AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 cause on friday night everything is allright

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


avatar

◆ Manuscrits : 2368
◆ Arrivé(e) le : 12/04/2015
◆ Âge : 28 ans
◆ Métier : détective, promu en décembre 2015
◆ Points : 237
◆ DC : Désirée, Ruby, Jonathan, Jacob, Eva & Simon
◆ Avatar : Jesse Williams


Sujet: cause on friday night everything is allright Dim 3 Avr - 18:20

cause on friday night
everything is allright




aout 2015

C’était une idée de Jesse, bien sûr que c’était une idée du métis de se retrouver dans le bar d’Adam. Ce n’était pas comme si un de ses collègues allaient faire autre chose que de se plaindre de la chaleur environnante, des touristes qui s’amusaient à appeler la station de police ou à débarquer pour poser des questions sur le Poète… Comme si les officiers de police allaient tout simplement leur montrer les pièces à conviction avec un grand sourire aux lèvres. Comme si. Jesse pour sa part avait tout simplement roulé des yeux à la requête avant de conseiller aux personnes en face de lui de se trouver une meilleure activité que celle de lui faire perdre son temps. Tout ça avec le sourire bien entendu. La vérité était simple: les semaines étaient beaucoup trop longues en été. En plus de cette affaire de meurtres non résolues, il y avait la chaleur qui vous grillait les neurones et ce soir, Jesse n’avait tout simplement pas envie de réfléchir, il n’avait pas envie d’établir des théories compliquées sur le pourquoi du comment et les motifs de ce cinglé. Il n’avait pas envie de se plonger dans les tréfonds intérieurs d’un psychopathe, il voulait juste profiter de son vendredi soir, sans absolument aucun compromis et sans aucune concession.

Denis connaissait chacune de ses expressions et il savait quel sourire Jesse arborait sur son visage quand il avait envie de sortir et de boire son poids en alcool, ou au moins essayer. C’était l’un des désavantages d’avoir un petit-ami barman, on avait envie de tout essayer et Jesse estimait qu’il avait mérité une pause… d’où le sourire. Denis le repéra bien assez tôt dans la journée, alors que Jesse revenait de la machine à café et il fit un simple non de la tête. « Nan, pas pour moi ce soir Mahoney, j’ai besoin de rattraper des heures de sommeil, patrouiller de nuit ne me réussit pas… c’est bien pour ça que je déteste l’été. » Jesse avait souri à son collègue avant de lui rappeler que été ou pas, Denis avait toujours détesté patrouiller de nuit. À croire que l’absence de lumière naturelle donnait aux gens envie de fair absolument n’importe quoi, qu’il s’agisse des petits délinquants qui s’amusaient à tagger les bancs du lycée ou les étudiants qui avaient trop bu, les nuits étaient plus animées que le jour à Fairhope. « Okay, pas de soucis, je trouverai bien quelqu’un pour me supporter. »avait répondu Jesse avec un autre sourire, tirant déjà la langue à Denis. Et Jesse avait trouvé quelqu’un, il avait parcouru la station de police pour chercher des personnes partantes, il ne pouvait pas être le seul qui avait besoin d’une pause. « Mark… précisément la personne que je cherchais. » Jesse lui avait donné une tape sur l’épaule et il avait poursuivi, toujours son sourire bien en place sur ses lèvres. « On n’est jamais allé boire ce verre après que je t’ai fait visité le commissariat, on va se rattraper ce soir, 20 heures au Vanilla Palace, c’est moi qui offre les verres. » Sans attendre de réponses, Jesse avait continué son chemin se rendant aux archives. « Hey Alice… Tu sais ce que tu fais ce soir ? Moi je sais. Je sais où tu vas être à 20 heures ce soir, si si. »

Et oui, Jesse était toujours aussi direct, il n’acceptait pas vraiment les réponses négatives et lorsqu’il poussa les portes du bar d’Adam quelques heures plus tard, il se dit qu’il avait vraiment bien fait. Il avait troqué son uniforme bleu foncé pour un jean et un t-shirt, qui étaient beaucoup plus confortables et de loin. L’établissement était déjà bondé, des gens plus jeunes que Jesse se pressaient au bar et il en fit de même, à la recherche de son petit-ami. Adam était occupé, Jesse ne voulait pas particulièrement le déranger au boulot il était toujours assez fascinant de le voir dans son élément en fait, il voulait juste lui signaler qu’il était là. Un coup d’oeil échangé plus tard et le brun s’éloigna, tout sourire pour se trouver une table. Cela lui prit plus d’une dizaine de minutes et une fois qu’il fut assis il poussa un profond soupir, Jesse avait l’impression d’avoir parcouru des kilomètres. Les rondes de la journée n’avaient pas aidé, être debout à mettre des contraventions non plus, se prendre la tête avec un père de famille qui prétendait qu’il n’était pas garé en double file encore mois… Mais ce soir il pouvait s'autoriser à penser à autre chose.

_________________
"Trouble on my left, trouble on my right, I've been facing trouble almost all my life... My sweet love, won't you pull me through?"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t80-dear-old-world-is-it-too-late-to-get-a-refund http://aesthetics-blue.tumblr.com/

Invité


 Invité


Sujet: Re: cause on friday night everything is allright Jeu 7 Avr - 21:43

Mark était visiblement adopté. Ses nouveaux collègues étaient souriants et agréables et passé l'examen des questions qui visaient à faire sa connaissance en trois minutes chrono, ils étaient plutôt discrets, prenant pour argent comptant ce qu'il leur avait dit quant à ses motivations d'avoir fait 1500 km pour s'installer à Fairhope. Il s'était installé dans une petite bicoque un peu à l'écart, avait loué une voiture et trouvé son club de sport. Bref, il avait ce dont il avait besoin et commençait à prendre ses marques et à se sentir à l'aise. Ses collègues n'étaient plus trop déstabilisés par son silence observateur ou pensif et s'étaient fait à son humeur pince sans rire, à ses insomnies qui l'amenaient au commissariat à des heures indues. Il avait pris le parti d'acheter une vraie cafetière, comme dans les cafés et le matin les collègues faisaient la file devant la Delonghi, ce qui remplissait Mark de satisfaction, ne pouvant plus voir l'affreuse machine de la cafétéria en peinture. C'était un petit budget, mais il avait remarqué que certains commençaient à ramener du café. La bonne entente était donc sur les rails et le grand blond était plutôt content. Certes il était cantonné à des tâches subalternes qui auraient rebuté certains avec une carrière comme la sienne, mais il ne s'en plaignait pas et faisait connaissance avec la ville et ses habitants qui le dévisageaient la première fois comme s'il était un extra-terrestre. Un bronzage acquis en quelques jours lui permit de plus se fondre dans la masse et de ne plus passer pour un étranger au visage pâle.
Le malaise était pourtant palpable, les enquêteurs étant pour le moment sans nouvelles de celui qu'ils refusaient de nommer. Mark s'était attiré un regard de travers lorsqu'il avait parlé du Poète, non pas que ce surnom soit interdit ou tabou mais simplement que le prononcer semblait renforcer la crainte d'un nouveau meurtre, ce dont personne ne voulait évidemment. Pas d'indice, pas le moindre petit truc qui pourraient les inciter à pousser même un petit hourra d'avoir repéré quelque chose, rien, nada, le néant.

Alors quand Jesse était arrivé avec un sourire un peu bizarre aux lèvres ce matin, avec une pêche d'enfer et une bonne humeur contagieuse, il s'était dit qu'il se passait quelque chose. Mais non, le métis avait simplement envie de se changer les idées, de mettre sa claque à la morosité et de passer une bonne soirée. Il avait donc invité la moitié du commissariat à prendre un verre, mais curieusement beaucoup avaient décliné l'invitation. Pas Mark. D'abord parce qu'il trouvait que c'était une bonne idée, ensuite parce qu'il appréciait la gentillesse de ce jeune homme déjà si chevronné. Il lui avait donc tapé dans la main dans un signe fou d'exubérance chez lui, lui assurant de sa présence au bar le Vanilla Palace devant lequel il était déjà passé de nombreuses fois mais  pas encore rentré. Le brun avait réussi à enrôler deux ou trois autres victimes consentantes dont la petite Alice, toute discrète dans son coin, qu'une telle familiarité fit rougir, mais qui accepta l'invitation elle aussi, à l'heureuse surprise du quadragénaire. Ils étaient arrivés presque ensemble et formaient un bizarre duo de «bleus», que tout le monde taquinait, chacun étant aussi bavard que l'autre. Une séance autour de la machine à café avait réussi l'exploit de leur arracher quelques mots, autres que les formules de politesse, ce qui les avaient fait sourire.

Après sa journée et sa séance quotidienne de gym, Mark avait donc pris une bonne douche et s'était planté devant son placard. Un jean, un T-Shirt blanc, une veste en daim et un chapeau, cadeau de sa femme, lui avaient donné en peu de temps fière allure, tout en restant décontracté. C'est donc d'un pas léger et de bonne humeur qu'il rallia l'adresse. Il poussa la porte et se retrouva enveloppé d'une vague de chaleur humaine, moite, enfumée et parfumée de cocktails, bruyante, festive et jeune. Il resta un instant sur le seuil, observant cette foule joyeuse qui ne pensait qu'à oublier ses soucis quotidiens en faisant la fête, ce qui lui allait très bien aussi, ayant bien besoin d'une pause, une parenthèse avant de reprendre les rondes et autres réjouissances administratives qui étaient son lot quotidien. Il chercha des yeux si Jesse ou bien Alice étaient déjà là et finit par dégoter l'officier attablé, absorbé par la contemplation de la cohue, le sourire aux lèvres. Parfait. Jesse était toujours de bonne humeur, ils allaient passer une bonne soirée. Il semblait détendu, à mille lieues de son uniforme et de ce que cela impliquait pour lui, ayant bien décidé de laisser les tracas et petites horreurs de côté pour ce soir. Manquait encore la jeune femme, mais il n'était pas encore l'heure et ces gentes dames avaient l'habitude de se faire attendre. Il n'était donc pas surpris. Il se fraya un chemin jusqu'à la table de son collègue et s'assit sans autre formalité, lui tendant la main au passage.

«Salut Jesse. Chouette bar. Il y a de l'ambiance, j'aime bien... Alors la petite n'est pas encore là? Comment ça va, toi?»

Tant de mots étaient un signe de respect de la part de Mark qui faisait des efforts, mais sans se forcer il faut bien le dire. Il appréciait le caractère et la compagnie du jeune homme et c'est donc de bon cœur qu'il était venu ce soir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: cause on friday night everything is allright Sam 9 Avr - 14:23

« Hey Alice… » Alice était au sous-sol, comme toujours, et mordillait une mèche de ses cheveux blonds, au-dessus d'un dossier sans étiquette, sans code-barre, qu'elle peinait à remettre à sa place. A la voix de son collègue, elle releva le nez et tenta un sourire. L'autre enchaîna avant qu'elle n'ait eu le temps de répondre à ses salutations: « Tu sais ce que tu fais ce soir ? Moi je sais. Je sais où tu vas être à 20 heures ce soir, si si. » Les joues de la jeune femme s'empourprèrent. Non pas qu'elle voyait là-dedans une invitation galante, mais tout simplement parce que toute invitation était pour elle source de gêne, voire de stress. Fidèle à elle-même et fidèle à l'image qu'elle tentait de garder auprès de Jesse Mahoney, elle leva les yeux au ciel et poussa un soupir. « C'est bien parce que tu es mon supérieur alors... » Et elle laissa l'officier de police lui donner le reste des informations sur leur sortie, notamment le lieu de rendez-vous. Il repartit comme il était venu: avec le sourire, d'un pas léger. Décidément, certains semblaient ne pas trouver l'atmosphère pesante par ici, malgré les échecs continuels de la police de Fairhope.
A 17 heures, Alice quitta le sous-sol étouffant pour se retrouver enfin à l'air libre. Il ne faisait pas beaucoup plus frais dehors, le mois d'août étant toujours une fournaise dans ce coin du pays. Mais Alice appréciait cette chaleur moite et ce soleil brûlant bien plus que les néons aveuglants de la salle d'archives. Elle enfourcha son vélo et se rendit chez elle. Une fois arrivée, elle fila prendre une douche et mettre des vêtements propres: un jean, un haut amble orange à motifs ethniques. Non, il ne s'agissait vraiment pas d'une soirée romantique. De toute façon, le jour où quelqu'un lui en proposerait une, elle n'aurait certainement rien à se mettre sur le dos. Elle donna ensuite à manger à son rongeur préféré, Pedro, son petit hamster. Puis, elle mit un CD d'apprentissage de la langue portugaise, qui répétait encore et encore les mêmes dialogues, tout en se concoctant un dîner frugal: salade, tomates, carottes râpées. Tandis qu'elle lavait la salade, coupait les tomates, râpait les carottes, elle répétait à tue-tête les paroles chantantes qui s'échappaient de la chaîne-hifi. Elle avait un faible pour cette langue bien plus que pour l'italien, dialecte des pizzaiolos, ou que pour le français et ses cocoricos.
A 19h50, elle descendit en hâte les escaliers de l'immeuble, décrocha sa bécane et partit sur le lieu de rendez-vous. L'air était enfin plus frais, elle se délecta du court trajet à vélo qu'elle avait à faire pour se rendre au Vanilla Palace. Bientôt, elle poussa la porte et entra dans l'établissement. Elle n'y avait jamais mis les pieds avant, dans ce bar. Il faut dire qu'elle sortait rarement. Mais ça, c'était avant que Jesse ne se mette en tête de lui faire voir du pays. Elle attendit quelques secondes, le temps que ses yeux se fassent à l'obscurité du lieu. Elle vit rapidement les deux hommes qui l'attendaient, installés, en plein discussion. Elle ne savait pas que Mark était aussi de la partie, et en fut presque soulagée. Elle pourrait alors laisser les garçons parler tous les deux, et se contenter de hocher la tête. Enfin, c'était sans compter sur le calme placide du nouvel officier de police. Il avait eu l'air d'être aussi bavard qu'Alice, les fois où ils s'étaient rencontrés au commissariat.
Alice se dirigea vers eux et s'installa à leurs côtés. « Bonsoir ! Je vois que les officiers de Fairhope préfèrent passer leur soirée au bar, plutôt que tenter d'attraper Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom. » Sortir une pique accompagnée d'un petit sourire était la marque de fabrique d'Alice, quand elle se retrouvait en milieu inconnu. Ce soir, elle était prête à faire des efforts pour se montrer sociable, jusqu'aux alentours de 21h30-22h, heure à laquelle elle comptait rentrer et attaquer la saison 3 de Chapeau melon et bottes de cuir, sa série vintage du moment.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

◆ Manuscrits : 2368
◆ Arrivé(e) le : 12/04/2015
◆ Âge : 28 ans
◆ Métier : détective, promu en décembre 2015
◆ Points : 237
◆ DC : Désirée, Ruby, Jonathan, Jacob, Eva & Simon
◆ Avatar : Jesse Williams


Sujet: Re: cause on friday night everything is allright Mar 19 Avr - 20:37

Jesse était une créature d’habitude, il n’était pas connu pour être un animal sociable, loin de là. La faute aux autres aurait rapidement avoué le métis. En grandissant, on l’avait plus ou moins mis dans un coin, les gens lui rappelaient constamment sa couleur de peau, le fait que son père était alcoolique et sa sexualité déviante. Un cocktail explosif pour quelqu’un avec un caractère aussi dur que Jesse, il avait tout simplement haussé les épaules et s’était dit que le reste du monde ne méritait pas sa compagnie. À la station de police, son compagnon principal restait avant tout Denis, c’était normal, il passait quasiment toute leur journée ensemble alors forcément, ça créait des liens. En dehors de ça, il croisait Jayla depuis la période du lycée alors il avait appris à la saluer quand il la voyait dans les couloirs de la station de police ou à lui apporter un café dans son laboratoire, quand elle comptait passer ses soirées au microscope. En somme, ce genre de soirées, c’était tout nouveau pour Jesse. Il espérait que personne ne lui pose un lapin, ça serait vraiment ironique et il n’était pas certain d’apprécier la blague, dans le pire des cas, il pourrait toujours passer derrière le bar et proposer à Adam de l’aider. Certes, il ne savait pas comment faire la moitié des cocktails sur la carte, il savait néanmoins servir de la bière et cela restait le plus important pour Jesse. Il n’eut pas à se tourner les pouces bien longtemps car Mark arriva, rassurant Jesse.

Il le salua d’un signe de tête et sourit à son commentaire sur le bar. « C’est le bar de mon petit-ami, tu vois le barman… » Jesse se pencha pour lui montrer Adam de son index et il ajouta rapidement : « Je sors avec lui. » C’était bien la première fois que Jesse était aussi à l’aise en se confiant sur ça, certes, l’autre officier de police ne lui avait pas demandé, ça, c’était juste le résultat des longues discussions que son blond de petit-ami et lui avaient eu ses derniers jours, apprenant peu à peu à se connaitre. Le métis se sentait proches d’Adam, beaucoup plus qu’avant, alors était-ce si mal que ça s'il avait envie de le rappeler au reste du monde, il était certain que non. « Je suis content que tu ai pu te libérer, je commençais à en avoir marre de trainer en rond à la station de police, surtout par ce temps. » commenta Jesse, il n’en savait pas tant que ça sur Mark. Il appréciait néanmoins le fait que l’homme soit de ceux qui avaient besoin de peu de mots pour s’exprimer, ça évitait les discussions inutiles et les éventuelles disputes. Mais il ne savait pas si Mark allait rentrer retrouver une femme ou encore un mari, s’il avait des enfants ou pas. C’était bien ça le problème avec le métier qu’ils exerçaient au final, eux comme les simples citoyens, ne finissait que par voir un uniforme au final. Le métis comptait bien rectifier le tir ce soir. « Tu te plais à Fairhope ? J’espère… On a d’autres choses que les meurtres en série, je tiens à préciser, n’hésite pas à me dire si tu as besoin d'un tour de la ville aussi, je suis né ici donc…» Donc il connaissait Fairhope comme ça poche et ne se perdait jamais. Il pouvait dire à Mark où se trouvait les meilleures place de parking, dans quel restaurant aller, ce genre d’information.

Jesse se redressa un peu plus en apercevant les mèches blondes, il était content de voir la jeune femme ici, il n’aurait pas parié qu’elle viendrait, non, il aurait dit tout le contraire. Il y avait quelque chose chez Alice, quelque chose qui disait à Jesse qu’elle cherchait à se protéger coûte que coûte, et ce n’était pas juste à cause du Poète, non, c’était à cause d’autre chose. Ce n’était pas vraiment son job d’enquêter sur ce point là et il ne comptait pas le faire non, il était juste content qu’elle soit là, tout simplement. « Nan on t’attendait pour se lancer sur le sujet de notre meurtrier favori. » répondit l’officier dans un sourire. « Plus sérieusement, je crois qu’on va éviter de parler du boulot ce soir, ça vous va ? » Pure question de rhétorique mais il était certain que ses camarades du soir seraient d’accord. Et maintenant qu’ils étaient un peu plus nombreux, les yeux bleus de Jesse se portèrent sur le bar. « Alice, Mark, Mark, Alice au fait…  Mais je suppose que vous vous connaissez déjà, moi j’ai une autre question pour vous, qu’est-ce que vous voulez boire ? Et je tiens à préciser que je ne compte pas rester sobre ce soir. »

_________________
"Trouble on my left, trouble on my right, I've been facing trouble almost all my life... My sweet love, won't you pull me through?"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t80-dear-old-world-is-it-too-late-to-get-a-refund http://aesthetics-blue.tumblr.com/

Invité


 Invité


Sujet: Re: cause on friday night everything is allright Sam 23 Avr - 18:21

Tranquillement assis en attendant qu'Alice montre le bout de son nez, Mark écoutait Jesse qui était en vaine de confidence, ce qui était assez étonnant au vu de ce qu'on lui avait dit du jeune homme qui avait plutôt une réputation de discrétion. Si tout le monde savait ce qu'il en était, c'était une autre chose que de l'entendre de la bouche même du principal intéressé qui se sentit certainement suffisamment à l'aise pour le dire, ce qui flatta le blond au passage.
« C’est le bar de mon petit-ami, tu vois le barman… Je sors avec lui »

Il était content que Jesse se sente à l'aise avec lui et ne se pose pas de question envers de supposés a priori. Il aimait susciter chez les gens cette confiance qui les faisaient se livrer, lui même se contentant souvent de sourire et de hocher la tête, glissant deux ou trois mots par ci par là, ne se livrant presque jamais. Une fois, à un pot de départ d'un collègue qu'il connaissait depuis dix ans, celui-ci lui avait dit:

«Chapeau Mark. Tu connais tout sur tout le monde, mais personne ne te connait vraiment toi.»

Et c'était vrai. Il n'aimait pas répondre aux questions, se sentant souvent jugé. Serait-ce différent ici? Peut-être. En tous cas, Jesse ne posait pas vraiment de question. Il parlait, se dévoilant de lui même, ce qui était bien plus agréable et beaucoup moins agressif, plus naturel aussi. Cette ambiance poussait à la discussion tranquille, la table se situant dans un coin reculé du bar, leur laissant voir l'intégralité de l'établissement pour autant. Il ronchonna ensuite sur le commissariat dont il était content de s'échapper autrement que pour rentrer chez lui, ou chez son petit-ami, il ne savait pas. Laissant passer un instant, il finit par ajouter un offre de visite non touristique de la ville:

« Tu te plais à Fairhope ? J’espère… On a d’autres choses que les meurtres en série, je tiens à préciser, n’hésite pas à me dire si tu as besoin d'un tour de la ville aussi, je suis né ici donc…»

Mark partit d'un éclat de rire: «Tu veux te déguiser en guide touristique? OK je prends. Je veux bien faire le tour de la ville avec toi, je suis sûr que je vais en apprendre de belles. En plus ça me changera. Je vis tout seul, alors tu sais, je vais partout tout seul. Ça peut être sympa comme balade. J'en profiterai pour te montrer mon club de sport, tu me diras si c'est un bon.»

Il regarda dans la direction de la porte qui venait de s'ouvrir, laissant passer Alice. Il était content qu'elle soit là, il aimait bien cette petite. Elle n'en avait pas l'air mais il soupçonnait qu'elle cachait un petit caractère sous ses airs doux et angéliques de jeune fille timide. Elle s'installa vite, les saluant tous les deux, leur balançant au passage une petite pique sur le Poète dont ils n'avaient effectivement cure en ce moment, démontrant au passage au quadragénaire qu'il avait vu juste. Jesse prit la balle au bond, leur déclarant son intention de ne surtout pas parler boulot ce soir, les deux autres opinant, bien d'accord avec le métis. Ils avaient chacun mérité cet instant de détente et ne voulaient visiblement pas le gâcher avec le tordu du coin.

«Ah oui, je ne veux pas entendre parler de contravention, de ronde, de Poète, de profil, de cambriolage. Rien, pas un mot» fit Mark dans une longue tirade.

Le plus capé des trois fit ensuite mine que les deux bleus ne se connaissaient pas et fit une mini présentation qui les fit bien rigoler. L'ambiance était détendue, légèrement potache. Ils allaient passer une bonne soirée et le grand blond se détendit un peu, allongeant ses jambes de manière à ne gêner personne, reculant un peu sa chaise pour se mettre légèrement en retrait, position confortable d'observation et d'écoute qu'il aimait bien, les mains croisées derrière la tête. Mais Jesse ne l’entendait pas de cette oreille. Il avait bien l'intention de se la couler douce ce soir, voire de se laisser aller. Après tout, on était vendredi soir, aucun des trois n'était de service ce weekend donc pourquoi pas?

« Moi j’ai une autre question pour vous, qu’est-ce que vous voulez boire ? Et je tiens à préciser que je ne compte pas rester sobre ce soir. »

Ah ça c'était autre chose. Mark n'aimait pas être soul. Il aimait bien garder le contrôle des événements. Ceci dit, un verre n'avait jamais fait de mal à personne. Il suivit donc son compère sur cette pente.

«Bon, je commencerai bien par une bière. On peut manger ici?»

Autant s'en assurer tout de suite. Une bonne entrecôte frites serait parfaite pour éponger l'alcool. Il regarda les tables alentour et vit des planchas, des ramequins. Bon, il y avait au moins de quoi picorer. Rassuré, il regarda Jesse puis Alice.

«Et toi, miss? Qu'est-ce qu'on te sert?» Il faisait confiance à Jesse pour le choix de sa boisson, regardant son barman de petit-ami préparer les cocktails avec efficacité et rapidité.
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: cause on friday night everything is allright Mer 27 Avr - 22:16

Alice s'installa auprès de ses collègues. Tous deux semblaient contents de sa venue, ce qui fit plaisir à la jeune femme. Discrète, renfermée, souvent triste, elle avait rarement été invitée aux sorties en groupes à l'adolescence. Et quand quelqu'un daignait l'inviter, généralement personne ne lui adressait la parole. A l'école comme en société, elle avait souvent été un fantôme et avait fini par cultiver une capacité à se faire oublier. Mais depuis qu'elle travaillait au commissariat, cela n'était plus vrai. Les gens étaient gentils avec elle, à commencer par le colonel qui lui avait offert le poste et pour qui elle éprouvait beaucoup de gratitude et d'admiration, on lui souriait, on prenait de ses nouvelles, on l'invitait même parfois à sortir. Bien sûr, elle travaillait seule et tranquillement au sous-sol, et cela lui convenait parfaitement. Un travail en équipe aurait été un cauchemar pour la jeune femme.
Alors qu'elle posait ses fesses sur la banquette confortable du bar, Jesse ainsi que Mark affirmèrent ne pas vouloir parler boulot ce soir. Alice afficha un sourire amusé et hocha la tête. Cela lui convenait très bien. Elle n'avait jamais été très friande de petits détails sordides et moins elle en savait sur le Poète, mieux elle se portait et mieux elle dormait. Très vite, le sujet porta sur les boissons à commander. Ce sera une limonade pour moi, désolée, je prendrai peut-être de l'alcool plus tard. Alice savait bien qu'elle passait pour une marginale avec ses boissons non-alcoolisées en soirée... Simplement elle n'était pas idiote, et savait très bien qu'avec la dose de médicaments qu'elle ingurgitait par jour, boire était la pire des idées. Il ne lui faudrait que trois gorgées pour être complètement à l'ouest et raconter les choses les plus personnelles et les plus ridicules aux deux gaillards qui l'accompagnaient. Elle espérait qu'ils n'insisteraient pas et enchaîna sur le sujet de la nourriture. J'ai déjà dîné mais je veux bien vous accompagner si vous commandez des nachos ou quelque chose comme ça. L'alcool non, mais la junkfood toujours.
En attendant qu'ils fassent leur choix et passent la commande, Alice décida - chose assez rare pour être notée - d'alimenter la conversation: Pas besoin de nous présenter Jesse, Mark et moi nous sommes déjà vus au travail ! Par contre, on pourrait lui raconter la fois où tu m'as suivie pendant mon jogging et m'a fait une sacrée frousse ! Ca, c'était une histoire qui méritait d'être racontée. Ce jour-là, Alice avait bien cru finir découpée en morceaux et trimballée dans plusieurs sacs plastiques.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

◆ Manuscrits : 2368
◆ Arrivé(e) le : 12/04/2015
◆ Âge : 28 ans
◆ Métier : détective, promu en décembre 2015
◆ Points : 237
◆ DC : Désirée, Ruby, Jonathan, Jacob, Eva & Simon
◆ Avatar : Jesse Williams


Sujet: Re: cause on friday night everything is allright Dim 15 Mai - 17:42

Fairhope était une ville tellement petite que les deux qui se tenaient de part et d'autre de Jesse se connaissaient déjà. À dire la vérité, si la ville en elle-même était petite, le commissariat n'était qu'une petite annexe qui comprenait une centaine d'individus tout au plus. Un fin sourire se dessina donc sur le visage du métis, en se disant qu'il n'aurait pas besoin de briser la glace. Dans tous les cas, si lui pouvait bien s'entendre avec Mark et Alice séparément, il n'y avait pas de raison que ça ne colle pas ce soir. Mark, maintenant qu'il y pensait, lui ressemblait sur bien des points, il se retrouvait dans sa description de sa vie seul qui devait lui plaire dans le fond. Jesse avait vécu une partie de sa vie de la sorte et il ne s'était jamais vraiment plaint ou senti oppressé, ou comme si sa solitude ou tout le poids du monde reposait sur ses épaules, bien au contraire, il y avait dans ce genre de vie un sentiment de liberté certain qu'on n'avait nul part à ailleurs. Et Alice... Jesse n'avait pas encore mis le doigt dessus, mais Alice avait eu une vie mouvementée et Fairhope devait être une sorte de refuge pour elle, comment il le savait ? Parce que c'était les mêmes regards qu'il avait son propre visage parfois et c'était la même sensation qu'il avait en repensant à Fairhope, qui était avant tout sa maison et l'endroit où il se sentait le plus en sécurité au final. Ils formaient donc un très bon trio en ce qui concernait Jesse.

"Une bière et une limonade, okay, je reviens... et Alice si tu commences à lui parler de ma carrière de stalker avant que je revienne je serais très fâché." dit le métis en réponse aux dernières commentaires de l'archiviste. Il se contenta de les gratifier d'un sourire, lui comme elle, et de se frayer une chemin vers le bar. Ce ne fut guère difficile, Jesse était un peu plus grand que la moyenne des clients dans ce bar et il avait l'avantage de connaitre le barman. Il ne lui fallut qu'un seul clin d'oeil pour capturer le regard d'Adam et passer une commande. Il fit son apparition quelques minutes plus tard à leur table, plateau en main, avec deux bières, une limonade et une portion généreuse de chips. "Et voilà pour nous, j'ai réussi à piquer des chips, si vous avez toujours faim après on pourra aller ailleurs." Jesse haussa les épaules avant d'ajouter qu'il connaissait de très bons restaurants encore ouverts à des heures non respectables, et il était plus que déterminé à faire faire à Mark son tour de la ville. Jesse distribua rapidement les verres, une bière pour Mark, une pour lui. "De la limonade pour vous Miss Vaughn, je ne vais pas te forcer à boire, il faut bien que l'un d'entre nous reste sage." Jesse avait un sourire en disant cela, il n'était vraiment pas de ceux qui aimaient pousser les gens dans leur retranchement, et surtout pas en soirée, le but était de s'amuser, si Alice préférait s'abstenir de boire de l'alcool, c'était un choix que Jesse respecterait facilement. "Et Mark si tu n'a pas encore eu l'occasion de te ballader à Fairhope, je te dirai d'aller faire un tour sur la plage ou au Bird Sanctuary, mais pas maintenant, attend Septembre quand tous les touristes seront reparti."

Il eut un hochement de tête en buvant une gorgée de sa bière, en général, le bar d'Adam était rempli de son lot d'étudiant et d'habitués, c'était un tout autre type de clientèle ce soir, c'était bon pour les affaires du blond et du moment qu'il ne travaillait pas trop et qu'il ne poussait pas trop ses limites, Jesse serait content. "On pourrait penser que les gens ne viendraient pas mais hein..." Impossible de prévoir, et puis les gens étaient curieux par nature, une affaire de meurtres aurait dû pousser les gens à courir dans l'autre direction, mais visiblement non. "Bref ne parlons pas des choses qui fâchent, mais en parlant de touristes...  vous venez d'où d'ailleurs, l'un comme l'autre, comme vous l'aurez compris, moi je suis né ici, alors le monde extérieur me parait un peu bizarre." Le pire c'était que Jesse n'exagérait même pas.  

_________________
"Trouble on my left, trouble on my right, I've been facing trouble almost all my life... My sweet love, won't you pull me through?"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t80-dear-old-world-is-it-too-late-to-get-a-refund http://aesthetics-blue.tumblr.com/

Invité


 Invité


Sujet: Re: cause on friday night everything is allright Lun 6 Juin - 14:58

L'ambiance était agréable, le bar bien fréquenté mais pas surpeuplé, laissant suffisamment de place à Jesse pour se glisser entre les jeunes fêtards pour aller chercher leurs boissons. Le volume sonore entre les discussions et la musique était un peu trop fort au goût de Mark, mais c'était tout simplement parce qu'il n'avait pas vraiment l'habitude de fréquenter ce genre d'endroits, préférant en général le silence de sa terrasse ou le bruit du ressac et des oiseaux. Il sourit, se disant que si ça continuait il allait finir en ermite avec une barbe jusqu'aux genoux et passer pour un vieil original. Cette pensée le fit sourire et il apprécia à sa juste valeur la compagnie de ses collègues et l'ambiance du Vanilla Palace. Ça lui faisait du bien de sortir, de voir du monde en dehors du travail. Le fait que Jesse ait en plus décidé de venir dans le bar de son petit ami et de lui signaler était une preuve de confiance qu'il notait soigneusement pour plus tard. La confiance est une perle rare que Mark aimait cultiver et celle de Jesse était précieuse à ses yeux, de même que celle de la petite Alice qui avait souvent l'air d'un chaton perdu, timide et secrète, mais ne demandant pas mieux que de la chaleur humaine et de l'attention pour montrer un peu plus le bout de son nez et sa personnalité. Le fait qu'elle soit venue ce soir était une grande victoire de Jesse qu'il comptait bien mettre à profit pour qu'elle se sente à l'aise avec lui aussi. Le temps que le métis aille chercher leur verre, il sourit donc à la jeune femme, la plaisantant sur son choix non alcoolisé.

«De la limonade...Tss. Tss. On va dire que c'est pour commencer, hein?» avec un grand sourire pour lui montrer que c'était de la taquinerie de sa part.

Il attrapa la bière que l'officier lui tendit, ainsi que les chips qu'il posa au milieu de la table. Une fois tout le monde servi, en temps que doyen de la tablée, il prit la direction des opérations pour trinquer avec chacun. Sa timidité et sa réserve mises de côté, Mark pouvait se révéler boute en train, ce qui contrastait avec sa froideur apparente et son silence habituels, surprenant en général les autres. Mais avec ces deux-là qui finalement avaient leur propre timidité et réserve, il ne s'en faisait pas.

«Bon alors, je lève mon verre à cette soirée! A Jesse d'abord pour en avoir eu la bonne idée! Et à Alice pour être venue, même si c'est pour boire de la limonade! Merci, je pense que nous allons passer un bon moment! Tchin!» et il entrechoqua son verre avec les deux autres avant de commencer à déguster sa bière, tranquillement assis, détendu et décidé à passer un bon moment. Tant pis s'il n'y avait que des chips, il mangerait en rentrant.

Il laissa ensuite à Jesse le soin de mener la conversation qui glissa vers la Ville que le brun connaissait comme sa poche pour y être né et resté.

"Et Mark si tu n'a pas encore eu l'occasion de te balader à Fairhope, je te dirai d'aller faire un tour sur la plage ou au Bird Sanctuary, mais pas maintenant, attend Septembre quand tous les touristes seront reparti."

Mark hocha la tête, prenant en compte ses recommandations:

«La plage je connais déjà et je me suis déjà baladé le long de la côte. Par contre je n'ai pas encore mis les pieds du côté du Bird Sanctuary, il y a trop de monde en effet, même le soir. Je vais suivre ton  conseil, je vais attendre que les touristes soient repartis. Et comme tu dis, je ne pensais pas qu'il y en aurait autant...» Il s'interrompit avant de reprendre en désignant Adam qui s'affairait derrière son comptoir: « En tous cas, ça fait les affaires des commerçants, c'est déjà ça. Ton ami doit être content!"

Il ne voulait pas parler du Poète, non seulement parce qu'Alice s'était refusée à nommer quelques minutes plus tôt, mais aussi parce que Jesse avait délibérément évité le sujet. Il en fit donc de même, préférant garder la bonne humeur et la détente que chacun voulait pour ce soir. Jesse saisit la balle au bond, leur demandant à lui et à Alice d'où ils venaient, manière sympathique de mieux apprendre à se connaître. Avec Alice le nez dans son soda, il comprit que c'était d'abord à lui de se lancer.

«Je viens de Chicago. J'ai grandi là bas et depuis tout petit je joue au policier et au voleur. Alors une fois grand, j'ai décidé de continuer! D'abord aux Stup et puis à la Criminelle. Je suis arrivé ici parce que j'en avais marre d'être dans une usine. J'étais dans un si gros commissariat que finalement personne ne connaissait vraiment personne. J'avais envie de changer de vie et de climat, de tirer un trait sur tout ça et de travailler dans une ville plus petite, plus tranquille, où tout le monde se connait. Fairhope correspond à ça et je pense que je vais m'y plaire. En fait je m'y plais déjà. Surtout si on se fait des petites soirées comme ça de temps en temps!»

Ellipse sur le Poète et les détails de sa vie, mais en gros et en raccourci tout était là. Les choses plus personnelles attendraient des moments plus propices et moins d'oreilles aux alentours, sans vouloir vexer personne. Il avala une gorgée de sa bière, faisant signe à Alice:

«A ton tour!»
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: cause on friday night everything is allright Mer 15 Juin - 18:22

A peine les souhaits de chacun annoncés, Jesse se leva pour aller faire la commande au bar. De loin, Alice remarqua les sourires et regards échangés avec le barman: ils semblaient bien se connaître. Pas étonnant donc que Jesse revienne si rapidement avec les boissons sur un plateau: bières pour les garçons, limonade pour elle. Merci ! lança-t-elle en attrapant son verre. Le fait qu'elle ne boive pas d'alcool ne semblait pas les déranger, bien que Mark lui fit une remarque sur le ton de l'humour. Elle ne sortait pas souvent, mais lorsque cela lui était arrivé, il y avait presque toujours eu quelqu'un pour lui faire une remarque désagréable à ce sujet. Mais Alice n'était pas influençable. Elle avait beaucoup de défauts et ne s'imposait pas souvent, mais elle ne laissait jamais qui que ce soit décider à sa place. Du caractère, elle en avait, des convictions aussi, même si elle ne les affichait pas souvent, contrairement à beaucoup de gens.
Elle trinqua avec les garçons, un sourire sincère illuminant son visage d'ordinaire bien triste, puis porta la paille à ses lèvre et absorbant une gorgée du liquide frais et piquant. Elle écouta Jesse faire quelques commentaires sur les lieux que Mark devaient absolument visiter: la plage et le Bird Sanctuary. Ils étaient en effet prisés par les touristes à cette période de l'année. Alice se remémora avec nostalgie la première fois qu'elle alla voir la mer. C'était en hiver, elle avait longuement regardé les rouleaux de la mer s'écraser sur la plage, humé les embruns, écouté les cris des mouettes. Cela lui sembla soudain si loin, il ne s'agissait pourtant que de cinq années auparavant... Depuis, la plage était devenue son lieu de jogging préféré, suivi de près par le bois, dans le Nord de la ville. Alice hocha la tête à ce que disaient les garçons, sans prendre part plus que ça à la conversation.
Mais très vite, la discussion porta sur les villes d'origine de chacun. Jesse était un vrai local, un gars du coin, un raised and born in Fairhope. Mark répondit le premier aux sollicitations du métisse et Alice apprit qu'il était originaire de Chicago, pas bien loin de là où elle venait elle-même. A toi ! lui lança l'homme originaire de Chicago et elle n'eut d'autre choix que d'évoquer sa région d'origine, dont elle préférerait pourtant tout oublier. Je viens du Minnesota, d'une petite ville proche de Saint Cloud. Personne ne connaissait Little Falls de toute manière. Une petite ville pas très intéressante à vrai dire. Mais je suis arrivée à Fairhope il y a cinq ans... et je ne compte pas retourner dans le Nord du pays. Alice rattrapa la paille du bout des lèvres, ne souhaitant pas en dire plus sur ce sujet. Elle préféra relancer Jesse, le bavard du groupe: Et toi alors, tu n'as jamais eu envie de partir d'ici ? Fairhope te plaît tant que ça ? Elle, elle était venue ici un peu par hasard et beaucoup par dépit. Fairhope n'avait jamais été un choix mais une facilité et elle se reconstruisait une vie ici, sans trop se poser la question. Mais elle ne comptait pas y rester toute sa vie. Dès qu'elle aurait assez d'argent de côté, elle partirait pour le Brésil, c'était son grand projet.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

◆ Manuscrits : 2368
◆ Arrivé(e) le : 12/04/2015
◆ Âge : 28 ans
◆ Métier : détective, promu en décembre 2015
◆ Points : 237
◆ DC : Désirée, Ruby, Jonathan, Jacob, Eva & Simon
◆ Avatar : Jesse Williams


Sujet: Re: cause on friday night everything is allright Dim 19 Juin - 14:37

Jesse connaissait vraiment Fairhope de A à Z et il aurait pu les guider à travers les rues de la ville les yeux fermés, il n'avait aucun doute là dessus. Certaines personnes demeuraient dans la même ville, au même endroit toute leur vie et peut-être que Jesse allait faire parti de cette catégorie, c’était bien parti pour. Mais il devait bien avouer que depuis qu’il s’était mis à sortir avec Adam, il avait retrouvé une petite touche de quelque chose, quelque chose de plus qui lui manquait. Il n’était plus aussi négatif et terre à terre qu’avant et il se permettait de rêver. Il savait qu’un jour, il laisserait tomber l’uniforme de policier pour aller faire autre chose. Peut-être que lui et Adam finiraient par aller en vacances au soleil quelque part, peut-être, plus rien n’était figé dans la pierre et Jesse savait qu’après que le meurtrier soit mis derrière les barreaux, beaucoup de personnes ici passerait enfin à autre chose. Et il ferait parti du lot, c’était sur et certain. Le métis sirota donc sa bière en écoutant Mark parler de sa vie à Chicago et rien qu’au discours de l’autre homme, il comprit que l’atmosphère dans laquelle il avait évolué était vraiment pesante et que Fairhope était plus une ville pour lui au final. « Tu ne vas pas être déçu, tout le monde se connait au commissariat, tu as bien vu que ton arrivée a provoqué une vague de rumeur et autres… » Jesse eut un haussement de sourcils et il manqua de s’excuser pour ses collègues qui parfois avaient un âge mental autour de seize ans. Voir quinze, Jesse ne savait pas vraiment parfois.

Il était cependant vrai que tout le monde aimait un peu se mêler de la vie de tout le monde dans ce genre d’environnement un peu plus restreint, mais ce n’était pas la politique de Jesse. Il aimait savoir ses collègues en bonne santé et si quelque chose n’allait pas, ces derniers savaient en retour qu’il pouvait compter sur lui pour les distraire de leurs pensées noires ou leur offrir un verre en cas d’extrêmes situations. Ce que chacun faisait en dehors du commissariat, ça n’intéressait pas vraiment Jesse et il estimait que de toute façon, ça n’était pas de son ressors alors s’en préoccuper aurait été hypocrite. Ce fut au tour d’Alice de tirer l’officier de police de ses pensées alors qu’elle faisait un récit un peu plus bref et plus impersonnel que celui de Mark de ses aventures avant d’arriver ici. Jesse comprit tout de suite qu’elle ne souhaitait absolument pas élaborer et cela ne fit que confirmer sa théorie qu’Alice avait vraiment fui quelque chose et que Fairhope était en quelque sorte son refuge. Jesse eut un sourire en la voyant changer de sujet, renvoyant la balle à l’envoyeur en quelque sorte, il haussa les épaules. « C’est plus parce que je n’ai jamais eu d’opportunités en dehors de Fairhope. » C’était en parti la vérité, il n’avait pas eu la chance d’être accepté dans une grande université à sa sortie du lycée, à dire vrai, il n’avait eu aucune idée de ce qu’il voulait faire. Il avait préféré jouer la sécurité et il avait enchainé les petits boulots, se retrouvant dans le commissariat de la ville poussé par son désir de servir à quelque chose. Et puis après, son père était tombé malade, partir avait été plus difficile.

« Toute ma famille est ici, mes amis aussi, mon petit-ami aussi, tous mes bons souvenirs aussi… et soyons honnête mes mauvais souvenirs mais… C’est chez moi ici, tout simplement. » Il y avait eu Adam bien entendu, qui était la meilleure chose qui lui était arrivé ici, et de loin. « Malgré tout ce qui se passe, j’aime cette petite ville et j’espère que vous l’aimerez autant que moi. » Jesse était sincère, ça l’irritait profondément de voir les touristes débarquer ici, uniquement pour se lancer sur la piste du Poète, cette ville avait tellement d’autres choses à offrir et était le refuge d’une centaine de personnes qui n’aspiraient qu’à vivre tranquillement au final. « On se fait vite à l’atmosphère et la plupart des gens qui sont transférés ici ne repartent plus… je ne suis pas en train de dire que vous allez être coincé ici toute votre vie hein, mais ça peut arriver. » Il conclut sa phrase en finissant sa bière. « Et on devrait recommander quelque chose à boire non ? Avant qu’on parle de nos vies sentimentales et que je vous demande pourquoi vous êtes célibataires… Je plaisante bien sûr! » Et le sourire sur le visage de Jesse indiquait bien qu'il ne plaisantait pas. Du tout même.

_________________
"Trouble on my left, trouble on my right, I've been facing trouble almost all my life... My sweet love, won't you pull me through?"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t80-dear-old-world-is-it-too-late-to-get-a-refund http://aesthetics-blue.tumblr.com/

Invité


 Invité


Sujet: Re: cause on friday night everything is allright Ven 19 Aoû - 23:54

Le mois d'août tropical exacerbait les sens, les rires, le volume des voix, l'intensité des regards et des intentions. La musique en sourdine, les lumières tamisées vers le fond du bar, l'alcool qui coulait à flots, savamment mis en valeur par le barman ajoutait une touche de fête et chacun paraissait passer un bon moment par ici. Déformation professionnelle ou sens de l'observation aigu, Mark observait tout ça, les rencontres, les regards, les sourires, les discussions, les amis, les collègues, les amants. Ça faisait trop longtemps qu'il s'était mis à l’écart d'une telle ambiance et même s'il sentait le décalage avec sa vie habituelle, il s'y sentait à l'aise, signe qu'il n'était pas encore un vieux croûton, pas tout à fait, et qu'il avait encore sa place au banquet des soirées, fusse entre collègues. Il appréciait donc le moment à sa juste valeur, sachant que de sa propre initiative il n'aurait pas, tout simplement pas, franchi la porte du Vanilla Palace. Néanmoins, il se promit de faire en sorte de se trouver des occasions comme celles-ci parce que ça faisait du bien. Ce genre de pensées était nouveau pour lui qui, à Chicago ne sortait plus du tout depuis la mort de sa femme, hormis les rares fiasco qui avaient émaillé ses pitoyables tentatives de briser sa solitude. Il y avait finalement renoncé. En déménageant à Fairhope, il n'imaginait pas retrouver le plaisir simple d'une soirée dans un bar avec des collègues, tant cette idée était impensable. De nouvelles perspectives s’entrouvrirent et Mark hocha la tête, un peu perdu dans ses pensées. Cette nouvelle vie était une renaissance et il avait eu raison de partir. En fait, il aurait dû le faire depuis un bon moment, mais bon…

Il revint à la réalité, réalisant qu'il ne savait pas depuis combien de temps il avait laissé ses pensées vagabonder. Pas longtemps apparemment, heureusement. Jesse était toujours tout sourires et la petite Alice avait toujours le nez dans les bulles de son verre. Il arrivait juste pour entendre Jesse lui rappeler les cancans qui avaient couru brièvement à son arrivée. Son physique, son âge, sa carrière ne laissaient pas indifférents et quelques théories étaient revenues à ses oreilles, l'incitant à mettre les choses au clair sur son plan de carrière et les raisons qui l'avaient poussé à quitter la capitale de l'Illinois.

« Ah oui, il a fallu que je précise que je n'étais là pour piquer la place de personne et que je dormais avec mon chien ! Ça en a fait rire ! Mais au moins après les autres ne me regardaient plus de travers. Il y en a même qui m'ont demandé la race de mon chien... En fait je n'ai pas de chien... »

Mark était le spécialiste de l'humour pince sans rire et décalé et toutes ses blagues n’étaient pas forcément destinées à être comprises. Elles étaient souvent là pour brouiller les pistes et détourner l'attention. En général ça marchait. De son côté, Alice pratiquait la politique de la souris, aussi discrète et grignotant quelques chips tout en étant très évasive sur les raisons de son arrivée à Fairhope, bien que cela remonte déjà à cinq ans...Ce mutisme cachait certainement bien ses choses, mais si elle ne voulait pas en parler, Mark comprenait. Elle avait ses raisons et ne voulait visiblement pas faire remonter de mauvais souvenirs  la surface ou plomber l'ambiance. Lui même pouvait très vite se transformer en pierre en fonction des sujets, même s'il essayait plus en général de poser des questions à son tour, ou changer de sujet. Alice adopta d'ailleurs la même technique, ce qui le fit sourire. Et même s'il n'était certainement pas dupe, Jesse répondit à ses questions, avec un naturel qui garda l'ambiance légère. Du grand art, vraiment. Ce gamin l'étonnait vraiment, avec une belle maturité pour son âge. Mark l'écouta parler de Fairhope avec une sorte de tendresse qui le surprit, mais c'est ici qu'il avait tout et la ville n'avait pas toujours eu cette atmosphère, heureusement.
Tout en sirotant sa bière, il se demanda comment il pourrait parler de sa ville natale, quelle image il en gardait. Jesse livrait deci delà des bribes d'informations et on devinait que ce n'était pas tout rose mais que finalement la ville avait fini par devenir son chez lui, quelque chose à quoi il tenait bien plus qu'il ne voulait le dire puisqu'il cherchait à la préserver de par son métier. Ça en disait long sur le bonhomme. Il avouait tranquillement aimer ce petit coin perdu et le sourire aux lèvres, prenait pari qu'ils y seraient scotchés sans même s'en apercevoir eux aussi et qu'ils ne voudraient plus en partir, sauf pour des vacances ou des escapades ponctuelles, revenant au bercail avec la satisfaction de constater que pour une fois, l'herbe était plus verte chez soi.
Cette certitude tranquille amena Mark à faire le tour d'horizon de ce qu'il aimait et n'aimait pas à Fairhope. Il ne trouva que le Poète comme tare, et encore, s'il était venu ici, c'était en grande partie de sa faute (ou bien grâce à lui?). Le reste était l'inconvénient des avantages d'une petite ville, mais la balance était tout bonnement positive et donc il ne voyait pas de raison de vouloir déménager. Cette constatation le satisfaisait particulièrement, ayant besoin de stabilité et étant fidèle dans l'âme, que ce soit aux gens ou aux endroits.

Il ne percuta donc pas lorsque Jesse aborda un autre sujet, attendu bien sûr, mais pas apprécié : la vie privée, le célibat, le deuil. L'envie de se recroqueviller comme un hérisson, une tortue, un escargot le prit alors violemment, avec le besoin de s'échapper et il se redressa sur sa chaise d'un seul coup, sans s'en rendre compte, droit comme un I. Il s'aperçut trop tard de son très, trop brusque changement de posture et certainement d'expression et chercha à rattraper les choses en s'étirant et en proposant de se charger des boissons :

« Bien parlé Jesse. Il faut du ravitaillement. Je vais demander la carte des cocktails. Si ça se trouve, notre charmante demoiselle se laissera tenter par autre chose que ces bulles sucrées sans alcool. » fit-il en souriant, d'un ton léger, du moins l'espérait-il.

Il se leva sans attendre la réponse. Il avait besoin de temps pour répondre sans passer pour un sauvage bourru et sans vexer son hôte qui ne méritait pas qu'il l'envoie balader avec sa curiosité bonne enfant. Il s'en voulut de s'être laisser aller et de n'avoir pas vu venir la question, fort logique pourtant. Il revint moins de deux minutes après, plus détendu et décidé à ne pas se morfondre. Il tendit les cartes à ses amis, l'air boute en train:

"Alors, quelles merveilles allons-nous déguster?"
D'abord les cocktails, ensuite les réponses.
Revenir en haut Aller en bas



 Contenu sponsorisé


Sujet: Re: cause on friday night everything is allright

Revenir en haut Aller en bas
 

cause on friday night everything is allright

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 11/11 DOUBLE THE FUN – DOUBLE FRIDAY NIGHT MAGIC
» 26/08 FNM Booster Draft - La Louvière
» FNM - DDJS : Fuuuuusion ?
» Pro Tour Amsterdam
» CR bretagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: in the den :: archives :: écrits inachevés-