AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Ariel - The American Dream

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité


 Invité


Sujet: Ariel - The American DreamDim 18 Sep - 19:01

Daniel « Ariel » Osborn

◆ freedom and whores are the most cosmopolitan items under the sun. ◆



◆ 01/09/1995 - 20 ans
◆ En ville depuis sa naissance
◆ Américaine
◆ Prostituée
◆ Célibataire
◆ Bisexuelle
◆ Bad Blood
◆ Bex Taylor-Klaus

entre les lignes


L'affaire : Cette affaire ne m'a jamais véritablement intéressé, bien sûre voir tous ces meurtres arrivés les uns après autres chaque année était insolite, cela faisait peur à toutes les personnes normales. Mais même si tout cela est particulier, les gens qui vivent autant au contact de la rue comme moi, on a aussi eu notre lot d'étrange et de choses horribles.  La différence est que nous ne sommes médiatisés, cela ne veut pas dire que je suis insensible, seulement que je suis moins bouleversée et apeuré que les gens normaux.

Tout comme certaines de mes amies et collègues, je suis plus prudente car un psychopathe erre, mais la vie continue de tourner comme elle l'a toujours fait. J'avoue néanmoins avoir pris plus d'intérêt dans l'affaire suite à l'assassinat de la petite Rose, la pauvre n'avait que dix ans, personne ne devrait avoir à mourir à cet âge. Il y a ensuite eu le léger problème de l’emballement médiatique, non pas que se faire rabâcher les mêmes propos et la même psychose soit en soit dérangeant. Mais je n’apprécie que l’on tue mon affaire, je suis une honnête travailleuse et un couvre-feu n’est pas exactement la meilleure chose qui puisse m’arriver. J’espère seulement que tout ceci se réglera rapidement car travailler de journée est surtout propice à se faire arrêter par la police qui n’est pas exactement la plus tolérante dans cette partie du pays.

Caractère : Les gens veulent toujours savoir ce qu’il y a dans ma tête pour essayer de comprendre pourquoi je fais ce que je fais, comme s’il y avait quelque chose qui n’allait pas chez moi. Mais je suis quelqu’un de tout à fait normal, comme vous j’aime socialiser avec les gens m’entourant, m’amuser, s’échanger des blagues relativement moisie alors qu’on est tous alcooliser. Oui je peux être plutôt dure voir froide lorsque quelque chose me contrarie ou que je veux éloigner une personne de mes secrets, je suis aussi un peu direct pour le bien de mes relations sociales. Mais je n’ai plus envie de perdre du temps, j’ai enfin trouvé une activité dans laquelle il se trouve que j’ai un certain talent et je veux l’étendre, faire s’épanouir mon entreprise. Tant pis si cela choque les bien pensants, mais oui j’aime ce que je fais et je n’accorde aucune importance à l’avis des gens voulant contrôler ma vie.

J'ai eu bien trop de fois eu le droit aux regards désobligeants ou aux jugements de la part de la communauté, il faut dire que mes inclinaisons ne sont pas forcément reconnues comme normal pour certains. Ma famille et l’administration de l’Alabama a tout fait pour m’empêcher de réaliser mes rêves, pour que j’accède à ce que je le désirais le plus, j’ai donc contourné les règles. Grâce à certaines connaissances, je n’ai pas besoin de ces médecins et de ces psychologues, je peux m’épanouir comme je le désire, ceci peu importe les conséquences. J'ai mon apparence féminine acceptable et une voix féminine crédible à force de m’entraîner, cela même si je ne roule pas sur l’or. Tant pis si la mauvaise case est cochée sur mon acte de naissance et que je porte toujours légalement mon ancien prénom, je ferais avec pour le moment.

Que ce soit dans ma vie personnelle ou professionnelle, je suis la seule habilité à prendre les décisions me concernant et je refuse de laisser le contrôle être dans d'autres mains que les miennes. Je suis quelqu'un de sympathique, mais je ne supporte les provocations et si quelqu'un attaque mon intégrité ou celle d'un de mes amis, je vais me battre pour cela. Je peux être impulsive, je peux avoir le sang chaud, il m'arrive même de me retrouver à frapper plutôt fort sur des gens s'il le faut, mais j'essaye toujours en priorité la diplomatie. Je n'ai pas honte de mon activité, tant pis si mes parents n’assument pas mon choix de vie ou de genre, ils m’ont lâchés il y a des années. Je ne lâcherais pas, j'ai un plan, une ambition et une bonne femme d'affaire n'abandonne pas, je vis peut-être dans un taudis, mais je me relèverais car je peux être qui je veux dans ce pays.

À savoir : J'aime le rock, cette musique m'a sauvé la vie, elle m'a permis de m'accepter  et de me ficher des conventions sociales

-Je m'habille également généralement avec du cuir et porte des piercings, j'envisage même d'un jour me faire tatouer

-Je ne connais pas d'arts martiales, je ne suis même pas très musclée, mais je suis déterminée  et muer par la rage de vaincre, il ne vaut mieux donc pas m'affronter

-Je squatte souvent les lieux public pour pouvoir exploiter le wifi

-J'ai des talents en crochetage, cela peut toujours être utile

-J'ai seulement pris des hormone pour assurer ma transition, je n'ai donc pas de poitrine ou eu d'opération des cordes vocales dont j'assure la voix grâce à l'entrainement, mes parties génitales masculines sont également toujours présentes



derrière l'écran

Pseudo : Oz3264
Âge : 20 ans
Déjà un compte ici ? : Non
Code du règlement : OK by Tobias
Où avez-vous connu le forum ? : Zelda m’a invoqué
Un commentaire ? : Le nouveau design est très jolie

© potterbird
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: Ariel - The American DreamDim 18 Sep - 19:02

once upon a book

◆ you know why i got ‘faith’ on here? because no one’s got it in me but me.



La vie est compliquée, lorsque j’étais encore un enfant, je n’y pensais pas, mais la vie est vraiment compliquer, tortueuse, tellement de possibilités s’ouvrent à nous, un véritable labyrinthe. Tout était plus simple, je ne me posais pas toutes ces questions, je ne vivais pas toutes ces polémiques, la politique, la pauvreté, le crime, la discrimination, toutes ces notions m’étaient inconnues. Je n’étais que le petit Daniel, cadet d’une famille de trois enfants née à Fairhope, j’avais de bons résultats scolaires, des amis, une famille aimante et une vie relativement confortable. J’étais même inscrite dans une équipe de baseball amateur, c’était les meilleures années de toute mon existence, je n’avais jamais pensé à toutes ces notions comme le genre ou l’orientation sexuelle. Je faisais seulement ce que j’avais à faire, être un bon garçon à la maison et essayer de trouver une occupation au dehors.

Je n’étais pas le garçon le plus sociable du lot, je me sentais mal à l’aise aux côtés des gens, ne sachant jamais quoi leur dire, j’avais tout de même des amis. Mais ils étaient là plus pour la figuration qu’un véritable apport, ce n’est pas faute d’avoir essayé, mais aucun sport ne semblait me réussir, que ce soit le base ball, le hockey ou le basket ball. J’ai donc fait ce que je savais le mieux faire, étudier et ne pas être avec des gens ayant la capacité de converser avec moi, ma vie était néanmoins plutôt heureuse. Elle était simple et je l’appréciais malgré sa répétitivité, mais tout est voué à changer, ce changement se nommait la puberté, un moment je suis avec mes quelques copains.  L’autre je suis en train de me retenir de baver sur une jolie fille, ce fut ensuite sur un joli garçon et tout s’embrouillait dans mon esprit, je ne m’étais jamais posée ces questions, qu’est-ce que j’aime ?

Qu’est-ce que je veux ? C’est à partir de ce moment que j’ai fréquenté le monde d’internet, les conversations anonymes avec des gens aussi perdu que moi, des amis dont je me sentais proche. Les fréquenter m’a permis de mon côté d’un peu plus m’ouvrir aux gens, de véritablement être avec eux, de voir leurs différences, cela m’a également apporté mon amour de la musique. Je ne sais pas ce qui m’a fait le réaliser, était-ce juste le temps qui passe ?  Discuter de manière aussi libre avec des gens à qui je livrais une bonne partie de mon cœur sur internet ? Tout ce que je sais, c’est qu’il était agréable pour moi de fermer les yeux et de ma laisser dériver, d’imaginer une autre vie. Que cela me paraissait bien et naturel d’utiliser un accord féminin pour me nommer, d’admirer bien plus que je ne le devrais le style de ma petite amie.

Je ne pouvais en parler à  ma famille ou bien à mes amis, je me renfermais même par rapport aux gens d’internet, ils m’avaient connu comme un garçon. Je me sentais seule et personne ne pouvait m’aider, habiter en Alabama n’est pas un cadeau pour les gens différents, j’aurais pu me laisser abattre par le désespoir. Mais j’ai décidé que la vie devait être vécue, ce n’était pas la fin, mais le début, tant pis si mon entourage ne serait pas satisfait, je m’en trouverais un nouveau qui m’accepterait. J’étais stupide, la seule chose que j’ai réussis à faire est de pâlir puis aller en toute vitesse dans ma chambre, l’optimisme et les bons sentiments ne règlent pas les choses. J’ai donc gardé mon secret, portant chaque jour mon parfait masque aux yeux de la société, faire semblant d’être heureuse et épanouie était devenue ma spécialité, je vivais une double vie.

Ma petite sœur et ma petite ne remarquaient que j’empruntais parfois de leur maquillage ou habits lorsque je savais que je serais seule, ce n’était jamais long, juste quelques heures. J’ai trouvé des nouveaux amis sur l’internet, des amis qui ne me connaissaient pas et avec qui je pouvais être moi-même, pouvoir faire semblant et à la fois salvateur et douloureux. Mais j’ai continué ainsi pendant le reste de ma scolarité, essayant de ne pas sombrer au niveau scolaire à cause de toute cette pression, mais le masque s’écroulait. J’arrivais de moins en moins à me contenter de cette double vie, de ce pathétique essaie à satisfaire mes propres besoins, j’avais échoué ma première révélation, je n’allais pas échouer la deuxième. J’avais peur, j’étais apeurée, j’ai donc attendu le moment propice pour l’annoncer à mes parents, mon 16e anniversaire, cela me paraissait poétique et ils n’avaient pas le droit de m’en vouloir le jour de mon anniversaire.

Cette théorie avait à peu près fonctionné, ils n’avaient pas crié ou utiliser de violence, ils se sont juste contenter de ne rien dire, comme si c’était un mauvais rêve qui passerait. Malheureusement pour eux, il n’est pas passé, suite à cela nos relations se sont quelques peu refroidit, l’atmosphère devenant de plus en plus lourde, j’avais laissé cette histoire se poursuivre pendant quelques semaines. Ceci jusqu’au jour où j’ai décidé de prendre en main les choses, je travaillais déjà en dehors des cours dans un musique shop depuis un an et demie. J’avais assez économisé et si je ne pouvais pas avoir le corps que je désirais, j’aurais au moins le style que je désirais, je disais au revoir à la convenance et bonjour au cuir et aux piercings. J’étais devenue une sorte d’hybride entre un rockeur et un emo, mais cela était agréable, je me sentais libre.

J'ai choisi Ariel comme nouvelle identité et j'ai arrêté d'avoir peur, ma petite amie n'a pas souhaité me suivre dans ma nouvelle vision des choses, j'ai donc dû me séparer d'elle. Ceci m'a permis de découvrir une autre vérité, même si je n'étais pas exactement je le voulais, je pouvais être belle, je l'ai compris lorsque j'ai vu ces regards désireux pointés sur moi. J'avais beau ressembler à un mélange entre un rockeur, un emo et un travestit, lorsque j'allais dans ces boites de nuits remplies de personnes avec des problèmes similaires aux miens, j'apprenais à relativiser et apprécier le moment. Je n'étais bien évidemment pas aussi féminiser au lycée, c'était ma dernière année, il valait mieux que je ne crée pas la polémique inutilement, je restais secrète en cours, mais cela n'a pas suffi. Mes parents refusaient toujours de faire les démarches pour que je puisse être moi-même, nous nous sommes disputés.

Il m'est aujourd'hui encore difficile de déterminer si c'est moi qui ai claqué la porte ou s'ils m'avaient rejeté, le résultat fut le même, je n'étais plus chez moi. J'étais dans une chambre d'hôtel miteuse avec mes quelques bagages, mais je n'avais plus aucune obligation, je pouvais être qui je veux, je pouvais être Ariel, je n'ai jamais fini le lycée. J'étais idéaliste, pensant que tout allait s'arranger et que je n'avais pas besoin du fameux diplôme, je ne voulais également pas que les gens apprennent pour ma situation familiale. Mais il était impossible pour moi de trouver du travail, j'avais 17 ans et aucune qualification, le fait que je m'identifiais comme une femme n'aidait pas, j'ai donc continué à chercher. Mes finances se sont bien vite épuisées, me laissant au bord de l'expulsion de mon hôtel, pourquoi ne faisais-je pas plus simple ? Pourquoi n'étais-je pas au moins Daniel lorsqu'il le fallait ?

Car je m'étais fait une promesse, plus jamais je ne me mentirais ou mentirait aux yeux du monde, peu importe les conséquences, je pouvais être qui je veux. C'est lors  d'une de mes nombreuses errances que ma vie changeait du tout pour le tout, lorsque cet homme m'abordait, il aimait mon style, je m'étais entrainé à féminiser ma voix depuis quelques temps. Cet inconnu m'a fait une proposition insolite, il pensait que j'étais une prostituée, le style travesti n'aidait pas à faire la distinction pour un néophyte, j'ai évidemment refusé la proposition. Pourtant cette idée n'a pas pu quitter mon esprit les jours suivants, ce n'était pas la première fois que je recevais une telle proposition, mais je n'avais jamais pris cela sérieusement. J'avais besoin d'argent, une fois pour pouvoir payer la chambre ne ferait pas de mal, c'est après plusieurs jours de débats internes que je me décidais enfin.

Je n’avais quasiment jamais été aussi stressée que lors de ce samedi soir qui pour certains était si classique, mais moi j’étais à une fête étudiante, l’alcool coulait à flot  et j’étais prête. Ce n’est qu’à la fin de la fête que quelqu’un m’emmenait enfin dans une des chambres, ce n’était pas ma première fois, mais la tension était palpable, je n’avais jamais vendu des services sexuels. Pourtant c’était si simple, fermer les yeux, vider son esprit et se laisser faire pendant quelques minutes, aucune connexion entre nous, pas d’affection, d’attirance, seulement un marché. J’ai reçu mon argent et j’ai pu payer in extremis mon loyer, mais je ne suis pas arrêtée, chaque fois était censée être la dernière, chaque fois j’avais plus de clients. Il n’a pas fallu longtemps avant que je ne me fasse expulser des fêtes étudiantes et que je ne doive me tourner vers des lieux moins agréables pour pratiquer mon activité.

Que ce soit près d'une boite de nuit, d'un bar, dans le recoin d'une ruelle, on peut toujours trouver preneur, il suffit de trouver un lieu pour conclure la transaction, généralement la voiture du client. Je me suis étrangement faite de nouvelles amies, d'autres personnes comme moi, tout du moins dans leur activité, elles m'ont conseillé, m'ont, aidés, elles le font encore aujourd'hui. J'étais passée dans ma 18e année et la situation semblait s'améliorer, jusqu'à cette nuit, tout avait bien commencé, il semblait normal, je n'avais pas été assez prudente. J'aurais pu avoir bien pire qu'un passage à tabac si je ne m'étais pas battue pour ma vie cette nuit-là, j'avais mal, mais j'étais toujours ici. Cet évènement m'a appris trois choses, ne jamais se fier aux apparences, surtout pour un client, toujours avoir un moyen de se défendre, en l'occurrence dans mon cas un couteau à cran d'arrêt.

Enfin, la chose la plus importante, je n'allais pas attendre, je pouvais mourir à tout moment, je devais aller jusqu'au bout de mes rêves et rapidement, car nul ne sait ce que me réserverait l'avenir. J'ai immédiatement essayé de voir comment je pouvais me procurer des hormones, ceci était malencontreusement cher et nécessitait l'autorisation d'un psychologue, je me suis donc tournée vers la solution la plus simple. La contrebande propose des hormones moins chers, je risque peut-être plus de problèmes de santé en les prenant, mais c'est la seule possibilité que j'ai, pour ne pas ressentir ce mal être. Je me suis donc plus appliquée encore dans mon travail, j'ai même quitté ma chambre d'hôtel pour partager en collocation un appartement avec deux collègues. Même si appartement est un grand mot, taudis semble plus approprié, ce n'est rien de plus qu'un squat fréquenter par les drogués et autres personnes des bas-fonds.

Mais ceci a eu le mérite de baisser nombre de mes dépenses au mépris de la qualité de mon environnement, j’ai néanmoins trouvé mon bonheur, mes sauveurs. Il suffit de savoir parler aux bonnes personnes, aux gens qui savent fournir les choses dont tous ont besoin, ainsi il a suffi de passer un simple marché. Je leur payais une partie de leur stock, je payais  une autre avec mes services particuliers, le reste en faisant un peu de débauchage pour leurs produits auprès de certains de mes clients. Cela fait peut-être de moi une criminelle, pactisé ainsi avec des gens habitués de détruire la vie des autres grâce à la drogue, mais ces gens n’avaient qu’à pas venir les voir en premier lieu. J’ai donc eu au fil des mois ce que je voulais, mon corps parfait, même si la poitrine devra encore attendre un peu, je suis convaincante, je suis crédible.

Je suis toujours debout deux ans après, malgré les difficultés, malgré le tueur en série terrorisant la ville, malgré ce couvre-feu étouffant mon activité, chaque jour je prends un peu plus d’expérience. Chaque jour je découvre de nouvelles choses, de nouveaux contrats, l’avenir est radieux car je crois en moi et dans mon acharnement, bientôt je dominerais le marché de la prostitution, ce n’est qu’une question d’ambition.


Revenir en haut Aller en bas


avatar

◆ Manuscrits : 3802
◆ Arrivé(e) le : 03/09/2015
◆ Âge : 28 ans
◆ Métier : Lieutenant de police
◆ Points : 4046
◆ DC : Sacha
◆ Avatar : Kate Mara


Sujet: Re: Ariel - The American DreamDim 18 Sep - 20:30

Bienvenue dans le coin :)

_________________


Shandra O. SarmoiseLieutenant de Police
Je suis ici depuis mon enfance, et je vois bien que ma ville autrefois calme, n'est plus le même havre de paix qu'autrefois. La faute à ce poète de malheur. Serais-je celle qui réussira à lui mettre la main dessus ? Je ne sais pas, mais j'ai déjà passé trois ans de ma vie à lui courir après, je suis prête à faire encore bien plus même si cela doit me ronger jusqu'à l'os.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t299-shandra-olivia-sarmoise-is-here

fonda - lost in the fire

avatar

◆ Manuscrits : 6211
◆ Arrivé(e) le : 15/03/2015
◆ Âge : 32 ans
◆ Décédé le : 3 Mars 2016, suite à une altercation avec les forces de police
◆ Métier : ancien biographe et parolier puis secrétaire
◆ Points : 720
◆ DC : Adam,Pete,Micha & Tutur
◆ Avatar : Tree Pace


Sujet: Re: Ariel - The American DreamDim 18 Sep - 20:35

Bienvenue à toi ^^

Hâte de découvrir ton personnage :yes:

En attendant je reste à disposition si tu as la moindre question et je te souhaite bon courage pour la rédaction de ta fiche hero
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t83-i-slithered-here-from-eden http://potterbird.livejournal.com

Invité


 Invité


Sujet: Re: Ariel - The American DreamDim 18 Sep - 20:44

Merci ♥

Poster l'histoire ne devrait pas prendre trop longtemps, j'ai déjà tout en tête.
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: Ariel - The American DreamDim 18 Sep - 21:00

Bae coeur

Tu es enfin apparus, le sang de vierge a finalement fait l'affaire oopsie
Revenir en haut Aller en bas


avatar

◆ Manuscrits : 4275
◆ Arrivé(e) le : 05/08/2015
◆ Âge : 24
◆ Assoc. des Victimes : Membre
◆ Métier : Elève policière
◆ Points : 1270
◆ DC : Aiden, James, Sean, Charlie, Nathan
◆ Avatar : Willa Holland


Sujet: Re: Ariel - The American DreamDim 18 Sep - 22:14

Bienvenue parmi nous !! chef

_________________

tell me did you see the news last night

ps: J'aime les artichauds
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t248-whirlwind


avatar

◆ Manuscrits : 2179
◆ Arrivé(e) le : 12/04/2015
◆ Âge : 28 ans
◆ Métier : détective, promu en décembre 2015
◆ Points : 285
◆ DC : Désirée, Ruby, Jonathan, Jacob, Eva & Simon
◆ Avatar : Jesse Williams


Sujet: Re: Ariel - The American DreamMer 21 Sep - 1:48

bienvenue sur le forum chef
j'en profite aussi pour te dire que je me suis occupé de la première relecture de ta fiche, l'admin passera pour te donner de précisions.
De mon côté, je te conseille une petite relecture, il y a quelques fautes qui trainent ^^

en attendant l'admin...


Ta fiche est officiellement terminée et vient d'être relue par mes soins ! Remarques et autres commentaires sur ta présentation ont été transmis à l'admin du forum. Ce dernier va s'occuper de toi dans les plus brefs délais et te signaler les éventuelles modifications à effectuer et/ou te valider.

_________________
"we're going to hold doors open for a while, now we can be open for a while, forward, go back to your sleep in your favorite spot just next to me..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t80-dear-old-world-is-it-too-late-to-get-a-refund http://aesthetics-blue.tumblr.com/

Invité


 Invité


Sujet: Re: Ariel - The American DreamMer 21 Sep - 20:13

Bienvenue à toi pump it up
Revenir en haut Aller en bas

fonda - lost in the fire

avatar

◆ Manuscrits : 6211
◆ Arrivé(e) le : 15/03/2015
◆ Âge : 32 ans
◆ Décédé le : 3 Mars 2016, suite à une altercation avec les forces de police
◆ Métier : ancien biographe et parolier puis secrétaire
◆ Points : 720
◆ DC : Adam,Pete,Micha & Tutur
◆ Avatar : Tree Pace


Sujet: Re: Ariel - The American DreamMar 27 Sep - 20:52

Excuse-moi pour le délai pour commencer, quelques soucis de santé m'ont éloigné de l'ordinateur zen

Ton personnage est intéressant et tu as très bien intégré le contexte à ton histoire. Le tout est assez crédible et réaliser, à part quelques petites fautes, je n'ai rien à redire. Donc je te souhaite très officiellement la bienvenue parmi nous :wow:



congratulations !



Félicitations, te voilà officiellement validé(e) ! Tu vas donc pouvoir déambuler dans les rues de la ville comme bon te semble. Sauf si tu crains de tomber sur une plume particulièrement... Inspirée.

Mais puisque tu respires encore, il est temps de t'occuper de toute la paperasse un peu ennuyeuse auprès des autorités locales. Ainsi, tu peux commencer par recenser ton métier avant de te trouver un logement.

Tu peux ensuite ouvrir ton répertoire afin de créer des liens avec les autres personnages ou poster dans les demandes de rp pour te trouver un premier partenaire de jeu.

Si tu as été validé(e) avant le 15 du mois en cours, sache qu'il faudra également songer à te recenser pour ce mois-ci.

Dans tous les cas, le staff reste à ta disposition pour la moindre question et te souhaite de passer d'agréables moments sur le forum.

N'oublie pas de rester sur tes gardes... Sait-on jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t83-i-slithered-here-from-eden http://potterbird.livejournal.com

Invité


 Invité


Sujet: Re: Ariel - The American DreamLun 10 Oct - 1:49

Ooooow, merci pour la validation ♥

C'est pas grave du tout pour le retard, moi même j'ai eu pas mal de problèmes et j'ai à ma grande honte pas penser au forum, désolée, je me dépêche de faire ce que j'ai à faire pour pouvoir rp avec vous.
Revenir en haut Aller en bas
 

Ariel - The American Dream

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» American Dream
» [Bac] Anglais
» One Dream One Soul One Prize One Goal One CocoTapioca
» [News] GOLDORAK O.V. Terre Alcor (High Dream) 2008.
» American civil mod

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: in the den :: archives :: paperasse-