pour Bertram, le saluant silencieusement au passage, souhaitant qu'il soit bien mieux là où il était maintenant qu'à Fairhope avec ce tueur dans la nature. Elle sourit, contente que les rapports avec l'officier soient bons et qu'elle ait gardé un assez bon souvenir d'elle pour lui adresser la parole, par son prénom en plus. Après tout elle n'y était pas obligée.

«Bonjour Shandra. Bien, je vais bien! Et vous? Je suis...»

Elle fut interrompue par une alarme assez forte qui retentit près d'elles. Elle se retourna. Elle vit de dos un homme blond qui passait les portes du drugstore, aussitôt attrapé par le col par le vigile qui veillait au grain. S'en suivirent de véhémentes protestations de l'homme. Erika regarda Shandra. Elle avait vu quelque chose du coin de l’œil mais ne savait pas trop si c'était son rôle d'intervenir, d'autant plus qu'elle était en compagnie d'un officier de police. D'un autre côté, le voleur ou supposé tel était plutôt malmené par le gros bras qui s'en donnait à cœur joie, étant beaucoup plus grand et baraqué que son vis à vis qui ne se démenait que verbalement. Elle regarda Shandra puis la scène, revint à Shandra qui n'avait rien vu, placée comme elle était. En fait un type un peu louche avait suivi le blond dans une allée et avait glissé un objet dans son sac, juste avant qu'il ne sorte et ne se fasse alpaguer par le cerbère des lieux. Bien sûr l'alarme avait retenti, mais surtout elle avait vu le type bizarre se rapprocher du sac du blond et essayer de récupérer ce qu'il y avait glissé. C'était sans compter le balèze qui avait attrapé le sac et son propriétaire et secouait le tout sans ménagement, comme s'il avait pu dérober quelque chose valant trois milliards. Le loubard était évidemment parti, laissant sa victime du jour entre les pattes du gardien des trésors de la supérette. Celui-ci ne se posait pas de question, visiblement trop content d'avoir un peu d'animation pendant sa morne journée. Pourtant, il semblait invraisemblable à Erika qu'il n'ait pas vu la scène, lui aussi. De deux choses l'une, soit il s'en foutait et peu importe qui était coupable de quoi pourvu qu'il ait attrapé son os du jour, soit il était complice de l'autre zigoto.

Elle décida d'intervenir, fidèle à elle même, ne supportant pas une injustice. Elle ne connaissait pas cet homme mais trouva naturel de prendre sa défense, d'autant plus que Shandra était là. Elle lui  adressa un sourire contrit :

«Désolée, je reviens.»

Elle parcourut rapidement les quelques mètres qui la séparaient des deux hommes et tapa sur l'épaule du vigile.

«Eh, vous! Lâchez-le, il n'a rien fait! Ça vous amuse de vous en prendre à quelqu’un de plus petit que vous et de le secouer comme un prunier! LACHEZ-LE!»

Elle essaya de desserrer l'étau des mains de ce colosse de la nuque de ce pauvre blond qui n'en menait pas large et dont les protestations étaient bien trop faibles aux yeux de la libraire. A ce moment, elle voulait juste aider un innocent puis reprendre sa petite vie et sa petite discussion avec Shandra et puis rentrer chez elle. C'était sans compter sur le vigile.
Revenir en haut Aller en bas

overjoyed - fonda & admin

avatar

◆ Manuscrits : 463
◆ Arrivé(e) le : 12/04/2015
◆ Âge : 30 ans
◆ Assoc. des Victimes : vice-président
◆ Métier : propriétaire du Vanilla Palace
◆ Points : 662
◆ DC : Toto, Pete, Micha & Tutur
◆ Avatar : Aaron Tveit


Sujet: Re: Qui a volé l'orange du marchand ? - Feat Adam & ErikaMar 19 Avr - 17:54

Il ne fallait pas se fier aux apparences. Jamais. Celui qui s’y risquait serait sans doute bien vite déçu ou anéanti par la réalité des choses. À croire que l’humanité toute entière préférait se laisser avoir au final, car rares étaient ceux qui voyaient au-delà d’une simple façade ; et particulièrement quand il s’agissait d’Adam. Ses airs efféminés ne trompaient généralement personne et en bon stéréotype ambulant, on se retournait fréquemment sur son passage pour lever les yeux au ciel ou pour chuchoter des propos déplacés. Le blond y prêtait rarement attention, trop occupé à relever ses lunettes de soleil afin de pouvoir coller son nez au plus près des vitrines des magasins du centre commercial, attiré par une énième paire de chaussures bleu marine à pois blancs, très tendance à cette période de l’année, surtout lorsqu’elles étaient portées avec un jean clair. Le quasi-trentenaire hésita un instant avant de se souvenir que la vie l’avait plutôt épargné financièrement, qu’il n’était franchement pas à plaindre et qu’il pouvait se permettre bons nombres de fantaisies sans jamais les regretter. Et si toutefois il ne portait jamais ladite paire, il savait qu’il pourrait en faire don à une association qui saurait quoi en faire. Un haussement d’épaules et quelques essais plus tard, il était ressorti du magasin avec un sac plein à craquer, se dirigeant à présent vers un autre, son sac à main sur son épaule gauche, son pull rose noué autour de son cou.

Une chose en menant à une autre, le jeune homme s’était retrouvé dans les rayons du supermarché en quête de produits de beauté et de lotions capillaires ; l’entretien de sa peau ainsi que de ses cheveux faisaient certainement partie de ses priorités. Certains s’accordaient à dire que c’était totalement ridicule et superficiel, mais Adam aimait seulement se sentir bien dans sa peau. Quitte à être coincé dans un corps pour quelques décennies, autant essayer de prendre soin de sa prison de chair, pas vrai ? Il avait donc perdu un temps fou à lire les étiquettes des produits dont il était question, redoutant les ingrédients aux noms à rallonge qui ne lui semblaient pas naturels pour deux sous, se hissant sur la pointe des pieds afin d’attraper ceux dont ne personne ne voulait sur les étagères presque inaccessibles. Il avait fini par tout remettre en rayon, persuadé qu’il ne trouverait pas son bonheur ici, mais bien dans une boutique spécialisée ou même en pharmacie comme il avait l’habitude de faire d’ordinaire. Reposant ses lunettes de soleil sur le bout de son nez, il récupéra ses sacs, les tenant à bout de bras, les anses littéralement posée sur son avant-bras qu’il gardait ouvert vers l’extérieur comme tout bon accro au shopping qui se respecte.

Bien évidemment, il n’avait pas vu venir la suite. L’alarme qui avait manqué de lui arracher un tympan, sa main libre se plaquant instinctivement sur son oreille pour atténuer la nuisance ; puis le réflexe stupide qui l’avait poussé à se retourner sans cesse afin de vérifier s’il était bel et bien le seul responsable du retentissement de cette sonnerie mécanique et stridente. Personne. Adam fronçât les sourcils, jetant un rapide coup d’oeil à ses sacs histoire de s’assurer qu’une vendeuse n’avait pas oublié d’enlever une étiquette à un pantalon flambant neuf, mais le barman n’eut même pas le temps de dire ouf qu’on l’interpellait déjà dans le seul but de le trainer au poste de sécurité. « Oulah je… Attendez un instant, il y a forcément une erreur. » Forcément oui. Car Adam savait que les apparences étaient trompeuses et que son minois lisse et charmant plaidait son innocence malgré lui. On lui aurait accordé le bon Dieu sans confession et pourtant… Pourtant lui aussi s’était laissé tenté par le fruit défendu après moultes délibérations. Peut-être que le vigile l’avait justement vu dans ses yeux, ou lu entre les traits légèrement froissés de son visage. Peut-être qu’il l’avait connu ailleurs, dans le centre où Adam avait grandi. Peut-être qu’il avait été là les rares fois où la crapule miniature avait fait parlé d’elle en dérobant des broutilles dans les supérettes à la sortie du lycée ? « Mais lâchez-moi mais… Puisque je vous dis que c’est un malentendu ! » La main de l’agent de sécurité trouva cependant la nuque du protestataire, jusqu’à qu’on lui vienne enfin en aide. Adam esquissa de grands yeux face à cette inconnue. Elle avait un certain culot mais le blond n’allait très certainement pas s’en plaindre. « Vous l’avez entendu, je doute que votre patron apprécie vos méthodes. Et je vous dis que je n’ai rien pris. » Il se massa le cou tandis que la brune qui les avait interpellé se faisait prendre à partie par l’armoire à glace en charge de surveiller les lieux. « Vous voulez le suivre au poste ? Pour les réclamations, c’est à l’accueil que ça se passe. Circulez, y’a rien à voir. » Abasourdi par tant de brutalité, la mâchoire d’Adam manqua de se fracasser contre le sol. « Je vous préviens, mon petit ami est policier. Vous allez entendre parler de lui ! » Menace qui n’eut pas l’effet escompté, puisqu’on essayait à nouveau de l’emmener à l’abris des regards.

_________________

if i can't find a cure, i'll fix you with my love



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t84-and-the-walls-kept-tumbling-down#149


avatar

◆ Manuscrits : 3954
◆ Arrivé(e) le : 03/09/2015
◆ Âge : 28 ans
◆ Métier : Lieutenant de police
◆ Points : 4272
◆ DC : Sacha
◆ Avatar : Kate Mara


Sujet: Re: Qui a volé l'orange du marchand ? - Feat Adam & ErikaJeu 21 Avr - 17:54

Qui a volé l'orange du marchand ?

◆ Feat Adam & Erika ◆


Visiblement, l'alarme anti-vol du centre commercial avait attiré les regards puisqu'il semblait y avoir un véritable vol, en direct. Erika semblait préoccupée par tout cela, plus que moi-même, mais j'étais un peu au dessus de ce genre de petites affaires. J'avais goûtée à l'excellence avec l'affaire du Poète, alors les petits vols ne m'intéressaient pas vraiment pourtant, je savais que j'allais intervenir, ce serait plus fort que moi. En tout cas la libraire s'était arrêtée de parler observant la scène qui se produisait dans mon dos. Le vigile semblait avoir la situation en main alors pourquoi est ce que je devrais intervenir, je ne suis même pas en service, même si je porte quand même mon arme et ma plaque sur moi. Je ne sors jamais sans de toute façon, même si je ne suis pas officiellement en service, je me dois de faire régner l'ordre ici et là, c'est comme ça. Parfois, je me passerais bien de faire ça, mais je ne peux tout simplement pas. Cependant, cette fois, j'étais prête à fermer les yeux sur ce qui était en train de se passer, mais c'était sans compter sur la libraire qui allait donc faire en sorte d'intervenir. Elle m'avait regardé avant de prendre son courage à deux mains. Elle s'excusa et se rendit en direction du vigile qui semblait malmener le voleur. Elle n'avait pas peur, parce qu'après avoir tapoter l'épaule du vigile, elle lui dit de lâcher l'homme. Le connaissait-elle ? Possiblement, je n'en savais rien, je ne la connaissais pas assez pour connaitre ces connaissances, mais elle était persuadée que le vigile s'en prenait à la mauvaise personne. Je n'avais rien vu personnellement, la scène s'étant passée dans mon dos. J'étais presque amusée par la scène. Si je n'avais pas été lieutenant de police, je me serais peut être même amusée à filmer le tout, mais là, je préparais seulement ma carte pour la montrer au vigile. Je venais d'entendre ce qu'il venait de dire à Erika et ça ne me plaisait pas. J'avançais donc vers le trio, sortant ma carte la mettant en évidence sous le nez du vigile.

" Lieutenant Sarmoise. Qu'est ce qui se passe ici ? Ce ne sont pas des manières de faire ... Toby. Vous avez eu votre diplôme de vigile dans un paquet de lessive ou quoi ? Bref, pas besoin d'aller au poste de police, nous allons nous expliquer calmement vous voulez bien ? Que reprochez vous à monsieur ? "

Je le regardais droit dans les yeux. Je ne savais pas ce qu'il allait me dire, mais en tout cas, je ne lâchais pas non plus le jeune homme aux lunettes de soleil. Ce n'est pas parce que nous sommes fin août qu'il faut abuser de cela. Bref, je voulais savoir ce que le vigile avait à me dire avant d'entendre le jeune homme et Erika aussi puisqu'elle semblait avoir vu la scène.

 


_________________


Shandra O. SarmoiseLieutenant de Police
Je suis ici depuis mon enfance, et je vois bien que ma ville autrefois calme, n'est plus le même havre de paix qu'autrefois. La faute à ce poète de malheur. Serais-je celle qui réussira à lui mettre la main dessus ? Je ne sais pas, mais j'ai déjà passé trois ans de ma vie à lui courir après, je suis prête à faire encore bien plus même si cela doit me ronger jusqu'à l'os.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t299-shandra-olivia-sarmoise-is-here

Invité


 Invité


Sujet: Re: Qui a volé l'orange du marchand ? - Feat Adam & ErikaSam 23 Avr - 17:00

La moutarde lui était montée au nez. Peu importe en fait si le blond était coupable, avait volé l'intégralité de la joaillerie ou un bijou de technologie, peu importe s'il était blond, brun, blanc ou noir, ce qui avait fait tourner le sang d'Erika, c'étaient les manières sans égards du vigile. Evidemment s'il y avait eu vol, il n'allait pas s'adresser à l'Arsène Lupin du jour en lui demandant «Voulez-vous avoir l'amabilité et l'obligeance de me suivre s'il vous plaît monsieur, il semblerait que vous ayez dans votre sac quelque chose qui nous appartienne encore?» Bien sûr que non! Mais il y avait tout de même un minimum, surtout quand la différence de taille et de poids était si flagrante. Elle avait donc rangé sapeur dans sa poche et y était allée tout de go, misant que cet ours mal léché n'allait tout de même pas mal se comporter envers une femme. Erreur, le cerbère la considéra tout juste un peu mieux que sa prise du jour, n'en desserrant pas du moins du monde l'étreinte et la renvoyant de façon on ne peut plus cavalière à ses affaires:

« Vous voulez le suivre au poste ? Pour les réclamations, c’est à l’accueil que ça se passe. Circulez, y’a rien à voir. »

Par dessus ça, le jeune homme s'égosillait, essayant de persuader le cerbère de son innocence, les yeux cachés par de grandes lunettes de soleil, plutôt incongrues en intérieur. Il en appela au patron et finit par évoquer son petit ami policier, ce qui fit grimacer l'armoire à glace, mais guère plus. Erika allait repartir à la charge, pensant à traiter le vigile de gros raciste homophobe quand elle entendit Shandra parler dans son dos. Elle avait complètement oublié la présence du commissaire, obnubilée par la défense d'un innocent à ses yeux et scandalisée par l'attitude du surveillant du supermarché. Elle se retourna d'un bloc, une main encore sur le bras du vigile. D'un ton posé mais ferme, elle prit la situation en main, d'autant plus qu'elle paraissait connaître la sentinelle.

" Lieutenant Sarmoise. Qu'est ce qui se passe ici ? Ce ne sont pas des manières de faire ... Toby. Vous avez eu votre diplôme de vigile dans un paquet de lessive ou quoi ? Bref, pas besoin d'aller au poste de police, nous allons nous expliquer calmement vous voulez bien ? Que reprochez vous à monsieur ? "

Le vigile changea alors complètement d'attitude, mettant juste une main sur l'épaule du blond au cas où il lui prendrait la folle idée de s'enfuir. Il sourit d'un air un peu penaud, s'écartant de la libraire et ne regardant pas le lieutenant Sarmoise dans les yeux, ayant bien conscience d'avoir outrepassé ses droits. Il n'était pas nécessaire en effet, du moins dans ce cas, de faire usage de la force. Il regarda vers un local dont la porte ouverte laissait apercevoir des écrans de contrôle.

«Ça fait un petit moment que je le surveille.» dit-il en parlant du blond. «Il était au rayon des produits de beauté. Il a tout regardé, il en a mis dans un panier, quatre cinq produits. Puis il a réfléchi, regardé encore et puis il a reposé les articles, mais pas tous. J'en suis sûr, enfin je crois. Il en a mis dans son sac, en douce. Alors je voulais vérifier.  Vous savez Lieutenant, des comme ça, à qui on donnerait le bon Dieu sans confession, j'en vois passez tous les jours. Alors...»

De condescendant à méprisant, puis un peu moins mordant et enfin bredouillant, le vigile semblait se tasser et comprendre qu'il avait commis une bourde, d'autant plus qu'il ne paraissait plus si sûr de lui, sous le regard inquisiteur de l'officier. Il se souvenait peut-être en plus que le blond avait dit que son petit-ami était policier, lui aussi, et réfléchissait donc à son avenir, se grattant la tête de son autre main.
De son côté, Erika n'était pas du tout calmée, au contraire. L'intervention de Shandra la confortait dans l'idée que ce paquet de muscles avait dépassé les bornes.

«C'est plus dans une pochette surprise qu'il l'a eu, oui, son diplôme. Vous avez vu comment il a secoué ce jeune homme? C'est un miracle s'il n'a rien de cassé. Et puis même s'il a piqué un truc, c'est une raison de le traiter comme ça? Oui, je crois qu'il faut aller voir le directeur pour tirer tout ça au clair. Ce type ne devrait pas travailler ici s'il n'est pas capable de se maîtriser. Et en plus il m'a mal parlé!»

La libraire était bien contente que la commissaire soit là, par hasard. Elle allait régler la situation en deux temps trois mouvements et Erika pourrait rentrer chez elle, ou bien peut-être allait-elle en profiter pour inviter le lieutenant à boire un café, si elle avait le temps. Elle regarda le blond tout de même un peu surprise de sa nervosité. De la sueur perlait à ses tempes et sur sa lèvre supérieure. Était-ce le fait de s'être fait prendre à partie ou était-il finalement un voleur à qui sa bonne mine permettait de tout faire?
Revenir en haut Aller en bas

overjoyed - fonda & admin

avatar

◆ Manuscrits : 463
◆ Arrivé(e) le : 12/04/2015
◆ Âge : 30 ans
◆ Assoc. des Victimes : vice-président
◆ Métier : propriétaire du Vanilla Palace
◆ Points : 662
◆ DC : Toto, Pete, Micha & Tutur
◆ Avatar : Aaron Tveit


Sujet: Re: Qui a volé l'orange du marchand ? - Feat Adam & ErikaSam 14 Mai - 15:39

Quelqu’un de posé et de beaucoup plus calme en aurait profité pour apaiser la situation. Toute personne censée se serait dit qu’une simple vérification dans le sac à main d’Adam et dans les autres sacs qui contenaient encore les paires de chaussures et les vêtements sur lesquels il venait de craquer, aurait été suffisante. N’importe qui de suffisamment diplomate aurait réprimandé le vigile en constatant qu’aucun méfait n’avait été commis, aurait prié Adam de faire plus attention la prochaine fois, et aurait repris sa route sans se soucier du reste. Mais les deux jeunes femmes sur lesquelles Adam était tombé ce jour-là n’était vraisemblablement de cet avis et il fallait bien avouer qu’il était plutôt ravi de se retrouver face à des personnes qui partageaient son point de vue et qui ne semblaient pas vouloir l’abandonner face au grand décérébré en charge de la sécurité dans ce supermarché. Ce dernier se confondait déjà en excuses de manière détournée, ou plutôt se sentait-il gêné de la tournure que les choses prenaient quand il aurait du se contenter d’un simple contrôle rapide avant de laisser le barman vaquer à ses occupations favorites. Personne ne comptait lui lâcher la grappe aussi facilement de toute manière, et voilà que les trois victimes se transformaient en agresseurs, renversant le pouvoir et faisant opposition aux explications stupides de cette armoire à glace qui se croyait visiblement tout permis. La lieutenant avait déjà remis cet homme à sa place, l’affublant subitement d’un surnom sans qu’Adam comprenne vraiment s’ils se connaissaient déjà ou si elle cherchait à le ridiculiser en utilisant un tel diminutif, quand l’autre brune reprit aussitôt la parole pour en rajouter une couche. Ce à quoi tout être normalement constitué aurait fini par rétorquer que c’était assez, qu’ils avaient obtenu gain de cause à présent et qu’ils pouvaient rentrer. Mais ce n’était pas le cas d’Adam, ce n’était définitivement pas dans sa nature.

Les bras croisés sur sa poitrine, il observait le vigile d’un air inquisiteur, comme si c’était soudainement le bourreau qu’on soumettait à la questionette, tapotant légèrement du bout du pied sur le sol pour marquer le rythme de son impatience. « Je suis bien obligé de faire ce qu’on me dit, si on me dit d’aller vérifier tel ou tel sac, c’est mon boulot… » Il essayait vainement de se défendre, la tête presque baissée, le regard oscillant entre le bout de ses chaussures et les visages interdits qui s’étaient arrêtés tout autour d’eux pour observer cette scène des plus improbables. « Vous l’avez entendue, c’est un miracle si je n’ai rien de cassé. Et croyez-moi, si j’ai le moindre bleu, c’est vous qui devrez payer mes produits de beauté et autres crèmes en tout genre pour que je puisse les faire disparaitre. Vous m’avez pris pour quoi exactement ? Un punching-ball ? » S’il n’avait pas été de mauvaise foi, il aurait avoué que la poigne du vigile avait été plus impressionnante que brusque, plus effrayante que douloureuse, mais il n’était pas question d’admettre une telle chose pour le moment quand la situation pouvait lui permettre de faire comprendre à ce gardien qu’il était allé définitivement trop loin et qu’il ne pourrait pas s’en tirer comme ça cette fois-ci ; ni agir de la sorte à l'avenir.

« Vous savez quoi ? Elles ont tout à fait raison. On va régler ça calmement au poste de sécurité ou avec votre directeur. Et si par hasard il n’est pas là, on pourra toujours lui écrire pour lui faire savoir la façon dont vous traitez votre clientèle fidèle ; en tout cas vous n’êtes pas prêt de me voir trainer par ici, ça c’est certain. » Visiblement irrité à ce stade de la conversation qui avait plutôt pris des allures d’interrogatoires, Adam ouvrit un premier sac pour le tendre au vigile. « Maintenant, puisque vous y tenez tant, allez-y, vérifiez donc. On verra bien qui aura l’air le plus stupide au final. Allez-y, fouillez ! » Il laissa le sac entre les mains du vigile qui ne savait visiblement pas quoi en faire, en saisissant un deuxième pour faire la même chose, retournant les vêtements qui se trouvaient à l’intérieur pour montrer à qui voulait bien se porter témoin qu’il n’y avait rien provenant du rayon cosmétique de ce supermarché dans aucun de ses sacs. « Est-ce que je continue ou est-ce que vous voulez qu’on arrête là pour ne pas trop vous embarrasser ? » Peut-être qu’ils y allaient un peu fort, mais ça valait bien l’étreinte ferme des doigts du vigile sur la nuque du barman quelques instants auparavant.

_________________

if i can't find a cure, i'll fix you with my love



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t84-and-the-walls-kept-tumbling-down#149


avatar

◆ Manuscrits : 3954
◆ Arrivé(e) le : 03/09/2015
◆ Âge : 28 ans
◆ Métier : Lieutenant de police
◆ Points : 4272
◆ DC : Sacha
◆ Avatar : Kate Mara


Sujet: Re: Qui a volé l'orange du marchand ? - Feat Adam & ErikaJeu 26 Mai - 14:56

Qui a volé l'orange du marchand ?

◆ Feat Adam & Erika ◆


Visiblement, ce vigile n'était pas très doué. Il voulait se croire le plus beau, le plus fort, mais je connaissais ce genre de cas. Il était vigile, parce qu'il n'avait pas réussi à devenir policier sans doute, du coup, voulant quand même faire régner l'ordre, il avait fini par devenir vigile. Ce n'est pas un métier facile, j'en conviens, je préfère largement être à ma place, mais là, il était vraiment mauvais. Depuis quand est ce que l'on secoue comme un prunier quelqu'un comme ça ? S'il avait été un bon vigile, il aurait simplement demander à notre pseudo voleur, une petite vérification d'usage concernant le contenu de son sac. Mais il ne l'avait pas fait, Erika l'avait vu, et je m'étais vu obligée d'intervenir. Je laissais donc les trois autres protagonistes donner leurs arguments pour tenter de démêler le vrai du faux. Et plus Erika parlait plus l'autre homme parlait, plus notre vigile se faisait penaud, sentant sans doute que la situation le dépassait largement. Finirions-nous chez le directeur ? Cela me semblait possible, même si je doute que le vigile veuille que nous en arrivions là. Le problème était que le vigile surveillait le pseudo voleur depuis quelques temps et qu'il pensait qu'il n'avait pas reposer certaines choses. Il pensait seulement, il n'en était même pas sûr, autrement dit, ça ne sentait pas bon pour lui. S'il m'avait dit qu'il était certains des choses, j'aurais pu abonder dans son sens, mais là, ce ne serait pas possible. Il faut faire les choses avec certitude, parce que si je pensais être sûre que telle ou telle personne est complice du Poète et que donc je m'amusais à les interroger et à les mettre en détention sur des hypothèses, sans preuves tangibles alors je pouvais rendre mon insigne. Sans un minimum de preuves, nous ne pouvons rien faire et le vigile semblait en manquer grandement. Sans qu'il ne le demande, les sacs se vidèrent et l'argumentation du vigile tomba définitivement à l'eau, puisque ce qui avait été potentiellement volé ne se trouvait pas dans les dits sacs. Je vis le vigile blêmir d'un coup. Il avait faux sur toute la ligne. S'il n'était pas sûr il aurait pu demander gentiment à procéder à la vérification du sac, mais à la place, il avait molester le jeune homme comme un vulgaire criminel.

" Je pense que vous avez la preuve que monsieur n'a rien volé, n'est ce pas ? Vos accusations ne sont pas fondées, puisque vous avez devant vos yeux tout le contenu des sacs et que ce qu'il avait potentiellement volé ne se trouve pas à l'intérieur. Ce que je vous conseille de faire, c'est de bien réfléchir à la portée de vos actes avant de molester quelqu'un de cette façon comme s'il était un vulgaire criminel. Si vous pensiez qu'il avait simplement voler quelques choses, vous auriez dû lui demander gentiment de vérifier le contenu de son sac. Ce n'est pas une chose qui est au dessus de vos capacités, j'imagine ? Non, je ne pense pas. Si tout le monde est d'accord, je vous propose qu'on en reste là. Je toucherais deux mots à votre employeur cependant, il ne faudrait pas que vous ayez menti sur vos diplômes et vos antécédents. Je me fais bien comprendre ? "

Je sentais le regard perdu du vigile qui ne pensait sans doute pas que les événements prendraient une tournure aussi dramatique. Il pensait que la situation serait en sa faveur, mais pas de chance pour lui, j'étais là, et même si je n'étais pas en service, je représentais la loi, les forces de l'ordre. Je regardais ensuite Erika & le pseudo voleur que j'avais déjà croisé quelques parts, mais où ? Je ne savais pas s'ils auraient des choses à ajouter, peut être qu'il voudra porter plainte contre le vigile, même si cela peut se faire, ce serait quand même perdre du temps et de l'argent pour au final peu de choses. Mais il y avait les caméras de sécurité pour lui donner raison.
 


_________________


Shandra O. SarmoiseLieutenant de Police
Je suis ici depuis mon enfance, et je vois bien que ma ville autrefois calme, n'est plus le même havre de paix qu'autrefois. La faute à ce poète de malheur. Serais-je celle qui réussira à lui mettre la main dessus ? Je ne sais pas, mais j'ai déjà passé trois ans de ma vie à lui courir après, je suis prête à faire encore bien plus même si cela doit me ronger jusqu'à l'os.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t299-shandra-olivia-sarmoise-is-here

Invité


 Invité


Sujet: Re: Qui a volé l'orange du marchand ? - Feat Adam & ErikaJeu 16 Juin - 22:59

De fanfaronnant et sûr de lui et du bon usage de ses muscles plus que de celui de son cerveau, le cerbère devint peu à peu la pâle copie de ce qu'il était quelques minutes auparavant. Sa belle assurance fondit comme neige au soleil lorsque le jeune homme, au comble de sa colère et apparemment profondément vexé, décida de faire étalage de toutes ses emplettes, vidant méthodiquement chaque sac, soulignant à chaque fois l'absence des produits que le vigile lui reprochait d'avoir volés. A chaque fois, l'assurance et la morgue du jeune blond augmentait tandis que celle de l'armoire à glace diminuait, l'homme se tassant et se voûtant comme s'il voulait s'échapper par un trou de souris de cette situation qu'il avait vu glorieuse et avantageuse pour lui au départ. Erika observait, pressentant que cet abus de pouvoir manifeste auquel elle avait assisté était un comportement normal pour ce colosse qui devait s'amuser à terroriser ses victimes en les secouant de la sorte. Peu de gens devaient avoir assez de sang froid et d'assurance pour le remettre à sa place et c'était bien là le problème, d'autant plus qu'il devait choisir ses cibles de manière à avoir le dessus facilement, comptant sur son impressionnante carrure pour faire tourner la situation en sa faveur. Là, pris la main dans le sac, elle le voyait sans fard, pauvre homme faisant un métier sans doute difficile, réduit à ce genre de stratagème pour remplir et émailler sa journée de petites victoires bien mal acquises. Elle n'eut pas pitié de lui car il était certainement plus difficile et moins distrayant pour lui de faire son métier correctement, mais elle n'aimait pas ce genre de comportement. Finalement si les gens ont une si mauvaise opinion des vigiles, c'était bien à cause de ce type d'individus.

D'un autre côté, le blondinet ne semblait pas aussi blanc comme neige qu'il y paraissait de par la manière dont il sur-réagissait. Il en faisait des tonnes et cela mettait la libraire mal à l'aise. Elle se demandait si finalement le vigile n'avait pas reconnu le comportement suspect d'un voleur même si, cette fois-ci au moins, sa victime était au-dessus de tout soupçon, n'ayant rien sans ticket de caisse dans ses sacs. Son agressivité se comprenait car il avait été injustement mis en cause et physiquement secoué et il en voulait logiquement à cette montagne de muscles dépourvue de la plus élémentaire des réflexions. Néanmoins, il cherchait maintenant à provoquer, cherchant à pousser les choses bien plus loin.

« Maintenant, puisque vous y tenez tant, allez-y, vérifiez donc. On verra bien qui aura l’air le plus stupide au final. Allez-y, fouillez ! » « Est-ce que je continue ou est-ce que vous voulez qu’on arrête là pour ne pas trop vous embarrasser ? »

La présence de la commissaire et d'Erika semblait le galvaniser et il transformait cet incident en esclandre, jouant l'outragé comme un acteur devant son public, les portiques de sécurité étant sa scène et le supermarché son décor. Elle se dandina d'un pied sur l'autre, se demandant comment sortir de cette situation sans froisser qui que ce soit, préférant qu'on s'en tienne aux mots, même si elle savait que ménager la chèvre et le chou était sans doute la pire des solutions, car personne n'y trouverait son compte. Pour autant, elle considérait que le vigile avait eu ce qu'il méritait et qu'il serait sage d'en rester là.

Le commissaire semblait de cet avis:

"Si vous pensiez qu'il avait simplement voler quelques choses, vous auriez dû lui demander gentiment de vérifier le contenu de son sac. Ce n'est pas une chose qui est au dessus de vos capacités, j'imagine ? Non, je ne pense pas. Si tout le monde est d'accord, je vous propose qu'on en reste là. Je toucherais deux mots à votre employeur cependant, il ne faudrait pas que vous ayez menti sur vos diplômes et vos antécédents. Je me fais bien comprendre ?"

Erika fut rassurée du ton tranquille mais ferme de l'officier qui évidemment maîtrisait la situation. Son ton posé et son autortié naturelle ramenèrent tout le monde au calme et chacun souffla un peu dans son coin, la tension retombant. Le vigile avait les yeux au sol, vraiment contrit et ressemblait plus maintenant à un petit garçon à qui on venait de taper sur les doigts. Le jeune homme se calmait et tapait du pied de façon moins nerveuse, ses sacs en corolle tout autour de lui. Il fulminait toujours mais semblait avoir compris que c'était suffisant et que l'agent de sécurté était bel et bien mortifié. Elle prit donc son inspiration et se lança, prête à contribuer à calme le jeu cette fois-ci, et se tourna vers  le vigile.

«Je pense que Madame le Commissaire a raison. Monsieur n'a rien volé, Toby, vous l'avez constaté. Vos chefs sont sans doute déjà au courant de la situation avec les caméras et les gens qui nous tournent autour. Je vous conseille simplement de faire plus attention à l'avenir quand vous accusez quelqu'un de vol. Vous êtes violent et ça finira par se retourner contre vous.»

Elle regarda ensuite le dandy à lunettes dont elle ne pouvait pas voir les yeux mais qui avait la mâchoire moins serrée que tout à l'heure.

«Est-ce que vous êtes d'accord pour en rester là? Le lieutenant va vérifier certaines choses et vous avez eu l'aplomb de lui donner une bonne leçon de savoir-vivre!» fit-elle d'un ton qui lui donnait raison et le flattait tout de même un peu. Ici le vilain petit canard était bien visible et le jeune homme pouvait bien faire le paon si cela pouvait contribuer à apaiser la situation.
Revenir en haut Aller en bas

overjoyed - fonda & admin

avatar

◆ Manuscrits : 463
◆ Arrivé(e) le : 12/04/2015
◆ Âge : 30 ans
◆ Assoc. des Victimes : vice-président
◆ Métier : propriétaire du Vanilla Palace
◆ Points : 662
◆ DC : Toto, Pete, Micha & Tutur
◆ Avatar : Aaron Tveit


Sujet: Re: Qui a volé l'orange du marchand ? - Feat Adam & ErikaLun 25 Juil - 14:20

Finalement, l’intervention des deux femmes était plutôt une chance pour le vigile, devenu soudainement la victime de cette altercation. Le pauvre bougre n’en menait finalement pas large face à ses juges, lui qui pensait certainement pouvoir se tirer d’affaire grâce à sa carrure et ses épaules imposantes. La preuve qu’il ne s’agissait pas simplement d’être fort, il fallait aussi en avoir dans le crâne pour ne pas se faire bêtement berner. Pourtant, il avait presque été sûr de son coup et pour ne pas perdre complètement la face, il retournerait sûrement au poste de surveillance une fois tout ce beau monde dispersé, juste histoire de se pencher à nouveau sur les enregistrements qui lui permettraient de prouver qu’il avait eu raison de se méfier du blondinet. Après tout, il n’était pas encore complètement fou ni abruti, il avait vu ce jeune homme saisir plusieurs lotions avant de les reposer puis de les reprendre, un ballet parfaitement orchestré dont il était souvent témoin, une technique fréquemment employée par les délinquants de la même espèce qu’Adam. Soit, tant pis, peut-être qu’il s’était trompé cette fois-ci, ce n’était pas bien grave. Il se serait pourtant réjoui de pouvoir mettre la main sur un malfrat aujourd’hui, tant les journées pouvaient parfois être longues et ennuyeuses. Et puis d’ailleurs, il était quasiment certain qu’une jeune femme lui avait pointé Adam du doigt avant de disparaitre au milieu de la foule, confirmant ainsi ce qu’il avait déjà pu observer depuis son poste de surveillance. Sans doute s’était-il trompé de coupable, l’inconnue rejetant la faute sur un autre pour avoir le plaisir de se volatiliser avec la marchandise qu’elle avait elle-même volée ? Décidément, le pauvre homme s’était fait avoir comme un bleu, et seul un soupir sembla s’échapper de ses lèvres tandis qu’il répondait enfin aux trois quidams qui lui faisaient face.

« Vous avez raison, il vaut mieux en rester là. », conclut Adam. Après avoir présenté ses excuses et s’être éloigné en sachant pertinemment que sa hiérarchie lui reparleraient bientôt de cette affaire, le vigile laissa Adam seul avec les deux jeunes femmes, le blondinet encore légèrement agacé par cette altercation. Il soupira à son tour, passant une main dans ses cheveux, se préoccupant soudainement de sa coiffure, maintenant qu’il était certain que personne ne viendrait plus le malmener et ainsi ruiner son brushing par la même occasion. Le geste ne se voulait pas superficiel pour autant, ses doigts encore un peu moites alors que son coeur se calmait enfin. Derrière son tempérament et ses grands airs, Adam avait néanmoins eu peur, il ne pouvait pas le nier. Il observa la silhouette impressionnante du vigile qui s’éloignait, se tournant à nouveau vers ces dames. « En même temps, je le comprends, avec tout ce qui se passe dans cette fichue ville... C’était bien plus calme avant, on pouvait aller faire ses courses sans être soupçonné de quoi que ce soit. » Il aurait pu continuer sur sa lancée et évoquer très clairement le Poète, mais il savait bien que ce n’était pas la peine, que ça ne servait strictement à rien, et que la lieutenant présente à ses côtés avait sûrement envie d’entendre parlé d’autre chose que ce qu’elle côtoyait quotidiennement.

« Merci à vous en tout cas. Je ne sais pas dans quel état on m’aurait retrouvé si vous n’étiez pas intervenu. » Il se massa brièvement la nuque, son cou se souvenant encore de la pression des doigts du colosse sur ses pauvres os fragiles. Adam paraissait à présent beaucoup plus calme ; il s’était sans doute emporté dans le seul but de se défendre, répondant à l’attaque par l’attaque, une technique qui avait pourtant rarement fait ses preuves. « Je vous laisse ma carte. Si vous passez boire un verre, c’est moi qui offre, pour vous remercier. » Une aventure de plus qu’il ne manquerait pas de raconter une fois rentré.

_________________

if i can't find a cure, i'll fix you with my love



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t84-and-the-walls-kept-tumbling-down#149


avatar

◆ Manuscrits : 3954
◆ Arrivé(e) le : 03/09/2015
◆ Âge : 28 ans
◆ Métier : Lieutenant de police
◆ Points : 4272
◆ DC : Sacha
◆ Avatar : Kate Mara


Sujet: Re: Qui a volé l'orange du marchand ? - Feat Adam & ErikaJeu 28 Juil - 20:36

Qui a volé l'orange du marchand ?

◆ Feat Adam & Erika ◆


C'était une petite affaire, quelques broutilles à me mettre sous la dent pour me changer du Poète qui était la priorité numéro un. Cela ne valait pas le coup d'aller plus loin mais si le blondinet en avait envie, alors, et bien, il porterait plainte, même si je lui conseillais de ne pas aller jusqu'à cet extrême là pour finalement peu de choses. Cela allait lui gâcher la journée, voilà tout, rien d'extraordinaire au final, je le sais bien. Tout le monde était donc d'accord pour en rester là, ce qui me convenait très bien, ce qui nous convenait parfaitement à tous, je le pense. Le vigile s'en alla donc tête baisse nous laissant tous les trois donc. Le malmené tenta cependant de trouver une excuse au vigile, parlant sans le citer du Poète que nous chassions depuis des mois à présent. Je pensais qu'il allait se lancer dans un monologue à ce sujet là, mais il le ne fit pas, comme s'il avait compris que ce n'était pas la peine de me lancer sur ce sujet là. Mais il avait raison, le visage de Fairhope n'était plus vraiment le même depuis ce jour là, depuis qu'il avait frappé et qu'il continuait à frapper. Les gens sont plus facilement sur les nerfs, ils ont peur, et je le comprends parfaitement, parce que si j'étais à leur place, j'aurais peur moi aussi, je vous l'avoue, mais je ne pouvais céder à ce sentiment si destructeur, je ne pouvais pas commencé à céder à la paranoïa. Non, je ne le pouvais pas, car sinon, qui agirait pour tenter de sauver cette ville de ce vil Poète ? Qui ? Bien entendu, je pourrais être remplacée, comme moi-même j'avais remplacé le lieutenant en place voilà de nombreux mois parce qu'il n'en pouvait plus. Il était partie en dépression, mais moi, ce ne sera jamais mon cas, je sais que je ne dois pas perdre cette bataille face au Poète, je le sais, alors je lutte intérieurement pour que mon calme soit toujours proche de l'Olympe, comme aujourd'hui. J'avais été ferme, très ferme avec le vigile, mais surtout très posée et calme. Ce n'était pas la peine de s'énerver pour le rendre encore plus nerveux, croyez moi. Le blondinet nous remercia alors, nous tendant sa carte : Adam Miller. Il gérait donc un bar. Habituellement, c'est moi qui donne ma carte, d'ailleurs, je le faisais.

" Tenez, je vous donne aussi la mienne. Si jamais vous avez un soucis n'hésitez pas, il est toujours bon d'avoir un lieutenant de police à proximité de soi. Et pour un verre, je passerais à l'occasion. Je pense donc que nous pouvons retourner à nos occupations, n'est ce pas ? J'aurais aimé vous rencontrer dans d'autres circonstances Adam, mais qui sait, la prochaine fois les circonstances seront sans doute meilleures ! "

Quand on connait la suite de l'histoire, ces paroles semblent bien utopiques, mais à ce moment là, je ne savais pas ce qui allait se passer, si seulement j'avais su, peut être que je serais resté à ces côtés pour le protéger, peut être, ou pas ...

 


_________________


Shandra O. SarmoiseLieutenant de Police
Je suis ici depuis mon enfance, et je vois bien que ma ville autrefois calme, n'est plus le même havre de paix qu'autrefois. La faute à ce poète de malheur. Serais-je celle qui réussira à lui mettre la main dessus ? Je ne sais pas, mais j'ai déjà passé trois ans de ma vie à lui courir après, je suis prête à faire encore bien plus même si cela doit me ronger jusqu'à l'os.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t299-shandra-olivia-sarmoise-is-here



 Contenu sponsorisé


Sujet: Re: Qui a volé l'orange du marchand ? - Feat Adam & Erika

Revenir en haut Aller en bas
 

Qui a volé l'orange du marchand ? - Feat Adam & Erika

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Rp] Qui a volé l'orange ?
» 3 leds Vertes, Nez orange, la galère depuis un mois!!!!
» La rédemption du marchand de sable (Tom Piccirilli)
» Le Marchand Ambulant
» [RESOLU] Connexion impossible : tout orange ... 2 verts

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: in the den :: archives :: écrits inachevés-