AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Corey J. Morgan - He's like glass : anything and anyone can break him...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité


 Invité


Sujet: Corey J. Morgan - He's like glass : anything and anyone can break him...Mar 14 Avr - 0:01

Corey J. Morgan

◆ citation citation citation ◆



◆ 12/02/1991 - 23 ans
◆ En ville depuis sa naissance
◆ Américain
◆ Concierge au lycée
◆ Célibataire
◆ Hétérosexuel
◆ Bad Blood
◆ Evan Peters

entre les lignes

L'affaire : Au commencement, Corey ne s'intéressait pas vraiment à cette affaire. Il considérait que l'histoire pouvait constituer un bon roman, mais il n'arrivait pas à être... touché. Détaché de tout, il voyait ça avec un œil extérieur, celui d'un spectateur assistant à un show qui ne l'intéresse qu'à moitié.

Tout lui paraissait lointain, comme s'il visionnait un film ou lisait un livre, par petits bouts, sans vraiment y prêter attention. Contrairement à sa famille, si effrayée par l'affaire qu'elle a déménagé dès les premiers meurtres, Corey ne se sentait pas menacé ou même concerné. Il avait suffisamment à faire dans sa vie pour ne pas s'inquiéter de cela, en plus...

Pourtant, tout changea le 9 mai 2014, lorsque son ancien professeur de littérature, William Cooper, fut assassiné par le Poète de Fairhope. L'homme avait tout fait pour lui, dès sa scolarisation au lycée de la ville : il l'avait tuteuré, défendu des brimades qu'il pouvait subir de ses camarades, écouté...
William Cooper avait été un meilleur père pour lui que n'avait jamais pu l'être son propre paternel. Et il était... mort.

En raison de son comportement "étrange", il fut soupçonné, mais lavé de toute suspicion dès que son alibi (il était au lycée pour accomplir son travail) fut vérifié. Il reste néanmoins profondément troublé par la mort de son "tuteur" et par ce qui a pu suivre, baissant les yeux et changeant de trottoir lorsqu'il croise un représentant de l'autorité, cauchemardant nuit après nuit sans jamais trouver le repos.

Le tueur ne lui a jamais paru aussi réel. Il vit dans la peur de le croiser, tentant, malgré tout, de ne pas céder à son angoisse... Par respect pour son professeur. Pour ce qu'il a fait pour lui.



Caractère : La première chose qui caractérise Corey, c'est son intelligence. Cultivé, éloquent, il use de belles phrases et semble être un puits sans fond de connaissances. Son domaine préféré ? La littérature.

Corey pourrait passer la journée entière à lire roman sur roman, sans même songer à se nourrir ou à se réhydrater. Il apprécie également l'Histoire, mais préfère mille fois les récits fictifs : plus amusants, ils lui permettent de développer son imagination, dont il regorge furieusement.

Son innocence est également très caractéristique de sa personne. Doux, naïf, il semble vivre dans son propre monde et être ignorant de la dureté de ce dernier. Pourtant, ce n'est pas faute d'avoir subi bien des peines et nombre de blessures... Mais il semble ne rien apprendre de ses erreurs, les répétant encore et encore, faisant confiance aux êtres les plus à même de lui faire du mal.

S'il se délecte de la compagnie des gens, il sait aussi apprécier la solitude, qu'il passe à lire ou écrire, de la musique bruyante dans ses oreilles pour le préserver du monde extérieur et l'aider à conserver son attention. En effet, manquant définitivement de concentration, il peine à rester focalisé longtemps sur une tâche, si l'on excepte trois activités : lire, écrire pour le plaisir et faire le ménage.

Maniaque, Corey ne supporte pas le désordre ni la saleté, se montrant particulièrement zélé lorsqu'il s'agit d'effectuer son travail au lycée. Il tient que les élèves puissent évoluer dans un lieu propre et sain, tout autant qu'à son propre domicile, où chaque chose est à sa place.

À savoir :  

* Il se ronge régulièrement les ongles, surtout lorsqu'il se sent mal à l'aise.

* Il ne sort jamais de chez lui sans au moins un livre dans son sac. Il se sent angoissé s'il ne peut pas le faire.

* Quand il lit, écrit ou marche seul dans la rue, tout comme lorsqu'il travaille, Corey se coupe du monde grâce à ses écouteurs et son mp3 rempli de musiques diverses et variées. Le son est parfois si fort qu'il est incapable d'entendre quoi que ce soit du monde extérieur.

* Il dort avec un masque de nuit, ainsi que son ours en peluche, Teddy. Sa présence le rassure, même s'il ne lui permet pas d'éviter les cauchemars.

* Il ne boit que très rarement de l'alcool : il préfère les boissons douces et/ ou sucrées, comme les jus de fruits et les sirops.

* Il n'a pas vraiment d'intérêt pour la mode : en général, il achète seulement ce qui lui va et ce qui lui est moins cher. Le reste lui importe peu.

* Il aimerait écrire un roman, mais il n'arrive pas à rester focalisé très longtemps sur une seule histoire, ce qui le frustre terriblement.

* Il adore le café et en consomme de façon abusive.

* Il n'est pas très bon cuisinier : en général, il commande ses plats, va au restaurant ou fait des tentatives de cuisson de pâtes qui se finissent généralement très mal.

* Il est extrêmement timide lorsqu'une fille lui plaît : soudainement, il bafouille, bégaie, se perd dans ses pensées... Il n'est vraiment pas un séducteur ou un Don Juan.



derrière l'écran

Pseudo : Cora
Âge : 21 ans
Déjà un compte ici ? : Nope.
Code du règlement : OK by Tobias.
Où avez-vous connu le forum ? : Sur PRD
Un commentaire ? : Je me plais déjà ici ^^.

© potterbird
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: Corey J. Morgan - He's like glass : anything and anyone can break him...Mar 14 Avr - 0:02

once upon a book

◆ citation citation citation ◆


Monsieur et Madame Morgan avaient toujours rêvé d'avoir un fils, un fils qui les rendrait fiers par ses exploits sportifs, son esprit de camaraderie, son travail acharné... Bref, un vrai petit bonhomme. Mais ils n'eurent rien de tout cela.

Pourtant, leurs espoirs semblaient avoir trouvé réponse, au commencement. En effet, le petit bébé aux boucles d'ange était un enfant très éveillé, semblant curieux face au monde qui l'entourait, débordant d'énergie et d'amour pour ses parents. A l'époque, toutefois, sans même qu'ils ne le réalisent, Corey était déjà très différent de l'enfant dont ils avaient rêvé...

Précoce, le petit garçon apprit à lire avant même que l'école ne se propose à le faire, curieux de savoir ce que pouvaient signifier tous ces mots qui accompagnaient ses livres à images. Il pouvait passer des heures allongé dans l'herbe à observer les fourmis évoluer dans leur environnement naturel.

En vérité, c'était un enfant très calme. Solitaire, également. Il appréciait la compagnie de ses parents, mais il n'allait pas naturellement vers les enfants de son âge. Il préférait lire, rêvasser, imaginer des tas d'histoires... Les jeux et amusements de ses camarades ne l'intéressaient guère. Trop bruyants, trop vite lassants...

Quand vint pour lui le moment d'aller à l'école, Corey vécut sa première désillusion. Il pensait sincèrement qu'il allait apprendre des tas de choses, qu'il aurait le droit d'évoluer à son rythme et de satisfaire sa soif inextinguible de connaissances. Grave erreur.

On ne demandait pas aux élèves d'être intelligents. On leur demandait de travailler. C'était là toute la différence. Ils avaient un programme à suivre, des leçons à apprendre petit à petit... Ils n'avaient pas besoin d'un petit malin qui savait déjà tout sur tout.

Très vite, Corey perdit son amour pour l'école. Les professeurs l'ignoraient quand il levait le doigt, les élèves le prenaient pour cible parce qu'il n'était qu'un "intello"... C'était l'Enfer. Un Enfer où il avait l'impression de stagner et, pire encore, de régresser.

Il fit alors le choix de s'enfermer dans son petit monde. Ne prêtant qu'une oreille distraite aux cours, il s'évadait dans ses rêves les plus fous. Il se voyait astronaute découvrant une civilisation inconnue sur une planète éloignée. Il était aussi sorcier, battant un vilain qui avait tenté de prendre possession de son royaume. Dans ses rêveries, il était toutes sortes de choses.

Puis la réalité revenait le frapper avec dureté, quand il se retrouvait à s'échiner en vain en cours de sport sous les regards moqueurs de ses camarades, lorsqu'il voyait dans les yeux de son père une déception certaine alors qu'il se désintéressait aux activités physiques qu'il voulait partager avec lui...

Les années passèrent, mais Corey resta le même, comme si le temps n'avait pas de réelle prise sur lui. Discret, courtois, asociable, rêveur, distrait... Tout le contraire de ce que ses parents espéraient de sa part.

Tout comme il avait cessé de travailler pour maintenir un niveau "correct", mais pas "ostentatoire", qui lui aurait attiré la foudre de ses camarades de classe, Corey avait renoncé à l'amour de ses parents. Il était un "enfant raté", voilà tout. Sans autre talent qu'une cervelle fumante. Du moins, c'était ce qu'il croyait...

Le destin décida toutefois de placer un homme sur son chemin pour le faire changer d'avis. Il s'appelait William Cooper et c'était un professeur de lycée unique aux yeux de Corey. Enseignant la littérature, il encourageait la créativité, l'imagination, l'originalité et même l'excentricité. Son premier devoir fut un plaisir pour Corey, qui n'avait pas eu de réelle motivation à travailler depuis des années.

"Ecrire une histoire en quelques pages". Pas de sujet défini. Pas de contraintes. Juste... écrire. Et il avait écrit. Il avait raconté l'histoire de cette jeune fille dont le bras était tatoué depuis sa naissance, un tatouage écrit dans un langage perdu et qui, une fois traduit, révélait l'existence d'une prophétie.

Corey ne s'était jamais autant amusé à faire ses devoirs. Il avait finalement rendu une dizaine de pages à Mr Cooper, sans se douter une seule seconde que ses qualités littéraires allaient être reconnues et que le professeur, ravi d'avoir un élève aussi enthousiaste et prometteur, lui mettrait la note maximale.

Le pauvre adolescent avait d'ailleurs pâli lorsque Mr Cooper lui avait demandé de lire son histoire à ses camarades, après l'avoir félicité chaleureusement. Il avait bafouillé les premiers mots, enduré les rires et les moqueries avant de s'excuser maladroitement et de s'éclipser du cours pour aller à l'infirmerie. Toute cette attention, ce jugement, cette moquerie... Il n'avait pas les épaules pour supporter cela.

Leur relation était mal partie et, pourtant, l'élève et le professeur s'entendirent à merveille. Notant les difficultés qu'avaient Corey pour se sociabiliser, le comportement des élèves à son égard et la fragilité qui était sienne, Cooper le prit sous son aile, décidé à lui permettre d'exploiter son plein potentiel. D'après lui, il avait le talent d'un écrivain. C'était certain.

Ce furent d'abord des heures de "soutien" entre les cours. Puis Mr Cooper finit par inviter le jeune homme à son domicile, espérant qu'un cadre plus "neutre", éloigné de ce qu'il connaissait habituellement, lui permettrait de se détendre et de se sentir plus à l'aise.

Toutes ces années, Mr Cooper lui apprit à interagir plus facilement avec les autres, à travailler... Il exerça les capacités intellectuelles du jeune homme en lui faisant découvrir des trésors de la littérature américaine et d'ailleurs. Grâce à lui, Corey devint un élève épanoui. D'autant plus qu'il était toujours là pour le soutenir si ses camarades le faisaient tourner en bourrique. Même si cela n'arrêtait pas les mauvais traitements, au moins essayait-il de faire quelque chose...

Quand le lycée fut sur le point de s'achever, Corey lui confia qu'il ne se sentait pas prêt à aller à l'Université. Qu'il voulait quitter ce système, trouver un petit travail qui lui permettrait d'écrire dans ses temps libres... et vivre, tout simplement.

Ses parents ne l'entendaient pas de cette oreille. Ils étaient bien décidés à ce qu'il aille dans une Université prestigieuse. Il n'était peut-être pas le fils sportif et charismatique qu'ils avaient espéré, mais il pourrait au moins devenir Docteur, Chirurgien, Avocat... Que savaient-ils, encore !

Mr Cooper soutint sa décision et le défendit auprès de sa famille, acceptant finalement d'accueillir le jeune homme chez lui quand ses parents le rejetèrent, déçus de son comportement et de son attitude.

Il l'aida à décrocher un travail de concierge au lycée, en accord avec l'obsession étrange qu'il détenait depuis ses plus jeunes années pour la propreté, et continua à le soutenir dans sa démarche.

Corey resta quelques temps chez Mr Cooper, vivant les plus beaux mois de son existence, avant de prendre un petit appartement à Fairhope Avenue pour ne plus le quitter. Le loyer était modeste, tout comme l'habitation, mais cela lui convenait parfaitement.

L'année 2012 arriva. La première intervention du "Poète". Contrairement à son professeur et ami, qui, comme le reste de la ville, s'inquiétait de celui qui allait se révéler être un Serial Killer, Corey eut un regard détaché sur ce qui se passait. Tout lui paraissait lointain et irréel, comme sorti d'un de ces romans policiers qu'il aimait à lire, de temps en temps.

Il ne connaissait pas ces gens qui étaient morts, c'était comme s'ils n'avaient jamais vraiment existé pour lui. Focalisé sur sa propre vie, Corey avait du mal à réaliser que le monde tournait désormais d'une drôle de façon dans la ville de Fairhope.

Son livre avançait à grands pas. Après toutes ces années, Corey s'était finalement décidé pour une histoire et son esprit était obnubilé par cette dernière. Il avait sans cesse de nouvelles idées, des fulgurances soudaines... Et il était d'autant plus enthousiaste puisque son professeur le soutenait à chacune des étapes franchies.

Même le départ de sa famille n'avait pas su le détourner de sa tâche. Ils avaient mollement tenté de le convaincre de les rejoindre, mais il ne les avait pas écoutés. C'était auprès de son professeur, à l'écriture de son histoire, que Corey était épanoui. Nulle part ailleurs.

Aussi brusquement qu'il avait été mis sur son chemin, William Cooper fut alors retiré à Corey. 09 mai 2014. Le Professeur de Littérature devint la 15ème victime du Poète de Fairhope.

Rentrant plus tard de son travail à cause d'une bataille d'encre qui avait dégénéré, Corey avait voulu rendre visite à son ami et s'était retrouvé confronté à un attroupement étrange. Des rubans de la police... Des gardiens de l'autorité partout dans les rues... Il avait refusé d'envisager que le pire avait pu être arrivé. Mais on ne le laissa pas faire autrement.

Longtemps, on avait observé la relation que Corey et William Cooper entretenaient d'un mauvais œil. Trop proches, trop "intimes"... Ce lien d'élève à Professeur ne cachait-il pas quelque chose de plus... pervers ?

Tout le monde savait que Corey James Morgan était un jeune homme particulièrement étrange. Toujours dans la lune, le regard perdu dans le vague, obsédé par l'ordre et la propreté, un langage digne d'un dictionnaire, un style débraillé... Rien d'étonnant à ce qu'il soit soupçonné.

L'interrogatoire auquel il fut soumis se révéla profondément traumatisant pour le fragile adulte. Les policiers qui le confrontaient lui montrèrent les photos du cadavre de son professeur et des précédentes victimes du Serial Killer dans le but de le faire réagir, de le pousser aux aveux.

Mais il se renferma plus encore, tétanisé, ahuri, choqué par ce que son esprit ne pouvait pas accepter. William Cooper était mort. Le Poète de Fairhope l'avait tué. Il lui avait pris son père de substitution, son seul véritable ami...

Muet, tremblant, sanglotant, il ne put rien dire aux enquêteurs qui faisaient tout pour le faire parler, pour le forcer à avouer. Ils furent pourtant obligés de le relâcher et de le reconnaître comme "innocent" lorsque plusieurs témoins certifièrent l'avoir vu sur son lieu de travail au moment des faits. Corey n'était pas coupable. Mais toutes les excuses données ne pouvaient pas effacer la souffrance qui l'étreignait et, pire encore, le traumatisme qu'il avait subi...

Des jours durant, Corey s'enferma dans son appartement et n'en sortit plus. Il ne mangeait pas, buvait à peine, ne dormait que pour s'éveiller après d'horribles cauchemars. Il restait prostré chez lui, l'esprit hanté par l'image de Mr Cooper, devenu une marionnette agonisante aux mains du Poète...

Où était-il ? Qui était-il ? Allait-il venir le chercher à son tour ? Violemment, Corey avait finalement pris conscience de l'existence du tueur en série, de sa dangerosité et du fait qu'il n'était en sécurité nulle part. Nulle part.

Il faillit se laisser mourir. Mais, peu à peu, il recommença à manger, à sortir, à évoluer à l'extérieur, avec les autres... il avait eu un déclic, compris que William Cooper voulait ce qu'il y avait de mieux pour lui et qu'il serait certainement déçu s'il dépérissait de la sorte. Alors, Corey s'était ressaisi. Difficilement.

Aujourd'hui, Corey est loin d'avoir tourné la page. Il parvient tant bien que mal à sourire, mais il n'arrive plus à écrire. Il n'écrivait qu'en compagnie de William Cooper. Le faire sans lui, ce serait... irrespectueux. Mal.

Il était également devenu beaucoup plus maniaque. Son appartement était si propre et si bien rangé qu'il en devenait angoissant. Corey ne supportait plus le désordre et avait ses idées et ses rituels bien à lui pour se rassurer. Ce qui ne l'aidait pas vraiment à améliorer son image auprès de ceux et celles qui l'entouraient et le considéraient déjà comme "perturbé" voire "cinglé".

Entre consultations chez la psy, travail sur lui-même et son job de concierge, Corey est très occupé. Mais il a toujours le temps de penser à celui qui avait tout fait pour lui, qui avait changé sa vie... Et à celui qui l'avait détruite...



Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: Corey J. Morgan - He's like glass : anything and anyone can break him...Mar 14 Avr - 6:55

Bienvenue heh
J'ai hâte de lire la fiche entière a

Tu es qui sur Prd ? :3
Revenir en haut Aller en bas

Invité


 Invité


Sujet: Re: Corey J. Morgan - He's like glass : anything and anyone can break him...Mar 14 Avr - 7:15

Merci ^^. Je suis Lerena, mais j'avoue que je ne suis pas hyper active sur PRD x)
Revenir en haut Aller en bas

fonda - lost in the fire

avatar

◆ Manuscrits : 6326
◆ Arrivé(e) le : 15/03/2015
◆ Âge : 32 ans
◆ Décédé le : 3 Mars 2016, suite à une altercation avec les forces de police
◆ Métier : ancien biographe et parolier puis secrétaire
◆ Points : 720
◆ DC : Adam,Pete,Micha & Tutur
◆ Avatar : Tree Pace


Sujet: Re: Corey J. Morgan - He's like glass : anything and anyone can break him...Mar 14 Avr - 8:57

feels feels

Bienvenue parmi nous, j'espère que tu te plairas par ici! En tout cas je te souhaite de passer de bons moments highfive

J'aime beaucoup le début de ta fiche, j'ai vraiment hâte d'en découvrir davantage (même si j'ai déjà envie de serrer le petit Corey dans mes bras) brille

Si tu as la moindre question, n'hésite surtout pas hug

Bon courage pour la rédaction de ton histoire!!! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t83-i-slithered-here-from-eden http://potterbird.livejournal.com

fonda - lost in the fire

avatar

◆ Manuscrits : 6326
◆ Arrivé(e) le : 15/03/2015
◆ Âge : 32 ans
◆ Décédé le : 3 Mars 2016, suite à une altercation avec les forces de police
◆ Métier : ancien biographe et parolier puis secrétaire
◆ Points : 720
◆ DC : Adam,Pete,Micha & Tutur
◆ Avatar : Tree Pace


Sujet: Re: Corey J. Morgan - He's like glass : anything and anyone can break him...Jeu 16 Avr - 13:52

Un léger détail qui n'a aucune incidence sur ta validation mais que je préfère mentionner tout de même : William Cooper n'était pas exactement la 15ème victime du tueur puisque les victimes qui ont survécu n'ont pas toutes parlé de ce qui leur était arrivé. Il n'y a que le tueur, ou nous autre rôlistes, qui pouvons savoir qu'il s'agit de la 15ème victime. En ne comptant que les morts et les survivants qui ont témoigné, William est en fait la 8ème victime. Comme je disais, c'est vraiment un détail que je ne te demande pas de modifier, mais c'est simplement afin de préciser certaines choses sur le contexte et m'assurer que tout est clair arrow En dehors de ça, rien à dire, je te valide de ce pas coeur


congratulations !



Félicitations, te voilà officiellement validé(e) ! Tu vas donc pouvoir déambuler dans les rues de la ville comme bon te semble. Sauf si tu crains de tomber sur une plume particulièrement... Inspirée.

Mais puisque tu respires encore, il est temps de t'occuper de toute la paperasse un peu ennuyeuse auprès des autorités locales. Ainsi, tu peux commencer par recenser ton métier avant de te trouver un logement.

Tu peux ensuite ouvrir ton répertoire afin de créer des liens avec les autres personnages ou poster dans les demandes de rp pour te trouver un premier partenaire de jeu.

Dans tous les cas, le staff reste à ta disposition pour la moindre question et te souhaite de passer d'agréables moments sur le forum.

N'oublie pas de rester sur tes gardes... Sait-on jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t83-i-slithered-here-from-eden http://potterbird.livejournal.com

Invité


 Invité


Sujet: Re: Corey J. Morgan - He's like glass : anything and anyone can break him...Jeu 16 Avr - 13:54

Ah, oki, au temps pour moi ^^. Merci pour la validation :D !
Revenir en haut Aller en bas
 

Corey J. Morgan - He's like glass : anything and anyone can break him...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jimeo / Morgan
» Village Kurain - Salle de méditation [Morgan Fey]
» Lionel , Morgan 750K MOG
» Joshua Kyle Cooper | Raise your glass !
» Willy Glass

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: in the den :: archives :: manuscrits abandonnés-