AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 (M) FREDDIE HIGHMORE — Don't you want to see the world boy ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


avatar

◆ Manuscrits : 271
◆ Arrivé(e) le : 01/02/2016
◆ Âge : 55 ans
◆ Métier : colonel depuis 2013, promu Chef de Police fin Mars 2016
◆ Points : 432
◆ DC : Une ou deux personnes qui trainent...
◆ Avatar : Colin Firth


Sujet: (M) FREDDIE HIGHMORE — Don't you want to see the world boy ?Ven 22 Avr - 4:00

elliott åkerfeldt

◆ keep breathing, keep breathing
find a scheme you believe in ◆



◆ Mai 1996 - 19 ans
◆ En ville depuis toujours
◆ Américain
◆ Étudiant par correspondance en Histoire de l'Art
◆ En couple
◆ Homosexuel
◆ Bad Blood
◆ Freddie Highmore

entre les lignes

L'affaire : Elliott a déjà difficilement le temps de s'occuper de ses propres cours, ce n'est pas non plus pour se pencher sur cette affaire de Poète et s'angoisser avec ça. Il sait que son père, colonel au commissariat de Fairhope, s'en charge pour deux et qu'il n'a pas besoin d'aller fouiner davantage. Son père lui a bien fait comprendre qu'il devait vérifier les verrous de sa porte plusieurs fois par jour, et Arthur a même fait blinder l'entrée de son fils histoire de s'assurer que personne ne viendrait l'importuner. Lorsqu'un doute assaille Elliott, ou qu'un nouveau scoop l'effraie, il ne manque pas d'agripper son téléphone pour aussitôt composer le numéro de son cher et tendre père à qui il peut poser toutes les questions possibles et imaginables concernant le tueur en série. Mais il faut bien avouer que cela arrive tout de même rarement et que les deux Åkerfeldt ont généralement d'autres choses à se confier.

Traits de caractère : Ce n'est pas parce qu'il est maigre, qu'il arbore cet air innocent sur son visage lisse ou qu'il est gravement malade qu'Elliott est discret, réservé ou timide. Bien au contraire, Elliott est l'opposé total. Il a bien vite compris que sa condition physique ne lui permettrait jamais de rouler des mécaniques ou de devenir un athlète de compétition. Tant mieux, si ça peut au moins lui donner une bonne raison de rester assis à son bureau pour dessiner, inventer ses propres univers et s'évader... Quoi qu'il en soit, il a compensé ses faiblesses physiques par le biais de sa force mentale. Enjoué, souriant, il est rare de voir Elliott se morfondre sur son sort, malgré la quantité de traitements qu'il doit suivre, ses séjours à l'hôpital qui ne cessent de se multiplier et ses toux qui lui font parfois tourner la tête. Bavard, son sens de l'humour fait mouche, souvent à la limite du sarcasme. Si son père avait l'habitude de le porter quand il était trop essoufflé, Elliott était celui qui remontait le moral du plus vieux pour l'empêcher de flancher. Elliott est présent pour les autres, à l'écoute et altruiste, d'une générosité sans faille alors que la vie ne lui a jamais rien offert. Il croit à sa guérison, il y pense chaque jour, et même s'il sait qu'on ne dit jamais vraiment adieu à la mucoviscidose, il espère au moins pouvoir l'oublier de temps à autre, entre deux éclats de rire.

Histoire : Il parait que c'est assez rare d'être élevé par un père célibataire ; Elliott fait parti des gamins ayant eu cette "chance". Sept semaines après sa naissance, on découvre que le nourrisson est atteint de la mucoviscidose, une maladie dont on ne peut guérir sans une greffe des poumons... Une nouvelle bien difficile à avaler pour les parents du pauvre bambin, surtout pour sa mère qui fit donc ses valises quelques semaines après la terrible annonce, laissant sa progéniture derrière elle comme si Elliott n'avait tout simplement jamais existé. Le garçon ne connaît pas la vraie vie, la vie normale que les autres gamins menaient dans la cours de récré. Des dizaines de cachets à ingérer tous les jours, des séances de kiné, des machines infernales censées extraire le mal qui se répand sans cesse davantage dans ses poumons infectés. Sa force ? Son père. Son humour aussi. Ses sourires et sa ténacité. Elliott avance ; il marche dans la ville par tranche de dix minutes avant de se sentir essoufflé, mais c'est déjà ça. Il tente d'avoir une adolescence normale, découvre sa sexualité et partage ses impressions avec un jeune homme de cinq ans son aîné qu'il rencontre via internet. L'homme en question finit par le rejoindre à Fairhope quelque années plus tard, avant que les deux tourtereaux ne se décident à emménager ensemble, malgré la maladie, malgré un quotidien insupportable. Malgré le pire, mais surtout pour le meilleur.



Arthur S. ÅkerfeldtLike father, like son.
C'est à se demander qui prend soin de qui dans cette histoire. Depuis quelques années, Elliott s'inquiète grandement pour son père qui semble se noyer dans une enquête policière sans précédent pour tenter d'oublier le quotidien insupportable et l'épée de Damocles pendue au-dessus de la tête d'Elliott. Le garçon se rend bien compte, il n'est pas complètement stupide, et même s'il doit se battre pour lui, il refuse de baisser les bras pour ne pas abandonner son père, pour ne pas que le cinquantenaire se retrouve seul. Ils s'appellent tous les soirs, et Elliott a pour habitude d'envoyer un sms à son père tous les matins, juste pour le rassurer, juste pour lui faire savoir qu'il est toujours en vie. Mais jusqu'à quand ? Car au-delà de la maladie, il y a tout de même un fou qui rode dans Fairhope, et même si Arthur a pris la peine de faire installer plusieurs verrous à la porte de l'appartement d'Elliott (et son colocataire), la peur s'infiltre entre les murs et le jeune homme est de moins en moins rassuré. À se demander ce qui finira par l'emporter en premier. Et si son père pourra survivre...


Jonathan K. RowlingDear old friend.
Ils se sont rencontrés sur les bancs de l'école maternelle, puis ils ont grandi dans la même cours de récré. Jusqu'à que la maladie d'Elliott l'empêche de suivre une scolarité normale, alternant les séjours à l'hôpital avant de retrouver ses camarades de classe. Jonathan fut toujours d'un grand secours dans les cas les plus extrêmes, mais aussi et surtout un ami sur lequel il pouvait compter pour oublier le quotidien déjà insupportable. Les visites du garçon était fréquente, que ce soit entre les murs de l'hôpital ou même au domicile des Åkerfeldt. Et puis le temps fit son affaire, éloignant Jonathan, le faisant atterrir à l'autre bout du pays, dans une faculté de physique où le binoclard marqua évidemment les esprits par ses excellents résultats. Les deux amis en profitèrent pour s'écrire, de longues lettres manuscrites qu'ils prirent plaisir à envoyer ou recevoir, se confiant sur leur quotidien respectif et sur leur passion pour la Physique ou les Beaux Arts. Mais voilà que Jonathan est enfin rentré, et Elliott redoute les retrouvailles plus que tout. Il craint de lire la pitié dans les yeux de Jonathan, de devenir un poids pour son ami de toujours, lui qui sera bien obligé de constater que la maladie d'Elliott n'a fait qu'empirer depuis son départ... Définitivement, ces retrouvailles seront chargées en émotions.


© potterbird
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t606-if-you-re-still-breathing-you-re-the-lucky-ones#16628


avatar

◆ Manuscrits : 271
◆ Arrivé(e) le : 01/02/2016
◆ Âge : 55 ans
◆ Métier : colonel depuis 2013, promu Chef de Police fin Mars 2016
◆ Points : 432
◆ DC : Une ou deux personnes qui trainent...
◆ Avatar : Colin Firth


Sujet: Re: (M) FREDDIE HIGHMORE — Don't you want to see the world boy ?Ven 22 Avr - 4:24

exigences



Pour commencer, merci à toi de t'intéresser au petit Elliott, j'espère qu'il te plaira suffisamment et que tu te laisseras tenté  cloud

l'avatar
Je trouve que la bouille de Freddie est parfaite pour ce perso mais si jamais tu as d'autres idées en tête n'hésite pas. Troye Sivan ou Logan Lerman pourraient éventuellement faire l'affaire par exemple, mais Freddie reste évidemment mon coup de coeur  :wow:

le perso
Le prénom n'est en revanche pas négociable, tout comme le nom évidemment. L'histoire reste adaptable dans la mesure du possible, mais la maladie d'Elliott ne peut être modifiée ou passée sous silence. Si le personnage te tente, je te demanderai de te renseigner un minimum sur la mucoviscidose et ce que cette maladie implique au quotidien, afin que le tout soit le plus crédible possible. Je ne demande pas d'être médecin, mais il y a un minimum à savoir et pas question de faire fumer Elliott ou de le faire courir tous les jours ; il ne s'agit pas de jouer un malade juste pour jouer un malade.

présence
Je m'adapte à mes partenaires sans aucun problème, je mets une dizaine de jours en moyenne pour répondre, et je fais entre 800 et 1000 mots de manière générale. Du moment qu'on me donne de la matière à répondre, ça me va !  :yes: Je demande juste une orthographe soignée et un personnage crédible et construit de manière mature  pup

Si tu nous rejoins je te couvrirais d'or et je t'offrirai ma reconnaissance éternelle, alors rejoins-nous vite !!!  excited  coeur  :luv:  dance2  heh

_________________

i don't care if it hurts, i'll pay my weight in blood to feel my nerves wake up. so love me now or let me go, let me feel these high and lows before the doors to my heart close. show me that i'm human, make me feel something.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t606-if-you-re-still-breathing-you-re-the-lucky-ones#16628
 

(M) FREDDIE HIGHMORE — Don't you want to see the world boy ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (M) Freddie Highmore - Petit frère disparu
» [Achevé] Gala di celebrità.
» Hommage à Freddie Mercury
» [Trouvé] Puce Atari FREDDIE pour XL/XE
» [RECH] Atari 800 XL sans le chip Freddie--> Trouvé !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: in the den :: archives :: manuscrits abandonnés-