AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Une journée aux urgences comme les autres (Alice)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 587
◆ Arrivé(e) le : 15/11/2015
◆ Âge : 27 ans
◆ Métier : Infirmière
◆ Points : 986
◆ DC : Alexander
◆ Avatar : Dakota Johnson


Sujet: Une journée aux urgences comme les autres (Alice)Jeu 28 Avr - 15:25

 
Colleen & Alice

Pour une personne ayant un métier dans un bureau, la journée commençait généralement vers 8h ou 8h30 mais dans la branche médicale, la journée de travail commençait très souvent dès l'aube. Pour Colleen, c'était souvent le cas. Pour cette semaine, l’infirmière débutait son service dès 6h, à l'heure où les coqs laissaient entendre leur champ mélodieux dans les campagnes. Par chance, Colleen ne se levait pas avec le champ du coq. De bonne humeur, elle partit pour son travail alors que la lueur du jour commençait tout juste à pointer le bout de son nez dans le ciel.

Toute la matinée, la jeune femme avait dû assister le Dr Martins, un des chirurgiens de l'hôpital, sur plusieurs opérations. Une du genoux et une autre du cœur, qui avait prit plus de temps que prévu sur le planning. C'était une partie de son métier qu'elle aimait le moins. Non pas que la vue du sang, la dérangeait et heureusement car cela serait un comble pour une infirmière, mais elle préférait de loin, travailler aux urgences car elle aimait le contact avec les gens, pouvoir leur parler, les aider à aller mieux et comprendre ce qui n'allait pas chez eux.

Cet après-midi là, le vœux de Colleen était exaucé. Après sa courte pause déjeuner, elle échangea son service avec une de ses collègues qui accepta volontiers de le faire. Elle pouvait finir sa journée au sein des urgences. En ce début d'après midi, les couloirs ne désemplissaient pas. Des patients assis sur les fauteuils, faisant la queue pour faire inscrire leur dossier, d'autres installés sur des brancards, il était de plus en plus difficile de se frayer un chemin parmi eux. Pour résumé, c'était une jour comme une autre, au sein des urgences de l'hôpital de la petite ville de Fairhope. Des accidentés de la route, des malaises en tous genres, des petits bobos qui ne valaient pas la peine de passer des heures aux urgences ou encore des hypocondriaques qui passeraient bien leur journée à faire le pied de grue devant l'entrée pour voir un médecin. C'était les personnes que Colleen craignaient le plus car à eux seuls, ils prenaient parfois la place de personnes qui en auraient vraiment besoin. Mais c'était le quotidien de la jeune infirmière et elle aimait ça. Personne ne la ferait changer d'avis sur son métier, même s'il était très prenant dans la vie de tout les jours. Il lui était difficile d'avoir une véritable vie sociale avec des horaires décalés. Elle finirait sûrement par y arriver un jour mais pour le moment, sa carrière l'importait le plus pour le moment.

En milieu d'après-midi, Colleen accueillit une jeune adolescente. Ce n'était pas la première fois qu'elle la voyait, errant dans les couloirs des urgences. Comme les autres fois, elle préféra s'occuper de son cas, en espérant ne pas avoir à aller d'urgence voir un autre cas ou juste être dérangée par quelqu'un...


roller coaster

_________________
Wind of Change

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t476-colleen-v-bishop-just-the-way-you-are-termine

Invité


 Invité


Sujet: Re: Une journée aux urgences comme les autres (Alice)Dim 15 Mai - 20:02

Septembre 2015.

Trois jours. Trois longues, fatigantes et terrifiantes journées. Alice, immobile dans son lit, observait les pâles lueurs de l'aube traverser les stores et se projeter en fins rayons sur le parquet de la chambre. Elle comptait. Un. Deux. Trois. Habituellement, passer trois jours sans Lexomil était chose aisée. Mais depuis le printemps, une seule journée sans le précieux comprimé était un supplice. Pourtant, le docteur qu'elle consultait depuis son arrivée à Fairhope l'avait toujours assidûment réapprovisionnée. Mais la dernière fois qu'elle y était allée, il lui avait tout simplement refusé son traitement, sous prétexte qu'elle avait ingurgité les derniers médicaments "comme des bonbons". Il est vrai que l'été avait été source de stress pour la jeune femme et qu'elle avait souvent doublé voir triplé la dose autorisée. Aujourd'hui, elle était démunie et ses nuits étaient longues et agitées, ses journées sombres et inquiétantes. Elle n'osait plus sortir de chez elle, ne serait-ce que pour faire un footing. Elle qui n'était de base ni loquace ni enjouée, s'était encore plus renfermée que d'habitude.

Ce jour-là était un samedi, et contrairement à bon nombre de personnes, Alice ne pouvait pas faire la grasse mat'. Elle passa la matinée à se rouler en boule dans lit, à se mettre d'un côté, puis de l'autre, à grogner, à commencer un livre, puis le renvoyer sur la table de chevet dans un geste las, bref, à tenter désespérément d'oublier ce dont elle avait besoin. Vers 14 heures, elle finit par repousser la couverture et se traîner jusqu'à la douche. Le malaise qui l'habitait était si profond qu'elle était prête à tout pour revoir un peu de lumière, c'est-à-dire pour reposer sur le bout de sa langue un petit comprimé blanc. Après s'être douchée et avoir enfilé les premiers vêtements qui lui tombaient sous la main (c'est-à-dire ceux de la veille), Alice attrapa une galette de maïs et sortit du studio. Si supplier le médecin n'avait pas fonctionné, alors elle n'avait plus d'autre solution que d'aller elle-même chercher ces fameux comprimés.

Après 20 minutes de vélo, elle atteignit le Thomas Hospital. En général, les hôpitaux lui fichaient la frousse. Bondés, plein de microbes, d'enfants criards, de vieux hagards... Cet endroit était un enfer pour la jeune femme. Mais le désespoir donne des ailes et elle s'y engouffra quand même. Elle dépassa la salle d'attente des urgences aisément, prétextant à qui voulait une justification qu'elle venait rendre visite à sa mère. Elle déambula dans les couloirs d'un blanc immaculé à la recherche de la bonne âme qui lui rendrait service. Elle finit par voir une infirmière, jeune, séduisante et souriante sortir d'une salle. Elle la suivit mais ne parvint pas à attirer son attention. Celle-ci entra dans une autre pièce réservée au personnel. Alice attendit à côté de la porte, mal à l'aise et stressée à l'idée que quelqu'un ne la trouve bizarre et ne lui demande de partir. Mais cinq minutes plus tard, l'infirmière en question réapparut. Cette fois, Alice ne la laissa pas filer et se planta bien devant elle. Après quelques instants de silence, pendant lesquels Alice tenta de se rappeler ce qu'elle avait prévu de lui dire, elle se lanca:

Ma- Madame, excusez-moi, bonjour ? commença-t-elle d'une voix plus qu'hésitante. J'ai de gros problèmes d'insomnies et d'anxiété en ce moment, et je suis à court de Lexomil. J'espèrais que vous pourriez, disons, me dépanner ? Elle tenta un sourire gauche, qui ressembla, à coup sûr, à une grimace.
Revenir en haut Aller en bas

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 587
◆ Arrivé(e) le : 15/11/2015
◆ Âge : 27 ans
◆ Métier : Infirmière
◆ Points : 986
◆ DC : Alexander
◆ Avatar : Dakota Johnson


Sujet: Re: Une journée aux urgences comme les autres (Alice)Ven 27 Mai - 12:44

 
Colleen & Alice
Colleen continuait à enchaîner les cas divers et variés que les urgences pouvaient lui offrir en ce début d'après midi. Le cas de la jeune adolescente qu'elle avait accueillit avait vite été réglé pour une fois. Désormais, elle pouvait vaqué à d'autres occupations mais surtout, vers d'autres patients. La queue était longue et malheureusement, les médecins ne se multipliaient pas pour accueillir toutes ces personnes en demande de soin. Parfois, il fallait même ignorer les brimades de certaines personnes, attendant leur tour depuis plusieurs heures, qui commençaient à perdre patience. Elle pouvait les comprendre car attendre ainsi était plus que fatiguant et stressant mais ils n'avaient pas le choix.

Après avoir dispatché divers patients vers les services appropriés et soignés quelques petits bobos, la jeune infirmière décida de s'octroyer une petite pause avant de reprendre son service. La journée était loin d'être encore fini et un petit cappuccino s'imposait. Ce qu'elle ne savait pas encore, c'est qu'une personne était sur ses talons. Colleen s'engouffra dans la salle de repos, réservée pour les infirmières. Instinctivement, elle se dirigea vers la bouilloire afin de faire chauffer de l'eau pour remplir une tasse et en faire un délicieux cappuccino qu'elle devait avaler en un rien de temps pour retourner au travail. Elle manqua presque de se brûler la langue en avaler le breuvage qui lui redonna un petit coup de fouet.

Requinquer, elle reprit la direction des couloirs. Mais, ce dont à quoi elle ne s'attendait pas, c'était à trouver une jeune femme. A première vue, elle devait avoir quasiment le même âge que Colleen, le teint pâle. De mémoire, elle ne l'avait jamais vu et elle faisait encore moins partie du staff de l’hôpital. Une patiente égarée peut-être ? Pourtant, le panneau « réservé au personnel » était bien visite sur le porte. Non, c'était autre chose. Elle attendait quelque chose. En temps normal, elle devait appeler la sécurité de l'hôpital mais elle était loin de représenter une menace. Colleen, surprise de la voir ici, ne pu lui sortir aucun mot de sa bouche. Ce fut cette jeune femme qui entama la conversation.

"Ma- Madame, excusez-moi, bonjour ? J'ai de gros problèmes d'insomnies et d'anxiété en ce moment, et je suis à court de Lexomil. J’espérais que vous pourriez, disons, me dépanner ?"

D'entendre le mot "Madame" lui fit prendre un coup de vieux en quelques secondes mais le problème n'était pas là. Pourquoi était-elle venue la voir ? Encore une qui ne voulait pas faire la queue comme tout le monde, mais son problème ne nécessitait pas une venue aux urgences.

« Je suis désolé Mademoiselle, mais pour votre problème, vous devez voir un médecin. Je ne peux pas vous aider. Vous devez bien avoir un médecin qui vous suit pour ce problème. Il vous fera probablement une ordonnance pour vous procurer vos médicaments. »

Une visite chez son médecin lui aurait suffit pour se procurer ce qu'elle cherchait. Colleen n'était pas apte à fournir des médicaments comme cela. Elle tenait à son travail et n'avait pas envie de se faire renvoyer pour cela. Elle devait essayer de comprendre pourquoi elle était venue lui faire cette demande particulière.


roller coaster

_________________
Wind of Change

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t476-colleen-v-bishop-just-the-way-you-are-termine

Invité


 Invité


Sujet: Re: Une journée aux urgences comme les autres (Alice)Dim 3 Juil - 12:05

Toujours plantée au milieu du couloir, Alice ne démordrait pas. Passées les premières hésitations, voire les premiers sentiments de culpabilité (elle détestait mentir), elle était désormais bien déterminée à obtenir satisfaction. Il en allait de sa santé mentale et physique. Elle avait besoin de ces médicaments. Elle ne laisserait personne, membre du corps médical ou non, se mettre entre elle et les précieux comprimés.

Je suis désolé Mademoiselle, mais pour votre problème, vous devez voir un médecin. Je ne peux pas vous aider. Vous devez bien avoir un médecin qui vous suit pour ce problème. Il vous fera probablement une ordonnance pour vous procurer vos médicaments.

La première tentative d'Alice avait été un échec. Mais si demander poliment ne fonctionnait pas, la blonde avait bien d'autres tours dans son sac. Elle se sentit, l'espace d'un instant, l'âme d'une grande actrice. Elle choisit donc de passer à la seconde offensive: elle lança un regard de chien battu à l'infirmière en face d'elle, puis baissa les yeux et, avec des trémolos dans la voix, dit:

Je comprends bien... Malheureusement mon médecin de famille n'est pas dans la région, ni même dans l'état... Je viens du nord du pays voyez vous, et je n'ai pas encore trouvé de médecin ici. Vous savez bien comme le système est compliqué et les délais d'attente très longs... Je n'ai pas du tout géré mon coup et me voilà sans Lexomil, alors que... enfin vous comprenez... ça ne va pas bien du tout en ce moment. Elle releva les yeux vers son interlocutrice. J'en ai vraiment besoin, j'espérais que vous pourriez m'aider.

Elle se tordit les doigts, tout en cherchant à capter le regard fuyant de la jeune femme en blouse. Celle-ci semblait ne pas du tout apprécier la situation qui était en train de se dérouler dans son lieu de travail. Alice pouvait la comprendre, elle avait souvent été à sa place. Elle détestait que des curieux ou des journalistes viennent la solliciter au commissariat ou à la sortie du commissariat pour lui soutirer des informations sur l'enquête du Poète. Elle détestait qu'on ne la laisse pas tranquillement faire son travail. Mais elle savait aussi que la femme en face d'elle avait tout intérêt à lui donner ce qu'elle voulait pour qu'on la laisse tranquille. Si elle s'entêtait à refuser, Alice s'entêterait, lui donnerait de nombreux arguments, tenterait maintes ruses pour parvenir à ses fins. Cela lui ferait inévitablement perdre de son précieux temps. Personne n'aimait cela, dans le milieu hospitalier, où il y avait toujours un patient à soigner, un médecin à voir, un dossier à remplir. Alice priait en son for intérieur pour que l'infirmière craque, lui cède une boîte de cachets et la renvoie d'où elle venait.
Revenir en haut Aller en bas



 Contenu sponsorisé


Sujet: Re: Une journée aux urgences comme les autres (Alice)

Revenir en haut Aller en bas
 

Une journée aux urgences comme les autres (Alice)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [SANS SUITE] Une barre de vie ... pas comme les autres
» Axolotl, un héros pas comme les autres de mon armée.
» Malicia :Un aventurier pas comme les autres ....
» -Ma fic- "L'histoire d'un chasseur pas comme les autres
» Soirée entre filles pas comme les autres... | Lyann

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: in the den :: archives :: écrits inachevés-