AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Kitty ♦ To the edge of the universe and back. Endure and survive.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité


 Invité


Sujet: Kitty ♦ To the edge of the universe and back. Endure and survive.Ven 3 Juin - 20:29

Katherine « Kitty» Monroe

◆ You look at me like you looked at that bottle of Scotch, a mixture of fear and anger. I don't like it. ◆



◆ 10/05/91 - 25 ans
◆ En ville depuis un mois seulement.
◆ Américaine
◆Journaliste en free-lance, blogueuse et comptable pour le club de son cousin
◆ Célibataire, elle sors fraichement d’une relation chaotique et violente qui a laisser autant de marque sur son corps que sur son esprit.
◆  Hétérosexuelle.
◆ Bad Blood
◆ Chloe Bennet

entre les lignes

L'affaire : Reconnue pour ses papiers choquants sur des thèmes sanglants, des articles écrient dans le but de sortir le gens de leur confort quotidien, Kitty souffre d’un syndrome de la page blanche qui s’éternise, qui blanchit ses nuits. Ayant écrit des textes sur les diamants rouges, les infanticides de Chine, les enfants soldats d’Afrique, le Poète ne l’impressionne pas, il ne lui fait pas plus peur que ces autres sujets. Le Poète, ce monstre qui rampe dans les rues de Fairhope comme une vermine est, au contraire, une chance en or de se remettre sur le droit chemin, de redevenir cette journaliste piquante et effrontée qu’elle fut jadis. L’assassin éveille en elle une curiosité morbide, une attirance sinistre qu’elle ne peut réellement expliqué. Il est sa chance de regagner un peu de notoriété publique. Elle ne veut pas le dépeindre comme un monstre, comme la créature sans âme que les habitants croient qu’il est. Elle désire le décortiquer, le dépeindre non comme un monstre, mais comme la preuve que l’ombre vit dans la lumière et que la lumière vit dans les ténèbres. Elle compte l’utiliser, à ses propres fins, comme il utile lui-même la peur à son avantage.


Caractère :
Kitty fut de ces enfants qui n’ont pas peur de grimper aux arbres pour récupérer son cerf-volant, qui ne craint pas de se salir les mains pour attraper les grenouilles dans les marais et qui regarde le monstre caché sous son lit en riant. Elle était cette petite fille qui rêvait d’être Indiana Jones, de chasser des trésors et d’affronter des malédictions. Bien que les responsabilités du monde adulte pèsent aujourd’hui sur ses épaules, la petite brune ne s’est pas pour autant assagie, gardant ce côté intrépide, qui est sans doute le premier mot qui vient à l’esprit lorsque l’on songe à la jeune femme. Elle n’a pas froid aux yeux, n’hésitant pas à se mettre dans des situations désastreuses et dangereuses pour le bien de son art, pour ces articles choquants dont elle en est l’auteur. Kitty est vive d’esprit, sachant trouver les solutions à ces situations déplaisantes dans lesquelles elle se met les pieds, une capacité qui lui a permis de se sortir de situation bien complexe lors des nombreux voyages qu’elle a effectués pour son travail. Elle semble toujours avoir la solution à tout, malgré que ce soit souvent peu le cas et que ses plans ne sont, en fait, que de l’improvisation. Ce trait de caractère ne fait que compléter le fait que Kitty soit de ces gens tête en l’air et désorganisée qui ne réfléchit pas toujours avant d’agir et qui n’aime pas prévoir ses mouvements à l’avance. Ses décisions ne se prennent que sur des coups de tête pris dans le feu de l’action et qui sont parfois empreints de maladresse. Chez elle, ce n’est pas une maladresse physique, bien qu’elle ne soit pas la femme la plus agile qui soit. Souvent, les mots lui échappent sans qu’elle ne réfléchisse, regrettant les répercussions de ses mots seulement par la suite, sauf qu’on regrette toujours pour rien, puisqu’on ne peut que regretter qu’après. Kitty est honnête, désirant connaître la vérité lorsqu’elle pose des questions et détestant le mensonge autant qu’elle déteste la cruauté. Elle grimace devant les menteries des gouvernements, s’injurie devant les mensonges de l’armée, grince des dents devant les inepties des médias. Elle est d’ailleurs une bien piètre menteuse, ce qu’elle considère comme une qualité plutôt qu’un défaut. C’est ce besoin de savoir la vérité qui a fait d’elle une journaliste, essayant de tirer les vers du nez de ces menteurs émérites. Chez elle, la passion se déguise parfois en défaut, puisqu’elle ne calcule que trop rarement les dangers qu’elle prend pour arriver à ses fins et qu’elle s’entête la plupart du temps à y parvenir, qu’importe si elle fonce dans la mauvaise direction. La journaliste est une tête de mule, bornée et butée, frôlant souvent l’irresponsabilité du bout des doigts sans jamais l’embrasser. Elle refuse d’avoir tort jusqu’à ce qu’elle réalise qui est trop tard, que les autres avaient raison. Finalement, Kitty est de nature hyperactive, incapable de rester les bras croisés plus que quelques minutes avant de commencer à s’activer. Elle n’aime pas la passivité, elle n’aime pas rien faire. Ce trait de personnalité est amplifié depuis qu’elle souffre de Stress post-traumatique, ayant toujours besoin de s’occuper pour ne pas sombrer dans cet état second, de ne pas réfléchir aux atrocités. Malgré la médication lourde qu’elle prend depuis la fin de cette relation désastreuse qui a mis à mal sa vision de soi-même, elle reste une jeune femme pétillante et pleine de vie, qui n’a pas froid aux yeux, bien qu’il ne soit plus vrai qu’elle n’a peur de personne.


À savoir : ◆ Son prénom est Katherine, bien qu’elle ne se souvienne pas que ses parents l’aient, un jour, utilisé. Elle-même se présente uniquement sous le surnom de Kitty, bien que ses articles soient signés de son nom en entier. ◆ Elle ne fume pas, bien que l’odeur du tabac soit l’une de ces odeurs qu’elle apprécie particulièrement, lui rappelant la maison de son enfance. ◆ Elle est sujette à des cauchemars violents depuis son choc post-traumatique, il n’est pas rare qu’elle se réveille en hurlant, les draps collant à sa peau moite sans pour autant se souvenir de son rêve avec précision. ◆ Elle a un chat, affectueusement nommé Ringo, en l’honneur des Beatles, groupe que sa mère affectionnait particulièrement. ◆ Malgré sa petite taille, elle tient très bien l’alcool et à tendance à en abusé depuis sa relation violente, malgré le fait qu’elle soit sous médication et que l’alcool est techniquement à proscrire. ◆ Elle sait parler japonais et le français, l’un étant le désir de sa grand-mère maternelle d’origine japonaise, le seconde étant le désir de l’époux de cette grand-mère, d’origine française. ◆ Elle est intolérante au lactose, mais ça ne l’empêche pas d’engloutir des pots de glace en entier devant des sitcoms lorsqu’elle en a envie. ◆ Elle se ronge les ongles, ce qui est devenu maladif dans les dernières semaines. Au point qu’il n’est pas rare de voir de petites plaies sur ses doigts ◆ Elle a le logo du club dont son père faisait partie tatoué sur le pied droit, un moyen de se remémoré l’homme qui a été. ◆ Chaque dimanche, elle enfourche la motocyclette de son paternel pour rendre visite à sa mère dans un centre spécialisé. En effet, la femme souffre de démence due à son Alzheimer.



derrière l'écran

Pseudo : Childish Light
Âge : 25 printemps
Déjà un compte ici ? : Rebecca
Code du règlement : OK by Tobias
Où avez-vous connu le forum ? : On m'y a traîner de force, si je me souviens bien
Un commentaire ? : réponse ici.

© potterbird
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: Kitty ♦ To the edge of the universe and back. Endure and survive.Ven 3 Juin - 20:29

once upon a book

◆ citation citation citation ◆




La créature lui échappe, glisse de ses mains boueuses pour se réfugier dans les hautes herbes, croassement indigné de la part de la bestiole visqueuse qui fait écho à l’exclamation de surprise qui déloge des lèvres de l’enfant. Les pieds nus dans la boue, elle essaie, tant bien que mal, de rattraper l’amphibien qui détale vers le marais, trop envieuse de fuir son assaillante, pourtant tenace. De gros nuages noirs s’amoncellent dans le ciel, camouflant le soleil derrière lui, alors qu’un grondement menaçant se fait entendre. La fillette ne s’en soucis guère, son attention trop accaparée par sa proie pour faire attention à la pluie qui s’abat sur elle, une nouvelle fois. Katherine sait qu’elle n’a pas le droit de sortir sans demander la permission à ses parents, mais papa et maman dorment toujours trop, le matin. Elle est toujours la première debout et la patience n’est pas une vertu dont elle a hérité. Seattle est reconnu pour ses pluies abondantes et sa température déprimante, mais la petite aime la pluie, elle n’en a guère peur. Elle bondit en avant, les mains tendues. Ses doigts frôlent sa proie qui saute hors de portée, une nouvelle fois. «Kitty?!» Elle se redresse, tournant la tête vers la maison d’où provient la voix rauque de son géniteur. Celui-ci se tient sur le pas de la porte, une tasse fumante entre les mains et une cigarette tout aussi fumante coincée entre ses lèvres. Délaissant la grenouille, elle s’élance vers ce dernier, ses bottes de pluie se heurtant contre la pelouse détrempée. Elle s’arrête à quelque pas du palier, un sourire malicieux sur son visage boueux, son imperméable jaune canari tâché de terre mouillée, les cheveux aussi sale qu’entremêlé.  « Tu m’aides à attraper les grenouilles, pops?» L’homme sourit, secoue sa tête tout en  soufflant la fumée néfaste par le nez. Pendant quelques secondes, Kitty plisse les yeux, observant les formes que forme la fumée avant de disparaître. « Ta mère ne va pas être contente, jeune fille.» L’enfant plisse le nez. Sa mère déteste la saleté. Son père disait parfois qu’elle était maniaque, elle ignore ce que cela veut dire, mais ça doit être une sorte de maladie bizarre, comme quand elle avait eu la varicelle, l’année dernière. Peut-être est-ce que maman avait besoin d’un médecin? «J’essayais d’attraper des grenouilles. Comme quand Noctis ramène des rats à la maison, comme cadeau, tu sais?» L’homme rit franchement cette fois-ci. Noctis est le chat de la maison, un gros matou en surpoids qui adorait se prélasser au soleil et ramener des rongeurs éventrés dans la maison pour faire étalage de ses talents de prédateurs. Chaque fois, Chihiro, la mère de Kitty hurlait et le chassait à coup de balai. Le félin ne renonçait jamais, cependant. «Noctis est un chat, c’est dans sa nature. J’crois pas que ça soit dans celui des petites filles. Allez, monte te laver maintenant, avant que ta mère te voie dans un état pareil.» Kitty retire ses bottes de pluie avec une moue boudeuse et s’avance vers la salle de bain, marmonnant entre ses dents : « C’n’est pas drôle être une petite fille.»



Les mots se chuchotent, murmures sifflant dans l’air sec. Une odeur de pétunia et de roses flotte dans l’air, lui piquant les yeux désagréablement ou était-ce à cause des larmes versées la vieille? Des larmes, Kitty n’en a plus. Ses yeux restent secs, aussi secs que les murmures. De vieilles dames lui parlent gentiment, lui dit qu’elle doit être forte et s’occuper de sa maman maintenant, mais elle ignore ce que cela veut dire. Ce n’est pas une maman de prendre soin des enfants? Elle a envie de poser la question, chaque fois que ses mirettes sombres se posent sur le cercueil de bois verni, sa voix meurt dans sa gorge, les mots s’effacent de ses lèvres.  Elle ne parle pas, muette enfant vêtue de noir, poupée chinoise articulée que l’on regarde avec pitié. Papa n’est plus là. Il ne sera plus jamais là. L’homme autour de qui transitait son monde lui a été arraché. Une bataille de trop, une qui a mal tourné entre le club de papa et un autre. Une lame affilée, une pointe heurtant une artère et ça s’est finie en quelques battements de cœur. Elle avait entendu Jack le dire à sa mère, trois jours plus tôt. Elle n’aurait pas dû être là, son oncle l’avait envoyé jouer avec son cousin. Un jeu de cache-cache, elle s’était éclipsée et le garçon croyait sans doute qu’elle était douée pour se cacher. Maman, elle, lui avait dit que c’était un accident de voiture. Maman mentait toujours pour la protéger, pour lui faire croire que la vie, ce n’était jamais triste. Maman est triste maintenant. Il y a de l’eau qui s’échappe de ses yeux, des perles d’eau salée qui attrape la lumière avant de s’écraser contre le parquet usé. Kitty l’observe, n’ayant pas le courage de regarder la dépouille de son père. «Je suis désolé pour ton père, Kit-kat»  la fillette lève les yeux vers la voix. Cheveux bruns en bataille, carrure déjà imposante malgré sa croissance inachevée, Gilliam pose sa main sur son épaule, un sourire triste sur ses lèvres. Lui aussi, il n’a plus de papa… ni de maman. C’est triste. D’une tristesse qui fait réapparaître des larmes dans ses yeux en amande. « Grand-mère dit qu’il est un héros, comme les gens morts dans les bombardements de Kobe.»  La grand-mère maternelle de Kitty était née au Japon, elle avait six ans quand les Américains ont fait exploser la ville où elle était née, Kobe, tuant sa famille. Elle avait survécu, avec son frère aîné, Hayato. Quelques mois plus tard, ce dernier était décédé dans le bombardement d’Hiroshima alors qu’il travaillait dans une usine pour apporter un peu de pain sur la table. Grand-mère avait été adoptée par un couple travaillant pour la Croix rouge, deux ans plus tard. Une chance inestimable pour elle, une culpabilité du survivant encore bien sur ses épaules.  Pourtant, aux yeux de Kitty, son père n’a rien en commun avec Hayato. À quoi bon être un héros, si c’est pour mourir, de toute façon? Son cousin hausse les épaules, l’air navré. « La guerre, c’est la guerre, qu’elle soit interne ou mondiale.» Elle lui lance un regard à travers ses cils, croise ses bras sur sa poitrine, ses ongles s’enfoncent dans ses côtes.  « La guerre, c’est stupide. Le club est stupide!» Les mots lui échappent, plus fort qu’elle ne l’a voulu. Les yeux se tournent vers elle, sévères ou étonnés. «Le club, c’est ta famille, Kit-kat, c’est ce qu’il te reste de lui.» Elle ne répond pas, ne prononce pas un mot de plus. Il a raison. Elle lui en veut. Elle en veut au monde entier pour lui avoir arraché son papa.

La Syrie, pays de guerre et de sang, pays sans droits, ni lois. Des atrocités, elle en a vu déjà. Trafic d’organes, vente d’enfants, kamikazes au cerveau lavé par des idéologies préfaites, les guerres civiles aux noms de religions ou de richesses. Jamais rien n’équivaut ce qu’elle a pu lire dans les yeux de l’enfant qui lui avait fait face quelques heures plutôt. Enfant-soldat, fillette arrachée à ses parents quelques jours avant son huitième anniversaire, ayant vu la mort de sa famille sous ses yeux, espoir de les revoir anéantis avec un bruit de tonnerre et une marre de sang. Kitty l’avait écoutée avec attention alors qu’elle racontait les atrocités faites par ses propres mains, un canon braqué contre sa nuque, une promesse de viol caché sous des félicitations. Enfermés dans sa chambre d’hôtel miteuse, ses doigts courent sur les claviers aux touches usées par ses doigts, pressées trop souvent, trop vite. C’est ça, ça vit à elle. Tâché d’encre des pages entières de récit monstrueux pour choquer les gens, pour les faire sortir de leur état léthargique, pour le faire comprendre que c’était à eux d’agir, si qui on le pouvoir et les moyens. Elle dépeint la mort et la souffrance mieux que personne. On la qualifie de prodige, d’auteur à succès, la digne héritière de sa mère sans suivre ses traces. Elle n’écrit pas de roman comme le fait sa génitrice, elle n’écrit pas de fiction, elle se contente de l’atroce vérité. La porte de la chambre d’hôtel s’ouvre puis se referme avec un claquement sec. Elle relève la tête vers l’homme qui vient de faire son entrée. Cheveux d’un châtain clair, yeux d’une couleur café, un sourire charmeur, le photographe s’approche d’elle. « Comment ç’a été l’interview avec la prostituée?» Kitty tique, darde son regard sur lui, sévère, agacée, frustrée. Il ne comprend pas. Pas vraiment. « Enfant-soldat, pas prostituée.» Ruben hausse les épaules, marmonnant dans sa barbe que c’est la même chose. Ils se sont rencontrés au Myanmar, alors qu’elle écrivait un article sur les atrocités de ce gouvernement qui viole les droits de l’homme avec brio, ne se souciant ni des pressions internationales ni des conflits armés dans son pays.  Leur relation dure depuis près d’un an, avec des hauts et des bas. Elle a du mal à le comprendre. Né à Bogotá d’une mère allemande et d’un père colombien, il démontrait parfois des tendances excessives, parfois racistes, parfois sexistes, se défendant souvent sur ses origines. Métis, il ne peut être raciste, n’est-ce pas? Et le sexisme est une partie intégrale de la culture sud-américaine, si? Trop aveuglée par l’amour qu’elle lui porte, Kitty ne s’est jamais véritablement posé de questions sur son sujet, sur ses colères.  Pour le moment, elle l’ignore, absorbée par son travail. «Un type m’a demandé si je voulais t’échanger contre un chameau, j’aurais peut-être dû accepter.» La journaliste relève de nouveau la tête, un sourcil formant un accent circonflexe parfait. «Pardon? » Nouveau haussement d’épaules, lueur dangereuse dans les yeux, une rasade de bière. «J’dis juste que le chameau serait plus affectueux. Ton torchon semble plus intéressant que moi.» Elle ouvre la bouche pour répliquer, mais n’en a guère le temps. Ruben presse ses lèvres contre les siennes, durement, douloureusement. Il la soulève de la chaise de bois, la pousse vers le lit. Elle se défile.  « J’ai du travail à faire, Rub’ et j’aimerais bien le terminé pour rentrer à la maison, avant qu’une bombe nous tombe sur la tête.» Les doigts de l’homme s’enfoncent dans son cou, attrapent son menton avec violence, la forçant à le regarder. « Tu perds ton temps. Tu n’arriveras pas à changer le monde, Kitty… pas avec ton manque de talent.» Il la relâche, elle chancelle, il claque la porte.


 Comment en sont-ils arrivés là? Elle qui a passé sa carrière à décrire les horreurs vécues par les autres, elle n’arrive pas à mettre des mots sur l’horreur qui la frappe, qui s’infiltre dans sa vie, vipère sinueuse, poison volatile. Ses doigts caressent la peau douloureuse de sa joue, ses cils tâchent de chasser les larmes qui noient ses yeux. L’homme se tient face à elle, monstre au visage déformé par la rage et la frustration, obeshimi effrayant. Il fait un pas en arrière, alors qu’elle reste là, le dos contre le mur, petite créature acculée au pied du mur. Ce n’avait été qu’une dispute comme tant d’autres. Un signe de jalousie comme il en avait démontré tant jadis. Une soirée festive avec des amis dans un bar local, les paroles cajoleuses d’un inconnu. Ruben n’avait rien dit de la soirée, il avait été plus que silencieux dans la voiture en revenant à la maison. Jusqu’à ce qu’il explose. Jusqu’à ce que ses mots tranchent comme des couteaux, jusqu’à ce qu’il l’assène de coup psychologique. Puis physique. Elle sent encore la brutalité avec laquelle son corps s’est heurté au mur, la dureté des phalanges sur sa joue. Devant ses yeux mouillés,  le masque Nô se transforme, démontrant un sentiment autre que la rage. D’obeshimi, il devient Shojô. «Kitty…» Il susurre, voix basse et douce comme le velours. Il tend la main, caresse sa joue, essayant de chasser le mal qu’il lui a causé. « Je suis désolé, je ne voulais pas…» Elle s’éloigne de lui, l’observant avec méfiance alors que les larmes noient ses orbes sombres. Il referme ses doigts autour du poignet délicat de la journaliste, avec un mélange de douceur et de force, elle tire sur la prise sans arriver à s’en défaire. Elle se mord la lèvre, l’empêchant de trembler alors qu’il s’avance un peu plus. « Je ne voulais pas. Je suis tellement désolé, Kitty. Mais c’est ta faute. Tu l’as cherchée.» Il l’attrape, passe ses bras autour de sa taille et la serre contre lui, inconscient de la jeune fille qui essaie de se défaire de son emprise. Puis, elle abandonne, se laisse faire, sachant que c’est perdu d’avance.  « Ruben…» Sa voix est rouille et cassure. Il ne l’entend pas, ou fait mine de ne pas l’entendre. « Pourquoi devais-tu flirter avec cet homme, hein? Tu voulais me prouver que tu pouvais séduire d’autres hommes, m’infligé une humiliation publique? Tu n’as que toi à blâmer, chérie, tu l’as cherché…» Les mots vont et viennent, encore et encore, rejetant la culpabilité du geste sur ses frêles épaules. Elle ne dit rien, acquiesce. Elle ne le sait pas encore, elle l’ignore pour le moment, mais elle vient de franchir la porte d’un autre monde. Un monde où les victimes ignorent qu’elles en sont. Son couple n’en est plus un, il n’est qu’un cas parmi tant d’autres de violence conjugale. Elle n’a jamais vu les signes avant coureur, les violences psychologiques, l’indifférence et maintenant, elle est trop profondément enfoncée dans la roue, coincée dans le jeu de chat et de souris qu’il a établi et dont lui seul connaît les règles.


Elle observe le plafond immaculé de la chambre, recroquevillée sous les draps poisseux, déconnectés de son propre corps, des propres douleurs qui la font grimacer à chaque mouvement. La porte claque au loin, une voiture démarre et s’éloigne. Elle est seule. Seule et pourtant, elle sait qu’il est là, chaque fois qu’elle inspire, ses poumons brûlent, sa cage thoracique hurle. Il est partout. Dans l’odeur des draps, celle sur sa peau. Dans les marques sombres sur son derme, dans ses pages blanches. Il est dans les larmes qui perlent au coin de ses yeux en amande, il est dans ses cauchemars éveillés. D’une simple gifle, de mots assassins, il en était venu aux ruées de coups lorsque l’envie lui prenait, lorsque l’alcool l’imbibait. Beau parleur aux mots meurtriers. Doux amant aux gestes écorcheurs. Ce soir, c’est nouveau. Loin des coups primitifs qui viennent par impulsion. C’est une violence nouvelle, une violence qu’elle a vue ailleurs. Dans les écrits qui noircissent ces pages qu’elle a mis tant d’effort à écrire. Une douleur qu’elle a vue dans les yeux de ces gens qu’elle croisait, ces femmes violées, ces hommes bafoués, ces enfants à l’enfance arrachée par la cruauté. Une souffrance qu’elle avait côtoyée sans jamais la comprendre entièrement. Ce soir, elle la comprend dans sa totalité. Ce n’est plus que des  coups, c’est autre chose. Un mot qu’elle refuse de prononcer, qui frôle son esprit et qu’elle rejette encore et encore, dans l’espoir que si elle n’y songe pas, ça cesserait d’exister. Il y avait eu la dispute violente lorsqu’il l’avait surprise à faire ses bagages pour disparaître. Des mots immondes franchissant une bouche jadis aimée. Puis, il y avait eu les coups, collision de poings rageurs contre une chair tendre. Elle avait cru, naïvement, qu’il s’arrêterait là. Foutaise. Elle avait senti son corps atterrir dans le lit, sans délicatesse aucune, puis Ruben sur elle, lui arrachant ses vêtements, la maintenant en place alors qu’elle se débattait comme une diablesse. Elle n’avait pas fait le poids. Elle ne le faisait jamais. Pendant d’interminables minutes, elle avait été une vulgaire poupée, une putain que l’on prend à sa guise. Puis, il était parti, non sans lui rappeler, qu’il l’aimait, que c’était pour son bien tout ça, qu’elle devait comprendre que c’était de sa faute à elle. Les minutes s’effacent, laissent place aux heures. Les larmes se sont calmées, taries au fil du temps, mais le sommeil ne vient pas. Elle a lavé son corps des souillures, elle aimerait faire de même avec son âme. Elle est sale, elle se sent sale. Elle aimerait téléphoner à sa mère, lui raconter tout, mais la femme ne se souvient aucunement d’elle, la maladie l’ayant enfermée dans un cocon de délires sadiques, d’un passé envolé depuis trop longtemps. Soupir fébrile au bord des lèvres, Kitty attrape le téléphone de la cuisine, les doigts courant sur les touches usées avec une facilité désarmante. Une voix rauque lui répond. Elle se l’imagine sans mal, la cigarette aux lèvres, une bière entre les mains, sans doute la première depuis qu’il a mis le petit au lit. «Gilliam, c’est moi.» Le timbre de sa voix la trahit, tremblotant, rouillée, elle lui met la puce à l’oreille. « Kitty? Qu’est-ce qui ne va pas?» Elle hésite, tiraillée entre les alternatives qui s’offrent à elle. Elle aurait pu faire un rapport à la police, mais à quoi bon? Kitty n’a pas confiance à la justice, elle a vu, trop souvent, ses failles et ses défauts, plus souvent que sa rigueur et sa dureté. Ruben s’en sortirait, pas demain, mais éventuellement. Elle ne veut pas de cette alternative, alors, elle se met à parler. Lui déballe toute l’histoire, presque tout. Elle garde pour elle les dernières heures, les derniers moments qu’elle a passés avec le monstre. Son cousin lui promet d’arranger la situation, de la sortir du cauchemar. La journaliste sait que la fin sera tragique, ça finira en sang, mais elle le remercie.


Revenir en haut Aller en bas

fonda - lost in the fire

avatar

◆ Manuscrits : 6558
◆ Arrivé(e) le : 15/03/2015
◆ Âge : 32 ans
◆ Décédé le : 3 Mars 2016, suite à une altercation avec les forces de police
◆ Métier : ancien biographe et parolier puis secrétaire
◆ Points : 720
◆ DC : Adam,Pete,Micha & Tutur
◆ Avatar : Tree Pace


Sujet: Re: Kitty ♦ To the edge of the universe and back. Endure and survive.Ven 3 Juin - 20:31

bounce bounce Re-bienvenue !!!

Bon courage avec cette nouvelle fiche xoxo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t83-i-slithered-here-from-eden http://potterbird.livejournal.com

Invité


 Invité


Sujet: Re: Kitty ♦ To the edge of the universe and back. Endure and survive.Ven 3 Juin - 21:02

Merci Toto xoxo
En espérant qu'elle vous plaira, la p'tite peste oopsie En attendant, je me bats avec mon pc qui refuse de faire des accents comme il se doit run
Revenir en haut Aller en bas


avatar

◆ Manuscrits : 4711
◆ Arrivé(e) le : 05/08/2015
◆ Âge : 24
◆ Assoc. des Victimes : Membre
◆ Métier : Elève policière
◆ Points : 1138
◆ DC : Aiden, James, Sean, Charlie, Nathan
◆ Avatar : Willa Holland


Sujet: Re: Kitty ♦ To the edge of the universe and back. Endure and survive.Ven 3 Juin - 21:29

Re bienvenue dans le coin hug hug
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t248-whirlwind

Invité


 Invité


Sujet: Re: Kitty ♦ To the edge of the universe and back. Endure and survive.Ven 3 Juin - 21:37

brille brille brille brille brille brille love ♥️ Re en espérant que tu vas t'amuser avec notre petite Kitty ♥️
Revenir en haut Aller en bas


avatar

◆ Manuscrits : 3902
◆ Arrivé(e) le : 03/09/2015
◆ Âge : 28 ans
◆ Métier : Lieutenant de police
◆ Points : 4204
◆ DC : Sacha
◆ Avatar : Kate Mara


Sujet: Re: Kitty ♦ To the edge of the universe and back. Endure and survive.Ven 3 Juin - 23:26

Oh oui, super choix d'avatar pour ton nouveau perso excited
Re-Bienvenue dans le coin :)

_________________


Shandra O. SarmoiseLieutenant de Police
Je suis ici depuis mon enfance, et je vois bien que ma ville autrefois calme, n'est plus le même havre de paix qu'autrefois. La faute à ce poète de malheur. Serais-je celle qui réussira à lui mettre la main dessus ? Je ne sais pas, mais j'ai déjà passé trois ans de ma vie à lui courir après, je suis prête à faire encore bien plus même si cela doit me ronger jusqu'à l'os.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t299-shandra-olivia-sarmoise-is-here

Invité


 Invité


Sujet: Re: Kitty ♦ To the edge of the universe and back. Endure and survive.Sam 4 Juin - 10:22

Re bienvenue petit chat !  brille

Elle ne sera jamais aussi peste que Becca *Hum*

Bon courage pour la rédaction de ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas


avatar

◆ Manuscrits : 2332
◆ Arrivé(e) le : 12/04/2015
◆ Âge : 28 ans
◆ Métier : détective, promu en décembre 2015
◆ Points : 197
◆ DC : Désirée, Ruby, Jonathan, Jacob, Eva & Simon
◆ Avatar : Jesse Williams


Sujet: Re: Kitty ♦ To the edge of the universe and back. Endure and survive.Sam 4 Juin - 10:24

Re-bievenue sur le forum zen

_________________
"Trouble on my left, trouble on my right, I've been facing trouble almost all my life... My sweet love, won't you pull me through?"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t80-dear-old-world-is-it-too-late-to-get-a-refund http://aesthetics-blue.tumblr.com/

Invité


 Invité


Sujet: Re: Kitty ♦ To the edge of the universe and back. Endure and survive.Mar 7 Juin - 4:51

Merci :luv:

Rickon - Si, si, elle peut... je te jure! hihi
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: Kitty ♦ To the edge of the universe and back. Endure and survive.Ven 10 Juin - 0:12

Re bienvenue!! sombrero pump it up
J'aime beaucoup : ton avatar, ton caractère, ton histoire et ta perception du Poète. :luv:
J'espère que Toto et Jesse aussi... brille
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: Kitty ♦ To the edge of the universe and back. Endure and survive.Sam 11 Juin - 23:41

Rebienvenue alors panda
Revenir en haut Aller en bas


avatar

◆ Manuscrits : 2332
◆ Arrivé(e) le : 12/04/2015
◆ Âge : 28 ans
◆ Métier : détective, promu en décembre 2015
◆ Points : 197
◆ DC : Désirée, Ruby, Jonathan, Jacob, Eva & Simon
◆ Avatar : Jesse Williams


Sujet: Re: Kitty ♦ To the edge of the universe and back. Endure and survive.Dim 12 Juin - 3:33

en attendant l'admin...


Ta fiche est officiellement terminée et vient d'être relue par mes soins ! Remarques et autres commentaires sur ta présentation ont été transmis à l'admin du forum. Ce dernier va s'occuper de toi dans les plus brefs délais et te signaler les éventuelles modifications à effectuer et/ou te valider.

_________________
"Trouble on my left, trouble on my right, I've been facing trouble almost all my life... My sweet love, won't you pull me through?"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t80-dear-old-world-is-it-too-late-to-get-a-refund http://aesthetics-blue.tumblr.com/

Invité


 Invité


Sujet: Re: Kitty ♦ To the edge of the universe and back. Endure and survive.Mar 14 Juin - 11:32

Elle est trop parfaite ma cousine (c'est-à-dire pour moi ta fiche est trop belle ♥)
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: Kitty ♦ To the edge of the universe and back. Endure and survive.Mar 14 Juin - 18:55

Re bienvenue avec ce nouveau perso :luv:
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: Kitty ♦ To the edge of the universe and back. Endure and survive.Mer 15 Juin - 18:25

Merci les cocos :luv:
Gilliam - Contente qu'elle te plaise, la p'tite! coeur
Revenir en haut Aller en bas

fonda - lost in the fire

avatar

◆ Manuscrits : 6558
◆ Arrivé(e) le : 15/03/2015
◆ Âge : 32 ans
◆ Décédé le : 3 Mars 2016, suite à une altercation avec les forces de police
◆ Métier : ancien biographe et parolier puis secrétaire
◆ Points : 720
◆ DC : Adam,Pete,Micha & Tutur
◆ Avatar : Tree Pace


Sujet: Re: Kitty ♦ To the edge of the universe and back. Endure and survive.Jeu 16 Juin - 14:51

Encore désolé d'avoir mis autant de temps pour passer par ici shrug1 Pour ce qui est de ta fiche, aucun souci. Quelques fautes, mais on sait déjà de quoi tu es capable et puis Gilliam a donné son feu vert alors, il ne reste plus qu'à te valider officiellement :yes: Amuse-toi bien avec la petite Kitty pup


congratulations !



Félicitations, te voilà officiellement validé(e) ! Tu vas donc pouvoir déambuler dans les rues de la ville comme bon te semble. Sauf si tu crains de tomber sur une plume particulièrement... Inspirée.

Mais puisque tu respires encore, il est temps de t'occuper de toute la paperasse un peu ennuyeuse auprès des autorités locales. Ainsi, tu peux commencer par recenser ton métier avant de te trouver un logement.

Tu peux ensuite ouvrir ton répertoire afin de créer des liens avec les autres personnages ou poster dans les demandes de rp pour te trouver un premier partenaire de jeu.

Si tu as été validé(e) avant le 15 du mois en cours, sache qu'il faudra également songer à te recenser pour ce mois-ci.

Dans tous les cas, le staff reste à ta disposition pour la moindre question et te souhaite de passer d'agréables moments sur le forum.

N'oublie pas de rester sur tes gardes... Sait-on jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t83-i-slithered-here-from-eden http://potterbird.livejournal.com
 

Kitty ♦ To the edge of the universe and back. Endure and survive.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Soul Edge arcade vs Playstation
» Mirror's Edge
» [LEGO] Le MMOG LEGO Universe en précommande !
» Shining Force Cross (Ring Edge)
» Doom3 Mods : Edge of Chaos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: in the den :: archives :: manuscrits abandonnés-