AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Summer's end

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


avatar

◆ Manuscrits : 4264
◆ Arrivé(e) le : 05/08/2015
◆ Âge : 24
◆ Assoc. des Victimes : Membre
◆ Métier : Elève policière
◆ Points : 1270
◆ DC : Aiden, James, Sean, Charlie, Nathan
◆ Avatar : Willa Holland


Sujet: Summer's endMar 31 Mai - 9:36


fin août 2015

Les touristes avaient enfin quitté la ville, rendant à Fairhope son éclat naturel. A défaut de son véritable éclat, que le Poète avait terni, le calme lui rendait au moins son souffle. Mais à peine la ville pouvait-elle respirer, libérée du joug des touristes qui vivaient à toute vitesse sur sa plage, qu'il fallait s'essouffler à nouveau, la rentrée prenant aussitôt le pas sur les vacances. Qu'à cela ne tienne, Willow comptait bien profiter des derniers jours d'été, et comptait notamment en profiter pour revoir Colleen et passer avec elle une bonne soirée. D'autant plus qu'Adam et Sandro étaient tous deux absents, aussi elles avaient l'immense bâtisse pour elles seules, même s'il était évident qu'elles n'avaient pas besoin de tant de place. A dire vrai, en l'absence de ses colocataires, la brune avait rapidement tendance à s'ennuyer, seule dans cette immensité. Elle en profitait généralement pour fuir jusqu'à Peter, pour rendre visite à Michaela ou même pour passer visiter Adam au bar, simplement pour éviter de devoir habiter ces murs à elle seule. Aujourd'hui, elle en avait profité pour inviter Colleen, à qui elle voulait proposer quelque chose depuis quelques temps sans jamais prendre le temps de le faire. Autant dire que cette opportunité la réjouissait et que la journée de travail avait paru longue et ennuyeuse.

Sur le chemin du retour, elle s'était arrêtée au supermarché faire des provisions d'alcool, pensant avec amusement qu'elle avait bien fait d'enlever son uniforme et de remettre des vêtements normaux avant de quitter le commissariat. Cela aurait fait mauvais genre, sans aucun doute, et n'aurait certainement pas aidé à détruire l'image négative qu'avaient les forces de l'ordre aux yeux des citoyens. Elle ne se faisait pas d'illusions, plus personne ne les voyait comme compétents et capables, elle en savait quelque chose. Elle-même les avait maudits d'être incapables d'attraper l'assassin. Mais elle n'était pas là pour se gâcher le moral, et chassa vite de telles idées, quittant le magasin avec un sourire sur le visage. Certes, elle participait aux stéréotypes, l'alcool trouvant régulièrement son chemin jusqu'à son estomac mais hey, au moins elle n'en buvait jamais avant dix-huit heures. Les bien-pensants pouvaient dire ce qu'ils voulaient, une soirée était quand même plus amusante avec de quoi étancher sa soif et endormir ses défenses. Bien sûr, il y avait des limites. Des limites qu'elle avait déjà franchies, déambulant dans les rues de Fairhope ivre au possible, escaladant des grues avec Peter juste pour se mettre au défi d'y survivre. Ce soir n'était pas un de ces soirs, mais après tout, les accidents arrivaient.

Une fois rentrée, le réfrigérateur rempli et encore un peu de temps avant l'arrivée de Colleen, elle avait pris une douche et fait la vaisselle, fredonnant une chanson de Queen ou une autre, habitude héritée de Peter, une de plus. L'importance et la place qu'il avait prises dans sa vie auraient pu être effrayantes, si elle n'avait pas été si heureuse. Alors elle se contentait de suivre le courant. Colleen allait arriver d'une minute à l'autre maintenant, et elle finit par ranger la dernière assiette, prête à accueillir son invitée dès qu'elle arriverait.

Finalement, la porte finit par sonner, et elle s'y dirigea aussitôt. «Salut Colleen, vas-y entre, entre, fais comme chez toi.» Elle salua chaleureusement son amie, et la laissa la précéder à l'intérieur avant de refermer derrière elles. Puis elle repassa devant pour la guider jusqu'au jardin, dans le salon extérieur de la maison. «On sera mieux à l'extérieur vu comme il fait bon. En tout cas ça me fait plaisir de te voir. Mets ton sac où tu veux hein.» Elle désigna les alentours d'un geste vague pour appuyer son propos, soulignant ainsi qu'il y avait suffisamment de place pour que ça n'importe pas. «Je te sers quelque chose?» Elle s'était éclipsée vers la cuisine, ramenant avec elle divers apéritifs et des verres qu'elle déposa sur la table. «Installe-toi, n'hésite pas. Adam et Sandro ne sont pas là ce soir.» Puis elle repartait, à la recherche de la boisson de Colleen et d'une bière pour elle. «D'ailleurs, je ne sais plus, tu étais déjà venue?» lança-t-elle depuis l'intérieur, avant de revenir et d'enfin s'installer à son tour. «Je n'ai pas eu le temps de préparer quoi que ce soit, je me suis dit qu'on pourrait peut-être commander des pizzas ou quelque chose comme ça si ça te convient? Sinon on trouvera bien quelque chose dans le frigo» Certes, la rentrée était à sa porte, mais l'été n'était pas encore tout à fait fini, et la jeune femme comptait bien en profiter au maximum. 

_________________

tell me did you see the news last night

ps: J'aime les artichauds
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t248-whirlwind

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 584
◆ Arrivé(e) le : 15/11/2015
◆ Âge : 27 ans
◆ Métier : Infirmière
◆ Points : 986
◆ DC : Alexander
◆ Avatar : Dakota Johnson


Sujet: Re: Summer's endMar 14 Juin - 23:25

 
Colleen & Willow
Les vacances étaient enfin terminées. C'était une chose parfaite pour les habitants de la ville de Fairhope. La tranquillité allait enfin pouvoir revenir dans les rues. Mais qui disait fin des vacances, disait retour dans les salles de classes pour les élèves et étudiants mais cela voulait également dire, retour au travail pour la population active dont Colleen faisait partie. Un retour à la réalité qui pouvait être difficile pour certaines personnes. Après 3 semaines de vacances, la jeune infirmière allait devoir enfiler de nouveau son uniforme blanc et retourné soigner les patients de l’hôpital.

Mais avant tout, elle avait encore une chose à faire : fêter la fin des vacances dignement avec une bonne soirée entre filles avec son amie Willow. Cela faisait un petit moment que les deux jeunes femmes ne s'étaient pas vus et quoi de mieux qu'une soirée 100% féminine , même si ses colocataires seraient sûrement dans la maison. Et quoi de mieux pour s'amuser qu'un peu d'alcool. Colleen était loin d'être une personne consommant de l'alcool tout les jours mais une fois de temps en temps, cela ne faisait pas de mal. Elle se doutait bien que Willow aurait sûrement fait un tour au magasin le plus proche, histoire de remplir le frigo ou le bar, mais Colleen n'allait tout de même pas arriver les mains vides. En cette fin d'après midi, elle se dirigea vers la supérette en bas de chez elle. Le choix n'était pas très exceptionnel mais il y avait au moins des packs de bières. Elle en prit un, le paya et retourna à sa voiture car l'heure avait tourné et elle ne souhaitait pas arriver en retard chez Willow.

La soirée allait donc se dérouler chez l'élève policière car le studio de l'infirmière était plus que petit. Il était idéal pour une personne mais passé ce nombre, il était compliqué de vivre et surtout de faire une soirée entre amis. Colleen roula donc jusqu'à l'adresse que Willow lui avait fourni. Elle se gara devant la maison. Elle se dirigea vers la porte d'entrée et appuya sur la sonnette. Rapidement, la porte s'ouvrit sur la policière qui la salua. Colleen fit de même alors que la jeune femme l'invita à entrer et à la suivre jusqu'au jardin. Elle l'invita également à déposer ses affaires où elle le souhaitait, mais avant, elle devait sortir son cadeau qu'elle avait glissé dans son sac cabas.

« Je t'ai apporté un petit cadeau, histoire d'animer un peu la soirée, lança t-elle en montrant le pack de bière. Il faudrait le même au frais. »

Elle donna les bières à la jeune femme qui s'en était retourné vers la cuisine avant de revenir rapidement, les bras remplis de diverses choses à boire alors que Colleen déposa son sac à côté d'une chaise du salon de jardin, avant de s'y installer tout en regardant les nombreuses bouteilles posées sur la table.

« Donne moi une bière, s'il te plaît. »

Contrairement à ce qu'elle avait pensé, toutes deux allaient vraiment être seules toute la soirée. Les deux hommes de la maison avaient désertés les lieux, peut-être par peur de se retrouver en plein milieu d'une soirée filles et finir maquiller et habiller comme elles. Ah oui, les souvenirs de la fac. Elle n'y était était pas rester très longtemps mais les soirées étudiantes finissaient très souvent n'importe comment. Elle se souvenait très bien de cette soirée arrosée où deux jeunes première année s'étaient perdu dans la résidence universitaire et s'était retrouvés dans la soirée où Colleen participait et les pauvres avaient finis maquiller comme un pot de peinture avant d'être renvoyé chez eux, à moitié nus. Une bonne petite soirée quand on y repensait. Mais les chose avait changé avec le temps. Maintenant, les soirées étaient un peu plus calme.

« Non, tu ne m'as jamais invité. Mais bon, avec nos boulots, ce n'est pas facile de se voir, même les week-ends. »

Willow finit par revenir dans le jardin. Le soleil était encore bien présent et inondait la cour de ses rayons, offrant par la même occasion encore de la chaleur.

« Tu ne vas pas me dire que tu as envie de cuisiner ce soir. Si tes colloc's avaient été là, on les aurait mis en cuisine. Allez des pizzas, ça fera l'affaire. »

Colleen sortit son smartphone de sa poche et composa la numéro de sa pizzeria préférée. Plus d'une fois elle avait eu à faire avec eux, les soirs de grosse flemme pour faire à manger après une longue journée de travail. Les pizzas ne sont pas les meilleurs plats du monde, mais cela dépannait. Une fois commandé, elle raccrocha et bu une gorgée de sa bière.

« Les pizzas seront là dans 30 minutes donc en attendant, je te propose de trinquer à notre soirée entre filles, sans mâle pour nous embêter ou nous espionner, dit-elle tout en levant sa bouteille de bière afin de les faire s'entrechoquer. »

roller coaster

_________________
Wind of Change

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t476-colleen-v-bishop-just-the-way-you-are-termine


avatar

◆ Manuscrits : 4264
◆ Arrivé(e) le : 05/08/2015
◆ Âge : 24
◆ Assoc. des Victimes : Membre
◆ Métier : Elève policière
◆ Points : 1270
◆ DC : Aiden, James, Sean, Charlie, Nathan
◆ Avatar : Willa Holland


Sujet: Re: Summer's endMar 21 Juin - 23:10

Visiblement, elle et Colleen avaient eu la même idée. C'était du moins ce que suggérait le pack de bières que l'infirmière avait ramené et qui trônait à présent dans le frigo au milieu de la nourriture et des divers gâteaux préparés par Adam. Si elle le lui avait demandé, elle était certaine que le barman leur aurait concocté un repas de rêve. Et ça importait peu à Willow s'il n'y avait que des desserts dans ce repas, il fallait l'avouer. Son régime alimentaire particulièrement erratique n'était plus à un repas-dessert prêt. Ce n'était pas qu'elle n'aimait pas cuisiner mais, souvent, elle ne prenait pas le temps de préparer quelque chose, surtout si c'était seulement pour elle, et préférait grignoter ce qui traînait dans le réfrigérateur ou passer chercher à manger sur le chemin du retour. Et, il se trouvait également qu'elle adorait les gâteaux, bonbons et autres sucreries et que, oui, elle se serait volontiers contentée de ça des jours durant. Voire même tous les jours, à l'exception d'une ou deux malbouffe, d'un fast-food ou d'un autre par-ci par là. Pour compenser, elle faisait beaucoup de sport, ça n'était pas si grave.

Elles étaient donc installées dehors, en cette chaude fin de mois d'août où tout allait pour le mieux, même si elle n'avait pas eu beaucoup de vacances et qu'elle avait repris depuis un moment. Les journées étaient longues et l'activité manquait. Les touristes ne leur donnaient plus tant de fil à retordre et le Poète avait rangé ses armes pour le moment, alors c'était beaucoup de paperasse, quelques rondes, les délits habituels et encore de la paperasse. Bien sûr, elle n'était pas assez naïve pour croire qu'il avait simplement arrêté, mais le répit était apprécié. Et l'ennui, même si pénible, était largement préférable à la panique qui secouait le commissariat en cas de gros délits ou d'attaques du Poète. Même si elle préférait les patrouilles aux papiers, elle remplissait volontiers des formulaires, surtout si ça voulait dire que tout le monde allait bien. Ca lui faisait du temps pour étudier dans la journée, en plus, donc ça n'était vraiment pas si mal.

«Adam aurait bien aimé nous cuisiner quelque chose, en plus. Mais va pour les pizzas! On va pas changer les bonnes habitudes.»

Elle non plus n'était jamais allée chez Colleen, mais d'après ce que lui en avait dit la jeune femme, elles avaient estimé que le grand espace, l'immense espace de sa maison conviendrait mieux pour passer un moment ensemble. Un bar aurait sûrement fait l'affaire également, mais ce n'était pas le même genre de soirées. Willow avait surtout fait les bars. Elle les avait fait pendant près de deux ans, buvant jusqu'à plus soif, jusqu'à oublier, comme tous les autres avant elle. L'alcool avait sans aucun doute été créé pour faire oublier. Aujourd'hui, cependant, c'était plus un accompagnement, un divertissement. Et elle était sacrément contente de pouvoir soulever un verre d'alcool sans avoir pour seul but d'en apercevoir le fond le plus vite possible. C'était probablement ça, être heureux. Chez elle, du moins. Ne plus considérer l'alcool comme le plan A, B et C pour passer la nuit.

Pizzas commandées, elle trinqua avec Colleen dans un sourire. Même si elle était naturellement plus proche des hommes que des femmes, il fallait reconnaître qu'une soirée simplement entre filles promettait d'être agréable, d'autant plus qu'elle avait passé l'été dans la villa d'un géant blond. «Ca fait du bien de temps en temps d'être entre copines.» Elle prit quelques gorgées de bière et piocha dans l'un des paquets de chips qu'elle avait ramenés de la cuisine. «En parlant de mâles, ça donne quoi? Tu as trouvé quelqu'un? Tu as profité cet été?» Parce qu'après tout, l'intérêt principal de ne pas avoir d'hommes aux alentours, c'était de pouvoir parler d'eux en paix, non? Même si, Adam et Sandro étant tous les deux homosexuels, ils devaient probablement parler d'hommes au même titre qu'elles. Un sourire aux lèvres, quelques chips (et l'idée qu'elle n'aurait jamais dû commencer à en manger). «Et tu es partie en vacances d'ailleurs cet été? Je sais que je suis principalement restée à Fairhope, mais l'été était vraiment sympa malgré les touristes, il a fait super beau.» Willow s'appuya contre le dossier de sa chaise, repensant à l'été merveilleux qu'elle venait de passer, sans aucun doute l'un des plus beaux de sa vie. Pourtant rien d'extraordinaire, des amis, des barbecues, du beau temps, la paix. Encore une année en stage et elle serait enfin policière. «J'arrive pas à réaliser qu'on est déjà presque en septembre.»

_________________

tell me did you see the news last night

ps: J'aime les artichauds
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t248-whirlwind

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 584
◆ Arrivé(e) le : 15/11/2015
◆ Âge : 27 ans
◆ Métier : Infirmière
◆ Points : 986
◆ DC : Alexander
◆ Avatar : Dakota Johnson


Sujet: Re: Summer's endMar 6 Sep - 22:02

 
Colleen & Willow
Une bonne soirée s'annonçait à l'horizon. Pas d'homme, packs de bières en quantité et deux filles qui ne demandaient qu'à s'amuser un peu pour la fin des vacances, que demander de plus. Colleen commanda les pizzas afin d’être tranquille et surtout ne pas cuisiner avant de revenir trinqué avec son amie. Toutes deux burent quelques gorgées de bières, tout en picorant dans les chips et gâteaux apéritifs que Willow avait ramené de sa cuisine. Une véritable petite soirée détente avant de ré-attaquer le travail en début de semaine. Mais alors que tout se passait pour le mieux, la policière changea de sujet et se dirigea vers un sujet que Colleen détestait le plus au monde en ce moment : la gente masculine. Sa séparation avec Ethan remontait certes à presque une année mais la douleur était toujours belle et bien présente. La jeune infirmière bu une très longue gorgée de bière avant de répondre à son amie.

"Euh... disons qu'avec les mecs, c'est... un peu compliqué. Je suis sortie d'une relation assez difficile avant de revenir à Fairhope dont j'ai encore du mal à m'en remettre donc je préfère laisser les garçons, loin de moi pour le moment. Après tout le célibat, c'est pas mal comme situation. Pas d'homme à avoir sur le dos."


Se forcer à croire ce genre de chose était une bonne thérapie pour la jeune femme. Ce sentiment de trahison qu'elle éprouvait depuis tout ce temps était une chose dont elle ne parvenait pas à se séparer. L'eau avait pourtant couler sous les ponts mais rien n'avait jamais.

"Mais toi, tu as peut-être trouvé chaussure à ton pied ? Et si c'est le cas, tu aurais dû m'en parler avant."

Toujours retourner la situation à son avantage si cela pouvait éviter de parler des sujets qui fâchent. Mais heureusement, la conversation dévia vers autre chose de beaucoup plus intéressant.

"Moi aussi je suis restée en ville pour les vacances. Mon compte en banque est souvent dans le rouge, donc je n'ai pas de quoi m'offrir des vacances. Je verrais pour l'année prochaine. Mon déménagement m'a couté les yeux de la tête donc j'ai préféré squatter un petit bout de plage entre deux touristes aux couleurs d'écrevisse. Sinon, rien de bien passionnant. Des amis sont venus me rendent une petite visite surprise début août. Imagine : loger 4 potes dans un tout petit appart'. Une vrai partie de plaisir."

Rien qu'en repensant à la situation, Colleen ne pu s'empêcher d'avoir le sourire aux lèvres. Loger quatre amis dans un petit trois pièce, cela semblait compliqué. Mais cela était tout de même réalisable. Il ne fallait juste pas signaler que l'un d'entre eux avait fini par passer la nuit dans la baignoire. Avec quelques couvertures, ce "lit" devenait presque confortable. Les nombreuses bières qu'ils avaient tous ingurgiter pendant la soirée avait aider à aller dans ce sens.

"Ne me parle pas de malheurs. Ça me déprime de devoir retourner travailler lundi. J'aime mon métier mais à croire que quand on prend des vacances, le simple fait de retourner travailler, te déprime à l'avance."

Mais alors que la jeune femme allait continuer sur sa lancer, on vint frapper à la porte. Colleen se jeta sur son sac qu'elle avait laissé un peu plus loin pour en sortir son portefeuille.

"C'est moi qui t'invite."

L'infirmière se dirigea vers la porte qu'elle ouvrit et se retrouva face à face avec le livreur de pizzas. Lui adressant son plus beau sourire, elle le paya avant de prendre les pizzas et de fermer la porte derrière elle.

"A table !!"

Colleen revint vers le jardin afin de poser les boites de pizzas sur la table. L'odeur qui s'en dégageait, mettait l'eau à la bouche et il y avait de forte chance que les deux grandes pizzas ne passent pas la soirée.

"Tu aurais dû aller payer. Le livreur était pas mal, je dois avouer, conclu la jeune femme tout en se rasseyant face à son ami et terminant sa première bière. "Bon j'avoue, il était un peu jeune mais bon..."

roller coaster

_________________
Wind of Change

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t476-colleen-v-bishop-just-the-way-you-are-termine


avatar

◆ Manuscrits : 4264
◆ Arrivé(e) le : 05/08/2015
◆ Âge : 24
◆ Assoc. des Victimes : Membre
◆ Métier : Elève policière
◆ Points : 1270
◆ DC : Aiden, James, Sean, Charlie, Nathan
◆ Avatar : Willa Holland


Sujet: Re: Summer's endJeu 1 Déc - 23:38

«Peut-être bien, oui...»

Maintenant qu'elle y pensait, elle trouvait ça un peu étrange qu'elles n'aient jamais abordé le sujet plus tôt. Mais après tout, ça tombait probablement sous le sens. On n'osait pas trop lui parler de ses petits-amis, parce qu'on avait toujours le précédent, et le tragiquement fameux, en tête, John. Perdu aux mains du Poète. De plus, Colleen venait de lui confier que ça n'était pas son sujet favori, pour des raisons que Willow comprenait parfaitement, et elle-même était tellement perdue il y a encore quelques mois qu'il n'y avait, somme toute, rien d'étonnant à ce qu'elles aient tacitement passé leurs relations respectives sous silence. Ce qui les amenait à aujourd'hui, où la policière venait de franchir ladite limite, mettant les deux pieds de l'autre côté sans trop savoir où elle marchait. Ce qui avait changé? Tout, a priori. Sa propre relation avec le journaliste avait pris un tournant qu'elle pensait décisif, et c'était pour le mieux. Elle avait encore peur d'avouer qu'elle y croyait vraiment, parce que la dernière fois qu'elle y avait cru, elle avait tout perdu en quelques instants à peine. Enfin probablement plus, qui savait combien de temps John avait agonisé avant de finalement périr. Mais ce n'était décidément pas le moment de s'obscurcir l'esprit avec de si sombres pensées. «Parce que la dernière fois qu'on s'est vraiment parlées je savais pas trop où on en était. Mais on a passé un été merveilleux, je crois que ça devient sérieux. Mais bon je vais pas t'embêter avec ça.»

Elle avait la chance inouïe d'habiter dans des endroits immenses et magnifiques. La villa de Peter était devenue sa résidence secondaire durant l'été et était évidemment sublime, mais l'imposante bâtisse dans laquelle Adam avait établi sa colocation n'avait rien à lui envier, bien au contraire. Et sans l'aide financière qu'elle obtenait plus ou moins sur demande de la part de ses grands-parents maternels, elle n'aurait probablement jamais pu s'offrir, ni même considérer l'offre, d'une chambre dans la résidence Miller. Mais elle était là, plus forte et heureuse que jamais, habitant ce grand espace sans problème. Elle se rappelait très bien de l'époque où elle aussi devait loger ses amis entre le lit et le mur, entre le frigo et la table, voire presque dehors, sur la paillasson, mais elle préférait ne pas y penser. C'était avant. Aujourd'hui elle pouvait dire qu'elle avait de la chance, or ça n'avait certainement pas toujours été le cas. La curiosité aurait pu la pousser à enquêter sur cette fameuse relation difficile dont Colleen venait de sortir, mais elles n'étaient pas là pour se prendre la tête, et si c'était d'autre chose que son amie préférait parler, alors c'était très bien ainsi.

«Ah génial, ils sont restés longtemps tes amis? Tu les avais empilés dans un coin du coup? Oh oui les touristes... Il y en a de plus en plus j'ai l'impression, mais c'est peut-être qu'une impression comme il y a beaucoup de gens qui ont quitté la ville à cause de ce qui se passe.»

Elle haïssait les touristes. Badauds imbéciles qui avaient pris d'assaut la ville comme ils auraient pris d'assaut un nouveau manège dans leur parc d'attractions préféré. C'était un miracle qu'il n'y ait pas eu d'accident, avec la population électrique et les touristes trop curieux. Ca leur aurait fait les pieds. Peut-être qu'ils auraient fui aussi vite qu'ils étaient arrivés, laissant la ville vide et haletante. Mais elle en doutait. Ils se seraient rassemblés autour des victimes, auraient bombardé la scène de photographies et auraient rivalisé d'ingéniosité sur les réseaux sociaux. C'était le monde d'aujourd'hui, et ça lui filait la nausée. C'était précisément la raison pour laquelle elle évitait d'y penser. Elle avait rangé tout ça dans une énorme boîte fermée à clef qui prenait la poussière dans un coin de sa tête. Les verrous finiraient sûrement par sauter, et tout se renverserait à nouveau dans sa vie, dans son esprit, mais elle n'en était pas encore là. Pas trop d'illusions malgré tout, quelque part elle savait bien que le contrecoup reviendrait la frapper de plein fouet.

«Oh oui je crois que prendre des vacances c'est pire que de bosser tout l'été. Il fait tellement beau, t'as juste pas envie d'y aller quoi. C'est tellement mieux de glander sur la plage et de faire la grasse mat'... Mais bon, il faut ce qu'il faut.»

Willow n'eut même pas le temps d'esquisser un mouvement quelconque que Colleen était déjà partie payer, et elle reprit quelques gorgées de bières et quelques chips en attendant que la nourriture vienne jusqu'à elle. Ce qui ne prit pas longtemps, et bientôt Colleen revenait avec les pizzas commandées qui n'attendaient que d'êtres dévorées. D'ailleurs, la policière se fit un plaisir d'ouvrir la première boîte et de se servir une part, laissant le soin à Colleen de choisir ce qu'elle voulait. «Nan je te le laisse, j'ai ce qu'il me faut merci. Si tu cours vite tu peux peut-être le rattraper et l'inviter à venir passer la soirée avec nous.» En y pensant, ça faisait bien trop longtemps qu'elle n'était pas allée à la salle de sport. Elle aimait y aller tôt le matin en semaine, histoire de se mettre dans le bain pour la journée, mais ces derniers temps elle n'avait pas trouvé assez de motivation pour se lever et ne s'y était rendue que quelques fois pendant le week-end. C'était sa résolution de rentrée n°1.

«C'est tellement bon! Merci de m'inviter au fait, la prochaine fois c'est mon tour!»

La bouche à moitié pleine de pizza. Peut-être qu'elles iraient au restaurant, ou au cinéma, ça n'avait pas d'importance, mais maintenant qu'elles avaient ré-établi le contact, et que la routine et le travail allaient reprendre le pas sur la volatilité des vacances, il serait dommage qu'elles se ré-éloignent, et laissent de nouveau la vie et ses aléas les séparer à nouveau. Et en semaine, rien n'était plus agréable qu'une petite soirée échappatoire entre deux jours de boulot. Même sur leurs métiers n'avaient pas exactement la notion de week-end. Voire d'horaires parfois. Elles trouveraient bien un moyen.

«Il faut qu'on se fasse des soirées comme ça plus souvent. D'ailleurs, il faut que je retourne à la salle de sport, tu y vas quand? On pourrait peut-être y aller ensemble? Ou alors y aller un soir et aller boire un verre après? Ou simplement aller boire un verre et manger au restaurant, c'est bien aussi.»

_________________

tell me did you see the news last night

ps: J'aime les artichauds
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t248-whirlwind

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 584
◆ Arrivé(e) le : 15/11/2015
◆ Âge : 27 ans
◆ Métier : Infirmière
◆ Points : 986
◆ DC : Alexander
◆ Avatar : Dakota Johnson


Sujet: Re: Summer's endVen 30 Déc - 22:56

 
Colleen & Willow
Parler à du monde, il n'y avait rien de tel pour remonter le moral mais papoter entre filles, était sûrement la meilleure chose qui pouvait exister au monde. L'avantage de cela, c'est que l'on peut parler de tout et de rien. Du travail, de la pluie et du beau temps mais aussi des conquêtes amoureuses. Étant seule dans son appartement, elle parlait plus souvent au mur ou à elle même qu'autre chose. Son métier ne lui laissait pas vraiment de temps libre pour rencontrer de nouvelles personnes. Donc parler de tout et n'importe quoi avec une amie faisait un bien fou pour la jeune femme.

"Je te rassure, tu ne m'ennuies pas. Mais je suis contente si pour toi tout s'arrange. Tu as peut-être trouver chaussure à ton pied qui sait."

D'un côté, Colleen était heureuse pour son amie. Être en couple était une chose qui lui manquait tout de même mais elle n'était pas prête à retenter l'expérience. Elle était en quelque sorte dégouter de la gente masculine pour le moment même si les moments cocooning dans les bras l'un de l'autre était ce qui lui manquaient le plus. Elle préférerait adopter un poisson rouge qu'avoir un nouvel homme dans sa vie à cet instant présent. Se resservant une nouvelle gorgée de bière, elle manqua presque de s'étouffer quand Willow évoqua le fait d'empiler ses amis dans son appartement. Mais en y réfléchissant de plus près, c'était quelque peu ce qui était arrivé.

"Ils ne sont restés quelques jours et fort heureusement. Pas que ça ne m'a pas fait plaisir de les voir mais nourrir quatre mecs pendant trois jours, je peux te dire que ce n'est pas simple. Ils m'ont retourné l'appartement. J'ai réussi a en caser un sur le canapé, deux dans l'entrée sur un matelas gonflable et le quatrième, il a fini dans la salle de bain. On ne s'en rend pas assez compte mais une baignoire, ça ne sert pas qu'à prendre des bain. Et d'après ce qu'il m'a dit, on n'y dort pas si mal que ça. Et il est vrai qu'avec les événements, personne ne souhaite rester dans les environs et après, je pense que les touristes sont plus des curieux qu'autre chose."

La curiosité de l'Homme était un bien vilain défaut mais malheureusement, on ne pouvait rien faire contre cela. Colleen ne pouvait pas le juger mais bon nombre de touristes qui venaient peupler les plages de Fairhope venait ici juste parce qu'il avaient eut vent des atrocités commises en ville. Qui oserait mettre sa vie en danger en prenant des vacances dans une ville où un tueur en série sévissait ? A moins d'avoir un brin de curiosité ou de folie, l'infirmière ne voyait pas l’intérêt. D'un autre côté, Colleen avait osé revenir s'installer en ville alors qu'elle était en plein connaissance de tout cela et cela ne l'avait pas empêcher de revenir vivre ici. Comme quoi elle était un peu folle sur le bord pour avoir fait cela. Mais cessons de penser à cela, les pizzas étaient arrivées. Après s'être empressée d'aller payer, la soirée pouvait vraiment commencer. Bières, pizza et musique en fond sonore, il n'y avait rien de tel pour passer une excellente soirée

"Je te remercie mais non, pas pour moi. En plus, t'as déjà essayer de courir avec des talons. Je tiens à garder mes chevilles intactes. Et je te l'ai dis, il était un peu trop jeune. Quand tu veux tu m'invites. Sinon pour la salle de sport, je n'ai plus trop le temps en ce moment car je travaille souvent de nuit mais normalement d'ici un mois, je vais reprendre des horaires normaux. Je suis dispo le samedi après midi si toi tu peux, on pourra y aller. Au pire, on se fait un petit resto et après on va tout éliminer à la salle de sport pour se donner bonne conscience."

Courir ou faire des abdos après avoir manger un bon repas et le ventre plein, n'était surement pas la meilleure idée du monde mais il est vrai que cela leur donnerait bonne conscience pour la suite. Colleen savait que les deux choses ne se feraient pas le même jour à moins qu'elle ne veuille rendre son repas un peu plus rapidement que prévu mais nous ne rentrerons pas dans les détails pour le moment.

"En tout cas, çe me fait super plaisir de te revoir et surtout faire une soirée entre filles sans homme dans les pattes. C'est pas trop compliqué de vivre en collocation avec deux garçons sur le dos ?

Colleen finit par terminer sa première bière avant d'en prendre une seconde. Elle savait qu'elle devait faire attention avec l'alcool car il ne fallait pas se le cacher, la dernière fois qu'elle avait un peu trop bu, elle avait fini à faire un strip-tease sur la table du salon d'une de ses amies. Une honte mémorable dont elle ne se souvenait toujours pas. Depuis ce jour, elle s'était jurée de ne plus jamais recommencer à boire autant. Au moins, manger de la pizza en même temps, lui permettrait de ne pas finir dans le même état.


roller coaster

_________________
Wind of Change

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t476-colleen-v-bishop-just-the-way-you-are-termine


avatar

◆ Manuscrits : 4264
◆ Arrivé(e) le : 05/08/2015
◆ Âge : 24
◆ Assoc. des Victimes : Membre
◆ Métier : Elève policière
◆ Points : 1270
◆ DC : Aiden, James, Sean, Charlie, Nathan
◆ Avatar : Willa Holland


Sujet: Re: Summer's endMer 15 Fév - 1:31

«Tu viens peut-être de rater la chance de ta vie. En même temps je comprends. Rien ne justifie de courir avec  des talons. Sinon en ce moment j'ai des horaires plutôt stables, mais la plupart du temps, ils changent de semaine en semaine, donc je pourrais pas vraiment te dire quoi que ce soit plus d'une semaine à l'avance. Mais quand je sais que j'ai un samedi après-midi de libre, je t'appelle, et on se fait ça.»

C'était toujours plus facile de se motiver à courir, pédaler ou, de manière générale, faire du sport, lorsqu'on avait un acolyte à ses côtés. Seul, cela devenait vite ennuyant, elle devait bien l'avouer, même avec une musique ou une autre lui hurlant dans les oreilles. Seul, l'esprit s'agaçait et s'impatientait, incapable de trouver une occupation pendant que le corps s'épuisait, que la sueur fusionnait la peau et les vêtements. Un comparse nourrissait l'esprit, quelques phrases s'échangeant entre deux exhalations, les pauses se multipliant parfois un peu trop. Ca n'avait pas tant d'importance, c'était toujours plus que ce qu'elle faisait en ce moment. Même si son travail impliquait parfois de faire beaucoup d'allers-retours (de la photocopieuse à la machine à café, aux archives, au secrétariat etc etc), et de patrouilles, rien n'était réellement physiquement éprouvant, et parfois, dans sa vie, elle avait besoin de se sentir épuisée. Que son corps soit trop las et fatigué pour que son cerveau puisse articuler la moindre pensée désagréable. Mais comme elle avait été heureuse ces derniers temps, elle n'avait pas eu ce trop plein d'énergie, ce besoin irrépressible de frapper, courir et se tordre en espérant que la colère s'évacue par tous ses pores.

«Et pour le resto c'est vraiment quand tu veux. Même entre midi et deux des fois si tu as une pause, on se fait un sandwich vite fait.»

On ne pouvait pas prétendre que le commissariat était débordé alors que le Poète se faisait rare, et loin d'elle l'idée de s'en plaindre. Elle préférait s'ennuyer à jamais si cela voulait dire que personne d'autre ne mourait sous sa lame. Malgré tout, il lui arrivait de se demander ce qu'elle faisait véritablement là. Ce qu'elle ferait une fois le Poète mis en cage, voire abattu comme le chien qu'il était. C'était la seule raison qui l'avait poussée à s'engager. Une mauvaise raison, certes, mais une raison malgré tout, et c'était ce qui l'avait menée jusque là. Elle ne pouvait pas prétendre qu'elle s'était découvert une passion pour son prochain, qu'elle s'était découverte altruiste et au service des autres. Et elle détestait la paperasse qu'ils leur faisaient remplir à longueur de journées, les patrouilles interminables avec des collègues parfois mal aimables, quand ils n'étaient pas simplement vulgaires, et tous les appels inutiles qui leur parvenaient tout le temps et qui prenaient le pas sur de potentielles urgences. Willow n'était probablement pas taillée pour ce travail. Mais elle savait qu'elle n'était probablement pas taillée pour grand-chose, alors elle allait bien devoir faire avec.

Vivre avec Adam était ce qu'il y avait de plus facile. A la limite, c'était plutôt lui qui l'avait eue elle sur le dos à l'époque où elle était en pièces détachées.  Elle avait, de toute manière, toujours eu tendance à traîner plus aisément avec les garçons qu'avec les filles, dans les cours d'école. Elle préférait frapper, courir et faire du vélo, aux jeux auxquels les filles de son âge s'adonnaient. Elle avait très tôt troqué les poupées et la dinette contre les billes et la boue. Plutôt s'écorcher les genoux que de se faire des tresses. A ce titre, elle n'avait jamais trouvé la présence des hommes agaçante comme d'autres femmes pouvaient parfois le faire. Mis à part ces hommes machistes qu'elle avait malheureusement trop souvent l'occasion de côtoyer. De ceux-là, elle aussi se serait bien passée.

«Pas du tout. Adam est génial et je l'adore, et je connais pas encore vraiment Sandro mais ça a l'air d'être quelqu'un de très bien. On a tous des horaires assez différents donc on ne se voit pas tout le temps non plus de toute manière. Mais quand on arrive à tous se retrouver on passe toujours des bons moments. On a eu tellement de colocs depuis les trois ans que je suis là..»

Imitant Colleen, elle avait attaqué sa seconde bière également, ainsi que sa deuxième part de pizza. C'était bien plus convivial que de devoir constamment courir entre ses plats brûlés et son invitée. D'autant qu'elle était piètre cuisinière. Quand Adam ne passait pas aux fourneaux, elle ne prenait certainement pas sa place, gardant toujours quelques plats rapides et faciles dans un coin du frigo ou du congélateur pour ça. C'était probablement exagérer de dire que tout le monde fuyait la bâtisse lorsqu'elle cuisinait, mais ça n'était certainement pas loin de la vérité. Elle n'avait juste pas de talent particulier avec les ingrédients, et pas la patience de les transformer en quelque chose de beau, ou au moins de bon.

«De toute façon, je préfère vivre avec quelqu'un. J'ai jamais vraiment vécu toute seule. Et puis en ce moment...» L'affaire du Poète avait pris tellement de place dans sa vie qu'au final, elle n'avait que peu l'occasion d'en parler avec les autres. Tout le monde préférait éviter le sujet, mais à force de l'éviter il finissait toujours par lui rester entre les dents. Rien ne l'interdisait véritablement d'en parler. Elle ne travaillait pas sur l'affaire, n'avait pas accès à quelque information que ce soit, et quand bien même, elle ne serait pas allée révéler des indices cruciaux, mais au même titre que les citoyens dont elle entendait parfois les conversations au hasard en rentrant du boulot, elle était libre d'en discuter et d'enfin le mettre sur la table, l'autopsier encore vif. «Enfin, je veux dire on sait tous pourquoi on a eu autant de touristes, c'était pas pour la plage. On sait pourquoi certains magasins ont fermé.» Lui disséquer les organes pour savoir, pour comprendre. Tirer une conclusion, tirer un trait. «C'est pas parce qu'il fait beau et qu'on a eu un superbe été tranquille que les gens sont dupes. Tout le monde sait qu'il en a pas fini avec nous.» Elle n'avait pas à prononcer le nom, c'était dire à quel point son ombre salissait les pavés et les esprits. «Désolée, c'est pas exactement le meilleur sujet à aborder alors qu'on est bien là avec de la pizza, de la bière et du beau temps. C'est comme si tout tournait autour de ça maintenant.» C'était la triste vérité. A Fairhope, tout était à présent en relation avec le Poète et ses agissements. Même en le voulant il devait être difficile de l'éviter, et Willow, elle, était allée se mettre en plein sous l'orage, priant pour que la foudre ne tombe pas deux fois au même endroit

_________________

tell me did you see the news last night

ps: J'aime les artichauds
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t248-whirlwind

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 584
◆ Arrivé(e) le : 15/11/2015
◆ Âge : 27 ans
◆ Métier : Infirmière
◆ Points : 986
◆ DC : Alexander
◆ Avatar : Dakota Johnson


Sujet: Re: Summer's endVen 31 Mar - 22:41


L'amour était une chose bien compliquée pour Colleen et pour le moment, elle préférait de loin son célibat. Pas d'homme dans ses pattes, pas de crise de nerfs sur tout et n'importe quoi. Le rêve d'un certain côté. Mais peut importe, elle n'était pas là pour parler de cela. Ce livreur était un peu trop jeune pour elle de toute façon.

"De toute façon, on ne pourra que faire ça un weekend car que ça soit la salle de sport ou le resto, avec mes horaires tellement décalé, ça va être dur de se croiser même pour se faire un sandwich. Je crois que c'est plus ça qui me fatigue, c'est d'avoir des horaires complètement décalées qui m'empêchent vraiment d'avoir une vie normale. Ca ne m'étonne même pas d'avoir une vie sociale aussi vide que cette bouteille de bière."

De plus, Colleen avait laissé ses amis derrière elle quand elle avait décidé de revenir vivre dans sa ville natale. Les longues heures de conversation par téléphone ou Skype étaient très loin d'être la meilleure des choses même si cela dépannait pas mal. Mais rien n'était meilleure qu'une conversation avec une personne en face de soi. Et ce soir, elle se rattrapait en papotant de tout et de rien avec Willow, sans ses colocataires sur le dos. Pour l'infirmière, il était déjà compliqué d'avoir un cochon d'inde alors un colocataire dans son petit appart, c'était mission impossible. Mais en y réfléchissant, si elle voulait un appartement un peu plus grand, un colocataire serait une bonne solution. Elle pourrait ainsi dire adieu à ses longues heures à parler toute seule au mur et surtout, elle n'aurait plus à râler après son voisin du dessus qui à la désagréable manie de déménager ses meubles à 3h du matin juste pour le plaisir.

"C'est vrai qu'avoir toujours du monde à la maison est toujours plus rassurant surtout par les temps qui court. Et tu n'as pas à t'expliquer, c'est un sujet comme un autre. De toute façon, personnellement, je pars du principe qu'il faut vivre avec. Comme tu l'as dis, il est très loin d'en avoir finit avec nous. Après, il faudrait juste comprendre pourquoi il reste dans notre ville et surtout ce qu'il attend de nous. Après si ça attire des touristes, on y peut rien. Leur curiosité est juste plus que morbide. La curiosité humaine est malsaine dans certains cas."

Cela ne viendrait jamais à l'idée de la jeune femme d'aller en vacances dans un endroit où rôde un serial killer, à moins d'être un peu folle sur les bords. Elle ne voyait aucun intérêt à cela mais apparemment, les touristes venant passer quelques jours à Fairhope avait un bon intérêt à vouloir suivre les traces d'une personne qui n'hésitait pas à tuer ses semblables. Chacun ces hobbits après tout. Mais tous ses touristes, eux qui ne pensent sûrement qu'à se faire peur, se donner des sueurs froides, ne devaient certainement pas comprendre ce que cela représentait pour les habitants de la ville. Les nuits sans sommeil que la présence de cet individu dangereux devaient provoquer chez certaines personnes. Colleen avait déjà été en contact avec des survivants de ce monstre et cela n'était jamais une partie de plaisir. Cela lui donna presque des frissons dans le dos, rien que de penser à nouveau de ce qu'elle avait vu sur ces pauvres bougres. Mais il ne fallait plus y penser et parler de choses un peu plus joyeuses. Elle but une grande gorgée de bière et un morceau de pizza car la faim la guettait.

"Mais en tout cas, je passe une excellente soirée en ta compagnie mais il manque une chose et ça j'en suis très déçue... Tu as pensé à faire venir des Chippendales afin d'animer un peu plus la soirée ?"

Des Chippendales ? Colleen avait bu ou quoi ? En faite oui mais juste deux bières. L'alcool ne lui montait déjà pas à la tête. Quelle folle idée lui avait passé par la tête afin de dire ses choses là. Certes, c'était pour plaisanter mais c'était signe qu'il fallait vraiment qu'elle se trouve un nouvel homme.


_________________
Wind of Change

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t476-colleen-v-bishop-just-the-way-you-are-termine
 

Summer's end

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The Playoffs Summer League
» Summer League ?
» Summer of Heroes - Heroic Buccaneers!
» Summer break...
» Summer League - Semaine 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: the city that we loved :: fly creek :: résidences-