AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Space is just a word

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 41
◆ Arrivé(e) le : 22/10/2016
◆ Âge : 19 ans
◆ Métier : Étudiante pour le moment, elle veut devenir institutrice
◆ Points : 90
◆ DC : Je ne me sens pas concerné...
◆ Avatar : Zendaya Coleman


Sujet: Space is just a wordLun 16 Jan - 0:43

Space is just a word
made up by someone who's afraid to get too close



31 décembre 2015

Elle avait changé trois fois de tenue, ressortant une robe de son placard, persuadée que l’occasion qu’elle avait souvent espérée était enfin là. Mais à bien s’observer, elle réalisait que ce noeud autour de sa taille la rendait sans doute un peu trop sage, trop parfaite, comme un joli cadeau, une pierre précieuse ou un objet de collection. Soupirant, Chloe préféra se défaire du vêtement pour le laisser trainer par terre avant de partir en quête de quelque chose d’un peu plus décontracté. Une deuxième robe, simple, aux couleurs clairs, qui lui allait parfaitement, qui faisait ressortir l’ambre de ses yeux, qui ferait mouche avec un chignon négligé. Mais à bien y réfléchir, il s’agissait d’une robe d’été, rien qu’elle pouvait mettre alors que les températures de cette fin d’année se montraient peu clémentes. Des collants auraient certainement pu faire l’affaire, mais pourquoi diable soumettre ses os à la fraicheur de l’hiver quand elle pouvait s’offrir le confort d’un jean ? Noir, taille haute, dessinant ses fines jambes avec une telle précision qu’on pouvait se demander si elles étaient réelles. Le haut ne tarda pas à suivre, après plusieurs autres essais, ses tentatives jonchant le sol de sa chambre tandis qu’elle se forçait à ne pas maudire la terre entière de ne pas avoir pu conserver le train de vie auquel on l’avait toujours habitué. Cette époque où elle n’avait pas besoin d’ouvrir les tiroirs, où ses habits l’attendaient sagement sur la chaise de son bureau, fraichement repassés par une des gouvernantes qui l’avait vue grandir ; jusqu’aux chaussettes brodées de ses initiales. Ça ne lui manquait pas spécialement, elle reconnaissait simplement les avantages d’un tel quotidien. Surtout à cet instant.

Vint ensuite l’épreuve du maquillage ; un autre calvaire qu’elle ne parvint pas à régler rapidement. Lèvres trop foncées, trop claires ou pas assez mises en valeur, blush à la teinte douteuse, eye-liner ou non, elle tenta tout et son contraire avant de se satisfaire d’une mise en beauté discrète, jugeant les hommes parfaitement capables de détourner leurs regards si son visage avait des allures de mensonge. Peu importait dans le fond, elle voulait plaire à l’un d’entre eux seulement, et c’était déjà bien suffisant. Elle n’avait pas la prétention de plaire à tout le monde, ou de vouloir faire tourner toutes les têtes ; juste une, juste celle qui lui avait manqué, qui n’avait pas quitté son esprit depuis un mois. La jeune femme avait songé à lui rendre visite bien avant que le Saint-Sylvestre ne pointe le bout de son nez, mais à chaque fois qu’elle avait le courage de mettre un pied devant l’autre, elle finissait par trouver une excuse pour ne pas aller toquer à sa porte et ainsi rester cachée sous sa couette. C’était Adam qui avait fini par la raisonner, monsieur le propriétaire des lieux étant naturellement au courant de tout ce qui se passait dans la vie de ses colocataires. « Et tu comptes faire ça jusqu’à quand, hmm ? Tu te rends compte que tu ne l’auras pas revu une seule fois en 2015 ? Qui sait s’il ne va pas prendre de bonnes résolutions et passer à autre chose l’année prochaine ? » Chloe n’avait même pas besoin d’entretenir la conversation d’une quelconque manière, Adam s’en chargeait pour eux ; et tandis qu’elle répétait qu’elle avait compris, le trentenaire continuait de la suivre partout dans leur demeure, jusqu’à ce qu’elle cède et qu’elle prenne enfin son courage à deux mains.

Ou plutôt le tas de vêtements qui trainait maintenant sur le sol de sa chambre. Chloe soupira, préférant tout pousser dans un coin ; elle s’occuperait de ça plus tard. Pour l’instant, elle avait besoin de l’approbation du reste des habitants de la maison, et si quiconque avait la moindre critique à faire sur son apparence, il n’était pas certain que la petite puisse en sortir indemne. En l’occurrence, ses trois acolytes l’encouragèrent, Adam prenant la peine de lui remettre un panier de biscuits au gingembre entre les mains, Jesse la déposant devant le domicile de l’intéressé avant l’heure du couvre-feu, la mettant probablement en garde alors qu’elle claquait déjà la portière de la voiture. Elle n’avait plus le temps de réfléchir, de douter, ou de repenser à la timidité et la réserve qui l’avaient empêché de rejoindre Sean avant cet instant. Et si son père la voyait, dans cette voiture, dans ce quartier, dans cette ville, il en aurait certainement fait une crise cardiaque, aucun doute là-dessus.

Trois coups sur la porte. À moins qu’il y ait une sonnette sur le perron ? Chloe chercha un bouton, s’alarmant de ne rien trouver, réalisant qu’elle s’était peut-être trompée de rêve ou de souvenir et qu’elle n’était pas du tout à la bonne adresse. Elle était à deux doigts de rendre l’âme quand la porte s’ouvrit finalement. « Hey, hi. » L’étudiante s’éclaircit la gorge, les joues maintenant teintées de rose. « It’s… Me. I don’t know if you… Remember. » Peut-être une fille parmi tant d’autres, après tout, qui pouvait savoir de quoi cet homme pouvait bien être fait. « I brought… Biscuits… I… Maybe you had plans for tonight, I just wanted to say hi really. And happy new year of course but… But hi first. » Quelque chose lui disait qu’elle aurait peut-être mieux fait de rester sous sa couette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t873-shout-it-out-like-a-bird-set-free#27649

overjoyed - we survived

avatar

◆ Manuscrits : 858
◆ Arrivé(e) le : 10/09/2015
◆ Âge : 36
◆ Assoc. des Victimes : Ancien bénévole et membre
◆ Métier : Ouvrier de chantier
◆ Points : 896
◆ DC : Aiden, Willow, James, Charlie, Nathan
◆ Avatar : Jake Gyllenhaal


Sujet: Re: Space is just a wordVen 3 Fév - 1:35

Si ça n'avait pas été sur toutes les lèvres, sur tous les écrans et au centre de tous les projets, Sean aurait presque pu oublier quel jour on était. Pour lui, rien d'autre ne s'annonçait que la même soirée banale et ennuyante que la veille, la porte verrouillée dès qu'il en passait le pas, pour ne se rouvrir qu'au lendemain. Elle était fermée depuis des heures et des heures maintenant. Elle se rouvrirait sur une nouvelle année et sur le même train-train quotidien, n'apportant rien pour lui dans sa vague de bonne année qui roulait à travers la ville. Chacun y allait de sa bonne résolution et d'un nouvel espoir, souhaitant que ce premier janvier là opère sa magie et chasse toutes les merdes qu'ils promenaient depuis maintenant trois ans. Le leurre était trop poussé, trop faux, trop criard pour vraiment fonctionner, mais tous les habitants se laissaient prendre au jeu, réunissant leurs amis et leurs amours pour oublier la nuit et l'année dans une profusion d'alcool.

D'ordinaire, il se serait joint à la foule. Il aurait rejoint Peter, Erin, quiconque voulait bien démarrer une autre année avec lui, buvant sans compter, hurlant des décomptes mal calculés à tue-tête, levant son verre à l'heure fatidique. Mais cette année, un désert semblait s'être formé autour de lui. Tout le monde avait foutu le camp, disparaissant derrière des excuses et des autres. D'autres personnes qui avaient plus de valeur, peut-être, plus d'importance. Ils savaient bien, de toute façon, que ce bon vieux Sean serait toujours là demain, à peu près là où ils l'avaient laissé. Aucun ressentiment de sa part, il avait plutôt tendance à se réjouir, trouvant du réconfort dans l'idée qu'enfin, ils avaient mieux que lui. Son estime de soi était en chute libre depuis que le Poète était passé chez lui, et à chaque fois qu'elle semblait avoir atteint le fond, elle finissait par dégringoler plus bas encore. S'il ne s'évertuait pas à la pousser dès qu'elle retrouvait l'équilibre, aussi.

Les pieds sur la table basse, une énième bière à la main, Sean était perdu dans ses pensées à défaut d'être perdu dans l'intrigue du film qu'il avait lancé un peu plus tôt. Combien de fois il avait hésité à appeler la jeune femme qui refusait de lui sortir de la tête. Elle était probablement entourée de ses amis à l'heure actuelle, riant à la plaisanterie de quelqu'un d'autre, à des kilomètres sans doute, et pourtant son rire lui résonnait dans les oreilles, mélodie doucereuse. Il n'était pas assez égoïste pour s'imposer à elle, elle était trop jeune, elle méritait d'être libre, épanouie, pas de s'enchaîner à une pierre en train de couler. Ou peut-être qu'il avait juste trop peur d'être rejeté. Trop peur de découvrir qu'elle l'avait classé dans la catégorie des moments à oublier, et à juste titre. Le brun finit par secouer la tête, chassant les reflets de ses yeux de son esprit pour tenter de reprendre le fil de l'histoire. Sans grand succès. Il finit par aller dans sa chambre chercher son journal, dont les pages se noircissaient de non-sens ces derniers temps, et un stylo qui traînait par terre. Puis il s'assit sur son lit et traça quelques mots.

Nouvelle année, y paraît. Le monde pourrait être mort, là dehors. Rien à foutre.
New Year Resolutions :

- Confess


La pointe du s à peine tracée qu'il rayait violemment le mot, balançant le stylo qui alla s'écraser contre un mur un peu plus loin. Il referma le journal, le remit sous son lit et se laissa tomber sur les draps dans un soupir. Les mésaventures des personnages continuaient dans la pièce d'à côté, leurs murmures lui parvenant à peine, mais il n'avait aucune envie de retourner à leurs tourments. Les siens lui tenaient suffisamment compagnie.

Trois coups frappés. Il sursauta, se frotta le visage et décida que ça ne faisait pas partie du film. Sean se leva, intrigué, enfila un T-shirt à la va-vite et se dirigea vers la porte d'entrée. A chaque fois, il avait quelques instants de terreur à l'idée que le Poète soit revenu. Il n'était pas comme Ruby, Adam et les autres, il n'avait pas vraiment survécu. Son nom devait encore se trouver sur la liste. Mais il ouvrit la porte malgré tout. «Chloe.» Murmure incertain. Il cligna rapidement des yeux, incrédule. La brune se tenait là, sur le pas de sa porte. «Of course I remember. How could I-» Sean s'arrêta au milieu de sa phrase, cherchant d'autres mots, cherchant quelque chose à quoi se raccrocher. «Thank you. For the biscuits, I mean. And, uh... Hi.» Les mots semblaient lui fondre sur la langue avant d'avoir été prononcés. «I don't- I don't have any plans I was just... watching a movie. Are you just stopping by or would you- would you like to come in?» Elle allait le penser pathétique, elle allait regretter d'être jamais venue jusque là et faire demi-tour. «I'm sorry, the place is a mess, I'm a bit of a mess myself, I wasn't expecting anyone.» S'il avait pu se frapper, il l'aurait fait sans hésiter. Plusieurs fois. Jusqu'à ce qu'il crache du sang. «Not that I'm not glad to see you. I'm very happy to see you. Please, please come in.» Il s'écarta pour la laisser passer, mille et une questions se poussant pour attirer son attention. «You look amazing.» Le trentenaire se sentait comme un gamin de quinze ans, les paumes moites et l'angoisse de faire une erreur cruciale. «Probably not as amazing as the ripped and creased 10-years-old Metallica T-shirt I'm wearing, but still pretty amazing.» Immédiatement, il retombait dans ses mécanismes de défense. Juste au cas où. «What would you like to drink? Do you have time for a drink? Maybe you're expected, I wouldn't want you to be late.»

Ils pourraient peut-être voler quelques instants supplémentaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t786-wrapped-in-guilt

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 41
◆ Arrivé(e) le : 22/10/2016
◆ Âge : 19 ans
◆ Métier : Étudiante pour le moment, elle veut devenir institutrice
◆ Points : 90
◆ DC : Je ne me sens pas concerné...
◆ Avatar : Zendaya Coleman


Sujet: Re: Space is just a wordVen 24 Fév - 2:09

Elle avait toujours été déçue. Le premier qui avait eu l’honneur de pouvoir prendre sa main l’avait fait sans se rendre compte de sa chance, souillant la paume de la pauvre jeune fille des empreintes d’une autre, autre qui l’avait laissé faire, qui lui avait laissé le droit de s’emparer de ses lèvres avant de continuer son petit bout de chemin. Alors le crétin s’était rabattu sur Chloe, par défaut plus que par envie, espérant qu’elle finisse par lui offrir un baiser qui n’arriva jamais, qu’elle préféra confier à un autre, quelques années plus tard. Baiser qu’elle regretta ensuite, quand elle comprit que ce garçon-là n’avait pas d’autre intérêt à être avec elle que de montrer au reste de la bande qu’il était digne d’une fille aussi jolie, qu’il fallait l’écouter puisque son charisme avait réussi à s’emparer du coeur de la plus précieuse donzelle de la cour de récréation. Chloe était passée à autre chose en levant simplement les yeux au ciel, confiant son amertume à son journal intime avant de se mettre en quête d’un autre prince charmant. Et puis le hasard voulut qu’elle ne puisse jamais porter la vie, alors la recherche lui parut soudainement bien superflue. Les regards en biais ne l’atteignaient plus, les mots doux sur un papier à lettre décoré avec goût ne l’attendrissaient pas, ceux qu’on lui susurraient au creux de l’oreille sonnaient faux et le monde entier lui paraissait bien plat depuis qu’on lui avait confié que son ventre ne serait jamais rond.

Jusqu’à ce qu’elle arrive ici, sur le pas de cette porte, pour toquer en espérant une réponse, un regard, une minute avec lui. Juste une minuscule minute de son temps pour avoir l’impression que tout n’était pas perdu, qu’on pouvait encore vouloir d’elle sans les promesses qui allaient de paire avec son corps de femme. Elle se doutait bien que les choses changeraient quand il faudrait annoncer à Sean qu’elle ne pourrait pas être la mère de ses enfants, que l’arbre ne produirait aucun fruit, que les bourgeons étaient simplement là pour faire joli, pour le décor, pour mieux faire tomber l’oiseau dans le panneau et le laisser mourir de faim sur la branche ; mais elle essayait de ne pas y songer, surtout pas quand elle faisait diversion avec un panier de biscuits et qu’elle sentait ses joues s’embraser sous son simple regard. Elle était bien avec lui, elle n’avait pas besoin de s’embarrasser avec d’autres pensées pour le moment, le stress d’un éventuel refus étant maintenant passé lui aussi. Elle le laissa parler, toujours immobile, visiblement attendrie par sa réaction, jugeant qu’il était finalement celui qui avait le plus besoin d’être rassuré ce soir. « I… I don’t mind coming in. I was not just stopping by. » Chloe avait sûrement parlé trop vite ; il allait comprendre autre chose, et elle s’empressa de reprendre avant de le vexer, de laisser sous-entendre qu’il n’avait rien de prévu à part attendre le décompte jusqu’à minuit, seul chez lui. Ce qui n’était pas une fin en soi, dans tous les cas, loin de là. Il valait mieux éviter les foules le soir de la Saint-Sylvestre, c’était bien connu ; et puis la population de Fairhope n’avait plus nulle part où se retrouver pour célébrer la nouvelle année, de toute manière. « Not that I thought that you would be alone and available, I mean… I didn’t even tell you I was coming, I thought you wouldn’t be here and I'd have to leave this on your doorstep. » Étrange de la voir aussi maladroite alors qu’elle avait pourtant l’habitude de manier les mots avec aisance d’ordinaire. « Not that I didn’t want to see you either ! I was… Just… Let’s just say I was hoping you would be alone and I could come in. » Il fallait définitivement qu’elle arrête de trainer avec Adam. « A drink and a movie do sound nice. », finit-elle par trancher, avant de mettre un pied devant l’autre pour s’aventurer dans l’appartement de Sean.

Ses yeux s’égaraient partout autour d’elle, la jeune femme ne s’attardant que peu de temps dans l’entrée avant de rejoindre le salon, le film que Sean regardait passant toujours sur l’écran de la télévision. Il ne fallut pas longtemps à Chloe pour reconnaitre quelques acteurs, et ainsi en déduire le titre du film dont il était question. « I’ve seen this one. Not to spoil you but it’s amazing. Not as amazing as your Metallica t-shirt, as you said so yourself, but you know, who could ever level up to that ? » Elle se mordit la lèvre, réprimandant un sourire alors qu’elle espérait ne pas le vexer, cherchant à le taquiner simplement. Elle posa les biscuits sur la table basse, restant debout jusqu’à ce que son hôte l’invite officiellement à s’asseoir. « Do you need a hand with the drinks ? Adam showed me how to make some very nice cocktails, and since we’re supposed to celebrate… » Haussant les épaules, son regard continuait de scruter le décor. Peut-être espérait-elle trouver du gui pour avoir une bonne raison de l’embrasser à minuit ? Avec un peu de chance, elle n'en n'aurait pas besoin…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t873-shout-it-out-like-a-bird-set-free#27649

overjoyed - we survived

avatar

◆ Manuscrits : 858
◆ Arrivé(e) le : 10/09/2015
◆ Âge : 36
◆ Assoc. des Victimes : Ancien bénévole et membre
◆ Métier : Ouvrier de chantier
◆ Points : 896
◆ DC : Aiden, Willow, James, Charlie, Nathan
◆ Avatar : Jake Gyllenhaal


Sujet: Re: Space is just a wordVen 24 Mar - 23:03

«We're both lucky, then,» finit-il par conclure, pour mettre fin à leurs tourments, leurs bégaiements et leur malaise, puis il s'écarta pour la laisser entrer. Lorsqu'il s'aventurait à penser à la jeune femme, ou plutôt que ses pensées l'y traînaient de force, le simple souvenir de son visage suffisait à le submerger entièrement. Tous ses sens devenaient Chloe, et il se noyait dans les effluves absentes de son parfum, se délectait du silence de son rire, effleurait un vide qui avait la douceur de sa peau, devenait aveugle à trop contempler son sourire, et s'attardait sur la saveur que ses lèvres n'avaient plus. Voilà qu'à présent elle entrait dans son appartement, dont la médiocrité semblait soudain insupportable. Où qu'ils se tournent, ses yeux s'accrochaient à un détail en dysharmonie avec le reste, invisible d'ordinaire mais soudainement omniprésent, et il lui coûtait de ne pas se précipiter sur la paire de chaussettes qui traînait au sol, de ne pas se dépêcher de raccrocher le rideau de la cuisine qui ne tenait plus que d'un côté depuis des semaines. Chloe avait déjà pris possession des lieux, habitant son espace et lui insufflant instantanément la vie. Mais à la lueur de sa perfection, tous les défauts de Sean semblaient exacerbés. Jamais il n'avait été si conscient de la médiocrité de l'existence qu'il menait ces derniers temps. C'était un miracle qu'elle n'ait pas encore fait demi-tour pour aller s'attarder ailleurs, dans un endroit qui rendrait justice à son sourire.

«Make yourself at home.» La joie sans borne qu'il aurait dû ressentir restait teintée de doute, et il s'attarda un instant, la main sur la poignée, avant de refermer la porte. Il n'aurait pas voulu la priver de sa seule issue de secours si elle décidait de prendre la fuite. Il était tiraillé entre l'évidence ; elle était venue jusqu'ici, un 31 décembre, un panier de biscuits à la main et avait accepté de le précéder à l'intérieur ; et les questionnements infinis qui l'avaient hanté pendant son absence. De nombreuses heures avaient été perdues à se demander s'il allait jamais la revoir ; quelle était la raison de ce silence, qu'il n'avait lui-même pas osé briser ; si c'était mieux ainsi ; si elle regrettait ; s'il avait imaginé ses sourires et sa joie ; s'il avait jamais été si, si, oh si troublé par quelqu'un d'autre. Le plus souvent, les réponses les plus évidentes le laissaient immobile, le regard perdu dans le vide alors qu'il imaginait sa silhouette s'éloigner au loin. Plusieurs fois, sur un chantier ou un autre, il s'était arrêté ainsi au milieu d'une tache, son cœur s'élançant à toute vitesse à la poursuite d'un bonheur entrevu, tandis que sa raison s'acharnait à l'en empêcher. Cette dernière finissait irrémédiablement par l'emporter et Sean réalisait subitement qu'il s'était perdu au large. Malgré la rudesse de certains de ses collègues, leur manque d'imagination et leur incapacité à s'élancer dans des conversations intéressantes, ils semblaient néanmoins être doués d'un sens de l'observation assez affûté, puisqu'il ne leur fallut pas longtemps pour remarquer les absences du brun. Dès lors, il devint source de nombreuses conjectures quant à son manque de sérieux, lui qui était d'ordinaire assidu et appliqué au point de les agacer. La vacuité de sa vie amoureuse lui avait fréquemment valu les railleries de ses collègues, auxquels il n'avait jamais parlé de la moindre femme, même lorsqu'il entretenait des relations toujours éphémères. Alors le voir ainsi désarmé, ils avaient rapidement trouvé une hypothèse qu'ils pouvaient se mettre sous la dent, et qui avait même le mérite de susciter une nouvelle réaction chez Sean. Il s'appliquait d'ordinaire à rire avec eux, allant parfois jusqu'à surenchérir pour ne pas perdre le contrôle, mais, récemment, il semblait tomber dans un mutisme agacé dès qu'ils mentionnaient l'amour.

La remarque de Chloe le ramena à nouveau à la pauvre qualité de sa tenue, et il lui lança un large sourire. «That's the spirit!» La seule raison pour laquelle il avait l'acheté était que l'ancien, celui que son père lui avait offert quand il était adolescent, était devenu absolument immettable, même en abaissant ses standards au minimum. Il y avait tant de trous qu'on ne savait plus où passer les bras. Il récupéra la télécommande sur le canapé et arrêta le film, récupérant le DVD dans le lecteur. «If you've seen it, I'll save it for later! We don't want a rerun on New Year's Eve, that would be wrong.» Il désigna d'un mouvement de tête la bière qui trônait sur la table basse. «Sorry I started without you, but I'd love a hand with the drinks, if you don't mind.» Sean sentait l'inquiétude lui remuer au fond de l'estomac. «I'm very glad you're here to make us some cocktails, even better if they're Adam's.» Il se dirigea dans la cuisine. «Now, that sounds more like a celebration.» Sean sentait la chaleur qui lui était montée aux joues, il sentait le doux halo de lumière qu'elle avait allumé sur son chemin lui réchauffer la peau. «You know, I would try, but that would not end well. The kitchen would probably explode or something. You know, chemical reactions and all that.» Il sortit deux verres du placard situé à côté de l'évier et les déposa sur le comptoir qui séparait la cuisine de la pièce à vivre. «So, what do you need ? Name it and I shall provide. Your wish is my command, m'lady.» Il s'était vaguement penché en avant dans une prétendue révérence, et attendait ses instructions avec un sourire, sans doute complètement béat. «Oh, and just so you know, I probably don't have whatever it is you need.»

Ca sonnait beaucoup trop vrai, et son sourire se figea un instant.
Un raclement de gorge, et il chassa l'idée.

«So, how have you been?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t786-wrapped-in-guilt

bad blood - we live here

avatar

◆ Manuscrits : 41
◆ Arrivé(e) le : 22/10/2016
◆ Âge : 19 ans
◆ Métier : Étudiante pour le moment, elle veut devenir institutrice
◆ Points : 90
◆ DC : Je ne me sens pas concerné...
◆ Avatar : Zendaya Coleman


Sujet: Re: Space is just a wordVen 28 Avr - 5:52

« Well, you know, I… » Non, justement, il ne savait pas. Il n’en n’avait pas la moindre idée puisqu’ils ne s’étaient pas vus depuis suffisamment longtemps pour que son prénom traverse encore le fil de ses pensées, pour que son regard hante l’esprit de Sean, pour que les empreintes de leurs lèvres soient encore dessinées sur leurs corps. Pourtant elle restait là, souriante, riant de bon coeur à ses remarques, se trouvant ridicule alors qu’elle songeait déjà à l’embrasser ; elle n’était même pas là depuis cinq minutes qu’elle voulait se laisser tomber entre ses bras et ne plus jamais les quitter, caresser ses joues jusqu’à ce que ses doigts parviennent à apprivoiser les traits de son visage afin de pouvoir refaire le dessin de mémoire lorsqu’elle en aurait besoin, une fois l’homme bien loin et le souvenir devenu indispensable. Elle haussa simplement les épaules à sa dernière question, jugeant qu’il n’était pas intéressant de s’étaler sur les raisons de son silence ou de son absence. D'un autre côté, elle refusait d’avoir recourt à une réponse bateau que tout le monde avait déjà entendu un bon millier de fois, rejetant la faute sur ses études, son stage qui lui prenait soit-disant beaucoup de temps ; entre la pratique et les dossiers qu’il fallait rédiger, elle n’avait même pas trouvé une poignée de secondes à accorder à Sean histoire de lui faire comprendre que son intérêt pour lui n’avait pas faibli, et qu’il ne s’estompait toujours pas après tout ce temps. « I was… scared to call and then work, and then life, and days turned into weeks and… » Il ne lui avait clairement pas demandé de se justifier mais elle préférait essayer d’en parler, au moins juste un peu, histoire de se débarrasser de la tension, de la timidité ambiante et de l’inquiétude qui finiraient par les ronger s’ils ne l’évoquaient pas au moins un peu.

« Anyway », reprit-elle après avoir cherché un réconfort quelque part autour d’elle, jugeant que le meilleur des remontants serait encore celui qu’ils allaient préparer. « Everything’s been fine, I love my job. It’s tough sometimes but kids will be kids, they’re just as cute as they are annoying. » Elle chassa cette conversation profondément ennuyeuse d’un autre haussement d’épaules, rejoignant Sean, un sourire se dessinant à nouveau sur ses lèvres tandis qu’elle s’accoudait au bar. « Let’s see if you can compete with Adam, m’lord. » Lui comme elle savaient pertinemment qu’il n’arrivait pas à la cheville du barman, mais elle ne lui en tiendrait clairement pas rigueur. « Would you be able to make mojitos ? You need rhum, sugar, mint, lime and… Yeah, that’s probably too much already. » Il n’y avait guère qu’Adam pour conserver ce genre d’aliments dans ses placards, au cas où des invités décidaient de débarquer à l’improviste pour la soirée ; un peu à l’image de Chloe ce soir-là, sauf qu’elle n’avait clairement pas tapé à la bonne porte pour obtenir un tel breuvage. « Don’t worry, it’s fine, I’ll drink whatever you’re having. » Elle n’avait pas souvent bu dans sa vie, généralement un peu trop enjouée après un ou deux verres, ce qui s’avérait plutôt économique, surtout pour elle qui devait apprendre à gérer son compte en banque depuis que son père n’était plus là pour s’en occuper. En songeant à lui, elle se risqua à imaginer la tête qu’il aurait pu faire si toutefois il avait appris qu’elle était en compagnie d’un homme de dix-sept ans son aîné, qu’ils s’apprêtaient à trinquer alors qu'ils avaient déjà goûté à des plaisirs réservés exclusivement aux couples mariés. Dans le fond, elle n’avait pas eu complètement tort de s’exiler à Fairhope ; cela lui avait épargné la douleur d’être déshéritée, bannie du domicile familial, renié par celui qui l’avait élevée. Elle préféra se concentrer sur Sean, il en valait bien plus la peine.

Si Chloe avait été un tantinet plus à l’aise, elle n’aurait pas hésité à faire le tour de ce comptoir pour faire l’inventaire de tout ce qu’il avait d’enivrant en sa possession, mais Chloe resta à sa place, de peur de se laisser berner par son parfum une fois à ses côtés, de se faire avoir bêtement et de finir dans ses bras plus rapidement que prévu. En vérité, elle en avait sûrement besoin ; peut-être que cela finirait d'apaiser ses inquiétudes ? Dans tous les cas, se laisser tenter semblait dangereux, et elle resta à sa place, les avant-bras posés sur le comptoir, le dos courbé et le menton posé sur le dos de ses mains. L'observer semblait être la meilleure option. « How have you been ? » Rien ne paraissait plus normal que de lui retourner la question ; même si en vérité, elle mourrait simplement d’envie de savoir si elle lui avait manqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t873-shout-it-out-like-a-bird-set-free#27649

overjoyed - we survived

avatar

◆ Manuscrits : 858
◆ Arrivé(e) le : 10/09/2015
◆ Âge : 36
◆ Assoc. des Victimes : Ancien bénévole et membre
◆ Métier : Ouvrier de chantier
◆ Points : 896
◆ DC : Aiden, Willow, James, Charlie, Nathan
◆ Avatar : Jake Gyllenhaal


Sujet: Re: Space is just a wordVen 9 Juin - 14:59

Comme toujours, Sean avait respecté le silence. Il n'avait jamais refermé les doigts sur les mains qui venaient se poser dans les siennes. Il n'avait jamais vraiment voulu les retenir, alors il les avait laissé filer. L'une après l'autre, les femmes de sa vie l'avaient laissé. Sa mère l'avait fait en premier. Déjà à ce moment-là, les doigts maladroits et minuscules du poupon n'avaient pas su retenir la jeune femme à qui il avait sûrement emprunté des traits, même s'il ignorait lesquels. Elle n'avait pas regardé en arrière, le berceau oublié où le bambin dormait tranquillement. Enfin ça, c'est ce qu'il s'était dit. C'était ce qu'il préférait se dire. Que son visage flou s'était penché un instant, avait fait disparaître quelques secondes le mobile qui tournait sur lui-même et apaisait le nourrisson, puis qu'elle était partie. Si elle avait murmuré quelque chose à son oreille, ça s'était perdu dans les plis des draps et dans les babillements infantiles. Les autres femmes avaient fait pareil. Elles s'étaient arrêtées quelques instants ou quelques mois, Sean les avait aimées de loin, un peu incertain, un peu interdit par ces êtres qui lui étaient étrangers, et dont son père parlait avec tant de dédain. Puis elles étaient parties, et il les avait regardées s'éloigner, pas vraiment amer, pas vraiment triste, juste un peu vide. L'une d'entre elles avait dit qu'il s'en fichait, qu'il ne faisait jamais rien pour la retenir, et puis elle était partie aussi, et Sean n'avait rien fait pour la retenir. Il s'était toujours contenté de nouvelles, mais les pages que Chloe et lui avaient commencé à noircir semblaient différentes. Parce qu'il avait écrit son prénom dans la marge, entre les lignes, il avait tracé les contours de son visage, il avait esquissé son sourire. Parce qu'elle lui avait manqué.

Pourtant, il ne l'avait pas appelée non plus. Il n'avait pas osé. Il n'avait pas voulu. Briser son silence, se rappeler à sa mémoire, s'imposer à elle. Risquer d'être rejeté et renvoyé à sa solitude. Chloe avait fait naître tout un tas de sensations qu'il n'avait jamais connues, elle l'avait fait se sentir vivant et heureux, heureux. «I don't know much about kids, but I think that about sums them up.» Elle avait injecté de la vitalité dans son corps qui commençait à se sentir vieux, et elle avait apporté du souffle à sa vie monotone. Il avait toujours aimé la monotonie. Elle l'avait rassuré et l'avait tranquillement mené par la bride à travers les embûches que la vie envoyait aux autres. Chloe l'avait chassée, avait enlevé les œillères et le voile qu'il avait devant les yeux, et Sean avait été ébloui et aveuglé par la lumière, tant et si bien qu'il ne savait plus où aller. Les habitudes tentaient de le maintenir en place, de le faire tourner en rond dans son manège, pourtant il se surprenait à penser à autre chose, il se surprenait à rêver d'autre chose de diffus et d'imprécis mais qui n'impliquait pas de passer ses journées à construire ou démolir. Qui impliquait la jeune femme. Il ne pouvait pas s'empêcher de l'imaginer dans son futur, assise face à lui et souriant, vaquant à ses occupation au sein même de son espace vital, il la voyait habiter son univers. Mais il n'avait pas appelé.

Elle était revenue malgré tout, retrouvant le chemin d'elle-même, retraçant les allées et frappant à la porte derrière laquelle il attendait sans se l'avouer. Et il l'avait écoutée avec admiration, fasciné par la façon que sa voix avait de lui couper le souffle. «Out of all that, I have... a very old bottle of rhum. Oh, and sugar!» avait-il annoncé fièrement après un inventaire rapide de ses placards, qui n'était pas nécessaire puisqu'il savait précisément ce qui se trouvait dedans. «I failed, didn't I?» dit-il en jetant un regard circonspect autour de lui avant de se replacer face à Chloe. Il n'avait qu'à tendre le bras pour effleurer son visage. Il n'avait qu'à faire un pas en avant pour se perdre à jamais dans ses yeux. «Well, to get over that terrible and unexpected result, I'll get myself another beer. So that's two beers, right? Or would you like something else?» Après confirmation, il avait récupéré les deux breuvages commandés, s'éloignant un instant pour atteindre le frigo, et en déposant une devant la jeune femme. Il l'avait à peine quittée des yeux.

Il avait presque espéré que la question se perde au milieu de ses frasques, qu'elle se noie dans les verres qu'ils n'avaient pas remplis. Pourtant non elle était là, entre eux. «Me, well, same old same old. Nothing's really changed since I last saw you. Just going around between work, my dad's, home. I thought of stopping by, but I didn't want to bother you, or embarrass you in front of everyone, or anything. I didn't know... I didn't have biscuits, either.» Il s'arrêta un instant, déjà mal à l'aise d'en avoir dit tant. «But anyway, you're here. It's brilliant, and I can't think of a better way to start the new year.» Il voulait lui poser mille questions, il voulait tout savoir, l'entendre parler et parler jusqu'à ce que mille nouvelles années démarrent et s'achèvent. Il voulait s'échouer dans ses bras, et s'écraser contre son corps, laisser la houle et l'océan avoir raison de sa carcasse et simplement couler là, à ses pieds. Il voulait ravir ses lèvres et ne jamais les rendre, la garder prisonnière d'une affection qu'il ne comprenait pas, qui lui donnait cette envie irrépressible de l'embrasser. Pourtant il y avait encore une barrière, une gêne qui les éloignait, quelque chose qui les empêchait de retomber aisément dans ce qu'il avait tant aimé, des discussions aisées et des baisers volés. Il la sentait là, entre eux, aussi tangible que le comptoir sous ses avant-bras. Sean décapsula sa bière et la leva en direction de Chloe. «Let's drink to another year.» Il finit par se décrocher de ses yeux, et par esquisser un mouvement vers le salon. «Shall we sit down? Honestly, I've said it already but make yourself at home. You're most welcome here, anytime.» Il la laissa le précéder dans le salon, frôlant son épaule alors qu'il la laissait passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldwillreadyou.forumactif.org/t786-wrapped-in-guilt
 

Space is just a word

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Légions Space Marines Pré et Post-Hérésie
» World Eaters
» SQUATS - Space Dwarves
» Space Nova [Jeu par navigateur]
» Nécrons, 8ème Cadien et Word bearers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: the city that we loved :: cowpen creek :: résidences-