AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 James + Keep the secret.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité


 Invité


Sujet: James + Keep the secret.Jeu 2 Juin - 1:13

Keep the secret.

Septembre 2015







Wayne observait compendieusement la salle d’attente, laquelle était étroite, mal ventilée, sur les murs l’enfant pouvait observer quelques coins où la peinture commençait à se fissurer. Le petit garçon haussa les épaules lourdement, reportant son attention sur la bande dessiné que Rebecca lui avait offerte. Batman était son super héros préféré, ce qui d’ailleurs flattait son égo de petit garçon rêveur puisqu’il portait le nom de famille de son héro en guise de prénom. Il savait que ce prénom avait été choisi par son père, lui-même le tenait du désir qu’avait Rebecca de nommer son petit garçon ainsi. Bien que très jeune, Wayne avait toujours trouvé cette histoire étrange, mais les histoires d’adultes ne l’intéressaient pas pour le moment, seul les aventures de l’homme chauve-souris comptait à ses yeux. Gilliam, quant à lui, dandinait maladroitement sa large carcasse sur la chaise bancale sur laquelle il se trouvait. Il n’appréciait pas les médecins, bien que le pire restait les hôpitaux qu’il fréquentait depuis la naissance de sa défunte sœur. Les médecins il ne les appréciait pas, car chaque fois ces derniers se permettaient d’émettre un jugement sur l’éducation de son enfant, une fois, il dû repartir avec quelques brochures sur l’intérêt d’être père et toutes ces conneries de psychologues à deux balles. Elles avaient malencontreusement sombré dans la poubelle de sa cuisine, non sans une critique cynique de son meilleur ami.

Il soupira bruyamment. Il se sentait comme un rat pris au piège, ses chasseurs se présentaient sous la forme de deux vieilles aux lèvres pincées et aux regards qui suggéraient un viol imminent. Rares étaient les situations où l’ours brun se sentait mal-à-l’aise, mais ici, dans ce lieu qu’il n’appréciait pas de base, il se sentait déjà victime d’un milliard de microbes qui attendaient qu’une faille ne s’ouvre pour qu’ils puissent le contaminer. Et malheureusement, il ne portait pas dans son cœur les personnes âgées. Encore moins les vieilles édentées faisant de con corps une véritable archéologie. La grande brute croisa ses bras contre sa poitrine, l’air boudeur étirait ses traits qui lui donnaient un air presque aussi ronchonneur que celui que prenait son meilleur ami à l’aube. S’il était présent dans ce cabinet, c’était pour son fils qui présentait une petite pustule portant le joli sobriquet de verrue sous le pied droit. L’enfant l’avait certainement attrapé à la piscine, du moins c’est ce qu’avait essayé de lui expliquer la maîtresse de Wayne en réponse aux accusations de meurtres que Gilliam proféré à l’attention de cette école.

Il soupira de nouveau avant de se lever vivement, la chaise tomba lourdement contre le sol, dès lors que la secrétaire médicale l’appela et lui demanda de la suivre. Ce qu’il fit le pas vif, tirant son bambin par la main. Enfin, il respirait. La jeune femme s’arrêta sur le côté, lui indiquant la pièce du docteur Shelley d’une main en direction de cette dernière. Arquant un sourcil le grand gaillard entra, avec l’étrange impression d’avoir entendu ce nom quelque part. Il fut encore plus interpellé lorsqu’il vit le visage du docteur. « Yo ! Je viens pour mon fils. » Il poussa l’enfant devant lui avant de s’asseoir. « Je crois qu’il a truc au pied, un genre de verrue, l’école veut que je soigne ça. » Il tira la chaise à côté de lui pour que l’enfant puisse s’asseoir, l’ours pencha son corps en avant, toisant le médecin avec une certaine curiosité « On se connait non ? Votre gueule me dit un truc. » Murmurait-il, prenant un air faussement suspicieux face à ce médecin qui semblait quelque peu nerveux.
Revenir en haut Aller en bas

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 333
◆ Arrivé(e) le : 12/01/2016
◆ Âge : 42
◆ Métier : Médecin
◆ Points : 430
◆ DC : Aiden, Willow, Sean
◆ Avatar : David Tennant


Sujet: Re: James + Keep the secret.Dim 5 Juin - 22:53

Les journées étaient longues. Assis derrière son bureau, se levant seulement pour le traverser et aller jusqu'à la table d'examen, avant de revenir s’asseoir, le tout en faisant parfois un détour jusqu'aux dossiers ''rangés'' à l'autre bout de la pièce; il avait tout le loisir de regarder les heures passer. Son plus long trajet consistait à sortir de son bureau pour aller jusqu'à celui de sa secrétaire. Les patients défilaient face à lui avec régularité, chacun réitérant les mêmes banalités sur le temps, les nouvelles, la ville; se plaignant à cœur ouvert, faisant gicler leurs morts, leur sang poisseux sur le bois poli de son bureau, sur sa chaise, son visage, sur l'écran de son ordinateur, dans son propre corps. Les complaintes et autres lamentations faisaient leur bonhomme de chemin jusqu'à l'intérieur, s'accrochant à ses os, moisissures putrides des maux d'autrui que leurs mots assénaient dans son crâne à longueur de temps, imperméables à ses propres problèmes, inaccessibles à son mal-être. Les maladies paradaient, certaines stagnant dans la salle d'attente, les porteurs sans visage se succédant sans qu'il n'y trouve de compagnie, et il était planté là, dernier rempart contre les microbes, abandonné entre la toux et les furoncles, des cancers sans espoir aux bambins enrhumés, la prise de sang annuelle mettant à jour, non pas une carence en fer, mais bien, par sérendipité, une tumeur ou une grossesse ; et personne ne prêtait attention à lui, même s'il riait, parlait fort et déblatérait cent mots à la minute comme il en avait l'habitude. Non, aujourd'hui, James n'était pas de bonne humeur. Vraiment pas.

Ca avait sans doute à voir avec la pluie, qui menaçait par moments de s'insinuer entre les dalles de son plafond. Ou sa secrétaire, qui elle-même semblait moins enjouée qu'à l'ordinaire. Ou ce maudit Poète qui s'acharnait à faire pleuvoir des cadavres et à lancer des toiles qui les reliaient à lui. Il poussa un soupir, raccrocha son téléphone après une longue discussion avec un spécialiste, simplement pour constater qu'il avait à présent non plus dix mais bel et bien vingt minutes de retard. C'était encore raisonnable, mais le retard se cumulait plus facilement qu'il ne se rattrapait, et la dernière chose dont il avait envie, c'était de finir tard. Mais une minute par-ci, trois phrases de plus par là, il pouvait vite se retrouver avec une salle d'attente bondée et une secrétaire qui tentait de ne pas se laisser intimider par ceux qui se plaignaient directement à elle, comme si elle y pouvait quoi que ce soit. Finalement, embaucher quelqu'un pour prendre les rendez-vous, encaisser et gérer la patientèle, c'était une excellente décision, la quantité de travail en moins était colossale et il ne perdait plus son temps à répondre au téléphone. En plus, si d'aventure le Poète commettait un nouveau meurtre, elle pouvait lui servir d'alibi. Léger détail qu'il avait oublié de préciser dans son annonce lorsqu'il s'était mis à chercher quelqu'un, la rentrée approchant. Après plusieurs candidats, il s'était rapidement décidé pour cette femme énergique et souriante avec laquelle le courant était immédiatement passé, chacun d'accord pour ne pas trop se mêler des affaires de l'autre.

La secrétaire envoya le patient suivant, dont il découvrit le nom quelques instants avant qu'il ne se lève pour aller l'accueillir. Wayne Monroe. Jamais entendu parler. Autrement, il n'aurait jamais ouvert. La secrétaire ferma la porte derrière les nouveaux arrivants, et James marqua un temps d'arrêt. Ou plutôt fit un arrêt cardiaque. C'était du moins l'impression qu'il en avait eu, sa gorge se serrant tout à coup, bloquant l'air, une pierre lourde tombant au fond de son estomac et une sueur glacée menaçant déjà de le noyer. Quant à son cœur, il avait raté un, deux ou trois battements, sans aucun doute, les côtes pénétrant dans l'organe palpitant et affolé. Heureusement, le reste de son corps continuait d'effectuer son travail, et c'est un bonjour figé qui s'échappa d'entre ses lèvres soudain sèches. Il contourna son bureau pour retourner s'y asseoir. Il y avait toujours une chance pour que le père de l'enfant ne le reconnaisse pas. Il devait en voir tous les jours, des pauvres fous dans son genre à la recherche d'une échappatoire. C'était Hanna qui l'avait guidé vers eux lorsqu'il lui avait confié, à un moment ou à un autre dans leur brume épaisse, qu'il voulait mourir. Détruire tout ce qu'il avait été. Gringalet chétif, les mains ensanglantées, l'échine courbée, perdu au milieu des brutes épaisses, à demander une table rase en échange de billets. D'une certaine manière, c'était presque pire que son addiction qui causait la mort d'une femme sur une table d'opération. C'était la rechute, la perdition, et la recherche désespérée de la rédemption. Enlever les gants, changer de nom et fuir à l'autre bout du monde n'absolvait pas son crime, tout comme ne pas regarder en arrière ne lui faisait pas oublier.

Pourtant il avait essayé. Et alors qu'il croyait avoir réussi, s'enlisant avec succès dans de nouveaux pièges, s'endormant dans une routine souvent confortable, rarement excitante; voilà que le passé venait de le retrouver et de lui cracher à la figure un de ces visages qu'il avait voulu oublier, comme celui d'Hanna qui était revenu le hanter il y a de ça quelques semaines alors qu'un brin de nostalgie l'avait fait consulter des mails longtemps ignorés. Il écouta distraitement l'homme expliquer ce pour quoi il avait amené l'enfant, se demandant surtout s'il y avait un motif ultérieur à cette visite, si la visite n'était pas qu'un prétexte, si l'enfant était seulement le sien et pas un acteur payé juste pour le faire mariner dans sa peur avant de quoi? le tuer? le dénoncer? Les muscles de son dos s'étaient tendus avec lui, formant des nœuds déjà douloureux dans ses épaules, puis le géant se pencha en avant, la respiration de James se coinçant un instant dans sa gorge. «C'est une petite ville, monsieur Monroe, on a probablement dû se croiser.» Piètre tentative, ça n'avait rien d'un mensonge, mais il n'allait pas l'avouer ouvertement s'il avait une chance de s'en tirer. «Depuis combien de temps est-ce qu'il a cette verrue? Est-ce qu'elle est douloureuse?» Son regard passa du père à l'enfant, comme s'il doutait que le premier puisse en avoir la moindre idée. «Est-ce que ça te fait mal, quand tu marches?» Il se leva, ensuite, pour inviter l'enfant à passer sur la table d'examen, où il l'aida à grimper. «Viens, on va regarder ça.» Faire son travail l'aidait à ne pas se concentrer sur sa panique et se concentrer sur l'enfant l'aidait définitivement à ne pas se concentrer sur le père. «Tu peux enlever tes chaussures et chaussettes, s'il te plaît, qu'on regarde cette vilaine verrue?» Il jeta un regard au père en attendant que l'enfant s'exécute, pour ne pas le laisser hors de sa vue. Il mourait d'envie de s'enfuir en courant, même s'il fallait traverser la salle d'attente remplie et courir en hurlant devant ses patients.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t564-you-cut-the-silence-like-a-knife
 

James + Keep the secret.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Kingdom Hearts : The secret key
» [Vente] Secret Wars en blister.
» Oyez oyez, venez montrer comment votre père noël secret vous a gaté!
» [Xbox] Doom 3 + Roe : Stage secret exclusif de Doom 1 et 2
» CBC Radio, James Suckling/Veronique Rivest

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: in the den :: archives :: écrits inachevés-