AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Noël autour d'un café - Feat Sean

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


avatar

◆ Manuscrits : 3800
◆ Arrivé(e) le : 03/09/2015
◆ Âge : 28 ans
◆ Métier : Lieutenant de police
◆ Points : 4044
◆ DC : Sacha
◆ Avatar : Kate Mara


Sujet: Noël autour d'un café - Feat SeanJeu 13 Oct - 16:54

Noël autour d'un café

◆ Feat Sean ◆


L'occasion était trop belle, le pirate de chez Wasted Shots en cette semaine de Noël faisait une offre généreuse : un café acheté, un café offert à tout le monde. Il voulait attirer le client, et cela fonctionnait plutôt bien. Le 18 décembre durant ma pause de midi, j'étais venue et il m'avait offert le second café. Je lui avais dit que je n'en avais commandé qu'un seul, et il me montra l'écriteau au dessus de sa tête, enfin au dessus du comptoir. Du 18 au 27 décembre de cette année, c'était un café acheté, un café offert. Je passais de temps en temps ici, la dernière fois, j'avais rencontré un certain James que je connaissais de vue, plus ou moins, puisque c'est un des médecins de la ville. Il s'est montré plus bavard que je ne l'aurais cru, j'avais fait sa connaissance, rapidement, en soirée, un chic type de ce que j'avais pu voir. Il avait bien du courage d'exercer ici, avec le Poète, il y avait tellement de personnes en dépression, et puis, certaines de ces victimes devaient être parmi ces patients aussi, cela avait du lui faire de la peine. Mais tu n'allais pas tenter de le revoir ou quoique ce soit, parce qu'en ces jours d'avant les fêtes de fin d'années, tu avais envie de revoir certaines personnes parce qu'avec le couvre feu, tu n'en avais pas tellement l'occasion. Les établissements fermant assez tôt le soir, c'était un peu difficile surtout que souvent, je faisais partie de ces forces de police qui faisait en sorte de faire respecter cette règle. J'avais donc contacter Sean la veille, pour venir lui offrir un café après la boulot, en ce 21 décembre. Nous avions convenu d'un rendez-vous au Wasted Shots pour les 18h30 environ. J'avais fini ma journée aux alentours des 17h pour ma part, pas de rondes pour moi ce soir, j'avais donc ma soirée, et j'allais en profiter pour passer un peu de temps avec un ami même s'il n'était pas le plus proche que je puisse avoir. Je suis de toute façon quelqu'un de très solitaire, si ça ne tenait qu'à moi, je tenterais de vérifier seule chaque hypothèse à propos du Poète, je ferais en sorte de prendre des risques bien plus important pour m'approcher de lui, pour tenter de trouver des indices, pour tenter de le surprendre, mais je devais suivre un chemin balisé qu'il semblait bien connaître et à chaque fois il nous échappait un peu trop facilement, mais c'est comme ça, n'est ce pas ? Peut être que c'était une volonté au dessus de ma tête, de ceux qui sont mes supérieurs hiérarchiques pour attirer des touristes dans la ville, et pour nous d'avoir du boulot et de ne pas nous reposer sur nos lauriers. Oui, je sais, c'est mal de penser à cela, mais cette hypothèse m'est venue en tête, comme quoi, le Poète pouvait être un de mes supérieurs hiérarchiques qui était au fond un vrai sadique, et qui avait de ce fait, toujours plusieurs longueur d'avance sur nous. Mais je tente de ne pas sombrer dans la plus grande des paranoïas parce que je dois montrer l'exemple et tenter de rester positive malgré les années. Beaucoup se sont cassés les dents sur le Poète, beaucoup ont fini par craqués, beaucoup sont partis pour voir si l'herbe n'est pas plus verte ailleurs. Mais moi, je suis toujours là, depuis la première enquête, depuis le premier jour, et je ne perds pas espoir qu'un jour il fasse une erreur qui le fasse tomber, ou qui nous rapproche de lui. Jusqu'à présent, nous avions réussi à faire en sorte que sa lettre, que l'existence de celle-ci n'arrive pas jusqu'à la presse, et c'était quelques choses d'appréciable. Peut être que s'il était parmi nous, au commissariat, il n'avait pas envie que l'existence de celle-ci soit connue, je ne saurais dire. Mais depuis quelques jours, il y avait ce sapin de Noël qui parcourait la ville. Enfin, je le supposais, parce qu'avant hier il était là, et hier, il avait été mis à un autre endroit. Ce soir, nul doute qu'il reviendra ailleurs dans la ville comme si petit malin s'amusait à nous narguer, à moins que ce ne soit le Poète lui-même, mais c'était trop "petit", trop "naturel" pour qu'il s'agisse assurément de lui, mais après, les habitants pouvaient peut être faire le rapprochement, je ne saurais dire. Si c'était un cadavre d'animal ce serait différent, mais là, c'était simplement un sapin faisant donc référence à la fête que nous allions célébrer dans quelques jours. Je regardais donc l'heure, et visiblement, il allait être celle que j'avais donné à Sean pour un petit café. J'arrivais donc à 18h25, un peu en avance, il n'était pas encore là, je décidais donc de m'accouder pour le moment au comptoir.

 


_________________


Shandra O. SarmoiseLieutenant de Police
Je suis ici depuis mon enfance, et je vois bien que ma ville autrefois calme, n'est plus le même havre de paix qu'autrefois. La faute à ce poète de malheur. Serais-je celle qui réussira à lui mettre la main dessus ? Je ne sais pas, mais j'ai déjà passé trois ans de ma vie à lui courir après, je suis prête à faire encore bien plus même si cela doit me ronger jusqu'à l'os.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t299-shandra-olivia-sarmoise-is-here

overjoyed - we survived

avatar

◆ Manuscrits : 858
◆ Arrivé(e) le : 10/09/2015
◆ Âge : 36
◆ Assoc. des Victimes : Ancien bénévole et membre
◆ Métier : Ouvrier de chantier
◆ Points : 896
◆ DC : Aiden, Willow, James, Charlie, Nathan
◆ Avatar : Jake Gyllenhaal


Sujet: Re: Noël autour d'un café - Feat SeanLun 24 Oct - 1:09

Ailleurs dans le pays, la plupart des gens avaient depuis longtemps érigé leur arbre de Noël et l'avaient décoré, le faisant fièrement trôner dans le salon. Ils préparaient peut-être déjà leur repas, emballaient les derniers cadeaux ou se précipitaient dans les magasins pour ce cousin qu'ils avaient oublié, ou pour acheter du papier cadeau parce que le dernier rouleau s'était terminé avant que la succession de livres, parfums et autres banalités bien pensées aient fini de se succéder au milieu, dans un fracas de ciseaux et de ruban adhésif. Pour Fairhope, le plus beau cadeau serait le Poète derrière des barreaux, mais les habitants avaient perdu espoir de voir ce vœu exaucé, alors ils faisaient comme les autres, installaient des guirlandes et invitaient leurs familles, espérant rester tous ensemble plutôt que chacun seul chez soi, à la merci de l'assassin. D'ordinaire, pour Sean, c'était souvent la même rengaine, quand ils prenaient la peine de fêter Noël. Son père brûlait la dinde de Noël et lui offrait quelques dollars en lui disant de s'acheter ce qu'il veut, et le cadeau de Sean arrivait généralement dans un sac plastique parce qu'il n'aurait pas eu le temps de l'emballer. Mais cette année, c'était différent. Et peut-être pire. Il avait réussi à convaincre son père de se joindre à lui et Peter pour Noël. Principalement pour essayer de remonter le moral de ce dernier, ou du moins ne pas le laisser seul. Son père n'avait jamais mis les pieds, ou plutôt les roues, dans son nouvel appartement, où il habitait depuis plus d'un an maintenant.

Au travail, c'était le calme plat. La plupart des travailleurs avaient pris des congés, et il ne restait que Sean, qui, comme tous les ans, avait refusé de poser des jours, et quelques malchanceux qui n'avaient pas pu s'échapper. En conséquence, rien n'avançait vraiment et ils passaient paradoxalement beaucoup de temps en pause. Le brun passait du coup beaucoup de temps à fumer, et il se maudissait à chaque fois qu'il allumait une cigarette. Il n'aimait pas décembre. D'abord parce qu'il vieillissait, un an de plus venant s'ajouter à sa longue liste, le plus souvent discrètement, sans faire de vague; ensuite parce qu'il détestait la période de Noël. Il avait toujours envié ces immenses familles et tous ces repas qui s'éternisaient, les cadeaux s'empilant sous des sapins illuminés de toutes les couleurs, des sourires sur tous les visages. Tandis que lui s'asseyait en tête-à-tête avec son père face à cette dinde trop cuite dans une cuisine mal éclairée, du moins quand son père avait la présence d'esprit de cuisiner autre chose que des pâtes ou des pommes de terre. Nicholas Black n'avait pas de famille à inviter, étant en froid avec ses frères et sœurs depuis aussi longtemps que Sean s'en souvenait. Aucun des deux hommes n'avait d'affection pour cette fête-là en particulier, et il avait fini par prétendre s'y habituer. Ce n'était plus qu'un jour comme un autre, et ça aurait pu être très bien ainsi, si seulement tout le monde pouvait arrêter d'en parler. Et son père refusait catégoriquement que Sean ne passe pas Noël avec lui, comme si ça importait.

Mais la vie suivait son cours, il ne pouvait pas éviter cette période, et il avait été ravi de recevoir l'invitation de Shandra à aller boire un café. 18h30 était une heure un peu ridicule pour rencontrer des amis, mais le couvre-feu ne leur laissait pas trop le choix. Il avait malgré tout prévenu la policière qu'il ne serait probablement pas exactement à l'heure, terminant le travail à 18h. Et puis, de toute façon, il n'était pas exactement réputé pour sa ponctualité légendaire. Il n'attendait jamais après personne, c'était toujours les autres qui attendaient après lui. Il ne savait pas exactement d'où venait cette incapacité absolue à être à l'heure. Il avait l'impression que quelle que soit l'heure à laquelle il se mettait en route, il finissait systématiquement par avoir 5 à 10 minutes de retard. Même s'il fallait bien avouer qu'il y mettait un peu de mauvaise foi, parce qu'il sous-estimait volontairement le temps nécessaire pour aller d'un endroit à un autre. Et même après la trente-cinquième fois, il n'était toujours pas possible d'effectuer un trajet d'un quart d'heure en cinq minutes, même s'il réessayerait dès que l'occasion se présenterait.

Il avait donc pris le temps de rentrer chez lui pour troquer ses vêtements de travail pour quelque chose de plus confortable, et était parti de chez lui à 18h24, ce qui ne lui laissait que six minutes pour effectuer un trajet de dix minutes, se garer, et marcher jusqu'au Wasted Shots. Autant dire qu'il finit par arriver avec quelques minutes de retard, et seulement quelques minutes grâce à une chance extraordinaire et une place de parking inopinée. Il était entré pour apercevoir son amie accoudée au comptoir. «Salut Shandra! Désolé du retard, ça ne me ressemble absolument pas.» Il portait l'auto-dérision comme une armure. Il avait salué Shandra chaleureusement, avant de regarder autour de lui à la recherche d'une table disponible. «Ah tiens, si on s'installait là-bas?» Il avait désigné une table qu'un serveur était justement en train de nettoyer. Ils allèrent s'installer et Sean retira rapidement son blouson, le déposant sur le dossier de sa chaise avant de se concentrer son attention sur Shandra. «Alors, dis-moi, comment est-ce que tu vas? Ça fait un bail, j'étais content de recevoir ton message.» Il fit un signe à l'un des serveurs qui s'agitaient. Les pauvres semblaient un peu débordés au milieu de tous ces clients.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t786-wrapped-in-guilt


avatar

◆ Manuscrits : 3800
◆ Arrivé(e) le : 03/09/2015
◆ Âge : 28 ans
◆ Métier : Lieutenant de police
◆ Points : 4044
◆ DC : Sacha
◆ Avatar : Kate Mara


Sujet: Re: Noël autour d'un café - Feat SeanJeu 27 Oct - 15:21

Noël autour d'un café

◆ Feat Sean ◆


Même en cette fin d'année, le Poète ne semblait pas vouloir nous laisser véritablement de répit. Bien entendu, personne ne pouvait dire s'il s'agissait vraiment de lui ou pas, mais tout le monde y songeait dans un coin de la tête, parce que c'est le trouble fête de la ville, tout simplement, il n'y en a pas vraiment d'autres alors qui pourrait s'amuser à agir de la sorte ? Personne, ou presque sans doute, je ne saurais vraiment le dire, mais peut être que tout cela n'avait simplement rien à voir. En tout cas, je tentais de ne pas trop y penser, de me dire que nous allions être assez tranquille en cette fin d'année malgré le couvre-feu instauré. Je n'avais cependant pas pris la peine de faire quoique ce soit dans mon appartement, ou presque. Je ne saurais dire, mais depuis que je bossais dans la police, Noël n'avait jamais été une de mes fêtes préférées, peut être parce que je n'aime pas tellement faire la fête, offrir des cadeaux dont tout le monde se fout pour les voir être revendu sur ebay quelques jours à peine. Oui, je le sais parce qu'une année, je l'avais fait, un cadeau d'une cousine que je n'avais pas vu depuis des lustres qui était arrivé devant ma porte, quelques choses qui ne me servirait sans doute jamais ou presque alors pensez-vous que je n'allais pas m'amuser à le conserver malgré la gentillesse de la jeune femme qui avait pensée à moi, seulement cette année là. Et puis c'est aussi parce qu'à Noël, ou les jours d'après, on découvre des morts, parce qu'il y a eu des disputes, violentes et que les coups sont partis trop vite, ou alors que la personne s'est sentie si seule qu'elle a décidé de mettre fin à ces jours alors qu'autour d'elle tout respirait le bonheur, sauf sa petite personne. Je suis persuadée que cette année, nous aurons notre lot de mauvaises nouvelles, quelques jours après Noël. C'est comme ça que ça marche de toute façon, avec ou sans Poète, c'est bien ce qui est le pire, je crois. J'avais donc donné rendez-vous à Sean au Wasted Shots à 18h30, à cause du couvre-feu instauré par le maire, sinon, je lui aurais donné une heure plus tardive pour qu'il puisse se reposer un peu après le boulot qu'il finissait aux alentours des 18h si je ne m'abuse. Moi, je n'ai pas d'horaires, pas vraiment, de toute façon personne ne m'attends alors je peux aussi bien finir ma journée à 17h qu'à 15h ou 22h. C'est comme ça que je fonctionne, je ne suis pas avare en heures, même si je ne suis pas forcément payées beaucoup plus. Comme d'habitude donc, il est un peu en retard, de quelques minutes, mais c'est sa marque de fabrique, alors je ne suis guère étonnée lorsque finalement je le vois arriver et qu'il s'excuse de son retard. Cela me fait sourire.

" C'est vrai que ça ne te ressemble pas le moins du monde. "

Et nous nous étions fait une belle accolade comme si cela faisait des lustres que nous ne nous étions pas vu. Mais en y réfléchissant bien, c'était presque la vérité. Avec le boulot, je ne prenais pas assez soin de mes amis, je m'en rendais bien compte mais qu'est ce que je pouvais y faire ? Le Poète me prend tellement de temps, comme si finalement j'étais en couple avec lui. Mais je suis célibataire, donc ce ne serait pas possible. Je souriais à cette pensée là, mais il fallait mieux ça que de pleurer n'est ce pas ? Sean semblait donc vouloir se mettre moins en évidence dans le bar, à une table, un peu plus discrète ce qui me convenait tout à fait puisque personnellement, je ne faisais pas vraiment de différences. Je ne disais rien de spécifique, si ce n'est un petit signe de tête pour le suivre à cette table qu'un serveur nettoyait. Il posa son blouson, et ouvrit véritablement la discussion.

" Tu sais, ça va toujours, le jour où je te dirais que ça ne va pas n'est pas encore arrivé. Je suis contente que mon message t'ai fait plaisir, mais oui, ça faisait trop longtemps. Avec le boulot, ce n'est pas facile de se trouver suffisamment de temps libre, encore plus avec le couvre-feu. Et toi comment ça va ? "

Je voulais lui demander ce qu'il avait prévu pour Noël dans quelques jours, mais sans doute que ça ne changerait pas des années précédentes. Il fallait voir cette rencontre d'aujourd'hui comme notre Noël à nous, en quelques sortes, même si le cadeau ne serait sans doute rien d'autres qu'un petit café.

 


_________________


Shandra O. SarmoiseLieutenant de Police
Je suis ici depuis mon enfance, et je vois bien que ma ville autrefois calme, n'est plus le même havre de paix qu'autrefois. La faute à ce poète de malheur. Serais-je celle qui réussira à lui mettre la main dessus ? Je ne sais pas, mais j'ai déjà passé trois ans de ma vie à lui courir après, je suis prête à faire encore bien plus même si cela doit me ronger jusqu'à l'os.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t299-shandra-olivia-sarmoise-is-here

overjoyed - we survived

avatar

◆ Manuscrits : 858
◆ Arrivé(e) le : 10/09/2015
◆ Âge : 36
◆ Assoc. des Victimes : Ancien bénévole et membre
◆ Métier : Ouvrier de chantier
◆ Points : 896
◆ DC : Aiden, Willow, James, Charlie, Nathan
◆ Avatar : Jake Gyllenhaal


Sujet: Re: Noël autour d'un café - Feat SeanMar 15 Nov - 15:31

La plupart des gens avait perdu toute foi en la police. Il entendait souvent ses collègues critiquer leur incapacité, leur inefficacité, leur fainéantise et tant d'autres adjectifs péjoratifs qu'ils leur collaient sur le dos sans y repenser, ravis d'avoir quelqu'un à blâmer pour tout ce qui ne tournait pas rond dans le monde. Le citoyen lambda préférait très largement dénigrer les forces de l'ordre et leur refiler la faute que d'y réfléchir deux secondes et se rendre compte du travail que cela représentait pour eux. Pour une raison qui lui était inconnue, Sean se trouvait incapable de participer à de telles conversations, même s'il avait abandonné l'idée de faire changer les autres d'avis. Les quelques fois où il avait essayé, il s'était rapidement fait tourner en ridicule, des blagues douteuses sur la possibilité qu'il ait une petite amie exerçant le métier en question venant contrecarrer tout argument valide qu'il pouvait avancer. Alors à présent il les écoutait distraitement, pensant à autre chose, hochant la tête lorsqu'on attendait de lui une quelconque réaction. Il ne pensait pas que les forces de l'ordre étaient ridicules, incompétentes ou fainéantes, elles étaient surtout débordées. Et dépassées. Mais qui pouvait vraiment leur en vouloir ? Qui pouvait vraiment s'attendre à ce que les policiers d'une petite ville tranquille, paisible et agréable comme Fairhope soient capables de devenir des détectives hors pair, tout en continuant à gérer toutes les autres tâches qui incombaient à tous les policiers du monde?

Mais au fond, il n'en savait pas grand-chose. Peut-être qu'ils étaient incompétents. Sans doute que, tout compte fait, trop peu de choses et de mesures étaient vraiment mises en place pour leur sécurité à tous. Il n'était pas assez intelligent pour pouvoir prétendre tout comprendre, il le savait. Tout comme il savait également qu'il n'aurait jamais pu effectuer le travail de Shandra. Pas assez intelligent, pas assez concentré, pas assez patient. Pas assez fiable. Personne ne voudrait d'un type qui s'enfuit comme partenaire. Il en admirait d'autant plus le travail de son amie et de tous les gens qui dédiaient leurs vies à empêcher et combattre le crime et ce malgré la mauvaise réputation qu'ils récoltaient au passage.

La chaleur à l'intérieur du bar tranchait agréablement avec le froid de l'hiver qui battait dans les rues. C'était l'escale parfaite au milieu de deux allers-retours le long de l'avenue. Coup de marketing bien pensé, le propriétaire avait vu juste, et c'était peut-être exactement ce dont Sean avait besoin également. Un petit remontant, un moment avec une amie, une petite parenthèse dans les vies effrénées de tous ces gens attablés autour d'un café. Il ne savait plus exactement comment il en était venu à connaître Shandra. Il se souvenait simplement qu'ils se connaissaient depuis longtemps, et que c'était l'une de ces amies qu'il n'avait pas besoin de voir constamment, sans que leur amitié ne souffre véritablement de ce manque de contact. Ils n'étaient pas plus proches que ça, mais assez pour justifier de se retrouver pour une tasse de café après le boulot, discuter de tout et de rien, sans avoir besoin de véritablement partager ses inquiétudes et d'entrer dans les détails de leurs vies privées respectives. Ca lui allait très bien, et il savait qu'il était sur le point de passer un bon moment, sans prise de tête.

Shandra était un peu comme lui sur ce point : plutôt crever que de dire que ça n'allait pas. La question était pour lui plus rhétorique qu'autre chose, il ne se souvenait pas avoir jamais répondu non. Ca lui paraissait simplement impensable. La réponse de la policière (il n'était jamais vraiment sûr de son rang) ne le surprit donc pas vraiment, et il avait hoché la tête avec un sourire. «Non je veux bien te croire, ça doit vous faire un tas de boulot en plus. J'ai l'impression qu'il est plutôt bien respecté par contre. A part peut-être les petits rebelles de Cowpen Creek. C'est sympa d'avoir pensé à moi en tout cas.» Il s'arrêta un instant, le temps qu'ils commandent auprès de l'employé qui se présenta devant eux. «Moi ça va, toujours la même vie tranquille. Pas que je m'en plaigne, ça me va très bien.» C'était faux. D'abord parce que la routine commençait à être insupportable, et ensuite parce que Chloe était entrée dans sa vie et avait tout retourné sur son passage. Mais il préférait ne pas parler de ça. Il n'était plus à un secret près. Le serveur réapparut avec leurs cafés, et quelques remerciements plus tard, Sean soufflait activement sur son café pour pouvoir y goûter. «Attaquons le sujet qui fâche. Parlons de Noël.» Il trempa les lèvres dans le breuvage, se brûla aussitôt, et préféra se concentrer sur la conversation. «C'est bientôt. Voilà, sujet clos, je suis ravi d'avoir eu cette conversation.» Nouveau sourire. Ils ne pouvaient pas vraiment y échapper, c'était écrit partout, c'était tout autour d'eux, alors autant s'y coller d'entrée de jeu. «Maintenant on est débarrassés on peut se concentrer sur autre chose.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t786-wrapped-in-guilt


avatar

◆ Manuscrits : 3800
◆ Arrivé(e) le : 03/09/2015
◆ Âge : 28 ans
◆ Métier : Lieutenant de police
◆ Points : 4044
◆ DC : Sacha
◆ Avatar : Kate Mara


Sujet: Re: Noël autour d'un café - Feat SeanJeu 24 Nov - 2:33

Noël autour d'un café

◆ Feat Sean ◆


J'étais là depuis le début, depuis la première scène de crime, depuis son premier meurtre, et rien, nous n'avions rien du tout sur lui, absolument rien du tout ou presque. De la folie pure, il sait si bien se jouer de nous que parfois, je me disais que je devrais tout simplement rendre mon tablier et faire autre chose de ma vie, mais quoi ? Je n'étais bonne à rien d'autres alors inlassablement, je continuais à être sur cette affaire, tout en gérant d'autres affaires moins importantes. Mais ce soir, je n'avais pas envie de me casser la tête à parler du Poète ou de ce qu'il pouvait avoir faire en ville ces derniers jours, ces derniers temps. Je voulais juste prendre un café ou peu importe ce qu'il voudra boire avec un ami que je n'avais pas pris le temps de voir depuis maintenant un peu trop longtemps. Mais vous savez, avec le boulot, et vu que je n'ai pas vraiment de famille à moi, je suis tout le temps au boulot. Bien entendu, j'ai mes jours de détente, comme tout le monde, je m'amuse sur ma console de jeux vidéos, je regarde des films, j'écoute de la musique aussi étonnant que cela puisse paraître. Mais ce soir, j'avais eu envie de voir Sean, parce que cela faisait un petit moment maintenant. On ne se voit pas très souvent, mais à vrai dire, notre amitié est bien comme ça, sans être trop approfondie, elle n'est pas non plus trop superficielle, un juste milieu, qui nous permets de passer plusieurs semaines sans nous voir, sans que cela n'offusque ni l'un ni l'autre. Sean n'est pas mon confident, c'est un ami que je connais depuis un petit moment maintenant. Cela fait tellement de temps que je ne saurais dire combien d'années, je ne saurais pas même vous dire comment nous nous étions réellement connu, mais ça n'avait pas d'importance puisque nous voulions juste passé un peu de temps ensemble, sans prises de tête aucune. Je lui avais donc répondu que ça allait, pour ainsi dire, lui retournant la question même si je savais que la réponse serait du même acabit que celle que je venais de donner. On parlait donc rapidement du couvre-feu qui était bien mieux respecter que ce que j'aurais pensé au début, même dans les quartiers sensibles auxquels Sean faisait référence. Cela me fit sourire d'ailleurs, parce qu'il savait que Cowpen Creek pouvait être un quartier difficile, même si ça n'avait rien à voir avec les grandes villes évidemment.

" Même à Cowpen Creek c'est bien respecté tu sais, ça m'étonne presque d'ailleurs, mais bon, c'est tant mieux au final. "

En tout cas, il semblait avoir toujours sa petite vie tranquille de son côté, et je n'allais pas lui en demander plus, c'était une sorte d'accord tacite que nous nous étions fixé, comme une limite à ne pas franchir, mais peut être que nous le ferions, un jour ou l'autres, peut être tout à l'heure. Il me fit sourire lorsqu'il aborda le sujet de Noël. Ce n'était pas une fête que j'aimais plus que ça, et lui aussi visiblement.

" C'est vrai que c'est bientôt. Je n'y avais pas pensé au vue de la décoration du lieu, tu fais bien de m'y faire penser. Fait gaffe à pas te brûler avec le café, ce serait dommage quand même. "

Pas que je ne veuille pas appeler les pompiers, mais voilà, peut être fallait-il attendre un peu que le breuvage soit un peu moins chaud. Je soufflais comme lui machinalement sur ma tasse pour agir dessus même si ça ne ferait pas grand chose. A vrai dire, je ne savais même pas quel sujet lancer pour que la conversation se lance véritablement. C'était idiot, mais c'était la vérité. Peut être que je devrais laisser Sean lancer la conversation pour que je puisse l’attraper au vol.

 


_________________


Shandra O. SarmoiseLieutenant de Police
Je suis ici depuis mon enfance, et je vois bien que ma ville autrefois calme, n'est plus le même havre de paix qu'autrefois. La faute à ce poète de malheur. Serais-je celle qui réussira à lui mettre la main dessus ? Je ne sais pas, mais j'ai déjà passé trois ans de ma vie à lui courir après, je suis prête à faire encore bien plus même si cela doit me ronger jusqu'à l'os.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t299-shandra-olivia-sarmoise-is-here

overjoyed - we survived

avatar

◆ Manuscrits : 858
◆ Arrivé(e) le : 10/09/2015
◆ Âge : 36
◆ Assoc. des Victimes : Ancien bénévole et membre
◆ Métier : Ouvrier de chantier
◆ Points : 896
◆ DC : Aiden, Willow, James, Charlie, Nathan
◆ Avatar : Jake Gyllenhaal


Sujet: Re: Noël autour d'un café - Feat SeanJeu 26 Jan - 17:39

Mourir brûlé devait être l'une des pires, si ce n'était la pire mort possible. L'idée l'avait pris au dépourvu, alors que Shandra lui conseillait sagement de faire attention à ses lèvres et son palais. Et puis comme toujours, son esprit avait extrapolé, se remémorant les nombreuses fois où il s'était brûlé avec la porte du four, avec l'eau des pâtes et tous ces instants honteux du quotidien où le cerveau semblait temporairement indisponible et où le corps se retrouvait dépourvu de logique et de coordination. A côté de ça, le Poète était presque clément, tuant ses victimes... comment, d'ailleurs ? Il ne savait même pas exactement ce qui achevait les victimes qui passaient entre ses mains. Étaient-ce les drogues qui finissaient par avoir raison de leur système ? Il ne savait même pas à quoi il avait véritablement échappé, infligeant la sentence à quelqu'un d'autre sans même se préoccuper de savoir ce que c'était.

«Hmm, au moins il est chaud. La dernière fois, je suis allé à un café, pareil, un peu plus loin sur l'avenue, sauf que le gobelet est arrivé à peine tiède. Je peux t'assurer que ça réchauffe moins bien, je préfère être obligé d'attendre un peu pour boire. Après ils étaient débordés donc j'allais pas me plaindre.»

Il n'avait jamais été du genre à se plaindre, d'ailleurs. Il avait hérité ça de son père, qui préférait ne pas se faire remarquer en toute circonstance, acceptant de la nourriture dégoûtante s'il le fallait, lors des rares fois où ils s'aventuraient hors de chez eux pour manger. Généralement un anniversaire où une occasion spéciale. Ce qui était terriblement frustrant pour l'enfant qui recevait la mauvaise commande mais n'avait pas le droit de le faire savoir. Aujourd'hui, il appliquait les mêmes principes, avec un peu plus de libertés, mais la même éthique qui voulait rendre la vie plus facile pour tout le monde, parfois au détriment de la sienne.

«Sinon, toi alors, tu en es où? Toujours au service de l'opprimé, j'imagine. Ca te plaît toujours? Pas de soudaine envie de devenir, je sais pas, peintre où je ne sais quoi?»

Peut-être qu'elle avait réalisé, à la lumière des dernières années, que finalement ça n'était pas pour elle, qu'elle aspirait comme lui à une vie plus tranquille, et que ce n'était pas ce qu'elle avait voulu lorsqu'elle avait rejoint les forces de police. D'autant plus maintenant que l'hostilité envers les uniformes prenait de l'ampleur, le couvre-feu pesant lourd sur la balance. Il souffla une ou deux fois de plus sur son café et put enfin y tremper les lèvres.

«Mais on va pas parler boulot. Ce café, c'est parfait, exactement ce dont j'avais besoin. Je vais te dire, je pourrais pas habiter dans une ville où il fait vraiment froid l'hiver.»

Travailler à l'extérieur était déjà particulièrement désagréable lorsque le vent vous mordait les joues, alors s'il se mettait à geler et neiger en plus, Sean passerait des journées misérables assez régulièrement. Il aimait trop Fairhope pour partir, de toute manière, même si elle était défigurée ces derniers temps. Même si le Poète l'avait rendue méconnaissable, la rendant haineuse et salie, entachant son nom et ses trottoirs. La ville ne faisait définitivement plus ressortir le meilleur chez les hommes, si elle l'avait jamais fait.

«Je crois que j'ai dû voir de la véritable neige une fois dans ma vie, et c'est très bien comme ça.»

Lorsqu'on s'arrêtait pour y penser, il était presque étrange qu'ils s'entendent bien, peut-être que c'était juste le temps et l'habitude qui les avait amenés là. Un peu le hasard, un peu la ville, qui les avait poussés à se côtoyer, partageant une affection particulière pour Fairhope, et un peu leur passé, contenu entre les frontières de la ville. C'était la relation parfaite lorsqu'ils voulaient tous les deux un petit aparté sans justifications, sans détails.

«Sinon il se passe quoi dans ta vie? Y'a eu un miracle, tu passes plus ta vie au boulot?»

Une petite pause facile et compréhensible avant de repartir à l'extérieur, où rien n'avait de sens et où tout était une épreuve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t786-wrapped-in-guilt


avatar

◆ Manuscrits : 3800
◆ Arrivé(e) le : 03/09/2015
◆ Âge : 28 ans
◆ Métier : Lieutenant de police
◆ Points : 4044
◆ DC : Sacha
◆ Avatar : Kate Mara


Sujet: Re: Noël autour d'un café - Feat SeanVen 17 Fév - 18:36

Noël autour d'un café

◆ Feat Sean ◆


 Le manque de personnel, ça arrive souvent, même dans la police, mais encore plus dans les cafés et ce genre de choses là. Il suffit qu'un bus arrive pour déstabiliser tout le monde. Mais ici, je savais que ça irait, quoiqu'il arrive. Et je n'avais pas tord puisque le café qui nous était servi était chaud, plus que ça même, si bien qu'il nous était impossible de le boire. Sean me donna alors une anecdote sur un autre café de Fairhope Avenue, où il avait eu un café à peine tiède dans une grande période de rush visiblement intense puisqu'ils étaient débordés. Je n'ai jamais vraiment vu ça, sauf peut être au Mcdonald's cela dit. Je n'y mange pas souvent, mais l'autrefois, après le match de soccer, j'y suis passée et je ne sais pas s'ils n'avaient pas prévu la chose mais il y avait peu d'employés et énormément de clients, du moins, c'était l'impression que j'avais eu. Enfin, pas seulement puisque ma commande avait du mettre une demi-heure au moins pour arriver dans le sac qui lui était destiné. Mais bon, disons que le Poète a réussi à m'apprendre la patience, peut être un peu plus qu'il ne le faudrait même si je veux quand même des choses d'une bonne qualité. Visiblement, il savait encore mieux se contenter que moi des choses qu'il obtenait, ou qu'il achetait en l'occurrence. J'étais patiente mais il ne me semblait pas posséder autant de patience que lui, du moins pour certaines choses, parce que pour ce qui concernait le Poète, je saurais être patiente le temps qu'il faudra.

" Le café tiède ce n'est pas ma tasse de thé ... Non, en vrai, je bois des quantités astronomiques de cafés avec le boulot, donc il n'est pas toujours très chaud même si je préfère quand c'est le cas. "

Bon d'accord, la blague était pourrie et j'avais même hésité à continuer ma réplique après l'avoir fait. Je ne suis pas spécialement drôle en général mais là, c'était presque sortie tout seul. Sean n'avait pas finir de dire que j'étais malade, j'en étais certaine. Il me demande alors si moi, je n'ai pas envie de changer de boulot pour devenir peintre ce qui me laisse échapper un petit rire.

" Peintre ? C'est une proposition d'embauche que tu fais ? Tu veux que je peigne tes voitures ? Je ne vais pas changer, pas tant qu'il sera toujours dans la nature, cela n'est pas envisageable. "

Je ne prononçais pas son surnom mais tant qu'il était dans la nature, je ne ferais rien pour partir de la police. Je suis aujourd'hui lieutenant ce n'est quand même pas rien, alors si je m'en allais, je perdrais tout cela, et je n'en avais pas envie, très honnêtement. Et puis pour quoi faire d'autres ? J'avais fait mes études pour faire ce métier, et ça me réussissait bien jusqu'à présent, mais pour combien de temps ? Il n'y avait pas de raison que je me fasse virer si je ne faisais pas de fautes graves. En tout cas, il n'avait pas envie de trop parler boulot même si au fond, c'était un sujet de conversation basique, entre deux amis. Alors il changeait de lui-même de sujet en disant qu'il ne pourrait vivre dans une ville où il fait un hiver rude. Ici, il fallait l'avouer, l'hiver n'était guère rude. Les températures sont rarement négatives, voire jamais même. Il ne pourrait donc pas vivre dans un ville où il y a de la neige. Personnellement, je ne saurais dire, j'ai toujours vécue ici, et je m'y sens bien même si j'ai du allé plus loin pour mes études. J'avais donc connue des hivers ailleurs qu'à Fairhope. Et j'étais finalement revenue ici.

" C'est vrai que c'est bien quand l'hiver n'est pas trop fort, en tout cas, qu'il ne neige pas et que les températures sont assez clémentes. J'ai connu d'autres villes l'hiver, ce n'est pas partout la même chose. "

Parfois, il faut insister pour que la voiture reste dans un état de propreté avancé, parfois ça allait. Enfin ici, il n'y avait pas besoin de gratter le pare-brise le matin, ou alors très rarement. Il m'avouait donc qu'il n'avait vu la vraie neige qu'une seule fois.

" Une seule fois ? Et ce n'était pas sur Fairhope, je me trompe ? "

Non, c'était forcément ailleurs vu comme il en parlait, lors d'un voyage exceptionnel où il était tombé sur de la neige, ou plutôt l'inverse, c'était la neige qui lui était tombé dessus. Mais bon, Noël avec un peu de neige, ce n'est pas la même magie, cela n'a même rien à voir. Après tout dépends de la ville où vous vous trouvez ce jour là, ou aux alentours. Ici, ce n'était pas une tradition puisque la neige est très rare et même quand il y en a un peu, c'est presque furtif et ça ne dure pas comme dans d'autres villes. Puis il me pose la question fatidique ou presque. J'en souris parce que c'est comme ça qu'il faut le prendre.

" J'aimerais te dire qu'un miracle a eu lieu mais non. Tu me connais depuis le temps, il n'y a que le boulot qui compte bien souvent, mais pas tout le temps quand même. Je m'accorde un peu de répit, parfois. Peut être pas assez souvent cela dit. "

C'était même une certitude. J'avais du mal à me l'avouer à moi-même mais c'était bien ce qui se passait. Mais il ne pouvait pas se plaindre de ma présence, bien au contraire, n'est ce pas ?


 



_________________


Shandra O. SarmoiseLieutenant de Police
Je suis ici depuis mon enfance, et je vois bien que ma ville autrefois calme, n'est plus le même havre de paix qu'autrefois. La faute à ce poète de malheur. Serais-je celle qui réussira à lui mettre la main dessus ? Je ne sais pas, mais j'ai déjà passé trois ans de ma vie à lui courir après, je suis prête à faire encore bien plus même si cela doit me ronger jusqu'à l'os.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t299-shandra-olivia-sarmoise-is-here

overjoyed - we survived

avatar

◆ Manuscrits : 858
◆ Arrivé(e) le : 10/09/2015
◆ Âge : 36
◆ Assoc. des Victimes : Ancien bénévole et membre
◆ Métier : Ouvrier de chantier
◆ Points : 896
◆ DC : Aiden, Willow, James, Charlie, Nathan
◆ Avatar : Jake Gyllenhaal


Sujet: Re: Noël autour d'un café - Feat SeanMer 15 Mar - 19:02

Les yeux de Sean avaient roulé dans leurs orbites en entendant le jeu de mot de Shandra, et il lui avait lancé un sourire amusé. D'ordinaire, il était, dans un groupe, celui qui exploitait toutes les occasions de plaisanter ou de faire un jeu de mots. C'était le meilleur moyen de constamment garder le contrôle sur la conversation, la maintenant à distance à bout de bras, l'orientant dans une direction qui ne le concernait pas de trop près. Et puis, faire rire les autres, c'était un peu son essence, sa façon à lui de se mettre de bonne humeur. Lorsque les autres riaient, ils pouvaient ensuite se nourrir de leur bonne humeur contagieuse. L'inverse ne fonctionnait pas vraiment, sans qu'il ne puisse se l'expliquer. Quoi qu'il en soit, il était bien mal placé pour reprocher à Shandra ses tentatives d'humour et ses jeux de mots. Il en avait lui-même trop raté pour ça. Il restait taquin malgré tout, et l'hésitation qui suivit le jeu de mots scella le sort de la policière. «Il était drôlement bien caché ton sens de l'humour. Je crois comprendre pourquoi.» Il l'avait dit avec le sourire, la moquerie évidente dans sa voix, le but n'était pas de l'offusquer ou de l'agacer, c'était juste l'une de ses caractéristiques. De nombreuses fois ses interlocuteurs s'étaient offusqués, braqués et avaient réagi violemment face aux moqueries du brun. Mais Sean était comme un enfant, et plus ses répliques avaient d'effet, plus il continuait, exploitant le filon jusqu'à la limite pour voir où elle se trouvait. Certains y allaient de leur propre commentaire, mais il s'élevait au-dessus de ça. Il maîtrisait l'auto-dérision à la perfection, et il y avait peu de choses qu'on pouvait trouver à lui dire auxquelles il n'avait pas déjà pensé.

«Non, non, on ne touche pas à ma voiture.» Le tas de tôle toussotant qui le trimballait d'un bout à l'autre de la ville avait une grande importance pour lui. Au fil des ans, il changeait les pièces à mesure qu'elles cassaient, dépensant sans doute plus que ce qu'une nouvelle voiture lui aurait coûté, mais, d'une certaine manière, Sean était de la vieille école. Celle qui répare au lieu de racheter. Elle mourrait probablement bientôt malgré ses meilleurs efforts, mais il avait lui-même refait la peinture deux ans plus tôt. C'était là l'avantage d'avoir une amie garagiste, et il était bien reconnaissant à Erin de le laisser travailler dans son atelier parfois. Il n'était pas matérialiste pour un sou, ses possessions matérielles n'ayant pour la plupart aucune valeur à ses yeux, mais sa voiture et sa collection de vinyles étaient d'une importance capitale. «Va peindre des murs si ça te démange. Si on t'arrête pour vandalisme tu dis que c'est toi qui fais la loi.» Sean avait délibérément ignoré la remarque sur le Poète, bien décidé qu'il était à mettre ce sujet derrière eux. Ce que Shandra faisait de sa vie, de toute manière, n'avait pas grande importance pour lui. Il lui importait peu qu'elle se tue à la tache pour rattraper l'assassin où qu'elle vive d'autre chose. La seule chose qui gênait véritablement Sean, c'était qu'au rythme où ils avaient l'air d'avancer, la moitié de la ville serait relocalisée sous terre d'ici à ce que Shandra puisse se reposer. Ca n'était pas contre elle, c'était une remarque qu'il se faisait souvent, mais son propre manque de coopération avait peut-être amputé les forces de l'ordre d'informations, même s'il se bornait à se dire que ça n'était pas le cas et qu'il n'avait absolument aucune information valable. Il n'avait rien vu de toute manière, et il ne s'était pas retourné en route.

«Hmm, c'est vrai que tu es partie pendant un moment, t'as vécu où pendant ce temps-là? Non, c'était pas à Fairhope évidemment, c'était un week-end improvisé. J'ai plutôt tendance à rester là, c'est ma ville ici, c'est là que je me sens bien. Je suis sûr que tu vois ce que je veux dire.» L'ouvrier avait une admiration sans bornes pour ceux qui partaient à l'aventure et voyageaient sans arrêt, ne tenant pas au même endroit plus de quelques mois. Lui n'avait jamais eu cette pulsion, cette envie d'ailleurs, et la probabilité qu'il quitte jamais la ville était infime. Fairhope avait tout ce qu'il fallait pour satisfaire ses ambitions simples. Ainsi, il faisait partie des irréductibles, ceux qui ne quitteraient jamais la ville, qu'importait l'importance que prenait le Poète dans leurs vies.

«Fais attention à ne pas te ruiner la santé malgré tout. Prends un week-end, passe-le à regarder des films où à faire quelque chose pour toi, c'est important.» Sean ne se rendait même pas compte de son hypocrisie. Il avait passé de nombreux week-ends à rendre des services à autrui, réparant une fuite, installant une étagère, n'importe quel petit boulot qui lui évitait la solitude de son appartement. Et lorsqu'il avait du temps sur les mains, il ne savait qu'en faire, s'agaçant et s'ennuyant, l'inactivité l'attristant plus qu'autre chose. Pour l'heure, son café commençait à devenir buvable, et il en appréciait la saveur réconfortante. «Sinon, en ce moment on travaille sur la construction d'un nouveau resto de l'autre côté de l'avenue, d'après ce que j'en ai entendu ça promet d'être pas mal. Enfin quand je dis la construction, on a juste quelques murs à abattre et à remodeler un peu l'intérieur, c'est pas un gros chantier. Ca devrait ouvrir d'ici, quoi, six mois, le temps qu'ils fassent la peinture et la déco une fois que nous on aura fini. Ca apportera de la nouveauté.» C'était un sujet de conversation comme un autre, mais le travail de Sean lui offrait rarement des sujets intéressants. A part élever ou détruire des bâtiments, il n'avait pas beaucoup de défis à relever et de problèmes à surmonter. Rien d'autre que faire fonctionner les machines lorsqu'elles refusaient de démarrer pour une raison inconnue, les fournisseurs qui avaient du retard et autres petits tracas quotidiens. «Il faut pas que je parte trop tard, j'ai promis à mon père que je lui ferai des courses et qu'on dînait ensemble aujourd'hui.» L'éternel recommencement. Il n'avait pas besoin de partir juste là, mais il devait néanmoins prévoir suffisamment de temps pour aller au magasin, trouver ce qui était sur la liste, lui apporter avant le début du couvre-feu, manger rapidement et rentrer. «Après tout, il faudrait pas que je dépasse l'heure tu serais obligée de m'arrêter.»  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t786-wrapped-in-guilt


avatar

◆ Manuscrits : 3800
◆ Arrivé(e) le : 03/09/2015
◆ Âge : 28 ans
◆ Métier : Lieutenant de police
◆ Points : 4044
◆ DC : Sacha
◆ Avatar : Kate Mara


Sujet: Re: Noël autour d'un café - Feat SeanJeu 30 Mar - 18:57

Noël autour d'un café

◆ Feat Sean ◆


Non, je ne suis pas quelqu'un de très drôle en règle générale, je suis assez sérieuse dans le cadre du travail, et même en dehors, j'ai un peu de mal à complètement me décrisper, je suis comme ça, je n'y peux rien mais là, j'avais tenté quelques choses, c'était nul et en plus j'avais hésité, j'avais marqué un blanc. Il avait bien compris la chose et cela semblait le surprendre un peu, beaucoup même devrais-je dire, non ? Il m'en fit la remarque, me disant que mon sens de l'humour était nul, et que la prochaine fois, je devrais m'abstenir, chose que je ferais mais là, je ne pouvais pas revenir en arrière même si au moins, nous avions le sourire, parce que finalement, les blagues les plus nulles sont aussi les plus drôles, n'est ce pas ? Comment ça, je dis n'importe quoi ? Bon d'accord, je ne sais pas ce que je dis, mais bon voilà, la blague avait fait son petit effet. J'avais hausser les épaules à sa réplique tout en souriant d'avantage encore. Je n'allais pas m'enfoncer plus qu'il ne le fallait. Il me demandait donc si je n'avais envie de devenir peintre par exemple. Je ne sais pas pourquoi il me disait cela mais j'étais bien dans la police, aucune envie de quitter mon travail pour un autre. Alors je jouais encore une fois la carte d'un humour plus raffiné cette fois. Je lui demandais si c'était pour repeindre sa voiture et je savais qu'il n'aimerait pas, c'était un vieux tas de ferrailles, mais c'était son bien le plus précieux, au moins au niveau sentimental. Cela me fit sourire encore. Je n'allais pas m'amuser à toucher à sa voiture. Il me dit donc que je pouvais peindre les murs et que si jamais on m'arrêtait pour vandalisme, je pourrais leur dire que la loi s'était moi. Mais je ne m'amuserais pas à agir de la sorte, non. Je représente la loi, je ne vais donc pas m'amuser à la braver sous peine de faire moi-même de la prison si vous voyez ce que je veux dire.

" Non, mais je peux m'amuser à peindre ta voiture sur une toile, je suis sûre que ça peut ressembler à quelques choses de correct. "

Bon d'accord, je ne suis pas la meilleure en ce qui concerne le dessin, mais je n'étais pas non plus la plus nulle. Je ne serais pas capable de dessiner un portrait robot par exemple, mais je suis assez physionomiste quand même, je me souviens bien des gens quand je les croise. Puis on en venait à parler de l'hiver, et je lui disais que j'en avais connu quelques uns avec pas mal de neige contrairement à ici. Je ne savais pas s'il savait où j'avais pu faire mes études supérieures cela dit.

" J'ai fait mes études de criminologies à New York, et je peux t'assurer que l'hiver ce n'est pas comme ici. Mais oui, rien ne vaut Fairhope, c'est notre ville et malgré les circonstances, on se sent bien ici. "

Malgré le Poète qui rodait en ville, je me sentais bien ici, je m'amusais bien même devrais-je dire, même si le mot amusement ne sortirait jamais de ma bouche pour parler de lui. Mais oui, à New York l'hiver est carrément plus rude. Je lui disais donc que je ne prenais sans aucun doute possible pas assez de temps pour moi, mais c'était une évidence. Jamais je ne pouvais vraiment me reposer complètement, ne pas penser à ce qu'il pourrait faire en ville, jamais. Et puis bon, c'est lui qui me dit ça alors qu'il du même genre que moi, à toujours bouloter, pour lui ou les autres d'ailleurs. Mais il n'avait pas complètement tord, il fallait que je tente de me reposer un peu plus. Ce n'était pas comme si l'enquête avançait rapidement depuis le temps.  Il me parla alors de son dernier chantier. Il me parlait de la reconstruction d'un nouveau restaurant au bout de la rue, un chantier qui allait lui prendre pas mal de temps en théorie qui apporterait un peu de nouveauté.

" Donc tu penses que je devrais me reconvertir pour bosser avec toi en vrai ? Ou juste après toi ? Tu fais les murs et moi, je fais la peinture, ça pourrait être marrant. Non, mais un peu de nouveauté à ce niveau là, ne pourra pas faire de mal, c'est sur. "

Je plaisantais un peu mais au fond, pas tant que ça si on y regarde bien. Je ne comptais pas fuir la police, pas maintenant, ce serait lâche, je n'oserais même plus me regarder dans un miroir à vrai dire mais c'est comme ça. Puis il me parla du couvre-feu. L'idée n'était pas très bonne, je ne l'avais pas approuvée personnellement comme certaines choses en rapport avec le Poète, mais bon, je n'étais pas assez gradée pour que cela change. Alors pour le moment, il y avait cette règle, mais elle ne tarderait pas à sauter. Dans combien de temps ? Je ne saurais le dire, mais les gens ne l'aiment pas et quand la grogne sera générale, alors il sera levé.

" Ouais, ce sera quand même dommage que je t'arrête alors que tu voulais faire plaisir à ton paternel. Tu sais ce que tu vas lui faire à manger ? A moins que ce soit lui qui fasse le repas peut être ? "

J'avais toujours eu du mal à voir les hommes faire de la bonne cuisine, je veux dire, sans que ce soit réellement leur métier. Moi-même je n'avais pas de talents pour cela, mais bon, ce n'était pas un problème, je mangeais parce que j'en avais besoin pour vivre. Si manger n'était pas un besoin fondamental, je sauterais sans doute encore plus de repas que je ne le fais maintenant, mais ça, personne ne s'en rends vraiment compte, il faudrait vivre avec moi pour le savoir.

 



_________________


Shandra O. SarmoiseLieutenant de Police
Je suis ici depuis mon enfance, et je vois bien que ma ville autrefois calme, n'est plus le même havre de paix qu'autrefois. La faute à ce poète de malheur. Serais-je celle qui réussira à lui mettre la main dessus ? Je ne sais pas, mais j'ai déjà passé trois ans de ma vie à lui courir après, je suis prête à faire encore bien plus même si cela doit me ronger jusqu'à l'os.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t299-shandra-olivia-sarmoise-is-here

overjoyed - we survived

avatar

◆ Manuscrits : 858
◆ Arrivé(e) le : 10/09/2015
◆ Âge : 36
◆ Assoc. des Victimes : Ancien bénévole et membre
◆ Métier : Ouvrier de chantier
◆ Points : 896
◆ DC : Aiden, Willow, James, Charlie, Nathan
◆ Avatar : Jake Gyllenhaal


Sujet: Re: Noël autour d'un café - Feat SeanDim 14 Mai - 23:44

Sean laissa son regard se promener un instant autour d'eux. Le bar avait décidément plusieurs facettes. En soirée, lorsque le couvre-feu ne les restreignait pas à des horaires trop indécents pour quelques verres d'alcool, les conversations, la musique et l'animation semblaient tous bien plus forts, plus virulents. A le regarder maintenant, Sean voyait majoritairement des groupuscules de gens qui, comme eux, avaient cherché à s'abriter du froid et à se réchauffer, se groupant autour de tables et discutant tranquillement. On n'entendait peu de bières trinquer, mais l'on pouvait voir de la fumée s'échapper par volutes çà et là. Le tout rendait l'ambiance presque chaleureuse, et dénaturait un peu le nom de l'établissement, ainsi que l'air un peu rustre du barman. Pas que le changement soit désagréable, mais cela démontrait à quel point la ville était forcée de changer avec les nouveaux horaires qu'on lui avait imposé. Évidemment, quelques irréductibles buveurs occupaient les sièges près du bar, noyant quelque chagrin dans les eaux troubles d'un verre après l'autre. Ils peuplaient le paysage de tous les bars, habitant les recoins comme personne d'autre, tous légèrement affalés sur leurs sièges. On aurait pu considérer ça comme une amélioration, les gens se regroupant calmement, mais il manquait un air de célébration, il manquait les rires, la camaraderie et, de manière générale, il ne retrouvait pas l'air de joie tranquille qui avait pourtant toujours caractérisé sa ville.

«Ah, oui voilà, je construis et tu peins. En voilà une bonne idée. Si on fait l'inverse ils sont pas prêts d'ouvrir je pense.» Il pensait parfois à changer de métier. Notamment lorsqu'il passait des journées entières dans le froid pendant les longs mois d'hiver, aussi doux soit-il. Il n'avait pas d'histoires à raconter, c'était à ça qu'il se rendait compte qu'il était peut-être en train de gâcher sa vie. L'événement le plus marquant de l'année avait été quand l'un de ses collègues avait marché sur un clou si long qu'il avait transpercé sa chaussure et était ressorti de l'autre côté. Ils avaient appelé les urgences et il avait été excusé pendant deux mois parce qu'il avait percé précisément sur un muscle ou un nerf ou quelque autre partie importante du pied dont Sean ne se souvenait pas. C'était dire à quel point son environnement de travail était ennuyeux et monotone. Il avait pourtant toujours aimé l'ennuyeux et le monotone, trouvant la paix dans un rythme tranquille et un emploi du temps régulier. Aujourd'hui, ça le rendait fou.

«Laisser la cuisine à mon père c'est ouvrir la porte à toutes les catastrophes culinaires possibles et imaginables. Si tu penses qu'il y a des plats inratables, genre des pâtes au ketchup, tu peux être certaine que mon père va réussir à les rater, juste pour prouver que c'était possible.» Sean avait connu bien des années d'agonie culinaire. Pas que ses propres compétences soient extraordinaires, mais il avait au moins assez de bon sens pour ne pas faire les mêmes erreurs deux fois. Son père, lui, s'acharnait à faire les choses à sa manière, même lorsque la manière en question avait échoué à de nombreuses reprises. Sous prétexte que ça marchait très bien avant. Sean n'avait pas eu le plaisir de connaître l'avant merveilleux où toutes les recettes désastreuses de son paternel fonctionnaient encore. L'avantage, c'était qu'il mangeait presque tout. Son sens du goût restait fermement convaincu que rien ne pouvait lui arriver de pire. «Donc non, c'est bien moi qui cuisine, et je ne sais pas encore ce que je vais lui faire. Peut-être du poulet et des pommes de terre. C'est toujours la bonne réponse ça. Rien de très compliqué. L'hiver, l'été, ça marche tout le temps.» Il fallait avouer que c'était le plat qu'il maîtrisait le mieux. Et puis cuisiner pour son père était le moins qu'il pouvait faire, c'était devenu compliqué pour le vieil homme. De temps à autre, il insistait pour leur préparer la nourriture lui-même, dans un effort vain de regagner un peu d'autonomie et d'importance, dans un effort inutile de se rappeler le passé et de faire plaisir à son fils. Sean mangeait sans se plaindre, comme on lui avait appris, avec des merci et des sourires. «C'était parfois super embarrassant quand il invitait des gens à manger et qu'ils devaient masquer leur dégoût.» Il n'exagérait pas tant que ça. «Après il a fini par se mettre aux conserves et au surgelé.» Sean sourit en y repensant, reprenant quelques gorgées de café.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t786-wrapped-in-guilt


avatar

◆ Manuscrits : 3800
◆ Arrivé(e) le : 03/09/2015
◆ Âge : 28 ans
◆ Métier : Lieutenant de police
◆ Points : 4044
◆ DC : Sacha
◆ Avatar : Kate Mara


Sujet: Re: Noël autour d'un café - Feat SeanJeu 1 Juin - 14:36

Noël autour d'un café

◆ Feat Sean ◆


Rire aux éclats n'était pas ma tasse de thé, ni même ma tasse de café à vrai dire. Mais parfois, je me disais que si mon père n'avait pas été du métier, peut être que je n'aurais pas agit de la sorte, peut être que je ferais autres choses, peut être que j'aurais fuis Fairhope dès les premiers meurtres, je ne saurais dire ce qu'il serait advenu de ma personne, parce que je ne me suis jamais imaginé vivre une autre vie que celle-ci débordant de travail. Pourtant, je pourrais faire d'autres boulots qui pourraient me prendre du temps aussi, comme dans la restauration, je pourrais m'amuser à tenir un bar, ou d'autres choses comme vendre des fruits et des légumes. Je pourrais aussi faire visiter la ville, et être un parfait attrape touriste. Mais non, j'étais dans la police, j'étais devenue lieutenant, une belle position pour une femme dans ce métier à tendance masculine. Je n'en étais pas peu fière, mais au final, ça m'était égal, parce que je ne pouvais pas faire tout ce que je désirais, je ne suis pas au dessus de la loi quoiqu'il advienne. Alors travailler avec Sean ne me semblait pas être une bonne idée, même si au fond, elle ne semblait pas si mauvaise non plus, mais j'aurais l'impression d'abandonner ma ville en agissant de la sorte. Depuis le premier jour je cours après le Poète, et s'il ne faut, je lui tiendrais la chandelle jusqu'à mon dernier souffle. Je me dis qu'il est plus âgé que moi, et que donc, il vieillira plus vite que moi, et que peut être, au bout du compte, il en aura marre de tuer, qu'il arrêtera pour de bons, ou qu'il se rendra de lui-même. Après tout, les prisonniers ne sont pas si mal loti que ça, n'est ce pas ? Nourri, logé, blanchi, je trouve que ce n'est pas si mal que ça. Mais c'est un débat que je ne vais pas aborder avec mon ami, ça n'en vaut pas la peine même si la période de froid pourrait me faire dire que certains sans-abri devraient commettre de petits délits pour être au chaud la nuit même si ce n'est jamais très reluisant. Puis, après le boulot, on en venait à parler cuisine, notamment de son père qui ne savait de toute évidence pas cuisiner. Je ne suis pas une experte dans ce domaine non plus, je dois l'avouer, j'ai un peu appris sur le tas, mais de toute façon, je ne prends pas vraiment le temps de cuisiner. Imaginez que je sois en train de préparer une blanquette de veau, ou un bœuf bourguignon et qu'on m'appelle d'urgence ? Non, ce n'est pas possible. Alors même si parfois je m'en donne un peu la peine, ça reste basique. Je souriais lorsqu'il me dit que laisser son père serait une catastrophe. Le surgelé et les conserves, c'est vrai qu'au final, ce n'est pas plus mal, n'est ce pas ? Je ne savais pas si Sean était vraiment un bon cuisinier, mais de toute évidence, il savait faire au moins les choses les plus simples.

" Je vois ce que tu veux dire. Pourtant faire cuire des pâtes ce n'est pas si difficile, même moi j'y arrive alors que je ne prends pas forcément le temps de bien cuisiner. Mais bon, quand on a aucune notion de cuisine, c'est difficile. Il m'arrive souvent de regarder des vidéos sur internet, des choses assez simples mais surtout assez vite fait au cas où le boulot passe avant. Alors le surgelé et les conserves je connais, j'en utilise parfois, mais quand je peux avoir les aliments frais c'est mieux quand même. Tu sais, je me suis amusée l'autre jour à regarder les plats des français, enfin je crois que ce sont des choses originaires du pays des gastronomes. Je me suis fait une tartiflette, c'est super consistant, mais en hiver c'est top je trouve. Tu devrais essayé, c'est à base de pomme de terre, sans doute que ton père aimera bien. "

Ou pas d'ailleurs, mais c'était quelques choses à essayer en tout, c'était une certitude. Je ne sais pas pourquoi je m'étais intéressé à ce plat d'ailleurs, mais c'était consistant et finalement assez rapide à faire, alors ça avait du me convenir, je ne vois pas d'autres explications. Je souriais à Sean, peut être qu'il regarderait ce plat, ou pas. Je buvais une gorgée de café, ma tasse était presque vide, signe sans doute que cette petite entrevue amicale allait toucher à sa fin d'ici peu.


 



_________________


Shandra O. SarmoiseLieutenant de Police
Je suis ici depuis mon enfance, et je vois bien que ma ville autrefois calme, n'est plus le même havre de paix qu'autrefois. La faute à ce poète de malheur. Serais-je celle qui réussira à lui mettre la main dessus ? Je ne sais pas, mais j'ai déjà passé trois ans de ma vie à lui courir après, je suis prête à faire encore bien plus même si cela doit me ronger jusqu'à l'os.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t299-shandra-olivia-sarmoise-is-here
 

Noël autour d'un café - Feat Sean

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Event IRL] Rassemblement autour d'un café
» Ouverture d'un café à Mons
» Le fond bleu autour des textures qui veut pas être transparent sur DoomBuilder
» [Présentation] Café O'Lait.
» Salut les buveurs de café bleu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: the city that we loved :: fairhope avenue :: eat & drink :: wasted shots-